Christophe (auteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colomb et Georges Colomb (missionnaire).

Marie-Louis-Georges Colomb, dit Christophe (Lure (Haute-Saône), 25 mai 1856 - Nyons, 3 janvier 1945) est un des précurseurs de la bande dessinée en France et un biologiste auteur de manuels scolaires.

Christophe est surtout connu pour être l'auteur d'histoires illustrées parues en feuilleton à la fin du XIXe siècle. Très fin observateur de la société, inspiré par les images d'Épinal, il est le créateur de personnages comme le savant Cosinus, le sapeur Camember, La Famille Fenouillard et les lutins Plick et Plock.
Le texte de ses œuvres se caractérise par un vocabulaire extrêmement recherché, et, par ailleurs, riche en allusions culturelles, littéraires, historiques et géographiques autant que scientifiques. Le calembour subtil y a aussi ses droits au service d'un humour parfois loufoque comme dans Les Malices de Plick et Plock, parfois satirique (La Famille Fenouillard), ironique mais toujours tendre.
La notoriété de ses planches ne doit pas faire oublier qu'il a participé pleinement à la vie de son époque. Ami de Jean Jaurès, de Baudrillard et de Tristan Bernard, il fut également botaniste de renom et pédagogue moraliste. Il a donné également des cours particuliers aux enfants Dreyfus à l'époque de l'affaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du principal du collège de la ville de Lure, Eugène Nicolas Colomb, Marie-Louis-Georges est le quatrième enfant de la famille. Il étudie à Besançon. Le milieu de son enfance lui inspirera plus tard les décors du Sapeur Camember. Bachelier ès lettres à 16 ans, ès sciences à 18, il intègre l'École normale supérieure en 1878, où il obtient une licence de mathématiques, de sciences physiques puis de sciences naturelles (parmi ses condisciples figure Henri Bergson). À sa sortie, il épouse Hélène Jacquet en 1882 et enseigne les sciences naturelles au futur lycée Condorcet où il comptera parmi ses élèves le jeune Marcel Proust. En 1884, il est nommé professeur au lycée Faidherbe à Lille dont la cité va fortement l'inspirer pour la famille Fenouillard. Il passe son doctorat de sciences en 1887.

Il complète son revenu par des dessins dans différents journaux et commence à faire paraître en 1889 les premières bandes de la famille Fenouillard, ce qui ne plaît guère à sa hiérarchie (nombreux échanges épistolaires aux Archives Nationales). Il continue ses publications sous le pseudonyme de Christophe (en référence à Christophe Colomb).

De retour à Paris, il est nommé maître de conférences à la Sorbonne, où il termine sa carrière au poste de sous-directeur du laboratoire de botanique. Il est l'auteur de nombreux manuels scolaires en botanique comme en zoologie.

Infatigable enseignant, il donnera des cours au collège Sévigné (Paris) jusqu'à 70 ans.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il se réfugie avec sa famille à Nyons, dans le sud de la Drôme. Il meurt des suites d'une occlusion intestinale. Il est enterré à Asnières-sur-Seine.

Citations[modifier | modifier le code]

  • Sic itur ad astra lui disait chaque année l'homme éminent qui présidait la distribution solennelle des prix. « Oui, m'sieur », répondait Zéphyrin qui, épris de sciences exactes, n'avait rien compris à cette citation littéraire. (L'idée fixe du savant Cosinus)
  • La vie, hélas ! n'est qu'un tissu de coups de poignard qu'il faut savoir boire goutte à goutte; et, je le dis hautement, pour moi le coupable est innocent! (Les facéties du sapeur Camember)
  • Nonobstant, m'sieur l'major, que la discipline mélétaire elle n'est pas subséquente de la chose, j'voudrais vous serrer la pince. (Les facéties du sapeur Camember)
  • Sachez, mes filles, que nous sommes des atomes jetés dans le gouffre sans fond de l'infini. (La famille Fenouillard)
  • Quand la borne est franchie il n'est plus de limites. (La famille Fenouillard, chapitre "au seuil de l'éternité")
  • Je connais Paris comme ma poche. Surtout en voiture, les sens interdits, les impasses, les raccourcis. J'aime les pavés et certains lieux qui m'impressionnent à la manière des surréalistes.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvre dessinée[modifier | modifier le code]

