Jugement majoritaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le jugement majoritaire est un mode de scrutin proposé par deux chercheurs français, Rida Laraki et Michel Balinski. C'est une forme de vote par valeurs.

Avec ce mode de scrutin, les électeurs donnent pour chacun des candidats une mention « Excellent », « Très bien », « Bien », « Assez bien », « Passable », « Insuffisant » ou « A rejeter ». Pour chaque candidat, on calcule alors la mention majoritaire définie comme la médiane de ses mentions : c'est la mention qui est telle qu'au moins 50 % des électeurs la trouve valable. Le candidat élu est celui qui obtient la meilleure mention majoritaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Michel Balinski raconta, lors d'un colloque au Collège de France, avoir commencé à étudier la question en 2002, peu avant l'élection présidentielle.

Les premières études universitaires, signées Michel Balinski et Radi Laraki, parurent en 2007. Il fut alors expérimenté à Orsay à l'occasion de l'élection présidentielle française de 2007[1].

En avril 2011, OpinionWay et Terra Nova publient une étude intitulé « Et si la présidentielle de 2012 se déroulait au Jugement Majoritaire ? »[2]. L'institut de sondages offrit de demander aux sondés leur préférence pour la prochaine présidentielle sous le mode du jugement majoritaire, en plus du mode habituel.

Terra Nova recommande d'abandonner le scrutin majoritaire pour adopter le jugement majoritaire comme mode de scrutin pour l'élection présidentielle en France[3].

À l'occasion de la primaire présidentielle socialiste de 2011 puis de l'élection présidentielle française de 2012, le site Slate.fr a développé un outil permettant de tester en ligne le jugement majoritaire[4].

Analyse[modifier | modifier le code]

Contrairement à ce que son nom semble indiquer, le Jugement Majoritaire ne respecte pas le principe majoritaire qui veut que si, entre deux options A et B, une majorité d'électeurs préfère A à B, alors A est choisi. Un contre-exemple simple est le suivant:

Il y a 5 électeurs. Quatre d'entre eux préfèrent A à B: deux indiquent que A est « très bien » et B est « assez bien », et deux indiquent que A est « passable » et B « à rejeter ». Le cinquième électeur préfère au contraire B à A et indique que A est « passable » et B est « assez bien ».

Le calcul du Jugement Majoritaire est alors le suivant:

Pour A, les notes sont: deux « très bien » et trois « passable ». La mention majoritaire de A est donc « passable ». Pour B, les notes sont: deux « à rejeter » et trois « assez bien ». La mention majoritaire de B est donc « assez bien ». La meilleure mention majoritaire étant celle de B, c'est B qui est choisi.

Le choix final est donc contraire au vote de quatre électeurs sur cinq. On peut de plus remarquer que, à part le cinquième électeur, dont la préférence est satisfaite, chacun des autres électeurs aurait gagné à voter « stratégiquement », simplement en exagérant ses préférences: donner une bonne note à A et une mauvaise note à B.

Principe[modifier | modifier le code]

Chaque électeur attribue une note aux candidats (l'échelle des notes a peu d'influence) jugeant de leur capacité à occuper la fonction. Un électeur peut noter identiquement plusieurs candidats. Le candidat élu est celui dont la médiane des notes est la plus élevée.

Exemple : Considérons qu'il y a cinq candidats (A, B, C, D et E) et 21 électeurs. Un électeur peur par exemple voter

A: 4 B: 2 C: 0 D: 4 E: 1

Supposons que le candidat A obtienne la liste de notes suivante (21 notes, car 21 électeurs) :

A: 1, 2, 1, 0, 5, 1, 3, 2, 5, 3, 3, 3, 5, 2, 0, 0, 0, 4, 3, 5, 2

Il y a 21 notes, la médiane est donc la 11e note de la liste ordonnée :

A: 0, 0, 0, 0, 1, 1, 1, 2, 2, 2, 2, 3, 3, 3, 3, 3, 4, 5, 5, 5, 5

Ainsi le candidat A obtient un score de 2.

Le même calcul est effectué pour les autres candidats. Celui dont le score est le plus élevé est élu.


Exemple avec les pourcentages :

Le candidat B obtient le résultat suivant : 0: 19%, 1: 6%, 2: 15%, 3: 20%, 4: 37%, 5: 3%.

On calcule la somme des pourcentages des notes dans l'ordre croissant jusqu'à dépasser les 50% :

Proportion de notes inférieures ou égales à 0 : 19% = 19% Proportion de notes inférieures ou égales à 1 : 19% + 6% = 25% Proportion de notes inférieures ou égales à 2 : 19% + 6% + 15% = 40% Proportion de notes inférieures ou égales à 3 : 19% + 6% + 15% + 20% = 60%

La note pour laquelle on passe d'une somme inférieure à 50% à une somme supérieure à 50% est 3: c'est la médiane recherchée.

On effectue ensuite cette opération pour chaque candidat, est élu celui qui a la meilleure médiane.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Balinski M. and R. Laraki (2007) «Le Jugement Majoritaire : l’Expérience d’Orsay». Commentaire, vol. 30, no. 118, 413-420.
  2. Rida Laraki et Michel Balinski, Rendre les élections aux électeurs : le jugement majoritaire, Terra Nova, coll. « Notes »,‎ 21 avril 2011 (lire en ligne)
  3. Olivier Ferrand, « Réformer l’élection présidentielle, moderniser notre démocratie », Terra Nova,‎ avril 2011 (lire en ligne)
  4. La rédaction de Slate, « Jugement majoritaire: notez les candidats à la présidentielle », Slate.fr,‎ 1er février 2012 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]