Matrix Revolutions

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Matrix Revolutions

Titre québécois La matrice révolutions
Titre original The Matrix Revolutions
Réalisation Andy et Lana Wachowski
Scénario Andy et Lana Wachowski
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
Village Roadshow Pictures
Silver Pictures
NPV Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Australie Australie
Genre science-fiction
Sortie 2003
Durée 129 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Matrix Revolutions ou La Matrice Révolutions au Québec et au Nouveau-Brunswick (The Matrix Revolutions en version originale) est un film de science-fiction australo-américain réalisé par Andy et Lana Wachowski et sorti en 2003. Il clôt la trilogie commencée avec Matrix et Matrix Reloaded.

Synopsis[modifier | modifier le code]

C'est une guerre sans issue qui attend les derniers survivants humains retranchés de Sion[1], cité-État de la résistance, maintenue par l'armée des Machines.

Pour seul espoir ne reste que Néo qui après s'être sorti d'un monde intermédiaire, parvient à se rendre auprès du représentant du camp adverse et lui propose sous contrat d'une paix définitive, d'anéantir ainsi leur ennemi commun : l'agent Smith devenu incontrôlable.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Les passagers du Nébuchadnézzar ont été recueillis par le Hammer (vaisseau du capitaine Roland) après la destruction du premier par les Sentinelles. Néo est tombé dans une sorte de coma (il est en fait coincé dans un monde intermédiaire dont il sera libéré par Trinity) après avoir court-circuité quatre Sentinelles. La contre-attaque des autres hovercrafts a échoué à cause d'un EMP déclenché trop tôt qui a endommagé les vaisseaux et les équipages se sont fait massacrer par les Machines toujours en chemin pour Zion. Le seul survivant, dans le coma lui aussi, est Bane (contrôlé par Smith). Le Hammer est à la recherche du Logos, le vaisseau du capitaine Niobe.

Néo va voir l'Oracle une dernière fois. Elle lui fait comprendre qu'il doit se rendre à la ville des Machines, le vrai emplacement de la Source et que Smith (qu'elle définit comme le double négatif de Néo) est la clé de la fin de la guerre. Après le départ de Néo, Smith et ses clones arrivent et l'Oracle le laisse l'absorber. Le Smith possédant l'Oracle devient capable de transgresser les lois de la Matrice (comme Néo) et « voit » sa victoire grâce aux pouvoirs de l'Oracle.

À Sion, le commandant Locke organise la résistance mais la bataille va être difficile voire désespérée. Locke définit les foreuses des Machines comme cibles prioritaires dans une tentative pour empêcher les Machines d'accéder aux niveaux inférieurs. La défense du quai se compose des unités APU (des robots pilotés par des humains), des canons mitrailleurs installés et d'équipes de 2 dissimulées et armées de double bazookas (Zee, la fiancée de Link, en fait partie). Pendant ce temps, le Logos et son équipage sont retrouvés sains et saufs. Néo demande à emprunter l'un des deux. Roland refuse mais Niobe accepte suivant ce que l'Oracle lui a dit. Les deux hovercrafts se séparent : le Hammer se dirige vers Sion, son EMP jouera un rôle capital dans l'issue de la bataille. Ils se font repérer et prendre en chasse par une nuée de Sentinelles. Niobe entraîne le vaisseau dans une série de cabrioles irréalisables pour tout autre pilote tandis que les autres utilisent les tourelles pour repousser les robots comme ils le peuvent.

Néo et Trinity, à bord du Logos, s'apprêtent à prendre la route de la Ville des Machines. C'est à ce moment qu'ils réalisent qu'ils ont un passager clandestin : Bane/Smith (qui est à l'origine de l'échec de la contre-attaque). Il affronte Néo révélant qui il est et réussit à aveugler son ennemi en lui brûlant les yeux avec un câble électrique. Manifestant ses pouvoirs dans le monde réel, Néo « voit » (ressent, en fait) Smith à l'intérieur de Bane et le tue. Le Logos peut enfin démarrer.

La bataille s'engage à Sion mais les défenses humaines s'effondrent. Les Machines bloquent la porte pour que le Hammer ne puisse pas entrer puisque celui-ci a été privé de sa radio permettant son identification auprès de la ville par des sentinelles. C'est le Kid, utilisant l'APU du capitaine Mifune, qui déverrouille la porte après avoir été sauvé par Zee. Le Hammer se crashe dans le quai et déclenche son EMP. Les Sentinelles sont hors service, mais les défenses du quai et les derniers APU aussi, malheureusement. Les humains se préparent à un baroud d'honneur. Pendant ce temps, grâce aux pouvoirs de Néo, le Logos franchit les défenses de la Ville des Machines et s'y écrase. Néo survit, mais pas Trinity qui succombe au crash. L'Élu se présente donc devant ce qui semble être l'intelligence artificielle suprême des Machines et lui propose alors de le débarrasser de leur ennemi commun, Smith, en échange de la paix avec les humains.

