OpinionWay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

OpinionWay

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo d'OpinionWay

Création 29 mars 2000
Fondateurs Hugues Cazenave
Benjamin Gratton
Yann Aledo
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan The innovative research company[1]
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Direction Hugues Cazenave (Président)
Activité Études de marché et sondages
Effectif 60 employés (2012)
Site web opinion-way.com
Chiffre d’affaires 7,9 millions d'euros (exercice 2007)
+46 % (2006-2007)

OpinionWay est un institut de sondages politiques et d'études marketing français.

Histoire[modifier | modifier le code]

OpinionWay est une Société par actions simplifiée créée le 29 mars 2000 par trois anciens salariés de l'institut IPSOS : Hugues Cazenave, Benjamin Gratton et Yann Aledo[2].

Les deux premières années de son existence, OpinionWay développe ses activités et ses outils en créant NetFocus, outil d'animation de focus group en ligne. En 2001, la société enregistre un chiffre d'affaires de 700 000 euros.

Après un important fléchissement de ses activités (progression quasi nulle du chiffre d'affaires entre 2001 et 2002[3]), OpinionWay connait une évolution régulière. Cette amélioration de ses résultats lui permet, en 2005, de racheter le société Ballester Consulting[4].

En 2006, OpinionWay diversifie une nouvelle fois ses activités en lançant OmniWay, premier omnibus vidéo en France[4]. En 2007, alors que la société enregistre une forte progression de son chiffre d'affaires (+46 %[5]), ses dirigeants décident de racheter la société TLB[6].

En 2007, OpinionWay publie un livre blanc sur les études en ligne[7]

Chiffre d'affaires[modifier | modifier le code]

Avec 5 440 000 € de chiffre d'affaires, l'institut s'est classé en 2006 au 24e rang des instituts d'études marketing et opinion en chiffre d'affaires, après une 33e place (4 310 000 € de chiffre d'affaires) en 2005[8].

Métiers[modifier | modifier le code]

OpinionWay a développé le mix-méthodologique et mis en avant les nouvelles techniques de recueil de données (NTRD) dans le monde des études[9]. L'institut utilise ainsi la plateforme CAWI de Gide depuis 2000 et le premier institut à avoir fait développer par Gide le NetFocus[10].

OpinionWay exerce son activité dans les domaines suivants :

  • Études marketing
  • Études communication / publicité
  • Études internes et climat social
  • Études de satisfaction de clientèle
  • Études de veille sur Internet
  • Études politiques et opinion
  • Études Business To Business
  • Études qualitatives et quantitatives internationales
  • Études ergonomiques de sites Internet, évaluation d'IHM, tests utilisateurs, Eye tracking
  • Études ethno-marketing (enquêtes vidéos)

OpinionWay est membre du Syntec Études[11], d'Esomar, certifié qualité NF Service AFAQ/AFNOR[12], et soutient la consommation solidaire avec Equitel[13].

Critiques[modifier | modifier le code]

En 2007, Le Canard enchaîné[14] met en doute la sincérité de l'institut de sondage en raison des liens de ses dirigeants avec la droite, rappelant par exemple qu'Hugues Cazenave a été chargé de mission au cabinet de Gérard Longuet[15]. En 2009, Le Canard enchaîné réitère ses critiques, et accuse l'institut de manipulation concernant une enquête publiée par Le Figaro à quelques jours des élections européennes[16]. Le journal Marianne met en évidence le nombre croissant de sondages effectués par OpinionWay pour Le Figaro, généralement classé comme un journal de droite[17].

Dans son livre Ma plus belle histoire, c'est vous, Ségolène Royal accuse plusieurs instituts de sondage (IPSOS, IFOP, CSA ainsi qu'OpinionWay dans les pages 177 à 190) d'avoir été « particulièrement zélés » envers Nicolas Sarkozy durant la campagne présidentielle de 2007. De son côté, OpinionWay rappelle que les résultats de ses enquêtes d'opinion sont identiques à ceux des autres instituts[18]. D'ailleurs, la Commission des Sondages, compétente sur la publication et la diffusion de tout sondage d'opinion ayant un rapport direct ou indirect avec une élection ou un référendum[19], n'a jamais émis d'avis négatif à l'encontre de ses sondages en ligne[20].

Le rapport de la Cour des comptes sur le budget 2008 de la présidence de la République, révèle que sur les 35 études diverses commandées à OpinionWay en 2008 par l'Élysée, au moins 15 d’entre elles avaient fait l’objet de publications dans la presse. Pour un nombre très limité d’entre elles, la version remise à l’Élysée contenait des thèmes ne figurant pas dans la version grand public. Pour les autres études, le document remis à la présidence était identique à celui publié par les organes de presse et, selon la cour, conduisait donc à mettre en doute l’intérêt de telles commandes[21]. Quelques jours après la publication de ce rapport, l'institut de sondage envoie une lettre de trois pages au premier président de la Cour des comptes, Philippe Séguin, qui répondra qu'OpinionWay « n'est aucunement mise en cause par la note de la Cour des comptes » ; l'institut gagne par ailleurs son procès en diffamation contre Marianne[22].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Slogan près du logo
  2. (fr) « OpinionWay » sur Societe.com
  3. (fr) OpinionWay en quelques chiffres
  4. a et b (fr) « OpinionWay crée un omnibus vidéo » sur Emarketing.fr,
  5. OpinionWay en quelques chiffres
  6. (fr) « Opinion Way rachète TLB », Stratégies,
  7. (fr) « Le livre blanc » sur le site officiel d'OpinionWay
  8. (fr) [PDF] « Les 100 premiers Instituts d'Etudes Marketing et Opinion 2006 » sur le site officiel du salon des études marketing, média et opinion
  9. (fr) « Méthode introduction » sur le site officiel d'OpinionWay
  10. (fr) « Références » sur le site officiel de la société informatique Gide
  11. (fr) « OpinionWay » sur le site officiel du Syntec
  12. (fr) [PDF] « Liste des sociétés d'études de marché et d'opinion certifiées », édition n° 2008/5 du
  13. (fr) « La conso solidaire avec OpinionWay » sur le site officiel d'Equitel
  14. Isabelle Barré, « Le sondeur qui tombe à pic », in Le Canard enchaîné n°4528, mercredi 8 août 2007
  15. http://www.archicubes.ens.fr/gene/main.php?base=430&evt=25
  16. « Une cote bien taillée », Le Canard enchaîné n°4623, mercredi 3 juin 2009
  17. « Opinion Way devient Opinion War ! » sur le site du magazine Marianne
  18. étude comparée des résultats des sondages pendant l'élection présidentielle [1]
  19. détail de la loi 77 sur son site: Il est donc impératif que ces enquêtes soient accompagnées de précautions de présentation faisant clairement apparaître qu'il ne s'agit pas de sondages au sens de la loi de 1977 et, par voie de conséquence, appelant l'attention des lecteurs sur la prudence avec laquelle il convient d'en interpréter les résultats.
  20. Avis de la Commission des Sondages
  21. Rapport de la cour des comptes sur le budget 2008 de l'Elysée
  22. Hugues Cazenave, La Guerre des sondages, éditions Michalon, 2011, p. 102.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]