Legio III Italica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monnaie de Gallien célébrant la légion III Italica. Au revers, on peut voir la cigogne, emblème de la légion et la légende "leg(io) III Italica VI P(ia) VI F(idelis)

La IIIe légion «Italique» (legio III Italica Gordiana Pia VII Fidelis VII) est une légion romaine formée probablement en 165 ou 166, et dissoute vers la fin du IVe siècle ou le début du suivant. Son emblème est la cigogne.

Formation[modifier | modifier le code]

Formée en 165 ou 166 sur l'ordre de l'empereur Marc Aurèle en vue de la guerre contre les Marcomans, sous le nom initial de III Concordia, sans doute pour souligner le gouvernement harmonieux de Marc Aurèle et du coempereur Lucius Verus. Mais le nom ne s'est pas maintenu, et elle s'est renommée III Italica d'après le recrutement originel de ses soldats.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès sa formation, la légion est cantonnée dans les provinces danubuiennes, sous le commandement du futur empereur Pertinax, comme la I «Adiutrix» et la II «Italica», dans son camp de Regina Castra (Regensburg également nommée Ratisbonne).

En 193 elle soutient Septime Sévère dans son ambition pour le trône contre Didius Julianus, Pescennius Niger et Clodius Albinus. Plus tard, elle participe à la campagne de Sévère contre les Parthes.

En 213, campagne contre les Alamans.

La légion dans l'antiquité tardive[modifier | modifier le code]

Décoration des boucliers des Tertiani Italica, unité comitatenses créée à partir de la légion III Italica, dans la Notitia Dignitatum

En 243 - 244, campagne contre les Sassanidesde l'empereur Gordien III, pour laquelle elle reçoit le titre de Gordiana.

En 253 elle soutient les ambitions de Valérien, et en reçoit le titre Pia Fidelis.

En 260, pour son soutien au fils de Valerien, Gallien, elle reçoit le titre de VII Pia VII Fidelis, mais ce titre s'employant très rarement, cela semble plutôt indiquer une inflation de la distribution de ceux-ci par les prétendants au trône, afin de s'assurer le soutien de légions.

Sans cesser d'être cantonnée à Castra Regina, elle participe à la guerre d'Aurélien contre Zénobie[1].

À la fin du IVe siècle, la légion est divisée en six parties[2] sous le commandement de préfets, dont cinq défendent les gués du Danube, la dernière partie constitue une unité comitatensis qui est envoyée en Illyrie[3] où elle apparaît toujours associée à la légion III Herculia qui fut créée par Dioclétien, probablement en Rhétie.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Zosime, I, 71, 4
  2. Notitia Dignitatum, Occ., XXXV, 17-9, 20-1.
  3. Notitia Dignitatum, Occ., V, 237 ; VII, 53

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • {de} E. Ritterling "Legio", RE, XII, col. 1532-1539.
  • {de} K. Dietz, "Legio III Italica", dans Y. Le Bohec et C. Wolff dir., Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Lyon, 2000, p. 133-143.

Liens externes[modifier | modifier le code]