À Sion, la seconde vague de Sentinelles arrive mais n'attaque pas, attendant de voir si Néo réussira. Ce dernier est connecté à la Matrice à partir de la ville des Machines.

Là, Néo constate que Smith est devenue la seule entité présente dans la Matrice. Smith/Oracle affronte Néo, les autres restent à observer. Cependant, Smith est devenu beaucoup plus puissant et semble même prendre l'avantage au terme d'un combat violent. Finalement, Néo le laisse l'absorber. Et les Machines peuvent accéder à Smith par l'intermédiaire de Néo et supprimer le programme malveillant réinitialisant la Matrice par la même occasion. Le corps de Néo est emmené dans la ville des Machines pour un sort inconnu, le corps disparaît au loin emporté par une machine.

Morpheus est le premier à comprendre que Néo a réussi et posant son arme au sol il s’approche des machines qui ne manifestent aucune agressivité. Les Sentinelles quittent alors Sion en la laissant intacte, les humains se réjouissent et fêtent cette victoire. L'Oracle, Séraphin et Sati contemplent le magnifique lever de Soleil créé par cette dernière en l'honneur de Néo. L'architecte annonce que les humains rejetant la Matrice pourront en sortir librement s'ils le désirent mais il dit que le jeu de l'Oracle était dangereux. L'Oracle suggère que Néo pourrait réapparaître et dit qu'elle « avait la foi » quant à la fin de cette histoire.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

« Le premier film traite de la naissance, le second de la vie, et le troisième de la mort[4]... »

— Keanu Reeves

Casting[modifier | modifier le code]

Suite au décès de Gloria Foster, qui incarnait l'Oracle dans Matrix et Matrix Reloaded, le rôle est repris par Mary Alice. Cette dernière avait joué au théâtre avec Laurence Fishburne alors que l'acteur n'avait que 10 ans[4].

Tournage[modifier | modifier le code]

Avec son énorme budget, le film a été tourné en simultanée avec Matrix Reoladed, entre mars 2001 et août 2002, soit 270 jours[4]. Comme les deux autres films, Matrix Revolutions est majoritairement tourné dans les Fox Studios de Sydney en Australie et quelques autres lieux de la ville (Hyde Park, Martin Place, Jardins botaniques royaux de Sydney, etc.). L'équipe a également tourné quelques scènes en Californie : à Oakland et Alameda[5].

Après la scène dite du Burly Brawl dans le film précédent (Néo affronte plusieurs versions de l'agent Smith), le 3e film possède sa séquence Super Burly Brawl : le combat final entre Neo et Smith, sous une averse et devant un publics composé d'une multitude d'agents Smith. Le producteur Joel Silver déclare à ce propos : « la séquence du Super Burly Brawl me fait penser à un combat de bande dessinée entre deux super-héros déchaînés – sauf que c'est la première fois qu'on assiste à une telle scène en prises de vues réelles[4] ! » Le tournage de cette séquence a nécessité deux mois de tournage. L'acteur Hugo Weaving (qui incarne Smith) raconte : « la pluie était si battante qu'il était difficile de parler distinctement sans avoir de l'eau vous ruisselant dessus. On ne s'entendait pas parler et, du coup, c'était presque impossible de trouver le ton juste car je n'avais pas la moindre idée de ce que ça pouvait donner. Toutes mes doublures étaient là avec leurs cheveux impeccablement mis malgré la pluie. Mais moi, même avec des quantités industrielles de laque, j'avais les cheveux dans le visage. Je me suis donc résolu à porter moi aussi une perruque de mes propres cheveux ! Et je me rends compte maintenant à quel point je me suis dégarni : en règle générale, quand je me regarde dans la glace, je me dis que ça peut aller. Mais quand je regardais tous mes doubles sur les côtés, quelle angoisse[4] ! »

Musique[modifier | modifier le code]

The Matrix Revolutions:
Music from the Motion Picture

Bande originale de Don Davis
Sortie 4 novembre 2003[6]
Durée 66:02
Genre musique de film
Compositeur Don Davis, Juno Reactor, Tom Tykwer
Label Warner Bros. / Maverick
Critique

Bandes originales de Matrix

Don Davis compose la musique du film, comme pour les deux précédents films. L'album commercialisé contient également des compositions de Juno Reactor. Le réalisateur allemand Tom Tykwer compose le titre "In My Head" sous le pseudonyme de Pale 3. Quelques années plus tard, il coréalisera le film Cloud Atlas avec les Wachowski.

