Mercedes-Benz 190 SL

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mercedes-Benz 190 SL
Mercedes-Benz 190 SL

Marque Mercedes-Benz
Années de production 1955 - 1963
Production 25881 exemplaires
Classe Sportive de prestige
Moteur et transmission
Moteur(s) 1,9 L
Puissance maximale 105 ch
Couple maximal à 3200 tr/min 145 Nm
Transmission Propulsion
Poids et performances
Poids à vide 1 150 kg
Vitesse maximale 175 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 14,5 s
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Roadster 2 places coupé/cabriolet
Dimensions
Longueur 4 290 mm
Largeur 1 740 mm
Hauteur 1 320 mm
Chronologie des modèles
Précédent Mercedes-Benz 300 SL Mercedes-Benz W113 Suivant

La Mercedes 190SL (appellation interne W121 BII sur châssis monocoque R121) est un modèle d’automobile du constructeur allemand Mercedes-Benz, roadster coupé cabriolet, construite de 1955 à 1963, dérivée de la Mercedes-Benz 300SL et entrée depuis dans la légende des automobiles de collection de prestige.

Les 190SL et 300SL des années 50 sont les premiers modèles de ce que va devenir la mythique série des roadster SL (SL pour "Sport Light") de Mercedes-Benz. La 190SL avait comme but premier de pouvoir offrir une version "light" de sa «grande sœur», la 300SL Gullwing, pour une utilisation plus "de tous les jours" et donc a fortiori à un prix moindre. Même si la performance s'est avérée significativement différente (105 ch par rapport à 215 ch pour la 300SL) près de 26,000 exemplaires furent construits. Extrêmement bien construite et facile à l'entretien, on estime que près de la moitié des 190SL jamais construites roulent encore aujourd'hui.

L'appellation interne de Mercedes-Benz de la 190SL est W121 BII ou W121 B2 (pour W121 2ème série) et ce pour la distinguer de la W121 "Ponton" (1ère série) qui fut produit de 1953 à 1962. Cette confusion poussera de temps en temps l'appellation interne R121 ou R121a avec un "R" comme "Roadster". Cette deuxième appellation ne sera en revanche jamais officielle sauf pour faire référence au châssis de la 190SL qui sera le châssis de la W121 raccourci. On notera que les deux séries de W121, même si de carrosseries radicalement différentes, partagent beaucoup des mêmes pièces détachées (phares optiques arrière, suspension, roues, etc..)

Historique de la 190 SL[modifier | modifier le code]

La genèse[modifier | modifier le code]

En Septembre 1953, l'importateur aux Etats-Unis de Daimler-Benz, Maximilien Hoffman, arrive à convaincre la maison-mère à Stuttgart, de tabler sur la conception de deux nouveaux modèles de véritable voitures de sport tiré du coupé 300SL (gullwing), qui, remportant la Carrera Panamericana, avait obtenu une attention très spéciale de la part des Américains. Par ailleurs Hoffman souhaitait compléter une gamme Mercedes-Benz jusqu'alors très conservatrice. Pour cela la maison mère en collaboration avec sa filiale américaine décide de créer deux cabriolets, une version de la 300SL gullwing en version cabriolet et une version plus petite, la 190SL, dites de "tourisme sportif" afin d'offrir "un usage quotidien pratique".

Afin de se détacher significativement des couts liés à la production de la 300SL, la 190SL va devoir significativement dévier de sa grande sœur. Pourtant grâce à l'œuvre des designers de la maison Karl Wilfert et Walter Hackert, Mercedes réussi à créer une automobile qui reste très similaire esthétiquement à la 300SL mais plus petite de 30 cm et, surtout coûtant le tiers de son prix. En fin 1953, Hoffman reçoit de Stuttgart la promesse que 2 prototypes (une de la 300SL en version cabriolet et une autre de la 190SL) seront présentés à New York au "Salon International de l'Auto" le 6 Février 1954.

Une voiture faite spécialement pour le marché US[modifier | modifier le code]

Malgré les 5 mois à peine de développement entre septembre 1953 et février 1954, Mercedes réussi un vrai tour de force et ces 2 prototypes ont connu un accueil triomphal au salon de New York aussi bien par le public que par la presse américaine. Le développement de la 300SL cabriolet demandant moins de modifications par rapport à la 300SL gullwing fut immédiatement approuvé en interne à la suite du Salon de New York, de sorte que la production de la 300SL cabriolet a commencé dès Août 1954. La 190SL restait encore trop cher à la vente dans sa configuration de Février 1954 et a donc été révisée durant le restant de l'année avec notamment un châssis monocoque W121 raccourci (nommé du coup le châssis R121) et enfin présentée dans sa version définitive en Mars 1955 à l'exposition automobile de Genève (Geneva Motor Show). Grâce au succès rencontré à Genève, la production en série de la 190SL est approuvée et commence deux mois plus tard en Mai 1955 à l'usine de Sindelfingen sur la même chaine de montage que la 300SL.

