Command and Conquer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La série Command & Conquer, souvent abrégée C&C, est une série de jeux vidéo de stratégie en temps réel initialement développée par Westwood Studios entre 1995 et 2003, entreprise rachetée par Electronic Arts en 1998. En 2003, Electronic Arts met fin définitivement à l'existence de Westwood Studios l'absorbant dans EA Los Angeles, où les derniers épisodes ont été développés.

L'univers de Command & Conquer est constitué de trois séries distinctes : la série Tibérium, la série Alerte rouge et la série Generals. Le premier jeu vidéo à être sorti est C&C : Conflit du Tibérium en 1995, suivi de C&C : Alerte rouge en 1996, le premier jeu de la dernière série C&C: Generals est quant à lui sorti en 2003. Chacune des séries a été agrémentée de plusieurs extensions et de suites, toutes placées dans la file de tête des meilleurs ventes de jeux de stratégie en temps réel.

La série se distingue par ses cinématiques tournées avec de vrais acteurs (en usant parfois d'images de synthèse).

Série Tibérium[modifier | modifier le code]

La première série Command & Conquer se déroule dans le futur, alors qu'une mystérieuse substance cristalline, le Tiberium, est en train de se répandre sur Terre, et oppose le GDI (Groupement de Défense Internationale), une organisation mandatée par les Nations unies, à la Confrérie du Nod, un puissant groupe occulte aux activités terroristes qui voue un culte à son dirigeant, Kane. Le GDI est le bras armé de l'ONU et dispose d'une grande puissance de feu. Ses armes sont des blindés extra-lourds comme le char mammouth ou le Juggernaut, un bipède triple canon.

Factions[modifier | modifier le code]

La série tibérium est principalement la lutte armée entre les deux forces militaires :

  • La Confrérie du Nod qui est un complexe militaro-industriel proche du terrorisme et une secte dirigée par Kane. Elle effectue, entre autres, des recherches sur le clonage et le génie génétique appliqué aux humains.
  • Le GDI (Groupement de Défense Internationale, « Global Defense Initiative » en anglais) qui est une organisation mandatée par les Nations unies.

À ceux-ci s'ajoute l'intervention de forces extraterrestres et des forces mutantes (des humains que le tibérium a fait muter).

Épisodes[modifier | modifier le code]

Conflit du Tibérium[modifier | modifier le code]

Command & Conquer : Conflit du Tibérium est un jeu de stratégie en temps réel sorti en 1995. Il est développé par Westwood Studios, qui en 1992 développa le jeu Dune II qui mit en place les concepts du genre. Il rencontra un énorme succès dès sa sortie. C'est un des titres majeurs qui a contribué à populariser le genre. C'est aussi la marque de fabrique qui fit la renommée de Westwood Studios.

Conflit du Tibérium améliore le gameplay de Dune II sur plusieurs points. Il introduit des cinématiques qui prennent la forme de briefings où le joueur reçoit ses ordres de missions, ce qui ajoute à la dimension narrative du jeu. L’interface de jeu est améliorée avec notamment la possibilité de sélectionner plusieurs unités pour leur donner un ordre commun. Enfin c'est l'apparition de missions plus élaborées (sauvetage de civils, infiltration…) qui change de l'unique objectif de Dune II consistant à construire une base et à détruire celle de l'adversaire.

Le scénario tourne autour de l'apparition d'une nouvelle source d'énergie, le Tiberium. Ce minerai intéresse la confrérie de NOD. La montée en puissance du NOD inquiète les Nations unies et son bras armé le GDI. Les deux parties ne tardent pas à entrer en guerre.

Soleil de Tibérium[modifier | modifier le code]

En 1999 sort Command & Conquer : Soleil de Tibérium, dont le scénario constitue la suite de Command & Conquer : Conflit du Tibérium. D'autres innovations apparaissent comme le relief et l'éclairage qui change en fonction de la nuit ou du jour. Ce jeu présente aussi un autre système de briefing où le joueur est totalement absent, car on interprète un personnage (Anton Slavic pour le NOD et Mc Neil pour le GDI). Le scénario est aussi plus élaboré.

Renegade[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Command & Conquer: Renegade.

