Géographie sociale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La géographie sociale est la branche de la géographie humaine qui étudie les rapports entre sociétés et espaces. Elle décrit et explique les aspects de la vie sociétale qui contribuent à la différenciation du monde.

Parmi les chercheurs spécialisés en géographie sociale, on peut citer Armand Frémont qui a théorisé le concept d'espace vécu, Christophe Guilluy, qui s'intéresse à la dimension spatiale des fractures sociales en France, ou Guy Di Méo, qui a mis en évidence la réalité bi-faciale de l'espace (idéel et matériel), réaffirmé et revendiqué la subjectivité des représentations sociales de l'espace, et étudié le rôle de l'identité collective dans la production des territoires.

La géographie sociale est fortement liée à la sociologie (comme les travaux de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot le montrent), et à la science politique, par l'évocation des rapports de pouvoir qu'elle induit.

Espaces et territoires[modifier | modifier le code]

Concepts d'espaces[modifier | modifier le code]

Dans l'approche de l'espace que la géographie sociale met en avant, ce dernier est à considérer comme une production sociale. L'espace est un produit des sociétés, c'est l'un des postulats que met en avant la géographie sociale. Le « renversement de l'ordre des facteurs » (Renée Rochefort) exprime la volonté de certains géographes de ne plus considérer l'espace seul et premier, déconnecté des sociétés. Il s'agit alors de prendre en compte les rapports complexes et dialectiques entre sociétés et espaces. L'espace est un produit des sociétés qui y vivent et se le représentent, qui le construisent, l'aménagent, se le disputent parfois.

Originalité de la géographie sociale[modifier | modifier le code]

Processus auxquels s'intéresse la géographie sociale :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]