Inna Shevchenko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chevtchenko.
Inna Shevchenko
Inna Shevchenko en 2010.
Inna Shevchenko en 2010.

Naissance 23 juin 1990 (24 ans)
Kherson, Flag of Ukrainian SSR.svg RSS d'Ukraine

Inna Shevchenko (en ukrainien : Інна Шевченко, Inna Chevtchenko[1]), née le 23 juin 1990 à Kherson, est une militante féministe ukrainienne. Elle est considérée comme une des fondatrices du mouvement Femen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Inna Shevchenko (gauche) et une autre membre des Femen manifestant contre l'organisation de l'Euro 2012 en Ukraine.

Inna Shevchenko est née le 23 juin 1990 à Kherson en Ukraine[2]. De 2008 à 2012, elle étudie le journalisme à l'université nationale Taras-Chevtchenko de Kiev, dont elle est diplômée avec les honneurs[2], quand elle s'engage dans le mouvement Femen.

Arrivée en France en août 2012 avec un visa touristique, elle obtient l'asile le 9 avril 2013 auprès de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA)[3] alors qu'elle faisait l'objet d'une enquête criminelle par la police de son pays[4] après avoir tronçonné une croix catholique lors d’une manifestation pour protester contre la condamnation des Pussy Riot pour un concert contre Vladimir Poutine dans une cathédrale orthodoxe de Moscou[5]. Cette action a soulevé de très vives protestations en Ukraine, la croix en question ayant été érigée en souvenir des millions de victimes de l'Holodomor et des persécutions soviétiques anti-religieuses[6].

Le 14 juillet 2013, jour de la fête nationale en France, est dévoilé le timbre Marianne de la Jeunesse, dont Inna est une des sources d'inspiration[7] supposée[8]. Selon Olivier Ciappa, c'est son visage qui a « surtout[7] » inspiré le duo de dessinateurs du timbre lors de sa conception[9],[7]. Cette version est contestée par David Kawena, l'auteur graphique du timbre, qui affirme qu'il n'est aucunement inspiré par Inna Shevchenko[10]. Elle réagit alors sur Twitter : « Désormais, tous les homophobes, extrémistes, fascistes devront lécher mon cul pour envoyer une lettre »[7],[11]. À cette occasion, les Femen se réjouissent de ce nouveau « symbole officiel de la France[7] ».

« Marianne, qui est représentée seins nus, en 1789, aurait certainement été une Femen car elle se battait pour les valeurs de la République, la liberté, l'égalité, la fraternité. »

— Olivier Ciappa[7]

Inna Shevchenko est accusée d'islamophobie après un tweet diffusé le 9 juillet 2013 : « Qu'est ce qui peut être plus stupide que le Ramadan ? Qu'est ce qui peut être plus laid que cette religion ? »[12]. Elle supprime par la suite le tweet mais assure « l'assumer entièrement »[12].

Safia Lebdi, considérée comme la cofondatrice[13] avec Inna Shevchenko de la branche française des Femen, a aidé l'association à installer leur centre de formation au quartier de la Goutte-d'Or à Paris[14].

Entre 2012 et 2013, Inna Shevchenko a entretenu une relation sentimentale avec Caroline Fourest. Elle déclare toutefois ne pas être homosexuelle et que cette relation était de nature platonique[15].

Le 1 Decembre, devant l'Ambassade d'Ukraine, Inna, culotte baissè, a uriné sur un photo du President Viktor IanouKovitch.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La transcription française de son nom est Chevtchenko, mais elle n'est que rarement employée par les sources, qui utilisent la transcription anglaise : Shevchenko.
  2. a et b Jeffrey Tayler, « The Woman Behind Femen's Topless Protest Movement - Jeffrey Tayler », The Atlantic,‎ 13 mars 2013 (consulté le 15 juillet 2013)
  3. AFP, « La France accorde l'asile à la chef de file des Femen », M6info.fr, 8 juillet 2013
  4. La police ukrainienne ouvre une enquête criminelle contre Inna Shevchenk o
  5. « Le FEMENisme, un sextrémisme », Médiapart, 21 mars 2013
  6. (en)Marco Levytsky, « Femen’s actions serve only to further Putin’s agenda »,KyivPost.com, 11 septembre 2012
  7. a, b, c, d, e et f AFP, « Timbre : la nouvelle Marianne en partie inspirée… d’une Femen ! », Le Point,‎ 15 juillet 2013 (lire en ligne)
  8. Dépêche AFP
  9. « VIDEO. Le nouveau timbre « Marianne » inspiré d'une Femen », Le Parisien, 14 juillet 2013
  10. Interview de l'avocat de David Kawena
  11. Stéphane Kovacs, « La nouvelle Marianne des timbres postaux est une Femen », Le Figaro.fr, publié le 15 juillet et mis à jour le 16 juillet 2013
  12. a et b Catherine Gouëset, « La Femen timbrée et l'islamophobie » , L'Express.com, 17 juillet 2013
  13. considérée comme la cofondatrice
  14. l'association à installer leur centre de formation au quartier de la Goutte-d'Or
  15. « Caroline Fourest et Inna Shevchenko, une romance militante » par Quentin Girard. Libération, 21 janvier 2014.

Sur les autres projets Wikimedia :