Legio IIII Scythica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pièce frappée par Philippe l'Arabe pour son épouse Otacilia Severa. Face, le capricorne, référence à la IVe Scythica, au revers Zeugma, camp de la légion

La Legio IIII Scythica (« du pays Scythe ») était une légion romaine levée vers 42 av. J.-C. par Marc Antoine pour sa campagne contre les Parthes d'où son autre surnom, le cognomen Parthica. La IVe légion Scythe était toujours active en Syrie romaine au début du Ve siècle. Le symbole de la légion était un capricorne.

Origine[modifier | modifier le code]

Les premiers faits d'armes de la légion Scythica sont mal connus quoiqu'il soit vraisemblable qu'elle ait pris part à la campagne de Marc Antoine contre les Parthes. Après la bataille d'Actium et le suicide d'Antoine, Octave déplace la légion vers le Danube en Mésie. Son surnom, apparu sous le règne d'Auguste, suggère qu'elle a également combattu les Scythes. La légion était probablement cantonnée à Viminacium et collaborait avec la Ve légion Macedonica. Outre les affaires militaires, la légion y accomplissait des tâches de génie civil tel que l'entretien des voies romaines. L'empereur Vespasien y a servi dans sa jeunesse.

Campagnes d'Orient[modifier | modifier le code]

Lorsqu'en 58 le roi parthe Vologèse Ier envahit l'Arménie, royaume client de Rome, Néron chargea Gnaeus Domitius Corbulo, le nouveau légat de Cappadoce d'intervenir. Corbulo amena la IVe Scythica de Mésie et, avec la IIIe Gallica, la VIe Ferrata et la Xe Fretensis, défit les Parthes, installant Trigane sur le trône d'Arménie. En 62, la Scythica et la XXIIe Fulminata, commandées par le nouveau légat de Cappadoce, Lucius Caesennius Paetus, furent défaites par les Parthes lors de la bataille de Rhandeia et durent se rendre. Les légions, marquée du sceau de la défaite, fut déplacée du théâtre des opérations vers Zeugma. La légion y sera cantonnée durant tout le siècle suivant.

Durant l'année des quatre empereurs (69), à l'instar des autres légions de l'est de l'empire, la légion Scythica se rangea immédiatement aux côtés de Vespasien. En dépit de ce témoignage de loyauté, la légion ne fut engagée dans aucun combat à cause de sa piètre réputation. Cette réputation est peut-être liée à une autre défaite essuyée quelques années auparavant lors de la première rébellion juive. Au IIe siècle, la légion participa à nouveau à la répression d'une rébellion juive, la révolte de Bar Kokhba avec, cette fois, plus de succès.

Après le IIe siècle[modifier | modifier le code]

La IVe légion Scythica participa à toutes les campagnes du IIe siècle contre l'Empire parthe. Entre 181 et 183, le légat de la légion fut Septime Sévère, qui devint empereur grâce l'appui des légions en 193.

Il n'y a plus de mention de la IVe Scythia dans les sources au-delà de 219, lorsque son commandant Gellius Maximus, s'étant rebellé contre l'empereur Élagabal, se proclame lui-même empereur. Il est exécuté peu après. D'après la Notitia Dignitatum, la IVe légion Scythica était toujours présente en Syrie au début du Ve siècle, cantonnée avec la légion XVI Flavia Firma à Sura, sur les bords de l'Euphrate.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]