Legio I Germanica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Legio I Germanica ou légion germaine était une légion romaine[1] levée en 48 av. J.-C. par Jules César au cours de la guerre civile qui l'opposait à Pompée. L'emblème de cette légion, comme la plupart des légions levées par César - sauf la Legio V Alaudae - était un taureau.

La Legio I Germanica participa donc à la guerre civile et combattit à Dyrrachium et à la bataille de Pharsale en -48. Après la mort de César cette légion resta loyale à Auguste. Après 41, Auguste l'utilise dans sa lutte contre Sextus Pompée.De 30 à 16 av. J.-C., elle fut stationnée en Tarraconaise, où ses hommes combattirent les Cantabriens et participant à la construction de la colonie d'Acci en Espagne.

Plus tard la légion se retrouva sur le Rhin et participa aux campagnes de Drusus contre les Germains[2].

L'unité stationna en Germanie Inférieure jusqu'en 69, l'année des quatre empereurs. Après la bataille de Teutoburg, son commandant Lucius Asprenas Nonius a utilisé la legio I Germanica et la legio V Alaudae pour occuper les forteresses de Germanie Inferieure. Après, la I Germanica est en poste à Cologne. Avant 28, elle a été transférée à Bonn. En 21, une unité mixte de la legio XX Valeria Victrix et de la legio XXI Rapax, commandée par un officier de la legio I Germanica, a été envoyé pour réprimer la rébellion de Julius Sacrovir et Julius Florus en Gaule. Avec les autres légions du Rhin, elle participe à la répression de la révolte de Vindex et elle acclama Vitellius empereur après la victoire de Galba. Son commandant, Fabius Valens, jouant un rôle important lors de cette révolte. Cependant Vitellius fut vaincu par Vespasien à Crémone, en Italie.

Pendant ce temps, en Germanie inférieure, les Bataves de Civilis, en 70[2] se révoltèrent. Une force expéditionnaire romaine, composée des restes de la legio V Alaudae et de la legio XV Primigenia, est défaite près de Nimègue et ces deux légions se sont retrouvées assiégées à Xanten. La Legio I Germanica et la Legio XVI Gallica furent envoyées au secours des légions assiégées. Cependant, elles ne suivirent pas le plan et furent elles-mêmes capturées. Aussi, après avoir écrasé la révolte batave, Vespasien décida de ne pas reconstituer cette unité mais de fusionner ses survivants à la VIIe légion de Galba pour constituer la Legio VII Gemina (gemina : jumelle).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Listes des légions du haut empire », sur www.histoiredumonde.net (consulté le 2 décembre 2010)
  2. a et b (fr) « Histoire succincte : Legio I Adiutrix », sur litussaxon.free.fr (consulté le 2 décembre 2010)