Même à prix réduit par rapport à sa grande sœur (la 300SL), les 190SL restent chers pour le marché automobile européen qui en 1955, année de sortie du modèle, est encore en pleine reconstruction à la suite de la Seconde Guerre mondiale. Par ailleurs en 1955 le déficit d'image de l'Allemagne persiste encore et nuit à Mercedes-Benz qui à quelques difficultés à se vendre en Europe hors Allemagne. Les modèles sportifs de rêve tels les 300SL et 190SL sont d'ailleurs là pour enrailler cette négativité. En tout état de cause, le modèle sera donc naturellement conçu avec le marché américain en tête et vendu quasi exclusivement vers ce marché (>80% de sa production). On notera la très grande présence de chromes extérieurs pour plaire au marché US, une présence atypique chez Mercedes et qui diminuera drastiquement sur les modèles suivants lorsque la répartition des ventes US/Europe sera plus équilibrée.

Cette disproportion des ventes vers le marché US explique aussi la relative rareté du véhicule aujourd'hui en Europe (comparé aux USA), même si depuis quelques années, avec l’internationalisation des ventes aux enchères de voitures de collection de prestige, beaucoup de 190SL ont été réimportées vers l'Europe. Contrairement au modèle 230SL qui lui a succédé, la 190SL vendue aux USA ne présentait aucune différence par rapport à sa version européenne si ce n’est le compteur de vitesse qui était en MPH.  En effet l’optique du feu arrière avec la partie du clignotant en jaune ne fut offert par Mercedes qu’en pièce détachée de remplacement pour le marché européen (l’optique arrière d’origine étant bien rouge, blanc, rouge des deux côtés de l’atlantique).  Le porte plaque minéralogique arrière a en revanche toujours été de taille européenne même pour les véhicules vendus aux US car cela donnait un "European feel" (lire "chic").

Il était prévu que la 190SL puisse atteindre les 190 kilomètres par heure. Dans la pratique, la vitesse maximale était plutôt de 175 km/h, ce qui était encore très élévé en 1955, mais qui permettait de mieux la différencier de sa grande sœur la 300SL qui elle pouvait atteindre les 200 km/h.

Évolutions majeures de la 190 SL[modifier | modifier le code]

Voici une liste des changements pertinents lors de la production de la 190 SL:

  • 04 + 09/1955: changement du rapport du pont arrière de 3,70 à 3,89 (et à 3,90 en septembre)
  • 02/1956: Changement du hard-top en aluminium vers tout acier
  • 03/1956: garnitures chromées supplémentaires
  • 04/1956: installation en série d'un ventilateur pour dégivrage du pare brise
  • 04/1956: installation en série de servofrein (ATE type T 50)
  • 04/1956: installation en série d'un klaxon Supertone et mise à niveau des phares avant
  • 04/1956: évolution du baquet de sièges
  • 05/1956: installation en série d'une pendule avec enroulement dans le couvercle de la boîte à gants
  • 06/1956: élargissement des feux arrières (similaire aux modèles Mercedes 220a ponton et 220S)
  • 11/1956: installation en série d'un rétroviseur extérieur du côté du conducteur
  • 11/1956: épaississement de la tôle d'aluminium du capot et le couvercle du coffre
  • 02/1957: poignées de porte intérieures avec actionneur serrure modifiée
  • 07/1957: voyant lumineux pour la plaque mineralogique arrière
  • 07/1957: porte plaque minéralogique avant intégré dans le pare-choque en chrome
  • 03/1958: installation en série de pare-soleil rembourrés, avec miroir de maquillage côté passager
  • 07/1958: installation en série d'un volant auto-bloquant (antivol) ainsi que le fonctionnement du démarreur via bouton poussoir
  • 07/1959: installation en série d'un système de lave-glace (actionné au pied) et essuie glace à 2 vitesses
  • 10/1959: Refonte complète du Hardtop avec notamment une grande lunette arrière panoramique
  • 08/1960: installation en série d'une nouvelle poignée et d'une nouvelle serrure pour le hayon arrière
  • 09/1960: installation en série d'un allume cigare
  • 01/1961: installation en série d'une nouvelle fermeture de réservoir d'essence
  • 01/1961: installation en série de poignées plastiques Hostalen® pour les poignée de chauffage et de ventilation
  • 06/1961: installation en série d'un nouveau optique arrière intégrant un clignotant jaune (modèle Européen uniquement)
  • 08/1961: Nouvelle série de moteur (M 121.928)
  • 10/1961: installation de série de points d'ancrage pour ceintures de sécurité
  • 05/1962: installation de protection en PVC contre la corrosion (passages de roues avant et dessous de caisse)

Motorisation[modifier | modifier le code]

Le bloc moteur à quatre cylindres de la 190SL (appellation interne : M121 B II) est basé sur le moteur six cylindres de la 300SL. Le moteur de la 190SL a une cylindrée de 1 897 cm3, arbre à cames en tête, deux carburateurs Solex double corps, avec une puissance portée à 105 chevaux (DIN) à 5 700 tr/min (77 kW). Outre la réduction du nombre des cylindres par rapport au moteur de la 300SL, le diamètre de 85 mm des cylindres de la 300SL reste inchangé dans la 190SL, bien que la course des pistons pour la 190SL a été réduite de 88,0 mm à 83,6 mm.