Seul épisode à s'éloigner du jeu de stratégie, Renegade est un jeu de tir subjectif se déroulant dans l'univers du premier Command & Conquer. Le joueur incarne Nick « Havoc » Parker, un ancien agent du Dead-6, une unité spéciale du GDI formée de six soldats d'élites officiellement morts. Havoc est légèrement taquin avec ses officiers, ce qui vaut peut-être au jeu le nom de Renegade.

La partie multijoueur propose un concept novateur par rapport aux autres FPS, le mode « command & conquer ». Ce mode divise les joueurs en deux équipes disposant chacune d'une base militaire et devant la défendre contre l'autre équipe. En fonction des bâtiments disponibles, les joueurs peuvent s'offrir de nouvelles armes et de nouveaux véhicules pour s'attaquer à la base ennemie. La première équipe dont la totalité de sa base est détruite perd la partie.

Les Guerres du Tiberium[modifier | modifier le code]

Les Guerres du Tiberium, le troisième opus de la série, est sorti le 29 mars 2007.

Nous sommes en 2047 et le tiberium s’est propagé sur toute la Terre qui est maintenant divisée en zones correspondant aux niveaux d’infestation de tiberium. Les fertiles zones bleues représentent 20 % de la surface planétaire et sont le dernier refuge du monde civilisé ; les zones jaunes, partiellement habitables, forment la moitié de la surface du globe. La majorité de la population mondiale vit sur ces terres ravagées par la guerre et dévastées par de nombreuses catastrophes écologiques. Les 30 % restants rassemblent des zones inhabitables et détruites par le tiberium, et sont parcourues par des tempêtes d’ions dévastatrices. Les zones rouges sont semblables à l’atmosphère d’une planète extraterrestre.

Kane est de retour aux commandes de la Confrérie du Nod pour lancer une attaque généralisée contre le GDI et les dernières zones bleues de la planète. Mais que prépare réellement le leader prophétique du NOD en provoquant de la sorte un GDI qui ne semble pas saisir grand chose à l'affaire? Un GDI qui semble être devenu le jouet de Kane.

C'est en effectuant chacune des campagnes GDI et NOD que vous pourrez y voir plus clair dans cette intrigue. En effectuant ces deux campagnes, vous débloquerez la campagne cachée des Scrins, une espèce extraterrestre venue sur Terre pour y récolter du Tibérium.

Une extension, Command & Conquer 3 : la Fureur de Kane, est disponible depuis le 26 mars 2008 aux États-Unis, et depuis le 27 mars en Europe. Le joueur incarne légion, une IA hybride similaire à CABAL qui doit aider Kane à reconstruire le Nod et rallier les factions dissidentes du NOD telle que "la main noire". Dans cette extension, de nouvelles unités sont disponibles pour chaque faction, notamment les unités épiques. Outre ces améliorations, chaque camps se voit apporter 2 sous-factions, chacune apportant des nouveautés et spécificités.

Command & Conquer 4 : Le Crépuscule de Tibérium[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Command & Conquer 4.

Le jeu est sorti le 16 mars 2010 aux États-Unis et le 18 mars en France et met le point final à la série Tibérium.

Les graphismes sont une légère amélioration de ceux de Command & Conquer 3 "Les guerres du Tibérium" et "La fureur de Kane" mais l'univers est complètement différent : le jeu se déroule dans un monde en reconstruction, loin des grandes étendues de tibérium issu du précédent opus.

Éléments caractéristiques[modifier | modifier le code]

EVA (« Environnement Virtuel Avancé » ou en anglais « Electronic Video Agent ») est une IA à la voix féminine créé par le GDI qui assiste les commandants dans leurs missions. La personne qui était chargée d'incarner la Voix de EVA est Kia Huntzinger.

Kane, le dirigeant charismatique de la Confrérie de Nod, apparaît dans les épisodes de la série Tibérium ainsi que dans Command & Conquer : Alerte rouge.

Série Alerte rouge[modifier | modifier le code]

La particularité principale de cette série est son scénario qui se construit dans une réalité alternative. L'uchronie commence en 1946, lorsque Albert Einstein met au point une machine à remonter le temps et fait disparaître Adolf Hitler en 1924 pour empêcher la Seconde Guerre mondiale.

Ce changement entraîne une dérive de l'histoire ainsi qu'une dérive technologique ; si bien que ces changements restent relativement mineurs dans le premier opus mais s'accentuent dans le second et, dans le troisième, c'est même Einstein qui est tué par des généraux soviétiques.

