Léon Gaumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaumont (homonymie).

Léon Gaumont

Naissance 10 mai 1864
Paris
Décès 9 août 1946 (à 82 ans)
Sainte-Maxime
Pays de résidence Drapeau de la France France
Activité principale
Industriel

Léon Gaumont est un inventeur et industriel français, pionnier de l'industrie du cinéma, né le 10 mai 1864 à Paris, mort le 9 août 1946 à Sainte-Maxime (Var).

Tombe de Léon Gaumont au cimetière de Belleville à Paris

Parcours[modifier | modifier le code]

Léon Gaumont fut à l'origine de la société française de production Gaumont, créée en juillet 1895 sous le nom de L. Gaumont et compagnie, en reprenant la société de matériel optique et photographique, le Comptoir général de photographie, où il était employé. Il fabrique alors des appareils de projection, puis des caméras, dont une caméra réversible, et commercialise le chronophotographe de Georges Demenÿ. Ces appareils sont vendus accompagnés de bandes de démonstration, que réalise la secrétaire de Gaumont, Alice Guy, la première femme réalisatrice.

Dès 1900, Gaumont développe production de films, réseau de salles et de distribution. Parallèlement, il s'intéresse au cinéma sonore et à la couleur. En 1911, le Gaumont Palace de Paris devient la plus grande salle de cinéma du monde, accueillant 3400 puis après aménagements jusqu'à 6000 spectateurs.

En 1930, Léon Gaumont abandonne les rênes de sa société, mise en liquidation en 1934 et reprise en 1938 sous le nom de Société nouvelle des établissements Gaumont.

Léon Gaumont résidait souvent à Sainte-Maxime où il possédait un château, Les Tourelles, construit vers 1883. Cette résidence lui a servi de lieu de réception et de décor pour quelques films dont Judex, réalisé en 1916 par Louis Feuillade en partie à Sainte-Maxime.

Partisan de l'espéranto, il a produit un petit film montrant une leçon de la langue internationale, projeté en 1911 lors du 7e congrès mondial d'espéranto qui s'est tenu à Anvers.

Mort à Sainte-Maxime en 1946, Léon Gaumont est enterré au cimetière de Belleville à Paris. Dans sa tombe se trouve également Mme Léon Gaumont, née Camille Maillard (1859-1933), Gilles Boulouque, ancien magistrat, et P. Boulouque, avocat.

Une avenue Léon-Gaumont existe dans le 20e arrondissement de Paris.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Binant, Au cœur de la projection numérique, Actions, 29, 12-13, Kodak, Paris, 2007.
  • Marie-Sophie Corcy, Jacques Malthête, Laurent Mannoni, Jean-Jacques Meusy, Les Premières Années de la société L. Gaumont et Cie, Afrhc, Bibliothèque du Film, Gaumont, Paris, 1999, Présentation (notice BnF no FRBNF370479052)
  • François Garçon, Gaumont. Un siècle de cinéma, Gallimard, Paris, 1992.
  • Philippe d'Hugues et Dominique Muller, Gaumont, 90 ans de cinéma, Editions Ramsay, Cinémathèque Française, Paris, 1986.
  • Nicolas Seydoux, Cent ans de réflexions, Cent ans de cinéma, 6-15, Gaumont, Neuilly-sur-Seine, 1995.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]