Grand Prix automobile de Grande-Bretagne 1994

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Résultats du Grand Prix automobile de Grande-Bretagne de Formule 1 1994 qui a eu lieu sur le circuit de Silverstone le 10 juillet.

Les Ferrari 412Ts de Gerhard Berger et Jean Alesi à Silverstone en 1994

Classement[modifier | modifier le code]

Johnny Herbert sur Lotus à Silverstone en 1994
David Coulthard sur Williams à Silverstone en 1994
Mika Häkkinen sur McLaren à Silverstone en 1994
Pos Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 0 Drapeau du Royaume-Uni Damon Hill Williams-Renault 60 1 h 30 min 03 s 640 1 10
2 27 Drapeau de la France Jean Alesi Ferrari 60 + 1 min 08 s 128 4 6
3 7 Drapeau de la Finlande Mika Häkkinen McLaren-Peugeot 60 + 1 min 40 s 659 5 4
4 14 Drapeau du Brésil Rubens Barrichello Jordan-Hart 60 + 1 min 41 s 751 6 3
5 2 Drapeau du Royaume-Uni David Coulthard Williams-Renault 59 + 1 tour 7 2
6 3 Drapeau du Japon Ukyo Katayama Tyrrell-Yamaha 59 + 1 tour 8 1
7 30 Drapeau de l'Allemagne Heinz-Harald Frentzen Sauber-Mercedes 59 + 1 tour 13
8 6 Drapeau des Pays-Bas Jos Verstappen Benetton-Ford 59 + 1 tour 10
9 9 Drapeau du Brésil Christian Fittipaldi Arrows-Ford 58 + 2 tours 20
10 23 Drapeau de l'Italie Pierluigi Martini Minardi-Ford 58 + 2 tours 14
11 12 Drapeau du Royaume-Uni Johnny Herbert Lotus-Mugen-Honda 58 + 2 tours 21
12 26 Drapeau de la France Olivier Panis Ligier-Renault 58 + 2 tours 15
13 25 Drapeau de la France Eric Bernard Ligier-Renault 58 + 2 tours 23
14 19 Drapeau de Monaco Olivier Beretta Larrousse-Ford 58 + 2 tours 24
15 31 Drapeau de l'Australie David Brabham Simtek-Ford 57 + 3 tours 25
16 32 Drapeau de la France Jean-Marc Gounon Simtek-Ford 57 + 3 tours 26
Dsq. 5 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Benetton-Ford 60 Disqualifié 2
Abd. 24 Drapeau de l'Italie Michele Alboreto Minardi-Ford 48 Moteur 17
Abd. 28 Drapeau de l'Autriche Gerhard Berger Ferrari 32 Moteur 3
Abd. 4 Drapeau du Royaume-Uni Mark Blundell Tyrrell-Yamaha 20 Boîte de vitesses 11
Abd. 20 Drapeau de la France Érik Comas Larrousse-Ford 12 Moteur 22
Abd. 29 Drapeau de l'Italie Andrea De Cesaris Sauber-Mercedes 11 Moteur 18
Abd. 10 Drapeau de l'Italie Gianni Morbidelli Arrows-Ford 5 Moteur 16
Abd. 11 Drapeau de l'Italie Alessandro Zanardi Lotus-Mugen-Honda 4 Moteur 19
Abd. 8 Drapeau du Royaume-Uni Martin Brundle McLaren-Peugeot 0 Moteur 9
Np. 15 Drapeau du Royaume-Uni Eddie Irvine Jordan-Hart 0 Moteur 12
Nq. 34 Drapeau de la France Bertrand Gachot Pacific-Ilmor Non qualifié
Nq. 33 Drapeau de la France Paul Belmondo Pacific-Ilmor Non qualifié

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

L'écart qui sépare Damon Hill en pole position sur la grille de départ de Michael Schumacher est de 3 millièmes de seconde. Derrière eux, Berger précède Alesi, Häkkinen et Barrichello. David Coulthard, qui remplace Mansell, est quant à lui en 7e position.

Pendant le tour de chauffe, Schumacher dépasse Hill par une manœuvre interdite bien que non profitable et n'ayant aucune incidence sur l'issue d'une course. Cette manœuvre jouera un grand rôle sur cette course et même sur la saison. À l'allumage des feux, Coulthard cale et un nouveau départ est donné contraignant le pilote britannique à partir en dernière position. Après le départ, Hill conserve le commandement. Brundle ne fait que quelques mètres et range sa McLaren sur le côté, moteur en feu. Irvine abandonne lui aussi.

