Fraisse-Cabardès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fraisse (homonymie).
Fraisse-Cabardès
Blason de Fraisse-Cabardès
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Saissac
Intercommunalité Communauté de communes du Cabardès Montagne Noire
Maire
Mandat
Guy Jalabert
2014-2020
Code postal 11600
Code commune 11156
Démographie
Gentilé Fraxinois
Population
municipale
111 hab. (2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 19′ 33″ N 2° 16′ 20″ E / 43.3258, 2.2722 ()43° 19′ 33″ Nord 2° 16′ 20″ Est / 43.3258, 2.2722 ()  
Altitude Min. 237 m – Max. 470 m
Superficie 7,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative de l'Aude
City locator 14.svg
Fraisse-Cabardès

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Fraisse-Cabardès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fraisse-Cabardès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fraisse-Cabardès

Fraisse-Cabardès (lat. fraxinus : frêne) est une commune française située dans le département de l'Aude, en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Fraxinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fraïsse-Cabardès, traversée par la route de Carcassonne au Lampy, est situé sur un mamelon de la Montagne Noire en Cabardès, dans l'aire urbaine de Carcassonne. La rivière du Trapel coule à ses pieds.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Fraisse vient de l'occitan Fraisse (Frêne) prononcé "Fraïssé", lui même venant du latin Fraxinum (Frêne). D'après l'Abbé Sabarthès[1] , on trouve mention de Fraxinum fiscum en 870, puis Castrum de Fracxino en 1330. Trente ans plus tard , De Fraxino puis en 1532 Fraissac et enfin en 1781 Fraisse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fraïssé-Cabardès était une des résidences d'été des évêques de Carcassonne.

L'origine de Fraïssé-Cabardès remonte au VIIIe siècle. Il fut donné au IXe siècle par Charles-le-Chauve à Oliba, comte de Carcassonne. Les successeurs d'Oliba le concédèrent à leurs nouveaux évêques de Carcassonne, qui en retinrent la seigneurie jusqu'à la Révolution de 1789.

En 1547, une série d'étranges morts ont eu lieu dont la cause fut attribuée à une bête diabolique. La dernière victime fut un sourd-muet fut tué en tentant de crier à l'aide dans le langage des signes. Cette histoire est encore racontée aux enfants de nos jours.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Fraisse-Cabardès Blason D'or, à deux barres de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Guy Jalabert    
         
1938   Edmond Coste    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 111 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
257 257 315 313 372 375 357 333 334
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
296 289 292 292 284 275 249 240 204
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
208 199 185 160 153 156 163 137 138
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
134 119 68 81 97 109 111 111 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Vin[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • 'L'église paroissiale est dédiée à saint Martin ; sur le pilier de la nef, qui touche aux fonts baptismaux, est gravée la date 1545, année de construction de l'église du XVe siècle dans ses parties anciennes. Cette date a été mal lue par certains qui ont vu 1515. On remarque l'abside, en cul-de-four, de construction récente, XVIIIe ou XIXe siècle ; avec la voûte en plâtre. La nef a trois travées voûtée probablement avec des liteaux recouverts de plâtre, serait de la même époque que l'abside. Les chapelles, deux de chaque côté, ont aussi de fausses voûtes. La porte d'entrée au midi est récente. Le clocher ancien, est formé d'une tour carrée massive, parcée d'ouvertures ogivales géminées et ornées aux quatre coins du sommet de jolies gargouilles à têtes d'animaux. La chapelle de fonts baptismaux se trouve au-dessous. Sa voûte en pierre avec clef de ronde et saillante est soutenue par des ogives également en pierre, qui pénètre dans les arcs formerets. La cuve baptismale en pierre, de l'époque romane, provient d'un édifice antérieur.
  • Le château a été construit par Pierre de la Chapelle Taillefer, vers l'an 1290. Il existait encore, en partie, à la Révolution, bien qu'il ait souffert d'un incendie. Il restait à l'époque une haute tour et une terrasse environnée de grand ormes ; le château s'étendait sur une superficie de 40 m sur 22 m. Il est actuellement entièrement détruit. Il existe au musée de Carcassonne, un médaillon sculpté en pierre portant les armes de Christophe et de Vitalis de Lestang, oncle et neveu, successivement évêques de Carcassonne de 1603 à 1653. Ce médaillon provient du château seigneurial de Fraïssé. Sur la route de Brousses, au tournant en quittant le village, on voit un mur bien appareillé ; gros appareil qui est peut-être un dernier vestige des fortifications qui entouraient le village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique de l'Aude édition 1912, d'après l'abbé Sabarthès curé de Leucate
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011