Legio VI Ferrata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferrata.
Inscription réalisée par un détachement de la légion VI Ferrata et commémorant sans doute la réalisation d'un bâtiment. (AE 1933, 158 ; aujourd'hui au musée d'Haïfa, Israël)

Legio VI Ferrata (Porteuse du fer) était une légion romaine.

Son emblème était le taureau, et parfois la louve.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle fut probablement levée par Jules César en Gaule Cisalpine aux débuts de sa campagne de Gaule en 52 av. J.-C.. Elle servit d'abord contre Vercingétorix à Alésia, puis contre les Carnutes, et fut enfin stationnée en 51/50 av. J.-C. à Orléans. Lors de la guerre entre César et Pompée, elle fut présente sur presque tous les champs de bataille, au service du premier.
Après ces campagnes, César renvoya cette légion en Italie. Il en récompensa ses vétérans en créant la colonie romaine Colonia Iulia Paterna Arelatensium Sextanorum à Arles (Provence) en 46 av. J.-C..

Auguste la fixa définitivement en Syrie, peut-être à Rhaphanea près d'Emèse. Sous Néron elle participa aux campagnes militaires de Corbulon contre les Parthes et l'Arménie.

Au début des années 100, la légion participa aux campagnes de Trajan en Dacie. En 119, la légion fut déplacée dans la province d'Arabie, d'où elle envahit la Judée lors de la révolte des années 130. Elle fixe alors sa garnison dans la province rebaptisée Syrie Palestine. En 145, sous Antonin le Pieux, un détachement de la légion est attesté en Numidie, aux côtés de la légion III Augusta et réalise des travaux routiers dans l'Aurès[1]. En 193, elle soutint Septime Sévère contre Pescennius Niger, ce qui lui valut les surnoms supplémentaires de Fidelis Constans.

Au IIIe siècle, elle était encore en poste dans les provinces orientales. Jusqu'en 2008 on ne connaissait pas d'attestation de son existence après le règne de Philippe l'Arabe si bien que l'on supposait parfois qu'elle avait été vaincue lors de la défaite de Valérien contre les Sassanides en 260. Une inscription publiée en 2008[2] montre que sa garnison avait été en fait déplacée : à l'époque tétrarchique la légion VI Ferrata était installée dans le camp d'Udruh près de Petra.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. P. Morizot, « Vues nouvelles sur l'Aurès antique », CRAI, 1979, 123-2, p. 325 (lire en ligne)
  2. D. Kennedy, H. Falahat, « Castra legionis, a building inscription for the legionary fortress at Udruh near Petra», Journal of Roman Archaeology, 2008, p. 150-169

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • ‏D. L. Kennedy, « Legio VI Ferrata: The Annexation and Early Garrison of Arabia », Harvard Studies in Classical Philology, Vol. 84, (1980), pp. 283-309‏
  • D. Kennedy, H. Falahat, « Castra legionis, a building inscription for the legionary fortress at Udruh near Petra», Journal of Roman Archaeology, 2008, p. 150-169.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]