David Harvey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir David Harvey (homonymie).

David Harvey

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

David Harvey

Nom de naissance David Harvey
Activités Géographe, Politique, Urbanisme
Naissance 31 octobre 1935 (79 ans)
Gillingham (Kent)
Langue d'écriture Anglaise
Mouvement Géographie radicale

Œuvres principales

  • Une brève histoire du néolibéralisme (2005)
  • Géographie de la domination (2008)
  • Le Nouvel impérialisme (2010)
  • Paris, capitale de la modernité (2010)
  • Pour lire Le Capital (2012)

Date de publication dans sa version française

David Harvey, né le 31 octobre 1935 à Gillingham, est un géographe britannique, et l'un des chefs de file de la géographie radicale et de la théorie sociale en général.

Biographie[modifier | modifier le code]

David Harvey est né dans le Kent en Angleterre. Il commence son parcours universitaire au département de géographie de l'Université de Cambridge où il obtient son doctorat en géographie (Ph.D) en 1961. Il reçoit alors des influences classiques régionale et historique, qui marqueront sa thèse de doctorat retraçant les changements de localisation de la production de houblon dans le Kent au XIXe siècle. Il devient ensuite maître de conférences à l’Université de Bristol où il s’associe au mouvement quantitatif en géographie. Explanations in Geography, publié en 1969 est un livre unanimement considéré comme un ouvrage majeur qui s’intéresse aux rôles des théories, des hypothèses et de l’usage des mathématiques en géographie.

Immédiatement après la publication de cet ouvrage, Harvey s'installe aux États-Unis pour devenir professeur associé en géographie à l’Université Johns-Hopkins de Baltimore. Baltimore était plus pauvre que Bristol, mais son université plus ouverte intellectuellement que l’Université de Bristol, largement influencée par Peter Haggett et le mouvement pour la géographie quantitative. Petit à petit, Harvey commence à rejeter cette influence en considérant que la géographie et les géographes doivent avant tout chercher à changer le monde. La publication en 1973 de Social Justice and the city est un exemple de ce changement de cap. Ce livre, ancré dans le contexte social de l’époque, se réfère à une vision marxiste pour chercher à comprendre et traiter la question de la pauvreté urbaine et de l'inégalité. Plus tard, à travers d’autres livres, articles (notamment pour la revue Antipode dont Harvey est l'un des premiers contributeurs) et conférences, Harvey a multiplié ses efforts pour développer une perspective marxiste en géographie. The Limits to Capital, publié en 1982 et qu'il considère comme son ouvrage majeur, est une extension de la dimension spatiale de la théorie marxiste du capitalisme, alors que Marx s’était peu intéressé aux questions géographiques. Ce livre allait consacrer David Harvey comme le principal géographe marxiste.

À la fin des années 1980, il retourne en Angleterre, à Oxford, où il publie, en 1989, The condition of Postmodernity, une analyse critique de la montée du postmodernisme. Mais il ne tarde pas à retourner aux États-Unis, à Baltimore en 1993, puis à l’université de la ville de New York. Depuis, il continue d’écrire de nombreux ouvrages, notamment sur l'intérêt et la pertinence du marxisme au XXIe siècle.

Carrière[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Explanation in Geography (1969)
  • Social Justice and the City (1973)
  • The Limits to Capital (1982)
  • The Urbanization of Capital (1985)
  • Consciousness and the Urban Experience (1985)
  • The Condition of Postmodernity: An Enquiry into the Origins of Cultural Change (1989)
  • The Urban Experience (1989)
  • Teresa Hayter, David Harvey (eds.) (1994) The Factory and the City: The Story of the Cowley Automobile Workers in Oxford. Thomson Learning
  • Justice, Nature and the Geography of Difference (1996)
  • Megacities Lecture 4: Possible Urban Worlds, Twynstra Gudde Management Consultants, Amersfoort, The Netherlands, (2000)
  • Spaces of Hope (2000)
  • Spaces of Capital: Towards a Critical Geography (2001)
  • The New Imperialism (2003)
  • Paris, Capital of Modernity (2003)
  • A Brief History of Neoliberalism (2005)
  • Spaces of Global Capitalism: Towards a Theory of Uneven Geographical Development (2006)
  • The Limits to Capital New Edition (2006)
  • The Communist Manifesto- New Introduction Pluto Press (2008)
  • Cosmopolitanism and the Geographies of Freedom (2009)
  • Social Justice and the City: Revised Edition (2009)
  • A Companion to Marx's Capital (2010)
  • The Enigma of Capital and the Crises of Capitalism (2010 Profile Books)
  • Rebel Cities: From the Right to the City to the Urban Revolution (2012)
  • A Companion to Marx's Capital, Volume 2 (2013)
  • Seventeen Contradictions and the End of Capitalism (2014)

Publications en langue française[modifier | modifier le code]

  • Géographie de la domination, Les prairies ordinaires,‎ 2008, 118 p. (ISBN 978-2350960210)
  • Géographie et capital : Vers un matérialisme historico-géographique, Syllepse,‎ 2010, 280 p. (ISBN 978-2849502792)
  • Le nouvel impérialisme [« The New Imperialism »], Les prairies ordinaires,‎ 2010, 241 p. (ISBN 978-2849502792)
  • Le capitalisme contre le droit à la ville : Néolibéralisme, urbanisation, résistances, Amsterdam,‎ 2011, 93 p. (ISBN 978-2354800956)
  • Paris, capitale de la modernité [« Paris, Capital of Modernity »], Les prairies ordinaires,‎ 2011, 530 p. (ISBN 978-2350960517)
  • Pour lire Le Capital [« A Companion to Marx's Capital »], La ville brûle,‎ 2012, 366 p. (ISBN 978-2350960517)
  • Brève histoire du néolibéralisme [« A Brief History of Neoliberalism »], Les Prairies ordinaires,‎ 2014, 320 p. (ISBN 978-2350960883)
  • Villes rebelles. Du droit à la ville à la révolution urbaine [« Rebel Cities: From the Right to the City to the Urban Revolution »], trad. de Odile Demange, Paris, Éditions Buchet/Chastel, 2015, 304 p. (ISBN 978-2-283-02751-6)

Autres articles, publications et conférences[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Castree, N. et D. Gregory (2006), David Harvey: a critical reader. Blackwell: Oxford.