Bardas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bardas (homonymie).

Bardas (grec : Βάρδας) (mort le 21 avril 866), oncle de l'empereur Michel III, exerça le pouvoir réel dans l'Empire byzantin de 856 à 866.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bardas est le fils de Marinos ou Marianos, drongaire d'origine arménienne, et de Théoctiste Phorina, née dans une famille noble de Paphlagonie. Il était le frère de Théodora, l'épouse de l'empereur byzantin Théophile et la mère de Michel III.

Quelques généalogistes, comme N. Adontz et C. Toumanoff, ont avancé l'hypothese que Bardas et sa famille soient issus de la grande famille arménienne des Mamikonian[1], mais selon l'historienne de l'Arménie médiévale, Nina Garsoïan, la thèse de la descendance de Bardanès et d'autres nobles armeno-byzantines des Mamikonian "attrayante qu'elle soit […] ne peut être prouvée, faute de sources"[2].

Bardas apparaît dans l'histoire en 837 comme général en Abkhazie. il est nommé patrice en 843. Exilé à la suite d'une défaite militaire en 844, il réussit à revenir à la cour et à persuader son neveu Michel III de faire assassiner le 20 novembre 855 le tout puissant ministre Théoctiste. Il fait également écarter sa sœur la régente Théodora, qui est dépouillée de son titre d'Augousta en mars 856 et confinée dans un couvent en août ou septembre 857, et il gouverne l'empire en se faisant octroyer les charges de domestique des scholes, magistros, curopalate et enfin de césar le 6 avril 858. Il fait également octroyer à ses deux fils des charges prestigieuses: celle de monostratège à l'aîné et celle de domestique des scholes à Antigonos, le plus jeune.

Il gouverna l'Empire pendant 10 ans. Le patriarche Ignace ayant refusé de procéder à la tonsure de Théodora contre son gré, puis ayant refusé la communion à Bardas pour avoir noué publiquement une liaison avec la veuve de son fils aîné (mort en 857), un comportement assimilé à un inceste par l'Église, Bardas, au mépris des règles canoniques, le fit destituer et remplacer par Photius, un haut fonctionnaire laïc (prôtoasêkrêtis, c'est-à-dire chef de la chancellerie impériale) qui était d'ailleurs de sa parenté. Cet abus produisit un schisme dans l'Église.

Bardas, présidant à une cour aux mœurs très libres, favorisa la culture profane. Plus particulièrement, il permit l'établissement de Léon le Mathématicien et d'autres professeurs d'arts libéraux dans le palais de la Magnaure, à une date incertaine. Cette période, avec les figures de Léon le Mathématicien et de Photius, tous deux protégés de Bardas, fut le vrai début de la Renaissance humaniste byzantine du IXe siècle.

La faveur grandissante de Basile le Macédonien, nouveau favori de son neveu Michel III, lui apparaît comme un danger, mais il n'a pas le temps de réagir et il est assassiné par son rival le 21 avril 866.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Settipani, Continuité des élites à Byzance durant les siècles obscurs. Les princes caucasiens et l'Empire du VIe au IXe siècle, Paris, de Boccard,‎ 2006, 634 p. (ISBN 978-2-7018-0226-8), p. 158 émet l'hypothèse qu'il était un descendant du naxarar Himayeak connu vers 690/705
  2. Nina Garsoïan, "Mamikonean" dans Alexander Kazhdan, Oxford Dictionary of Byzantium, Oxford University Press, 1991, p. 1278–1279

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.