Legio V Alaudae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Legio V Macedonica.

La legio V Alaudae est une légion romaine.

La V Alaudae sous Jules César[modifier | modifier le code]

La legio V Alaudae (des Alouettes, parfois aussi connue comme Legio Gallica) est une légion romaine qui fut formée lors de la Guerre des Gaules par Jules César à ses frais avec des soldats gaulois transalpins[1] en -58 ou en -57[2]. Son emblème officiel était l'éléphant (en raison de sa bravoure face à une charge d'éléphants lors de la bataille de Thapsus, mais les casques des soldats gaulois leur attirèrent ce surnom, d'autant plus que le mot latin alauda venait certainement de la langue gauloise.

Elle fut la première légion à être composée de soldats provinciaux, et non des seuls citoyens romains. César obtint en -56 que la nouvelle légion fût reconnue et payée par le Sénat, et ses soldats reçurent la citoyenneté romaine[3]. Elle combattit aux côtés de César jusqu'en -49, et fut une de ses plus braves légions. Elle l'accompagna ensuite en Espagne[4].

Démobilisation et reconstitution de la V Alaudae[modifier | modifier le code]

Marc Antoine

Après la victoire de César sur les pompéiens, la V Alaudae fut démobilisée comme c’était l’habitude sous la République à la fin d’une guerre. Après l’assassinat de César en -44, Octave et Marc Antoine reformèrent les légions, enrôlant de nouveau les vétérans et reprenant les appellations des anciennes légions, dénominations prestigieuses et qui posaient leurs chefs en continuateurs de César[5].

La V Alaudae fut sous les ordres de Marc Antoine de -41 à -31[6], et participa peut-être à la bataille d'Actium.

La V Alaudae sous L’Empire[modifier | modifier le code]

En 16 av. J.-C. la cinquième légion fut prise dans la clades lolliana, défaite de Lollius face aux Germains sur les frontières nord de la Gaule. La légion y perdit son aigle mais n'en continua pas moins d'exister[7].

Vers 14 ap. J.-C., à la mort d’Auguste, Tacite situe la cinquième légion en territoire ubien près du Rhin et signale son rôle actif dans la révolte des légions de Germanie inférieure : fatigués d’un long et dur service, les soldats massacrent leurs centurions et réclament congés de fin de service et augmentations de solde[8]. Germanicus, soutenu par d’autres légions stationnées en Germanie et restées fidèles, étouffe cette mutinerie en laissant massacrer les meneurs par le reste de la légion, puis mène ses légions, cinquième comprise, dans une facile expédition contre les Germains[9].

En 69 ap. J.-C., la cinquième légion, stationnée en Germaine inférieure, soutient l'usurpation de Vitellius et marche vers l'Italie sous la conduite de Fabius Valens. Dans la plaine du Pô, son attaque vigoureuse contraint à la retraite la XIIIe légion de Othon, et elle prend part à la bataille de Crémone, où l'armée de Vitellius est vaincue par les légions qui soutiennent Vespasien[10].

La V Alaudae disparut dans la deuxième moitié du Ier siècle, vraisemblablement détruite lors de combats. Suétone et Tacite citent l’anéantissement de légions, lors de la rébellion batave de 70 ou lors de guerres danubiennes sous l'empereur Domitien, mais on ignore de quelles légions il s’agissait, et l’on ne peut faire que des hypothèses sur la fin de la V Alaudae : ainsi l’historien Paul Petit suppose avec des réserves que la V Alaudae fut détruite vers 84, ou dans les années suivantes[11].

La V Alaudae aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La V Alaudae fait l'objet de l'attention et des recherches de plusieurs groupes de reconstitution aux États-Unis et en Europe. En France, c'est le groupe Pax Augusta qui a choisi de faire revivre cette unité, en choisissant deux périodes de son existence : la Guerre des Gaules avec des tenues typiquement tardo-républicaines, et le règne d'Auguste.

Un détachement de la V quitte un camp pendant la Guerre des Gaules

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Suétone, Vie de César, 24, 2
  2. M. Rambaud, L'ordre de bataille de l'armée des Gaules d'après les « Commentaires » de César, dans Autour de César, Lyon, 1987
  3. Jérôme Carcopino, Histoire romaine, II. Les Chleus et autres Maures réputés cruels furent remontés à la hâte d'Espagne après la bataille en _56. Ils furent chargés par César de faire ployer les Vénètes sous le joug de Rome. La république romaine de 133 à 44 avant J.-C., II, César, 4e éd., Paris, 1950.
  4. Jules César, Guerre d'Espagne, 23.
  5. Michel Christol et Daniel Nony, Rome et son empire, des origines aux invasions barbares, Hachette, collection HU, 2003, (ISBN 2011455421), p 102-103
  6. Marc Antoine fit frapper des deniers pour ses légions, dont un modèle porte le revers LEG V.
  7. Velleius Paterculus, 2, 97, 1 ; S. Ratti, « À propos de quelques difficultés gromatiques : sur la datation d'Hygin le Gromatique, d'Hygin et sur les mots decuria et pittacium (Hygin 73 Th.) », DHA, 1998, 24-1, p. 125-138 ; ici p. 125-129.
  8. Tacite, Annales, livre I, 31 et 45.
  9. Tacite, Annales, livre I, 51.
  10. Tacite, Histoires, livre I, 61, livre II, 43, livre III.
  11. Paul Petit, Histoire générale de l’Empire romain, Seuil, 1974, (ISBN 2020026775), p. 121 et 124.