La transmission 4 vitesses manuelle est restée la seule transmission disponible durant toute la production de la 190SL.

Les performances de la 190SL sont de 175 km/h en vitesse de pointe, avec un 0 à 100 km/h en 14,5s.

Carrosserie[modifier | modifier le code]

Comme la 300SL cabriolet, la 190SL reprend de nombreux éléments de style de la 300SL coupé. La calandre, les pare-chocs, les phares avant et de nombreuses pièces intérieurs sont identiques à celle de la 300SL coupé. La 300SL cabriolet et la 190SL partagent les même pièces de capote. En revanche, les feux arrières de la 190SL ont été pris à partir de la classe S ponton. En plus des exigences visuelles qu'ils s'étaient données, les ingénieurs de Mercedes pensaient aussi à la fonctionnalité de chaque élément. C'est pourquoi la présence des petites ailes avant et arrière horizontal protégeaient les côtés de la voiture de la saleté.

Contrairement à la 300SL qui avait un châssis tubulaire très innovant, le châssis de la 190SL est dérivé du châssis plate-forme de la modeste berline 180, qui est ensuite raccourci de 25 cm. La carrosserie est en acier mais les quatre ouvrants (portières, coffre arrière et capot moteur) sont en aluminium.

Les suspensions, sont quant à elles, identiques sur les deux modèles 190SL et la 300SL cabriolet. Très innovantes pour l'époque, elles sont entièrement indépendantes, double triangles à l'avant et essieux battants à l'arrière.

L'empattement de la 190SL est de 2 400 mm, sa longueur de 4 219 mm, sa largeur de 1 664 mm et sa hauteur toit fermé est de 1 422,4 mm. Le poids à vide est de 1 158 kg. La capacité du réservoir de carburant est de 17 US gallons (64 litres).

Options[modifier | modifier le code]

La 190SL présentait déjà beaucoup d'options en série pour l'époque dont un tableau de bord extrêmement bien fourni (compte-tours moteur, pression d’huile, niveau de batterie, etc.), trousse à outils, allume-cigare, pendule électrique, essuie-glaces 2-vitesses + intermittents, éclairage intérieur conséquent, intérieur cuir, etc…

Quelques options étaient cependant disponibles :

  • Toit dur (removable hard-top) pour la conduite en hiver - option très peu prise à l'époque car très cher (>10% du prix de la voiture) sachant que l'option toit dur pouvait aussi permettre de ne pas avoir de capote et donc de diminuer la hausse du prix à seulement 5% du prix de base.
  • Radio Becker AM/FM avec sélection automatique des stations (avec installation d’une antenne rétractable manuelle sur l’aile avant droite)
  • Troisième place d’appoint (siège arrière perpendiculaire à la direction aisément retirable)
  • Rétroviseur coté passager à partir de 1961
  • Sièges sports (bucket seats) jusqu'en 1959
  • Eléments verticaux du parre-choc arrière (standard aux US, en option en Europe)

La 190SL sans option était vendue en 1955 au prix de US$ 3,998 (DM 16.500)

La 190SL et la 300SL seront produites jusqu'en février 1963 et toutes les deux remplacées par l'unique Mercedes-Benz W113.

Marché de la 190 SL aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La 190SL est aujourd’hui considérée comme une voiture de prestige à part entière avec des clubs de fans (Mercedes Classics Clubs) qui lui sont dédié et ce dans la plupart des pays occidentaux.  La 190SL, tout comme la 300SL, est considérée comme représentant l’apogée de la perfection en termes de ligne de carrosserie chez Mercedes. Mercedes-Benz le sait et entretien le mythe via un atelier de restauration tout particulier pour les 190SL et 300SL à Fellbach, Allemagne. En France, un garage appartenant à Mercedes-France est spécialisé dans la révision et la restauration des voitures de prestige Mercedes (dont la 190SL). Ce garage est à Stains (banlieue Nord de Paris).

L’excellente construction des 190SL, à l’image de la marque Mercedes-Benz, et la disponibilité assurée par le réseau Mercedes de la quasi-totalité des pièces détachées, rendent la 190SL très séduisante pour tout type de collectionneurs car finalement relativement peu couteuse en entretien et donc facilement utilisable même pour des longs voyages.  La fiabilité de la 190SL est considérée comme relativement bonne pour une voiture de collection. Les défauts notoires sont la difficulté de son allumage à froid, tenue de route sur route mouillée laissant à désirer et suspension un peu molle pour une sportive.

Le prix de vente en France en 2013 d’une 190SL en état de marche s’établit entre EUR 60.000 (très mauvaise condition) à EUR 160.000 (état concours). Des hard-tops de 190SL sont trouvables de temps en temps sur eBay Motors pour USD 10.000-15.000 (attention les hard-tops changent de forme à partir de 1959 - lunette arrière plus grande). Mercedes-Benz est à la disposition de tout acheteur pour la vérification de l’authenticité des véhicules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]