La Pagode

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pagode (homonymie).

La Pagode

Description de cette image, également commentée ci-après

Cinéma La Pagode en 1977.

Lieu Paris 7e
Coordonnées 48° 51′ 06″ Nord 2° 18′ 59″ Est / 48.851608, 2.316385 ()
Architecte(s) Alexandre Marcel
Inauguration 1896
Nb. de salles 2
Réseau Art et essai
Format de son Dolby SR
Structure-mère Étoile Cinémas
Site web etoile-cinemas.com

La Pagode est un cinéma indépendant, classé art et essai, situé à l'angle de la rue de Babylone et de la rue Monsieur, dans le 7e arrondissement de Paris. Réputé pour sa salle japonaise et son jardin, c'est un des cinémas des plus insolites de la capitale.

Historique[modifier | modifier le code]

Vue du jardin.

La Pagode fut initialement construite en 1896 par l'architecte Alexandre Marcel. Il s'agit alors d'un cadeau de François-Émile Morin, directeur du grand magasin Le Bon Marché tout proche, à son épouse[1]. Mme Morin y organise de nombreuses réceptions, mais dès l’année de l’inauguration, elle quitte son mari pour son associé, M. Plassard. Les réceptions somptueuses continuent malgré tout jusqu’à la fermeture de la salle en 1927.

Cinéma La Pagode.

Quatre ans plus tard, en 1931, les portes de La Pagode s’ouvrent enfin au public. Le lieu, précurseur du 7e art, devient l’unique cinéma du 7e arrondissement. En 1956, les premières salles art et essai parisiennes sont dotées d’un statut officiel : l’AFCAE. Sous l’impulsion de sa directrice-gérante, Yvonne Décaris, La Pagode devient un haut lieu de la cinéphilie, surtout pour les admirateurs d'Ingmar Bergman et de Sergueï Eisenstein. Jean Cocteau y donne également la première du Testament d’Orphée en 1959.

Dans les années 1960, La Pagode participe à la Nouvelle Vague en programmant François Truffaut, Éric Rohmer, Jacques Rozier. Le jardin est inscrit au titre des monuments historiques par un arrêté du 21 février 1983, tandis que la façade, les toitures et la grande salle sont classés par un décret du 21 août 1990[2].

Données techniques[modifier | modifier le code]

Salle japonaise

  • Capacité : 212 places
  • Taille écran : 6 m × 3 m
  • Scène : 4 m × 1,5 m
  • Son : SR
  • Pellicule : 35 mm
  • Format : scope, 1.85, 1.66, 1.37

Salle 2

  • Capacité : 175 places
  • Taille écran : 6 m × 2,70 m
  • Son : SR
  • Pellicule : 35 mm
  • Format : scope, 1.85, 1.66, 1.37

Équipement vidéo professionnel

  • Projecteur HD : Panasonic DW7000 E (6 000 lumens)
  • Lecteur Béta Sony compact player J 30

Possibilités de diffusion

  • Béta num, sp
  • Lecteur DVD
  • Lecteur Blu-ray
  • Possibilité HDCAM

Films tournés à la Pagode[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Dominique Lesbros, Paris mystérieux et insolite, Romagnat, De Borée,‎ 2005, 396 p. (ISBN 2-84494-340-3), chap. II, (« La pagode de Babylone »), p. 231–235.
  2. « Notice no PA00088680 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. La Pagode de Babylone