Villardonnel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villardonnel
Image illustrative de l'article Villardonnel
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Mas-Cabardès
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Cabardès
Maire
Mandat
Daniel Géri
2014-2020
Code postal 11600
Code commune 11413
Démographie
Population
municipale
521 hab. (2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 20′ 10″ N 2° 18′ 44″ E / 43.3361, 2.312243° 20′ 10″ Nord 2° 18′ 44″ Est / 43.3361, 2.3122  
Altitude Min. 193 m – Max. 550 m
Superficie 16,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villardonnel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villardonnel

Villardonnel (Vilardonèl en occitan languedocien) est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Villardonnellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Carcassonne située sur la Méridienne Verte

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Villardonnel Blason D'argent à la lettre V capitale de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1977 Maurice Costis PS  
1977 2008 Jean Miramond PS  
Mars 2008 Août 2008 Yves Guedez vert  
2008 2014 Daniel Géri PCF  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 521 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
582 594 668 699 703 731 703 712 691
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
644 681 683 641 646 614 604 540 534
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
532 565 570 557 567 556 511 475 439
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
355 317 342 331 365 412 515 530 521
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Grotte de Canecaude (cauna cauda "grotte chaude"). Principales périodes chronologiques identifiées: Aurignacien, Magdalénien moyen, Néolithique, Protohistoire, Médiéval[3].
  • Cimetière communal situé sur une colline à une distance assez inhabituelle du village. Il s'y trouve une chapelle carolingienne du IXe siècle Notre-Dame-de-Canabès qui aurait été selon la légende édifiée par Charlemagne. On y trouve aussi la chapelle-caveau de la famille Mahul en assez mauvais état.
  • Dans l'église paroissiale de Saint-Jean-Baptiste (XIIIe siècle) reconstruite en 1520, on peut admirer, auprès de l'autel, des colonnes de marbre rose provenant des carrières de Caunes-Minervois.
  • Au sud de la commune, sur la route conduisant à Salsigne, se trouvent les ruines d'une ancienne mine d'or. Le ruisseau qui coule à cet endroit comporte de magnifiques formations géologiques du type "marmites de géants". Malheureusement, l'accès est peu facile mais le site est unique en son genre. Ces formations sont connues des habitants sous leur nom occitan: Gourg des oules.
  • Au centre du village, au milieu d'un grand parc, se dresse le château de la Famille Mahul, actuellement propriété privée. C'est un ouvrage curieux XIXe siècle faussement néo-gothique.

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : AOC Cabardès.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charle Alexandre, musicien, collectage de musiques et de chansons de la Montagne Noire liées, principalement, à la cornemuse locale: la Boudègue ou Bodega (en occitan) ou Craba (Tarn) et au hautbois du Haut Languedoc: le Graïle
  • Maurice Costis, maire après la Libération, administre la commune pendant de nombreuses années après avoir participé à la résistance.
  • Lucien Milhau, instituteur laïque déplacé par Vichy à Peyriac-Minervois dans les années noires, résistant, il sera par la suite député SFIO jusqu'en 1968.
  • La famille Mahul a été longtemps et jusqu'aux années 1940 l'une des plus influentes du village. Elle y possédait un château de style XIXe siècle baroque (faux gothique) qui existe aujourd'hui bien restauré (sa couleur d'origine est le rose). Elle possédait aussi un important domaine agricole constitué par les fermes de La Royale, Capservy, Le Fourmental, etc.

L'un des membres de cette famille dont le nom est passé à la postérité est Jacques-Alphonse Mahul.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  3. Canecaude I (Grotte de Canecaude I), sur le site aurignacien.com - consulté le 23 octobre 2012

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :