Marthe Hanau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hanau (homonymie).

Marthe Hanau (1er janvier 1886 à Paris - 19 juillet 1935 à la prison de Fresnes) était une femme d'affaires qui fut impliquée dans un important scandale financier. Elle est surnommée « la banquière des années folles ».

L'affaire Hanau[modifier | modifier le code]

Marthe Hanau naquit à Paris le 1er janvier 1886. Ses parents sont de petits commerçants juifs originaires d'Alsace. Elle fut mariée à un homme d'affaires, Lazare Bloch[1], dont elle divorça après la Première Guerre mondiale mais qui resta l'une de ses relations d'affaires.

Elle avait fondé en 1925 une feuille financière, La Gazette du Franc[2], qui s'était rapidement imposée par la qualité de ses collaborateurs et par celle des personnalités du monde économique et politique, dont elle publiait les interviews. Les conseils qu'elle prodiguait aux épargnants en matière de placements boursiers concernaient le plus souvent des actions et obligations de ses propres relations d'affaires, et étaient fréquemment émises par des sociétés à l'activité fictive. Compte tenu de la publicité faite par sa feuille financière, ces titres progressaient, malgré tout. Elle fonda ensuite une agence de nouvelles financières dénommée Agence Interpresse. Elle émit des titres à 8 % de taux d'intérêts. Cependant, elle les acquittait, non sur le bénéfice d'opérations réelles, mais sur le produit de nouvelles souscriptions (schéma dit de Ponzi).

Le système s'écroula à la fin de l'année 1928, éclaboussant les milieux politiques et médiatiques, en particulier cartellistes ; le journal Le Quotidien, principal organe du Cartel des gauches, qui avait affermé sa page financière à Marthe Hanau, ne s'en releva pas. Elle escroqua des milliers de petits épargnants pour un montant de plus de 170 millions de francs[3] (près de 102 millions d'euros[4]).

L'affaire fut découverte à la suite des investigations de l'agence de nouvelles financières et banque rivale, l'Agence Havas qui révéla le fait que certains titres conseillés par La Gazette du Franc et l'Agence Interpresse s'appuyaient sur des activités fictives. Dans un premier temps, Marthe Hanau put faire taire les rumeurs en soudoyant certains hommes politiques. Cependant les preuves s'accumulaient, et la Section financière, alertée notamment par Horace Finaly[5], directeur général de la Banque de Paris et des Pays-Bas, finit par enquêter[3]. Marthe Hanau est arrêtée le 4 décembre 1928. Lazare Bloch, et plusieurs de leurs partenaires d'affaires en décembre 1928. Ils furent accusés d'escroquerie, d'abus de confiance et emprisonnés à la Prison Saint-Lazare.

Après une grève de la faim et une évasion, elle est libérée sous caution. Elle est à nouveau arrêtée et libérée sous caution en 1932. En juillet 1934, Marthe Hanau est condamnée à trois ans de prison ferme. Elle se suicide le 14 juillet 1935, à l'infirmerie de la prison de Fresnes à l'aide d'un tube de barbituriques (Véronal[6]) en laissant ce mot pour ses proches : « J'ai la nausée de cet argent qui m'écrasa ». Elle fut déclarée officiellement décédée le 19 juillet 1935, par l'administration pénitentiaire. Le 29 juillet, elle fut inhumée dans un caveau provisoire du cimetière Sud (Montparnasse). Le temps de construire sa sépulture au cimetière parisien de Bagneux, elle y fut transférée le 3 janvier 1936 à 9h 20[7].

Elle résidait dans son hôtel particulier au 10, rue de la Tourelle à Boulogne-sur-Seine (actuellement dans le département des Hauts-de-Seine).

La position du Canard enchaîné[modifier | modifier le code]

En novembre 1928, le Canard enchaîné rapporta et commenta longuement cette affaire, alimentant la méfiance instinctive envers les pouvoirs politique et économique et leur malsaine complicité. Il fit paraître de fausses interviews des personnalités concernées, des pastiches de la presse (La Gazette du franc devenant La Galette du franc dans ses colonnes), des contes ayant pour thème les liaisons dangereuses, des comptes rendus de livres sur les affaires (pour l'affaire Oustric également), sans oublier de nombreux dessins et même un jeu de l'oie du Canard et du Financier.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Un film de Francis Girod sorti en 1980, La Banquière, avec Romy Schneider, s'inspire de la vie de Marthe Hanau, sous le nom, dans ce film, d'Emma Eckhert.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ' Marthe Hanau ', sur le site melao.free.fr, consulté le 9 décembre 2013
  2. ' La Gazette du Franc ',sur le site scriponet.com, consulté le 22 décembre 2013
  3. a et b ' Le temps des scandales Hanau, Oustric et Stavisky 'sur le site archives.investir.fr, consulté le 22 décembre 2013
  4. ' Conversion Francs 1928 vers Euros ', sur le site leparticulier.fr, consulté le 9 décembre 2013
  5. ' Marthe Hanau ',sur le site lesechos.fr, consulté le 22 décembre 2013
  6. ' Marthe Hanau ',sur le site afmeg.info, consulté le 10 décembre 2013
  7. ' Marthe Hanau ',sur le site tombes-sepultures.com, consulté le 9 décembre 2013

Lien externe[modifier | modifier le code]