Factions[modifier | modifier le code]

La série est une lutte entre deux factions :

  • Les alliées (principalement les États-unis, l'Angleterre, la France et l'Allemagne).
  • L'URSS.

Dans le troisième épisode, une nouvelle faction entre en scène : l'Empire du Soleil Levant.

Épisodes[modifier | modifier le code]

Alerte rouge[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Command & Conquer : Alerte rouge.

Command & Conquer : Alerte rouge (Red Alert en anglais) est un jeu de stratégie en temps réel développé par Westwood Studios et édité par Virgin Interactive en 1996 pour Microsoft Windows puis plus tard sur PlayStation. L'action prend place dans une uchronie de la Seconde Guerre mondialeAlbert Einstein trouve le moyen de remonter le temps pour empêcher la guerre. Mais une fois Adolf Hitler mis hors d'état de nuire, un conflit entre le bloc russe et le bloc allié éclate. Le jeu reprend le principe du premier Command & Conquer, les missions un joueur sont introduites par des séquences vidéo mélangeant images de synthèse et acteurs professionnels. Le joueur joue un camp ou l'autre à travers plusieurs missions réparties sur toute l'Europe. Le mode multi-joueur permet de jouer jusqu'à huit en réseau local ou sur Internet en permettant le choix entre la France, le Royaume Uni, l'Allemagne, l'Ukraine et l'URSS qui ont chacun leurs unités spéciales et des caractéristiques particulières.

À la fin de la campagne soviétique, on voit Staline vous féliciter depuis Buckingham Palace aux côtés de Kane. Ce dernier en profite pour tuer Staline. Ceci constitue le lien entre la série Alerte rouge et la série Tibérium, cette dernière présentant l'histoire avec la victoire soviétique et Alerte rouge 2 après la victoire des alliés.

Il existe trois extensions officielles pour compléter le jeu (plus de 100 cartes en mode escarmouche) :

  • Missions Taïga (avril 1997)
  • Missions M.A.D. (septembre 1997)
  • Mission Tesla (1998) — qui est en fait le regroupement des deux précédents, ajoutant par ailleurs de nouveaux armements de type électrique, comme le tank Tesla ou le soldat Tesla.

Alerte rouge 2[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Command & Conquer : Alerte rouge 2.

Command & Conquer : Alerte rouge 2 est encore un jeu vidéo de stratégie en temps réel, développé par Westwood Studios qui est sorti sur Microsoft Windows en 2000. L'histoire prend place après le premier opus de Alerte rouge où Romanov, placé à la tête de la Russie par les alliés après leur victoire, décide d'attaquer les États-Unis. Le jeu reprend le principe du premier Alerte rouge, il est ainsi possible de choisir parmi l'un des pays suivants: les États-Unis, la Corée du Sud, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, la Libye, l'Irak, Cuba, la Russie, afin de bénéficier d'un avantage particulier. La différence entre les pays est plus flagrante que dans le premier opus de la série, constitué d'une unité spéciale, un nouveau bâtiment ou une nouvelle habileté. Chaque pays est affilié à un camp, Alliés ou Soviétiques, et aux bâtiments et unités de ce camp.

Une seule extension a été développée : La Revanche de Yuri (octobre 2001), dont l'histoire prend place dès la fin de Alerte rouge 2. Elle met en scène l'armée de Yuri, séparée de la Russie et face à la fois aux Alliés et à l'URSS. De nombreuses missions utilisent les voyages dans le temps, une nouvelle unité psychique est disponible, à noter aussi qu'une mission se déroule sur la Lune.

Alerte rouge 3[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Command & Conquer : Alerte rouge 3.

Sept ans après les évènements d'Alerte rouge 2, l'URSS est sur le point d'être vaincue. Alors que les Alliés se préparent à triompher, le colonel Cherdenko décide d'utiliser leur technique révolutionnaire et secrète de voyage temporel. Avec le général Krukov et le savant ayant conçu la machine (A. Zellinsky), ils voyagent en 1924 afin d'éliminer le responsable de l'écrasante supériorité technologique alliée : Albert Einstein (on a même droit à la désormais légendaire poignée de main fatale). Le monde dans lequel ils reviennent est identique excepté que les Alliés se sont fait écraser et ne contrôlent plus que le Royaume-Uni sur le front de l'Europe. Mais ce répit est de brève durée : une communication vient les informer que les troupes soviétiques basées à l'Est se font attaquer par l'Empire du Soleil Levant (le Japon impérial).