Liste des titres
  1. "The Matrix Revolutions Main Title" de Don Davis – 1:21
  2. "The Trainman Cometh" de Juno Reactor/Don Davis – 2:43
  3. "Tetsujin" de Juno Reactor/Don Davis – 3:21
  4. "In My Head" de Pale 3 – 3:46
  5. "The Road to Sourceville" de Don Davis – 1:25
  6. "Men in Metal" de Don Davis – 2:18
  7. "Niobe's Run" de Don Davis – 2:48
  8. "Woman Can Drive" de Don Davis – 2:41
  9. "Moribund Mifune" de Don Davis – 3:47
  10. "Kidfried" de Don Davis – 4:49
  11. "Saw Bitch Workhorse" de Don Davis – 3:59
  12. "Trinity Definitely" de Don Davis – 4:15
  13. "Neodämmerung" de Don Davis – 5:59
  14. "Why, Mr. Anderson?" de Don Davis – 6:10
  15. "Spirit of the Universe" de Don Davis – 4:51
  16. "Navras" de Juno Reactor vs. Don Davis – 9:08

Sortie[modifier | modifier le code]

Matrix Revolutions est le premier film de l'histoire à sortir simultanément dans le monde. À la minute près, il sort le 5 novembre 2003 au même moment partout dans le monde : à 6 heures du matin à Los Angeles, 9 heures à New York, 14 heures à Londres, 15h00 à Paris, 17h00 à Moscou et 23h00 à Tokyo[4]. Seuls quelques pays comme le Kazakhstan, l'Égypte, Malte, Bahreïn ou encore le Koweït ont eu une autre date de sortie[2].

Critique[modifier | modifier le code]

Le film reçoit des critiques plutôt mitigées. Aux États-Unis, il obtient 36% d'opinions favorables pour 208 critiques recensées sur l'agrégateur Rotten Tomatoes[7]. Sur Metacritic, Matrix Revolutions n'obtient que 47/100 pour 41 critiques[8].

En France, le film obtient la moyenne de [Combien ?] sur le site AlloCiné, qui regroupe 15 titres de presse (Libération, Le Figaro, Première, ...)[9]. Côté spectateurs, AlloCiné recense 24 972 notes pour une moyenne 3,3/5[10].

Box-office[modifier | modifier le code]

Avec un budget estimé à 150 millions de dollars, le film rapporte 427 343 298 $ dans le monde, dont 139 313 948 $ aux États-Unis[11].

En France, le film totalise 3 535 174 entrées, dont 750 386 à Paris[12].

Distinctions principales[modifier | modifier le code]

Sources et distinctions complètes : Internet Movie Database[13]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Filmographie Matrix[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Matrix (série de films).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En français, la ville dite Zion se dit et s'écrit « Sion » en référence à la Bible.
  2. a et b (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  3. Excepté dans quelques pays comme le Kazakhstan, l'Égypte, Malte, Bahreïn et Koweït, le film est sorti en salles le 5 novembre 2003 dans le monde (source IMDb).
  4. a, b, c, d, e et f « Secrets de tournage », sur AlloCiné (consulté le 27 juillet 2014).
  5. (en) Lieux de tournage sur l’Internet Movie Database
  6. a et b (en) « Don Davis Original Motion Picture Score (Score) », sur Allmusic (consulté le 26 juillet 2014).
  7. (en) « The Matrix Revolutions Movie Reviews, Pictures – Rotten Tomatoes », sur Rotten Tomatoes.com (consulté le 28 juillet 2014)
  8. (en) « Matrix Revolutions, The (2003): Reviews », sur Metacritic.com,‎ 2003-11-05 (consulté le 28 juillet 2014)
  9. Critiques presse Matrix Revolutions - AlloCiné
  10. Critiques spectateurs Matrix Revolutions - AlloCiné
  11. (en) Matrix Revolutions - Box Office Mojo.com
  12. Box-office Matrix Revolutions - JP's box-office
  13. (en) Distinctions sur l’Internet Movie Database

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]