Grand Prix automobile de France 1994

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grand Prix de France 1994

Tracé de la course

Drapeau Circuit de Nevers Magny-Cours

Données de la course
Nombre de tours 72
Longueur du circuit 4,250 km
Distance de course 306,000 km
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher,
Benetton-Ford,
h 38 min 35 s 704
Pole position Drapeau du Royaume-Uni Damon Hill,
Williams-Renault,
min 16 s 282
Record du tour en course Drapeau du Royaume-Uni Damon Hill,
Williams-Renault,
min 19 s 678

Résultats du Grand Prix automobile de France de Formule 1 1994 qui a eu lieu sur le circuit de Magny-Cours le 3 juillet.

Classement[modifier | modifier le code]

Pos Pilote Nationalité Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 5 Michael Schumacher Drapeau de l'Allemagne Allemagne Benetton-Ford 72 1 h 38 min 35 s 704 3 10
2 0 Damon Hill Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Williams-Renault 72 + 12 s 642 1 6
3 28 Gerhard Berger Drapeau de l'Autriche Autriche Ferrari 72 + 52 s 765 5 4
4 30 Heinz-Harald Frentzen Drapeau de l'Allemagne Allemagne Sauber-Mercedes 71 + 1 tour 10 3
5 23 Pierluigi Martini Drapeau de l'Italie Italie Minardi-Ford 70 + 2 tours 16 2
6 29 Andrea de Cesaris Drapeau de l'Italie Italie Sauber-Mercedes 70 + 2 tours 11 1
7 12 Johnny Herbert Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Lotus-Mugen-Honda 70 + 2 tours 19
8 9 Christian Fittipaldi Drapeau du Brésil Brésil Arrows-Ford 70 + 2 tours 18
9 32 Jean-Marc Gounon Drapeau de la France France Simtek-Ford 68 + 4 tours 26
10 4 Mark Blundell Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Tyrrell-Yamaha 67 + 5 tours 17
11 20 Érik Comas Drapeau de la France France Larrousse-Ford 66 Moteur
Abd. 3 Ukyo Katayama Drapeau du Japon Japon Tyrrell-Yamaha 53 Sortie de piste
Abd. 7 Mika Häkkinen Drapeau de la Finlande Finlande McLaren-Peugeot 48 Moteur
Abd. 2 Nigel Mansell Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Williams-Renault 45 Boîte de vitesses
Abd. 27 Jean Alesi Drapeau de la France France Ferrari 41 Collision
Abd. 14 Rubens Barrichello Drapeau du Brésil Brésil Jordan-Hart 41 Collision
Abd. 25 Eric Bernard Drapeau de la France France Ligier-Renault 40 Boîte de vitesses
Abd. 19 Olivier Beretta Drapeau de Monaco Monaco Larrousse-Ford 36 Moteur
Abd. 8 Martin Brundle Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni McLaren-Peugeot 29 Moteur
Abd. 10 Gianni Morbidelli Drapeau de l'Italie Italie Arrows-Ford 28 Collision
Abd. 26 Olivier Panis Drapeau de la France France Ligier-Renault 28 Collision
Abd. 31 David Brabham Drapeau de l'Australie Australie Simtek-Ford 28 Transmission
Abd. 6 Jos Verstappen Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Benetton-Ford 25 Sortie de piste
Abd. 15 Eddie Irvine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Jordan-Hart 24 Boîte de vitesses
Abd. 24 Michele Alboreto Drapeau de l'Italie Italie Minardi-Ford 21 Moteur
Abd. 11 Alessandro Zanardi Drapeau de l'Italie Italie Lotus-Mugen-Honda 20 Moteur
Nq. 34 Bertrand Gachot Drapeau de la France France Pacific-Ilmor Non qualifié
Nq. 33 Paul Belmondo Drapeau de la France France Pacific-Ilmor Non qualifié

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix de France voit le retour à la compétition de Nigel Mansell sur Williams-Renault. Très vite, les Ferrari déçoivent quelque peu. En revanche, les Williams démontrent les progrès réalisés en trustant la première ligne pour la première fois de la saison depuis le Grand Prix de Saint-Marin 1994. Nigel Mansell est second sur la grille derrière Damon Hill et Schumacher s'élance de la 3e position.

Schumacher bondit littéralement de la grille pour prendre le commandement en déposant facilement les deux Williams. Derrière lui, on trouve Hill, Mansell, Alesi, Berger et Irvine. Toutefois, Schumacher ne parvient pas à prendre le large comme il en avait l'habitude lors des courses précédentes. Hill reste assez proche du pilote Benetton et Mansell, harcelé par Alesi et Berger suivent à distance. Irvine a cependant déjà décroché. Tandis que Hill maintient l'écart sous les 2 secondes, Alesi reste très proche du vétéran britannique dont le choix comme pilote titulaire ne fait pas l'unanimité dans la presse comme dans le paddock.

Un duo se forme en tête de la course, suivi d'un second duo tournant à peine moins vite. Au 12e tour, Jos Verstappen qui remplace JJ Lehto chez Benetton, rentre au stand pour changer son aileron avant, après un tout-droit dans la chicane juste avant la ligne des stands : il repart dernier alors qu'il effectuait une jolie course en 11e position. Barrichello s'empare de la 6e place en dépassant son coéquipier Eddie Irvine.

Au 16e tour, Schumacher et Hill possèdent plus de 10 secondes d'avance sur Mansell et Alesi, quand Mansell plonge dans la voie des stands laissant le champ libre à la Ferrari. Après 8 s 4 d'arrêt, le pilote britannique ressort des stands. Dans le tour qui suit, Alesi ravitaille et, après un arrêt plus court que celui de Mansell, s'empare de la troisième place. Devant, profitant de la présence d'attardés, Hill se rapproche et tente une attaque sur Schumacher, sans succès.

Au 25e tour, Schumacher porte son avance à 5 s 8 tandis que Barrichello qui s'est arrêté, est repassé 6e. Seuls les deux leaders ne sont toujours pas repassés aux stands. Derrière eux, Mansell, maintenant suivi de près par Berger qui le presse, repasse aux stands et en sort 6e. En tête, on semble se diriger vers une stratégie à un seul arrêt puisque ni Schumacher ni Hill ne rentrent. Le classement est alors Schumacher - Hill à 7 s 2 - Alesi à 13 s 5 - Berger à 28 s 2. Alesi rentre aux stands pour son second arrêt et Schumacher l'imite au 38e passage, laissant le commandement à Hill. Au 41e tour, Alesi part en tête-à-queue et Barrichello le percute, causant leur abandon. Schumacher se rapproche de plus en plus de Damon Hill et est même dans les roues du Britannique au 42e tour tandis que Berger, soulagé par le double abandon derrière lui, en profite pour rentrer aux stands et en ressortir 4e derrière Mansell.

Au 43e tour, Hill rentre enfin aux stands et rend le commandement à l'Allemand. Deux boucles plus tard, Mansell abandonne et Berger s'assure donc définitivement de la 3e place. Pour son retour, le quadragénaire semble avoir montré ses limites : bien que très proche de son coéquipier en qualification, il fut loin de lui en course. Trois tours plus tard, Häkkinen abandonne, son moteur ayant rendu l'âme. Le classement est alors : Schumacher - Hill - Berger - Frentzen - Martini - De Cesaris. L'Allemand finit par s'imposer une nouvelle fois.

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

  • Pole position : Damon Hill en 1 min 16 s 282
  • Tour le plus rapide : Damon Hill en 1 min 19 s 678 au 4e tour.

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]