Gregor Braun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gregor Braun
Importez l’image de cette personne
Informations
Nom Braun
Prénom Gregor
Surnom Der Bär von der Weinstraße
(L'Ours de Weinstraße)
Date de naissance 31 décembre 1955 (58 ans)
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Équipe professionnelle
1977-1979
1980
1981
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
Peugeot-Esso-Michelin
Sanson
Famcucine
Safir-Galli-Ludo
Capri Sonne
Vivi-Benotto
La Redoute-Motobécane
Ceramiche Ariostea
Murella-Fanini
AD Renting-IOC
Boccaccio Life-La William
Titanbonifica-Viscontea
Principales victoires
Championnats et Jeux olympiques
médaille d'or, Jeux olympiques Champion olympique de poursuite (1976)
médaille d'or, Jeux olympiques Champion olympique de poursuite par équipes (1976)
Jersey rainbow.svg Champion du monde de poursuite (1977 et 1978)
Jersey rainbow.svg Champion du monde de poursuite par équipes amateurs (1975)
médaille d'or, Europe Champion d'Europe de l'américaine (1978)
MaillotAlemania.PNG Champion d'Allemagne sur route (1978, 1980 et 1983)
Course par étapes
Tour d'Allemagne 1980
1 étape de grand tour
Tour d'Italie (1 étape)

Gregor Braun (né le 31 décembre 1955 à Neustadt an der Weinstraße en Rhénanie-Palatinat) est un coureur cycliste sur piste et sur route allemand. Après avoir représenté l'Allemagne de l'Ouest aux Jeux olympiques de Montréal en 1976, où il a remporté deux médailles d'or, il a été coureur professionnel entre 1977 et 1989. Au cours de cette période, il a été deux fois Champion du monde de poursuite individuelle et a remporté dix courses de six jours. Sur route, il compte 25 victoires, dont trois titres de Champion d'Allemagne et une étape du Tour d'Italie 1983.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gregor Braun débute sa carrière cycliste sur la piste. En 1973, il devient champion d'Allemagne juniors de l'américaine et de la poursuite individuelle, et vice-champion du monde de cette dernière discipline. Dès les catégories de jeunes, il est régulièrement opposé à Dietrich Thurau notamment, son aîné d'à peine un an, donnant lieu à des duels indécis. Les deux hommes comptent ainsi parmi les hommes de base de la célèbre équipe d'Allemagne de poursuite par équipes amateur, surnommée depuis plusieurs années Goldvierer (Quatre d'Or). Alors que Thurau passe professionnel dès 1975, Braun poursuit sa carrière amateur jusqu'aux Jeux olympiques de Montréal. En deux ans, il devient double champion d'Allemagne amateur de la poursuite individuelle et de la course à l'américaine. Ces résultats en font le leader incontournable de l'équipe d'Allemagne, où il côtoie Günther Schumacher, Peter Vonhof et Hans Lutz, tous plus âgés que lui. Cette équipe remporte le titre de champions du monde de poursuite par équipes en 1975, puis le titre olympique l'année suivante à Montréal. Braun remporte également le titre de la poursuite individuelle. Il remporte toutes les médailles de l'Allemagne de l'Ouest en cyclisme, et permet à son pays d'occuper la tête du tableau des médailles de la discipline.

En 1977, Braun passe professionnel dans l'équipe Peugeot-Esso-Michelin. Il remporte deux titres de champion du monde de poursuite individuelle, en 1977 et 1978, et devient champion d'Europe de l'américaine la même année, avec Patrick Sercu. À partir de 1978, Braun se consacre plus largement à la route, courant sur piste principalement l'hiver, à l'occasion des courses de six jours, dont il remporte dix éditions dans différentes villes allemandes.

Sur route, Braun devient champion d'Allemagne dès 1978, et obtient cette année-là ses premières performances sur les classiques, terminant notamment sur le podium du Tour des Flandres et remportant le Grand Prix de Francfort. Au cours des années suivantes, il gagne plusieurs semi-classiques, dont Milan-Vignola et les Trois vallées varésines en 1981, et Kuurne-Bruxelles-Kuurne, mais ne parvient pas à remporter de classique, malgré un podium sur Paris-Roubaix et sur l'Amstel Gold Race en 1982. Il s'illustre aussi sur Paris-Roubaix en 1984 en s'échappant dès le secteur pavé de Wallers-Arenberg, à cent kilomètres de l'arrivée, avec son coéquipier Alain Bondue[1]. Cependant, l'offensive échoue : Braun crève plusieurs fois, et ils sont repris par Seán Kelly à 20 km de l'arrivée.

Sur les courses par étapes, il gagne notamment le Tour d'Allemagne en 1980, succédant à Dietrich Thurau au palmarès, et deux fois le Tour de Sardaigne. Sur le Tour d'Italie 1981, il prend le maillot rose à Ferrare lors de la 2e étape, mais l'abandonne dès le lendemain à son leader, Francesco Moser. Il remporte tout de même une étape de la course, deux ans plus tard. En 1983, Braun remporte pour la troisième fois le championnat d'Allemagne, égalant au palmarès Erich Bautz, Winfried Boelke et Hans Junkermann. Il n'a été rejoint depuis que par Udo Bölts. Braun connaît une fin de carrière difficile, ne remportant aucune victoire après 1983, et met fin à sa carrière en 1989.

Palmarès et résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Championnats du monde juniors[modifier | modifier le code]

Championnat d'Europe[modifier | modifier le code]

Championnats d'Allemagne[modifier | modifier le code]

  • MaillotAlemania.PNG Champion d'Allemagne de la poursuite individuelle juniors : 1973
  • MaillotAlemania.PNG Champion d'Allemagne de l'américaine juniors : 1973
  • MaillotAlemania.PNG Champion d'Allemagne de la poursuite individuelle amateurs : 1975 et 1976
  • MaillotAlemania.PNG Champion d'Allemagne de l'américaine amateurs : 1975 (avec Günther Schumacher) et 1976 (avec J. Franzen)
  • MaillotAlemania.PNG Champion d'Allemagne de l'américaine : 1983 (avec Rinklin)

Six jours[modifier | modifier le code]

Autres victoires[modifier | modifier le code]

  • Nuit de Hanovre : 1977

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 1982 : abandon (7e étape)

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Bouvet, Paris-Roubaix: une journée en enfer, L'Équipe,‎ 2006, 223 p. (ISBN 2915535213, lire en ligne), p. 114

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Gregor Braun, Radfahren mit Gregor Braun,‎ 1979 (ISBN 3767901331)

Liens externes[modifier | modifier le code]