Lan-party

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Campus Party, une imposante LAN party qui a eu lieu en janvier 2004 en Espagne

Une LAN party est un évènement rassemblant des personnes dans le but de jouer à des jeux vidéo en utilisant un réseau local.


Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot LAN party vient de l'anglais, où LAN est l'acronyme de local areas network, soit réseau local, et party signifie fête.

Le genre de cet anglicisme n'est pas encore défini dans la langue française. La tendance générale consisterait à dire « un LAN » pour « un réseau » et une « LAN party » ou une « LAN » pour parler d'une fête autour du réseau. Le terme "LANning" tend aussi à apparaître pour décrire l'action même du jeu en réseau local.

Description[modifier | modifier le code]

Une LAN party est un rassemblement éphémère au cours duquel un groupe de participants, ayant chacun un ordinateur attribué (ou une console), joue en réseau local à des jeux vidéo multijoueurs. Ce rassemblement peut durer entre un après-midi et une semaine, mais se déroule généralement du vendredi soir (installation), au dimanche après-midi (remise des récompenses s'il y a).

Les raisons de tels évènements ne sont pas uniquement de pouvoir bénéficier d'un très haut débit pour le jeu. Les participants profitent de ces rassemblements pour rompre la barrière impersonnelle propre aux rencontres sur Internet, et également pour échanger directement des connaissances en informatique.

Sauf dans certains cas particuliers, les joueurs amènent eux-mêmes leur matériel informatique et leurs jeux. Les organisateurs assurent de leur côté la salle, la gestion du réseau et des différents serveurs de jeux.

LAN de différentes tailles[modifier | modifier le code]

Les très petites lan-party ont lieu le plus souvent chez un particulier, on parle souvent dans ce cas de LAN de garage regroupant une dizaine de joueurs au maximum.

Dès que le nombre de participants devient trop élevé, l'évènement a lieu dans de plus grandes salles (telles que des salles de sports, ou des salles des fêtes communales). En effet, un tel réseau prend assez rapidement beaucoup de place et demande une grande puissance électrique.

Les grandes LAN ont pris une telle envergure qu'il faut souvent distinguer les lan-party dites locales, rassemblant des amateurs du jeu vidéo, et celles professionnelles, qui sont de véritables évènements du sport électronique.

Nous pouvons de nos jours compter plusieurs associations en France proposant des grands événements: Gamers Assembly Nexen PxL-Lan Insalan Epsilan Cap Arena

Les jeux pratiqués[modifier | modifier le code]

Dans le cas de petites lan-party, de nombreux jeux seront testés, commentés, du plus simple Counterstrike à la dernière sortie vidéo-ludique qui nécessite un ordinateur très récent. Mais les jeux les plus souvent pratiqués dans les lans sont généralement les mêmes que sur Internet.

Ils appartiennent à trois grandes catégories. Les jeux de tirs subjectifs tout d'abord : Counter-Strike, Day of Defeat: Source, Quake III Arena, Unreal Tournament 2004, Battlefield (2, 2142 ou 3), Enemy Territory: Quake Wars, Call of Duty 4, Call of Duty 2, Call of Duty: Modern Warfare 3, Team fortress 2, Halo 3 (avec la Major League Gaming), Minecraft et Urban Terror en sont les plus importants représentants. Les jeux de stratégie ont également une place importante : il s'agit principalement de Warcraft 3 et de Starcraft II mais Ground Control, League of Legends, Command & Conquer ou Supreme Commander sont également appréciés. Les jeux de courses sont également présents, notamment, la série Trackmania. D'autres jeux plus divers, qui n'entrent dans aucune des trois catégories pré-citées, sont également pratiqués : Pro Evolution Soccer, Frets on Fire en sont des exemples.

On distingue en général les jeux simples, type jeux d'arcade, joués en LAN « pour le fun », et les jeux plus importants, avec un côté technique beaucoup plus poussé, mais qui ne comporte malgré tout qu'un petit nombre de facteurs, qu'il est dès lors indispensable de bien maitriser afin d'avoir un bon niveau de jeu (par exemple, les "strafes" sur le jeu Counter-Strike, qui consistent à se déplacer rapidement à droite et à gauche afin d'éviter un groupement de tirs ; ou bien la technique du "dodge" dans Unreal Tournament, un saut de côté permettant d'éviter les tirs adverses, sans oublier le fameux "Bunny Hop" fréquemment utilisé dans la série des Quake).