Après le premier virage, le classement est : Hill - Schumacher - Berger - Barrichello - Alesi - Verstappen. Très vite, Hill et Schumacher s'échappent tandis que derrière, on reste groupé. Au 5e tour, Morbidelli et Zanardi abandonnent alors qu'en tête, Schumacher se maintient à moins de 2 secondes de Damon Hill. Les 4 pilotes qui les suivent se tiennent en moins de 6 secondes. Coulthard est revenu en 12e place après quelques tours.

Au 8e tour, le classement nous donne : Hill - Schumacher à 1,2 seconde - Berger à 14,2 secondes - Barrichello à 15,1 secondes - Alesi à 17,4 secondes - Verstappen à 20,3 secondes - Häkkinen à 21 secondes - Katayama à 21,5 secondes. Au 10e tour, Blundell passe Panis et s'empare de la 9e position tandis que le Français est sous la menace de Coulthard qui le passe à son tour quelques virages plus loin.

Au 11e tour, De Cesaris abandonne, puis Eric Comas connaît le même sort à la boucle suivante. Il reste alors 20 voitures en course. En tête, le duo commence à revenir sur les attardés et possède plus de 22 secondes d'avance sur le groupe mené par Berger. Au 14e tour, Damon Hill rentre au stand et laisse le commandement au Baron Rouge. 2 boucles plus tard, l'Allemand s'arrête à son tour alors qu'une pénalité lui est infligée pour départ anticipé. Au cours de cet arrêt, l'Allemand ravitaille sa monoplace et viole donc le règlement (sous les conseils de son écurie). À cet instant, Berger, toujours pas repassé par son stand, est en tête. Michael Schumacher, 2e, a profité de son arrêt décalé pour dépasser Hill. Au 19e tour, la pénalité de stop-and-go est finalement supprimée pour le pilote allemand.

Côté piste, Schumacher est dans les échappements de Berger alors que Hill est à 3 secondes. Au 19e passage, le classement est : Berger - Schumacher à 0,46 seconde - Hill à 2,67 secondes - Barrichello à 4,64 secondes. Peu à peu, Hill se rapproche de Schumacher toujours collé à l'aileron arrière de Gerhart Berger. Au 21e tour, Verstappen rentre au stand et, à la boucle suivante, le drapeau noir est présenté à Schumacher qui, là encore, ne respectera pas la sanction infligée. Dans ce même tour, Schumacher porte une attaque sur Berger et passe la Ferrari.

Au 26e passage, le classement est donc : Schumacher - Hill - Alesi (toujours pas rentré au stand) - Häkkinen (non rentré lui non plus) - Berger - Barrichello. Une pénalité de 5 secondes est donnée à Schumacher. Au 29e tour, Alesi et Häkkinen rentrent aux stands pour effectuer leur unique arrêt de ce week-end, une stratégie qui semble payante pour les deux hommes.

Les ralentis nous montrent alors très clairement que Schumacher n'a pas brûlé son départ et beaucoup parlent soit d'une décision prise par la F.I.A. pour maintenir de l'intérêt à ce championnat du monde ou tout simplement d'une manière de sanctionner Benetton dont les fabuleux départs suscitent quelques points d'interrogation.

Au 31e passage, la course a perdu beaucoup d'intérêt, tout du moins pour la première place, puisque le classement nous donne : Hill - Schumacher à 20 secondes - Berger à 34 secondes - Barrichello à 38 secondes - Alesi à 45 secondes - Häkkinen à 53 secondes. Au 32e tour Berger abandonne.

Au 37e tour Hill rentre au stand de même que Schumacher qui est revenu à 15 secondes du pilote anglais. Les deux pilotes ressortent 1er et 2e.

À l'arrivée, Schumacher, 2e, est disqualifié ce qui permet à Alesi de prendre sa place et à Häkkinen de compléter le podium. La FIA ira même plus loin dans la sanction puisque pour non-respect du drapeau noir, Schumacher écopera de deux Grands Prix de suspension.

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

  • Pole position : Damon Hill en 1 min 24 s 960
  • Tour le plus rapide : Damon Hill en 1 min 27 s 100 au 11e tour.

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

  • 5e victoire pour Damon Hill.
  • 73e victoire pour Williams en tant que constructeur.
  • 53e victoire pour Renault en tant que motoriste.