Le lecteur curieux remarquera la neutralisation puis la laïcisation de ses albums ; Artémise et Cunégonde, les deux filles Fenouillard, se marient à l’église : on les voit agenouillées avec le suisse à côté d’elles. Le sapeur Camember sort d'une église (qui pourrait aussi bien être un temple protestant) au bras de l'Alsacienne Victoire mais, quand on arrive au savant Cosinus, son (faux) enterrement est purement civil, comme l’est son mariage à la fin du livre (et pourtant madame Belazor était veuve et non divorcée).

Christophe a aussi illustré de façon très spirituelle des récits délirants dont il n’était pas l’auteur : Le Triomphe de Bibulus, Les Trois Miracles d’Osiris et L’Héritage du Cousin Agathias, multipliant les anachronismes savoureux. (Contes antiques :textes de Ch. Normand, ornementations par Ruty, 1893, Armand Colin Éditeur. Plusieurs rééditions)

Chroniques écrites[modifier | modifier le code]

  • Ric et Rac
  • Le Petit Français illustré
  • Le Jura Français
  • Bibliothèque du Petit français
  • Monographie du Legrincheux d'après les remarques, observations et expériences personnelles de l'auteur, faites en temps de paix comme en temps de guerre, Paris, Armand Colin, 1915, 72 pages (avec une trentaine de vignettes illustrées).

Œuvre théâtrale[modifier | modifier le code]

  • Avec Pierre Humble : Le mariage du savant Cosinus, pièce en trois actes (1928)

Œuvre pédagogique[modifier | modifier le code]

Enseignant, il a su intéresser des générations d'élèves par ses méthodes où le doute, l'esprit d'analyse, l'esprit critique tenaient une large place. Il s'est passionné pour la recherche et la pédagogie moderne, en introduisant le dessin et les illustrations.

Il a publié, chez Armand Colin éditeur, plus de 30 ouvrages didactiques, de vulgarisation scientifique ou de préparation aux examens

  • "Leçons de Choses en 650 gravures", ouvrage traduit à l'étranger,
  • Ouvrages pédagogiques destinés aux futurs instituteurs,
  • Ouvrages pédagogiques destinés aux élèves du secondaire,
  • Travaux, de la main gauche, sur la Guerre des Gaules.

Ouvrages historiques[modifier | modifier le code]

  • La bataille de césar contre Arioviste in Revue Archéologique, 3° série, XXXIII, 1898
  • L'énigme d'Alésia, Armand Colin, 1922
  • Pour Alésia, contre Alisiia, Armand Colin, 1926
  • Vercingétorix, Arthème Fayard, 1945

Divers[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les œuvres dessinées par Christophe sont parues chez Armand Colin qui a fait paraître plusieurs fac-simile des versions originales. Les œuvres dessinées : Les aventures du Sapeur Camember, La Famille Fenouillard et L'Idée fixe du Savant Cosinus ont été publiées à l'origine dans le journal Le Petit Français illustré. La parution sous forme de livre en format à l'italienne a obligé l'auteur à retravailler ses œuvres : nouvelle mise en page, ajout ou retrait de certaines planches, modification de l'ordre des épisodes, réécriture des textes donnent à l'ensemble l'homogénéité et la cohérence qui faisaient souvent défaut dans le périodique.
  • Christophe, Le Baron de Cramoisy, La Famille Fenouillard (inédits), Histoires en images, Ombres, jeux et découpages rassemblés par François Caradec « Les maîtres de la bande dessinée », 1981, Pierre Horay éditeur, (ISBN 2-7058-0109-X)
  • Biographie de Christophe par François Caradec préface de Raymond Queneau. Grasset, 1956. Réédition Pierre Horay éditeur, 1981 Collection Les Singuliers.

Botanique[modifier | modifier le code]

Sous le nom de Georges Colomb, il est également connu comme auteur en botanique et a une abréviation conventionnelle.

Colomb est l’abréviation botanique officielle de Christophe (auteur).
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI