Riccardo Riccò

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Riccardo Riccò
Image illustrative de l'article Riccardo Riccò
Riccardo Riccò lors de la présentation de l'équipe Vacansoleil au début de l'année 2011
Informations
Nom Riccò
Prénom Riccardo
Surnom Le Cobra
Date de naissance 1er septembre 1983 (30 ans)
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Équipe actuelle Meridiana Kamen
Spécialité puncheur-grimpeur
Équipe amateur
2001-2003
2004-2005
Simec Raimondi
Grassi-Marco Pantani
Équipe professionnelle
2006-2007
2008-07.2008
2010-08.2010
09.2010-2010
2011-02.2011
06.2011
Saunier Duval-Prodir
Saunier Duval-Scott
Ceramica Flaminia
Vacansoleil
Vacansoleil-DCM
Meridiana Kamen
Principales victoires
1 classement annexe de grand tour

Jersey white.svg Meilleur jeune du Tour d'Italie 2008
3 étapes dans les grands tours

Tour d'Italie (3 étapes)
Riccardo Riccò en 2007

Riccardo Riccò (né le 1er septembre 1983 à Sassuolo, dans la province de Modène en Émilie-Romagne) est un coureur cycliste italien, professionnel entre 2006 et février 2011. Il est surnommé le « Cobra ». Durant sa carrière, il a été au centre de plusieurs affaires de dopage. Il est expulsé du Tour de France 2008, après un contrôle positif à l'EPO. Fin 2010, il revient à la compétition, mais en février 2011 il est licencié par son équipe Vacansoleil-DCM, après être tombé malade à la suite d'une auto-transfusion. Il risque une suspension à vie ainsi qu'une peine de prison. Il se décrit lui-même comme le nouveau mouton noir du cyclisme[1]. Le 19 avril 2012, le tribunal antidopage italien le reconnaît coupable de s'être fait une auto-transfusion sanguine et le suspend pour 12 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Coureur dans les rangs amateurs au sein de l'équipe GS Simec Raimondi en 2001. Riccardo Riccò remporte en 2003 la Coppa della Pace et une étape du Baby Giro. En fin de saison, il est sélectionné en équipe nationale espoirs, pour participer aux championnats du monde à Hamilton.

Passé dans l'équipe Grassi-Marco Pantani, il remporte en avril 2005 la Semaine cycliste lombarde en s'adjugeant deux étapes, dont un contre-la-montre en côte[2]. Il est approché par l'équipe professionnelle Ceramica Panaria mais la fédération italienne de cyclisme l'interdit de passer professionnel après des tests sanguins anormaux.

Riccardo Riccò fait ses débuts professionnels en 2006 au sein de l'équipe espagnole Saunier Duval-Prodir. Il obtient rapidement de bons résultats. En mars, sur Tirreno-Adriatico, il se classe troisième de la 2e étape, battu par les anciens champions du monde Óscar Freire et Igor Astarloa au sommet de la côte finale à Paglieta[3], puis de la 6e étape[4]. Douze jours plus tard, il signe son premier succès dans sa ville natale, Sassuolo, en devançant notamment Paolo Bettini durant la Semaine internationale Coppi et Bartali[5].

En mai 2007, Riccardo Riccò participe à son premier Tour d'Italie. L'équipe Saunier Duval y impressionne en remportant quatre étapes difficiles avec quatre coureurs différents. Deuxième de la 4e étape derrière Danilo Di Luca, Riccò s'impose lors de la 15e étape aux Trois Cimes du Lavaredo, passant la ligne en compagnie de son coéquipier Leonardo Piepoli, déjà vainqueur d'étape cinq jours auparavant. Il termine l'épreuve à la sixième place du classement général, et à la deuxième du classement du meilleur jeune derrière Andy Schleck.

Après avoir été l'une des révélations de la saison 2007, Riccò se fixe des objectifs ambitieux pour 2008 : il annonce en effet viser la victoire sur les classiques ardennaises et le Tour d'Italie[6].

Il débute sa saison par le Tour d'Andalousie. Discret, il finit 36e du classement général après avoir fini à 7 minutes de Cadel Evans lors de l'étape se concluant par l'ascension vers La Zubia[7]. Il se classe néanmoins troisième au sprint derrière Petacchi et Visconti le lendemain.

Sur la course par étapes Tirreno-Adriatico, qui l'avait révélé l'année précédente, il est cette fois plus malchanceux. Lors de la deuxième étape, alors qu'il dispute la victoire avec 5 coureurs, la roue avant de Linus Gerdemann touche sa roue arrière[8]. Avec plusieurs rayons cassés, il passe la ligne à pied en jetant son vélo et déclare ensuite que sa victoire était certaine, « même sur une jambe[9] ». Il chute le lendemain, perd plus de 15 minutes[10] et termine 95e. Cette chute lui cause une douleur à un muscle fessier droit et le force à renoncer à participer à Milan-San Remo[11].

En mai, il remporte deux étapes sur le Giro, battu au final par l'Espagnol Contador.

Il décide d'exporter son talent et remporte notamment les sixième et neuvième étapes du Tour de France devant des coureurs comme Valverde et Evans, deux favoris du Tour. Il porte également le maillot à pois et devient meilleur jeune jusqu'à son exclusion. En effet, le 17 juillet 2008, le contrôle antidopage qu'il a subi lors du contre-la-montre de Cholet est annoncé positif à l'EPO.

Suspendu 20 mois pour ce contrôle positif et pour fréquentations d'un médecin rayé de la profession, il reprend la compétition lors de la Semaine Coppi et Bartali en mars 2010 dans l'équipe Ceramica Flaminia. Il remporte sa première course depuis son retour de suspension, le 3 avril 2010, sur la 3e étape de la Semaine cycliste lombarde. En janvier 2010, la compagne de Riccardo Riccò, Vania Rossi, est elle aussi contrôlée positive à l'EPO Cera, lors des championnats d'Italie de cyclo-cross, par le CONI. Le contrôle de l'échantillon B est déclaré non positif par la suite.

En fin du mois d'avril 2010, il remporte une étape du Tour du Trentin mais s'incline au général face à Alexandre Vinokourov. Il remporte le Tour d'Autriche en juillet 2010 malgré une chute lors de l'avant-dernière étape lui causant une fracture du nez[12]. Début août, il résilie à l'amiable son contrat avec l'équipe Ceramica Flaminia dans l'optique de participer au Tour d'Espagne 2010. Le 13 août, il est annoncé chez Quick Step[13], mais, le 16 août, il signe un contrat avec Vacansoleil[14]. Il remporte en fin de saison la Coppa Sabatini, signant un doublé avec son coéquipier Marco Marcato.

Il participe au Grand Prix d'ouverture La Marseillaise fin janvier 2011 et termine 7e. Le 19 février, il est licencié par Vacansoleil après les aveux de son auto-transfusion ratée[15]. Le 1er juin 2011, Riccardo Riccò s'engage avec l'équipe continentale croate Meridiana Kamen, alors qu'il était sur le point de signer avec l'équipe Amore & Vita-Conad[16].

Affaires de dopage[modifier | modifier le code]

Chez les amateurs[modifier | modifier le code]

En 2001, il est interdit de championnats du monde de cyclo-cross juniors à cause d'un contrôle sanguin anormal révélant un hématocrite trop élevé[17].

En 2003, il ne prend pas part aux championnats du monde à Hamilton en raison de paramètres biologiques anormaux[18].

En 2005, il est approché par l'équipe professionnelle Ceramica Panaria mais la fédération italienne de cyclisme l'interdit de passer professionnel après que des tests sanguins ont révélé un hématocrite trop élevé. Le dirigeant de l'équipe Saunier Duval-Prodir, Mauro Gianetti lui suggère alors de se rendre à l'Union cycliste internationale afin d'effectuer des tests complémentaires. Ceux-ci révèlent un hématocrite naturellement élevé chez Riccò et l'autorisent à dépasser la limite de 50 %[19],[20].

Chez les professionnels[modifier | modifier le code]

Mise en examen en 2006[modifier | modifier le code]

En avril 2006, il est impliqué dans une affaire de trafic de produits dopants sur la base d'écoutes téléphoniques avec Guido Trenti. Il est mis en examen en avril 2006[21] mais sans suites judiciaires[22].

Positif à l'EPO sur le Tour de France 2008[modifier | modifier le code]

Le 17 juillet 2008, Riccardo Ricco est contrôlé positif à l'EPO lors d'un contrôle subi à l'issue de la 4e étape[23]. Riccardo Riccò, entendu par la gendarmerie de Mirepoix, ne prend pas le départ de la 12e étape et est mis en examen pour « utilisation de substance classée vénéneuse », avant d'être remis en liberté le lendemain, par le parquet de Foix[24]. L'équipe Saunier Duval décide par suite de se retirer de l'épreuve puis de licencier Riccò et son coéquipier Leonardo Piepoli, vainqueur d'étape à Hautacam, pour « violation du code éthique de l'équipe[25] ».

