La Famille Fenouillard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Famille Fenouillard (homonymie).

La Famille Fenouillard est une des premières bandes dessinées française parue à la fin du XIXe siècle. Christophe commence en 1889 dans le Journal de la Jeunesse puis dans le Petit Français illustré la publication des premiers épisodes en feuilleton de la Famille Fenouillard. Repris en album dès 1893 chez Armand Colin, la Famille Fenouillard marquera toute une époque par son humour.

Cette critique caustique des mœurs de province met en scène les Fenouillard, bonnetiers à Saint-Rémy-sur-Deule (sis dans le département imaginaire de Somme-Inférieure). Agénor Fenouillard ayant convolé en justes noces avec Léocadie Bonneau, les fruits de leur union furent Artémise, l'aînée et Cunégonde, la cadette. Ils explorent d'abord la Normandie et embarquent malgré eux au Havre pour l'Amérique, rencontrent les Sioux, les trappeurs du détroit de Behring et enfin les Papous. Après un passage par la Perse et l'Égypte, ils finissent par revenir triomphalement à Saint-Remy-sur-Deule.

Ce tour du monde involontaire contraste avec l'immobilisme du savant Cosinus qui, lui, voulait voyager et ne dépassa pas les faubourgs de Paris. La Famille Fenouillard n'ignore pas en ce temps-là le renouveau de la bande dessinée française après les essais trop vite avortés des émules de Rodolphe Töpffer que sont Cham, Nadar et Gustave Doré.

Remarque[modifier | modifier le code]

Dans les toutes premières planches dessinées comprenant la fameuse famille, Fenouillard se nomme Cornouillet et habite Paris. On peut voir ces planches dans quelques albums consacrés à Christophe. Par la suite, celui-ci préféra placer son héros en province et le renommer Fenouillard, sans changer un iota à la composition de la célèbre famille ni aux traits de ses personnages.

Quelques citations[modifier | modifier le code]

  • « La perfide Albion qui a brûlé Jeanne d'Arc sur le rocher de Sainte-Hélène. »
  • « Sachez, mes filles, que nous sommes des atomes jetés dans le gouffre sans fond de l'infini. »
  • « On les y retrouva amaigris mais heureux, ayant trouvé une méthode simple pour l'addition des nombres à un chiffre basée sur le principe de la spirale logarithmique. »

Adaptation[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]