Essuie-glace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bras et lame d'essuie-glace

Un essuie-glace est un dispositif mécanique essuyant la pluie et les projections sur un pare-brise. Presque tous les véhicules à moteur, parmi lesquels les automobiles, les trains, certains avions et bateaux, sont équipés d'essuie-glace, cet équipement étant généralement, au regard de la loi, une obligation.

Un essuie-glace a une durée de vie de 500 000 cycles selon les constructeurs, ce qui correspond à un an d'utilisation (cette durée d'usure prend en compte non seulement ce cycle mais aussi les écarts de température annuels qui fragilisent les balais)[1].

Depuis 2003, les balais d'essuie-glace standards sur les voitures (d'abord raclettes en caoutchouc serties sur des porte-raclettes en métal puis raclettes remplacées par des lames profilées de caoutchouc divisées en plusieurs segments et stabilisés avec des supports en métal) sont progressivement remplacés par des modèles « flat blade » (plus longs, fins et souples grâce aux raclettes qui sont directement intégrée dans le balai avec une baleine, ils épousent mieux le pare-brise). Ils sont le plus souvent actionnés par un levier de commande sur la colonne de direction et parfois pilotés par un capteur de pluie[2].


Les essuie-glace à mouvement parallèle sont les plus courants. Afin d'améliorer l'aérodynamisme du véhicule, les essuie-glace sont fixés au véhicule au-dessous de la bordure du capot et sont ainsi à peine visibles à l'arrêt. Les essuie-glace à essuyage opposé sont proposés par certains fabricants, comme sur le modèle VW Sharan.

L'essuie-glace individuel convient aux véhicules plus petits qui ont une surface de pare-brise réduite. Les essuie-glace en parallèle s'utilisent pour les autobus. Les essuie-glace triples sont adaptés aux grandes surfaces de pare-brise des poids lourds par exemple

Histoire[modifier | modifier le code]

On attribue à l'inventeur Mary Anderson la conception du premier essuie-glace opérationnel en 1903 (année du dépôt du brevet) : actionné manuellement par un levier, il comprend alors un bras oscillant sur lequel est fixé une lame en caoutchouc qui est retirée à la belle saison. L'inventeur William M. Folberth le rend automatique en 1951 par des moteurs électriques qui assurent le va-et-vient des balais d'essuie-glace. Robert Kearns (en) le dote d'un système de balayage intermittent en 1963.

Géométrie[modifier | modifier le code]


Notes et références La partie "Histoire de l'essuie-glace" ne semble pas très sérieuse. Curieusement, les hypothèses, les dates d'invention, de brevet, d'adjonction de moteur électrique etc. varient, parfois de façon caricaturale, selon les diverses langues dans lesquelles est écrit cet article parait-il tiré de l'article princeps en anglais. Manque de sérieux ? Manque de documents ?[modifier | modifier le code]

  1. Votre Auto émission RMC du 21 novembre 2010
  2. Auto Glossaire : Essuie-glace

Sources[modifier | modifier le code]