Le 30 juillet, il est entendu par le Comité national olympique italien (CONI) et avoue s'être dopé, mettant fin à son déni des accusations portées à son encontre jusqu'à ce jour[26]. En octobre, le CONI prononce à son encontre une suspension de deux ans, soit jusqu'au 30 juillet 2010. Outre le contrôle positif pour lequel il écope d'une suspension de 18 mois, le comité lui reproche d'avoir eu recours aux services du docteur Carlo Santuccione, impliqué dans l'affaire Oil for Drug et interdit d'exercice de la médecine dans le cadre sportif[27].

Le 17 mars 2009, le TAS réduit sa suspension de 4 mois pour avoir collaboré. Riccò est donc suspendu 20 mois à compter du 18 juillet 2008, et jusqu'au 18 mars 2010[28].

Le 30 juillet 2009, l'Union cycliste internationale annule la décision du TAS de réduire la suspension de Riccardo Ricco de 4 mois. Finalement, le 22 octobre, l'UCI accorde cette réduction de suspension[29].

Le 9 février 2010, il est condamné, par le parquet de Modène, à 5 710 euros d'amendes[30].

Son procès pour « utilisation de substance classée vénéneuse » au parquet de Foix s'ouvre le 26 mai 2010[31]. Il devait être convoqué le 29 juin 2010. Mais, il ne viendra pas[32]. Malgré son absence, il est condamné à 2 mois de sursis et à 3 000 euros d'amende[30]. Ricco fait appel de cette décision en invoquant le fait qu'il a déjà eté condamné pour cette infraction[33]. Son appel est entendu par la cour d'appel de Toulouse le 19 octobre 2011. Et elle confirme la condamnation du parquet de Foix. L'avocat de Ricco a rétorqué que le coureur a déjà été condamné par le Tribunal de Modène et par conséquent, il ne peux pas être jugé une seconde fois pour la même infraction. Ces arguments ont été rejeté par la Fédération française de cyclisme, établit en partie civile car Ricco n'avait pas été sanctionné pour avoir importé des produits dopants, seulement pour en avoir consommé. Le 22 novembre 2011, Ricco est condamné à deux mois de prison avec sursis et à 3 000 euros d'amende par la cour d'appel de Toulouse[34].

Opération Cobra Rouge en 2010[modifier | modifier le code]

Le 1er octobre 2010, des comprimés non identifiés ont été saisis lors d'une opération de police au domicile de Ricco, selon La Gazzetta dello Sport. Le 21 septembre 2010, cinq personnes avaient été arrêtées dans le cadre d'une enquête antidopage, dont Enrico Rossi, le sprinteur de l'équipe Ceramica Flaminia et surtout frère de Vania Rossi, ex-fiancée de Ricco. La police avait notamment fouillé la maison de Ricco. Les enquêteurs ont trouvé une cinquantaine de comprimés, dont certains émiettés, qui vont être expertisés par la justice italienne.

Auto-transfusion en 2011[modifier | modifier le code]

Riccardo Riccò est admis à l'hôpital de Modène le 7 février 2011 en fin d'après-midi, dans un état très sérieux. Les médias parlent d'une insuffisance rénale et d'une embolie pulmonaire[35]. Par peur pour sa vie, il admet à son médecin qu'il s'est auto-transfusé son propre sang qu'il gardait dans son réfrigérateur depuis 25 jours. Il encourt une peine de prison et la radiation à vie[36]. Il est licencié de l'équipe le 19 février 2011[15].

À la suite de sa signature dans une équipe continentale croate il est suspendu par la Fédération italienne de cyclisme pour préserver sa santé et par le Comité National Olympique Italien qui décide de le suspendre le 10 juin 2011 en lui interdisant de s'aligner sur une compétition internationale[37].

Le 5 août 2011, sa suspension provisoire est prolongée d'un mois[38].

Le 5 septembre 2011, les témoignages et les expertises confirment que Riccardo Ricco a bien subi une transfusion sanguine[39].

Il est entendu par le CONI le 14 septembre[40]. Le 12 octobre, le CONI demande une suspension de 12 ans[41].

Il est également entendu par le parquet de Modène le 27 octobre 2011. Lors de son audience, l'Italien a affirmé qu'il s'était auto-transfusé du fer avant de faire un malaise et d'être reçu à l'hôpital. En effet, il a présenté avec son avocat des documents datant de janvier signifiant qu'il avait un manque de fer dans son organisme. Une ordonnance suggérant la prise de "trois gouttes de fer de Ferlixit" par semaine aurait aussi été apportée par la défense selon la Gazzetta dello Sport. Il risque une peine de prison[42].

