Jean Bricmont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Bricmont

Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Bricmont intervenant à une conférence de Noam Chomsky à la Mutualité le 29 mai 2010.

Naissance 12 avril 1952 (62 ans)
Uccle (Belgique)
Nationalité Drapeau de Belgique Belge
Champs groupe de renormalisation et équations différentielles non linéaires
Institutions université catholique de Louvain

Jean Bricmont, né le 12 avril 1952 à Uccle[1], est un physicien et essayiste belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur en sciences, il a travaillé comme chercheur à l’université Rutgers puis a enseigné à l’université de Princeton toutes deux situées au New Jersey (États-Unis). Il est actuellement professeur de physique théorique à l'université catholique de Louvain, dans l'unité de recherche en Géométrie, Physique et Probabilité (GPP) (département de mathématique-physique)[2] et membre de l'Académie royale de Belgique.

Son activité de recherche concerne les méthodes de groupe de renormalisation et les équations différentielles non linéaires[3]. Cette activité lui a valu deux distinctions : le prix J. Deruyts (1996) de l'Académie royale de Belgique, Classe des Sciences et le prix quinquennal FNRS (Prix A. De Leeuw-Damry-Bourlart) (2005)[4].

Défense de la rationalité scientifique[modifier | modifier le code]

Jean Bricmont a écrit avec l'Américain Alan Sokal, Impostures intellectuelles en 1997, qui a fait suite à l'affaire Sokal. Membre du comité de parrainage scientifique de l'Association française pour l'information scientifique (AFIS), il en a été le président de 2001 à 2006 et en est depuis l'un des deux présidents d'honneur (avec Jean-Claude Pecker).

En septembre 2010, Jean Bricmont préside le comité scientifique d'un colloque intitulé « L’esprit d’aventure et le principe de précaution en sciences et en arts » à l'Académie royale de Belgique[5].

Défense de la liberté d'expression[modifier | modifier le code]

En avril 2001, Bricmont publie dans Le Monde diplomatique un article consacré à la défense de Noam Chomsky contre ceux qui l'avaient fustigé pour un supposé soutien au négationniste Robert Faurisson[6].

Il a codirigé avec Julie Franck en janvier 2007 un Cahier de L'Herne consacré à Noam Chomsky[7].

En 2009, il prend publiquement position suite au scandale provoqué par l'ovation accordée à Robert Faurisson au Zenith de Paris en s'étonnant de ce qu'« on requiert un an de prison (avec sursis) contre Dieudonné pour un sketch »[8].

Le 8 septembre 2010, Jean Bricmont et Paul-Éric Blanrue communiquent que Noam Chomsky soutient la pétition[9] pour l’abrogation de la loi Gayssot et la libération du négationniste Vincent Reynouard.

Critique de ses prises de position[modifier | modifier le code]

Sa défense de la liberté d'expression de l'extrême droite radicale lui a valu de vives critiques, tout particulièrement sa pétition pour l'abrogation de la loi Gayssot, notamment de plusieurs collectifs d'extrême gauche[10].

Le politologue spécialiste de l'extrême-droite Jean-Yves Camus souligne quant à lui qu'il existe une nébuleuse « rouge-verte-brune » qui « peut se reconnaître à la fois dans les écrits de son propre camp, dans ceux d'un disciple de Noam Chomsky comme Jean Bricmont et de nationalistes arabes comme René Naba »[11].

Dans un contexte plus général, la sociologue Danielle Bleitrach, en parlant des essais de Bricmont sur le site Le Grand Soir, qualifie ses articles d'« errances antisémites »[12]. Jean Bricmont, face aux attaques de Danielle Bleitrach, parle de diffamation[13].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Avec Alan Sokal, Impostures intellectuelles, Odile Jacob, 1999.
  • Avec Régis Debray, À l'ombre des lumières : Débat entre un philosophe et un scientifique, Odile Jacob, collection Sciences, 2003.
  • Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ?, éditions Aden, 2005[14], 2009 (2e édition).
  • Avec Julie Franck, Chomsky, les cahiers de l'Herne, 2007
  • Avec Hervé Zwirn, Philosophie de la mécanique quantique, Vuibert, 2009
  • Avec Noam Chomsky, Raison contre pouvoir. Le pari de Pascal, L'Herne, Carnets, 2010.
  • La République des censeurs, L'Herne, 2014.

Préfaces, postfaces[modifier | modifier le code]

Contribution à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Avec Diana Johnstone, Les deux faces de la politique américaine, in : L'empire en guerre, éditions le Temps des Cerises, Paris, 2001.
  • La fin de la « fin de l'histoire », et Questions aux « défenseurs des droits de l'homme », in : 11 septembre 2001, La fin de la « fin de l'histoire », éditions Aden, Bruxelles, 2001.
  • L'espoir change-t-il de camp ?, in : Mourir pour McDo en Irak, éditions Aden, Bruxelles, 2004.
  • Du bon usage de la laïcité, sous la direction de Marc Jacquemain et Nadine Rosa-Rosso, 240 p., éditions Aden.
  • Déterminisme, chaos et mécaniques quantiques, in Les Matérialisme et (leurs détracteurs), éditions Syllepse, coll. "Métériologiques", 786p., 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]