Historique[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1980, avant l'apparition de la LAN party, les passionnés d'informatique participaient déjà à des rassemblements internationaux où se tenait des concours de programmation, dans ce qui s'appelle une Démopartie.

Depuis fin des années 1990, le développement d'une lan-party est bien souvent le même : un groupe de passionnés d'informatique et/ou de jeu vidéo se réunit régulièrement chez un particulier afin de s'affronter sur des jeux vidéo multijoueurs. Puis, petit à petit, l'équipe prend de l'expérience, devient une association organisatrice d'évènements électroniques ou une société et ouvre les portes de ses évènements à d'autres joueurs qu'elle ne connait pas. La lan-party est née.

Si les années 1990 ont vu se développer les LAN-party sur PC, les années 2000 auront vu naître les premières LAN-party sur consoles. C'est durant cette période que les LAN "PC" ont réellement pris de l'ampleur en s'ouvrant à un public plus large pendant que les LAN "console", essayant de rattraper leur retard, ont elles aussi grandi en taille et en médiatisation.

Aujourd'hui dans le monde[modifier | modifier le code]

En Suisse[modifier | modifier le code]

  • PolyLAN - Plus grande Lan Party de Suisse à Lausanne se tient 2 fois par année sur le campus de l'EPFL
  • LANERGY - Plus grande Lan Party de l'Arc Jurassien (Berne, Jura, Neuchâtel) se renouvelle chaque année.

En Belgique[modifier | modifier le code]

  • CSCUP, une des plus grandes organisations, active entre 2001 et 2009
  • LANFORCE à Jauche dans le Brabant wallon
  • PLAYLAN
  • LAN UP
  • LUXLAN dans le sud de la belgique

Au Canada[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

  • Gamers Assembly, à Poitiers
  • InsaLan, à Rennes
  • Epsilan, à Lyon
  • Saturne Party à Chelles
  • South Lan Event
  • Cap Arena Lanparty
  • Aixperiencelan, département de la Savoie
  • PxL Lan, à Arles
  • MaxLan, à Epinal
  • Ludus Lan, à Lannoy
  • Team-Azerty, à Vienne
  • Phoebus Lan Party, à Gruissan

Mais aussi Lan'O (Lyon), Gaming Gen (Gardanne) ...

Lan-party pour les amateurs de jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Il y a en moyenne un à deux lan-party d'au moins 100 personnes chaque week-end en France. Ces lans peuvent être orientés amusement ou compétition. Les premières ont des tournois avec moins de participants et leur force réside dans l'ambiance chaleureuse et conviviale, où l'esprit de compétition est présent mais reste faible, alors que les deuxièmes possèdent des tournois avec du "Cash-Prize" pour attirer les grosses équipes et pimenter la compétition. Les joueurs et les organisateurs des petits et gros évènements forment une communauté soudée qui se retrouve pour échanger sur un site dédié à ce phénomène.

Actuellement, en 2010, l'organisation de lan pour joueurs amateurs est un phénomène beaucoup plus répandu en France qu'en Belgique. En Belgique, ce genre d'organisations s'effectue en petits groupes restreints et les organisations plus importantes s'organisent surtout en Flandre.

Lan-party professionnelle[modifier | modifier le code]

Organisée par des sociétés et quelques rares associations, ces évènements ont des répercussions à l'échelle nationale et parfois mondiale. On n'y joue plus, on y pratique l'e-sport, ou sport électronique. Les participants n'y sont plus des joueurs, mais des pro-gamers. Les récompenses n'y sont plus des lots, mais des chèques (jusqu'à 120 000 €).

On peut citer par exemple Lanagame à Nantes qui a réuni 820 joueurs en 2002 ou bien les 1500 participants de la Lan Arena la même année à Paris. Ce dernier événement a permis à la société Ligarena, aujourd'hui Game-Service, de monter une coupe du monde "française", l'ESWC et qui en 4 ans a su se mettre au niveau des compétitions internationales sud-coréennes et américaines. Il ne faut néanmoins pas oublier que les participants pour gérer ces compétitions sont sélectionnés.

Liens externes[modifier | modifier le code]