Alerte rouge 3 apporte plusieurs nouveautés dont une nouvelle faction, un nouvel espace de jeu (la mer) et de nouvelles unités. Presque tous les bâtiments peuvent être construits sur mer et de nombreuses unités sont amphibies.

L'extension La Révolte apporte quelques nouveautés, telles quatre nouvelles campagnes constituées chacune de quatre scénarios - toutes se situent après la victoire alliée. La première présente le pacification difficile du Japon par les Alliés, la seconde met en scène la résistance menée par les restes de l'Armée Rouge, la troisième présentant les actions des ruines de l'Empire du Soleil Levant se libérant de l'emprise alliée et faisant face aux forces soviétiques décidées à profiter de cette instabilité. La quatrième raconte l'histoire de Yuriko Oméga (jeune Japonaise dotée de pouvoirs psychiques à fins militaires). Il y a quelques nouvelles unités, ainsi qu'une série de défis.

Éléments caractéristiques[modifier | modifier le code]

Tanya Adams est présente tout au long de la série. Elle met son expertise des armes et de la démolition au service des alliés.

Série Generals[modifier | modifier le code]

Cette série n'a aucun lien direct avec les deux autres séries Command & Conquer et se place dans un univers contemporain plus réaliste.

Factions[modifier | modifier le code]

Dans cette série, trois factions s'opposent :

Épisodes[modifier | modifier le code]

Command & Conquer: Generals[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Command & Conquer: Generals.

Sorti en 2003, il s'agit du premier Command & Conquer entièrement en trois dimensions ainsi que du seul à ne pas intégrer de cinématiques en plein écran ; il se distingue également dans ses mécanismes de jeu.

Dans cette série, les États-Unis et la Chine s'allient contre un ennemi commun, la GLA. La guerre se déroule quelques années dans le futur, essentiellement en Asie centrale. Chaque faction possède ses propres caractéristiques : les États-Unis disposent d'une technique avancée et d'une puissante flotte aérienne, la Chine s'appuie sur un grand nombre de troupes et l'arme nucléaire, la GLA emploie plutôt des tactiques de guerilla terroriste.

Une extension, Command & Conquer: Generals - Heure H, est sortie la même année. Outre trois nouvelles campagnes, elle permet notamment à chaque camp de choisir un général parmi trois disponibles, chaque général possédant ses propres capacités spéciales.

Rappelons que le contexte de sortie de ce jeu est la guerre en Afghanistan (2002) et la 2e guerre du Golfe en Irak (2003): De plus, il faut noter que la première mission américaine prend place à Bagdad dans Command and Conquer Generals.

Command & Conquer: Generals 2[modifier | modifier le code]

BioWare et Electronic Arts ont annoncé Command & Conquer: Generals 2 lors des Video Games Awards 2011. Le jeu a ensuite été rebaptisé Command & Conquer tout simplement. Le jeu a finalement été annulé le 29/10/2013[1]. Il aurait dû utiliser le Frostbite Engine 2 et était développé au sein du studio BioWare Victory pour une sortie prévue en 2014, Command & Conquer aurait été un Free-to-play.

Points commun[modifier | modifier le code]

Personnage[modifier | modifier le code]

Dans les trois séries de C&C, un même nom a été systématiquement utilisé : l'officier chargé de transmettre les ordres de l'état-major US au joueur de la campagne américaine est une certaine Eva, qui remplit le même rôle que ses homonymes des deux autres saga.

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Dans Alerte rouge et Generals, on distingue très nettement des équivalences : La Chine équivaut à l'URSS et les USA aux alliés.

Les soviétiques sont basés sur l'attaque et disposent d'armes puissantes : leurs défenses se composent de Tours Tesla magnétiques et de mitrailleuses automatique. Leur technologie mentale permet de connaître les ordres données aux unités par l'ennemi.

Les alliés ont un potentiel plus tactique : un bâtiment qui dévoile la carte au joueur, un autre, appelé Chronosphère, permet la téléportation...

