Legio XIII Gemina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Legio XIII, appelée Legio XIII Gemina (« légion jumelle ») après 31 av. J.-C., est une des légions romaines les plus connues. Elle fait partie des légions conduites par Jules César lors de ses campagnes en Gaule comme lors des guerres civiles contre les troupes de Pompée. Elle est en outre célèbre pour avoir été la première légion à franchir le Rubicon le 10 janvier de 49 av. J.-C. Son symbole était le lion.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous la République[modifier | modifier le code]

La Legio XIII Gemina fut créée par Jules César en 57 av. J.-C., en vue de la campagne contre la population belge, dans une de ses premières interventions dans les conflits internes aux populations gauloises.

Dès sa constitution, elle participa, durant les guerres galliques (de 58 à 51 av. J.-C.), à la Bataille de la Sambre contre les Nerviens, au siège de Gergovie ; même si les sources ne la citent pas, il est probable qu'elle ait été présente au siège d'Alésia.

Après la campagne en Gaule, le Sénat romain refusa le second consulat à César, l’intimant d’abandonner le commandement des légions et de retourner à Rome pour affronter le jugement du Sénat. Contraint de décider s’il devait abandonner sa carrière politique ou provoquer une guerre civile, César avec sa Legio XIII franchit le Rubicon, marquant ainsi le début de la guerre civile qui l'opposa aux optimates.

La légion resta toujours fidèle à César durant la guerre civile contre la faction sénatoriale menée par Pompée et fut toujours active durant tous les conflits, combattant à la bataille de Dyrrachium (Durazzo) et celle de Pharsale en 48 av. J.-C..

Après la victoire décisive de Pharsale en 48 av. J.-C., la légion fut dissoute et les légionnaires « pensionnés » avec la traditionnelle assignation de terre. La légion fut pourtant rappelée en arme en 46 av. J.-C. pour prendre part à la Bataille de Thapsus et à la Bataille de Munda en 45 av. J.-C. Après cette ultime bataille, César dissout de nouveau la légion avec l’assignation de fermes en Italie.

Durant l'Empire[modifier | modifier le code]

stèle funéraire de Lucius Autius, soldat de la XIII, tribu de l'Anio, né à Fréjus, présenté au Musée archéologique de Saintes.

L'empereur Auguste reconstitua la légion en 41 av. J.-C. pour réprimer le soulèvement mené par Sextus Pompée (fils de Pompée) en Sicile. La Legio XIII fut renforcée avec les légionnaires vétérans provenant d’autres légions après la bataille d’Actium et acquit alors le cognomen Gemina (« gemella », jumelle) justement, appellatif commun pour indiquer les légions constituées à partir de positions d’autres légions[1]. Auguste l'assigna à Burnum (l'actuelle Knin) dans la province de l'Illyrie (aujourd’hui en Croatie), puis en 16 av. J.-C., la légion fut transférée à Emona (actuelle Ljubljana), en Pannonie, où elle dut affronter les rébellions locales. Après la désastreuse Bataille de Teutobourg en 9 ap. J.-C., dans laquelle les Germains anéantirent trois légions romaines, la Legio XIII fut envoyée à Vindonissa, dans la province de Germanie supérieure, pour prévenir d’ultérieures attaques des tribus germaniques.

L'empereur Claude la déplaça de nouveau en Pannonie autour de 45, plus précisément à Poetovio, Ptuj dans l’actuelle Slovénie. Au moment de l’Année des quatre empereurs, la XIII Gemina se mesure en premier avec Othon (empereur romain), puis avec Vitellius, au cours des deux batailles de Bedriac. En 89, à l’occasion des campagnes daciques de Domitien, la Legio XIII Gemina fut transférée à Vienne, puis en Dacie à Alba Iulia, pour contrôler la région. Quand la Dacie fut évacuée, la légion fut repositionnée dans la Dacia Aureliana.

Des Vexillations de la XIII Gemina combattirent sous l’empereur Gallien dans l'Italie septentrionale. L'empereur, pour célébrer la légion, frappa un antoninianus avec le lion de la legio (259-260)[2]. Une autre vexillation était présente dans l’armée Empire des Gaules sous le commandement de Victorinus, qui frappa aussi une monnaie d’or pour célébrer la legio et son emblème[3].

Au Ve siècle, selon la Notitia Dignitatum, la legio tertiadecima gemina se trouvait en Babylonie d'Égypte, une forteresse stratégique sur le Nil, le long de la démarcation traditionnelle qui séparait la haute et la moyenne Égypte, sous le commandement du comte limitis Aegypti, puis sous la domination de l'Empire byzantin[4].

Reconstitution cinématographique[modifier | modifier le code]

  • Une reconstitution de certaines des actions accomplies par la Legio XIII, durant les affrontements entre Jules César et les Optimates menés par Pompée, a été réalisée conjointement par la HBO / BBC / RAI au sein de la série TV Rome.

Note[modifier | modifier le code]

  1. Birley, E.B., A Note on the Title 'Gemina', p. 56-60.
  2. McBride, p. 17.
  3. McBride, p. 26.
  4. Notitia Dignitatum, In partibus Orientis, XXVIII

Bibliographies[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]