Unités[modifier | modifier le code]

Les soviétiques disposent d'une force de frappe terrible : les unités sont puissantes mais coûteuses (les chars équipés de tesla, les dirigeables, les dévastateurs utilisant les radiations et les chars lourds capables de tirer sur les unités terrestres et aériennes (Apocalypse, Mammouth).

Quant aux alliés, ils disposent d'armes tactique (usant de techniques de camouflage), expérimentale et de grande portée (artillerie, char prisme, unités qui peuvent se téléporter).

Superarmes[modifier | modifier le code]

Dans les 3 séries de Command & Conquer, chaque faction possède sa propre superarme. Celle-ci se présente sous la forme d'un bâtiment ayant sa technologie propre selon la faction dont la portée de tir est illimité. Ce bâtiment se construit généralement en dernier lors de la construction de la base et est le plus coûteux. Chaque superarme a un temps de chargement entre chaque utilisation. Elles sont généralement toutes destructrices, elles peuvent changer le cours de la bataille, chacune ayant ses avantages et particularités.

Dans la série Tiberium, le GDI (Groupement de Défense International ou Global Defense Initiative en anglais) possède en tant que superarme un puissant canon à ions orbital, capable d'anéantir une cible à n'importe quel endroit sur le globe, mais aussi d'assurer une défense A-SAT ou encore d'attaquer des cibles venant de l'espace. Dans le premier volet de la série, la confrérie du NOD possède une base de lancement envoyant un puissant missile se fragmentant avant d'atteindre sa cible.

Dans la série Generals, Les USA utilisent un Canon à particules. Ce puissant laser peut être commandé et déplacé sur le champ de bataille durant sont fonctionnement de quelques secondes. La GLA (Global Liberation Army) possède le Site scud. Ce dernier envoie à l'endroit souhaité une rafale de missiles scuds contenant de l'anthrax. La Chine, quant à elle, dispose d'un Missile nucléaire.

Dans Alerte Rouge 2, les soviétiques disposent du rideau de fer, qui rend quelques unités invulnérables pour un court instant et d'un missile nucléaire. Quant aux alliés, leur superarmes est le Contrôleur météo, pouvant provoquer un orage destructeur et la Chronosphère.

Dans Alerte Rouge 3, les Alliés possèdent en guise de superarme la Chronosphère, qui est un transporteur massif d'unités utilisant la technologie temporelle. Elle permet de transporter instantanément une poignée de véhicules seulement (l'infanterie, elle, sera tuée) à n'importe quelle endroit du champ de bataille. En guise d'arme ultime, ils utilisent le Collisionneur de protons. Cette arme destructrice "plonge une zone dans une réaction en chaîne de fusions moléculaires". Les Soviétiques utilisent toujours le Rideau de fer en guise de superarme. Ce dernier crée une étrange barrière cinétique rendant les véhicules et bâtiments ciblés invulnérables pour une courte durée (l'infanterie, elle, sera tuée). En guise d'arme ultime, les chercheurs soviétiques ont mis au point la Bombe à implosion. Celle-ci aspire tout en son centre avant de tout recracher. L'Empire du soleil levant, quant à lui, dispose en guise de superarme la Nanoruche. Cette dernière envoie des milliards de petits nano-drones sur une zone de votre choix, créant un dôme impénétrable durant quelques instants. En guise d'arme ultime, il possède le Destructeur Psionique. Cette structure utilise 5 clones de Yuriko Omega pour créer des cataclysmes Psioniques plus puissants que n'importe quelle catastrophe naturelle connue.

Gestion des ressources[modifier | modifier le code]

La ressource est unique (bien qu'elle soit parfois disponible sous deux formes plus ou moins concentrée).

Multijoueur[modifier | modifier le code]

Généralement, un mode d'entrainement contre l'ordinateur (escarmouche) est disponible.

Tous possèdent un mode multijoueur par internet : de 2 à 4 joueurs pour les plus anciens, jusqu'à 10 pour les plus récents. Généralement, il s'agit d'un mode free for all basique, mais certains possèdent d'autres modes de jeu (alliance malsaine), ainsi que des campagnes.

Communautés[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs sites de fans. Les sites CnCSaga[2], Time of War[3], traitent par exemple toute la série de Command & Conquer.

Warofgenerals[4] traite de tous les mods en français et fait par des français ainsi que la traduction des mods anglophones sur la série des Command & Conquer Generals et Heure H et tous les autres jeux de la série.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]