Le 19 avril 2012, le tribunal antidopage italien le suspend de toutes compétitions pour 12 ans[43]. Cette peine est confirmée le 1er mars 2013 par le Tribunal arbitral du sport. (TAS).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

2 participations

  • 2006 : 97e du classement général
  • 2008 : exclu pour dopage, arrivé premier lors des 6e et 9e étapes, il sera ensuite disqualifié de ces étapes pour cause de dopage

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

2 participations

  • 2007 : 6e du classement général et vainqueur de la 15e étape
  • 2008 : 2e du classement général, Jersey white.svg vainqueur du classement du meilleur jeune, vainqueur des 2e et 8e étapes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A lire absolument SO FOOT présente PEDALE
  2. (en) Stage 2 - April 7: Casazza - Colle Gallo ITT, 6.6 km, Cyclingnews.com, 7 avril 2008.
  3. (en) « Oscar the cat is back, Cricket Bettini crashes out in race lead », Cyclingnews.com, 10 mars 2008.
  4. (en) « Bertagnolli gets it », Cyclingnews.com, 13 mars 2008.
  5. (en) « Riccò exorcises his demons; overall to Cunego », Cyclingnews.com, 25 mars 2008.
  6. (en) « Riccò aims for Ardennes Classics and Giro », Cyclingnews.com, 2 janvier 2008
  7. (en) « Evans takes early win », Cyclingnews.com, 18 février 2008.
  8. (en) « Illiano blasts back », Cyclingnews.com, 13 mars 2008.
  9. (en) « Riccò misses and relaunches », Cyclingnews.com, 14 mars 2008
  10. (en) « Joaquím Rodríguez howls on Montelupone », Cyclingnews.com, 14 mars 2008
  11. (en) « Riccò skips Milano-Sanremo », Cyclingnews.com, 21 mars 2008
  12. « Ricco vainqueur », sur lequipe.fr,‎ 11 juillet 2010 (consulté le 27 juillet 2010)
  13. Riccò chez Quick Step
  14. « Ricco chez Vacansoleil », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ août 2008 (consulté en 18 août 2010)
  15. a et b Les aveux de Riccardo Ricco lui auront coûté sa place
  16. « Ricco signe finalement au Team Meridiana », sur www.cyclismactu.net, Cyclism'Actu,‎ juin 2011 (consulté en 1er juin 2011)
  17. Cyclisme - 18/07/2008 - Tour de France, Dopage, Cobo, Riccò, Legeay, AG2R,...
  18. (en) «  Italian U23 World's candidate “unsuitable” », Cyclingnews.com, 26 septembre 2003.
  19. (en) « Riccardo Riccò: too much like Pantani? », Cyclingnews.com, 2 juin 2007.
  20. (en) « Professional Racer's Details - RICCO Riccardo », site officiel de l'équipe Saunier Duval (consulté le 18 juillet 2008).
  21. « Dopage - Riccò et Trenti en cause », L'Équipe, 21 avril 2006.
  22. « Riccardo Riccò “le cobra” ne mordra plus », Le Temps, 18 juillet 2008
  23. « TDF - Riccò positif ! », L'Équipe, 17 juillet 2008.
  24. Ricco mis en examen
  25. « Dopage - Riccò et Piepoli licenciés », dépêche de l'Agence France-Presse, sur le site du journal L'Équipe, 18 juillet 2008.
  26. « Cyclisme - TDF - Dopage - Riccò a avoué », L'Équipe, 30 juillet 2008.
  27. « Dopage - Riccò suspendu deux ans », sur lequipe.fr,‎ 2 octobre 2008 (consulté le 4 octobre 2008)
  28. « Riccò reviendra en mars », sur lequipe.fr,‎ 26 juin 2009 (consulté le 2 juillet 2009)
  29. (en) « UCI reduces Riccò's suspension back to 20 months », sur cyclingnews.com,‎ 22 octobre 2009 (consulté le 22 octobre 2009)
  30. a et b Ricco : 2 mois de sursis et 3 000 euros d'amende
  31. Foix. R.Ricco sera jugé aux portes du Tour 2010
  32. Après sa sanction sportive, Ricco devant la justice française
  33. Ricco fait appel
  34. Ricco condamné en appel
  35. Ricco hospitalisé dans un état sérieux
  36. Ricco la rechute dans le dopage
  37. Ricco interdit de compétitions internationales
  38. Suspension prolongée pour Ricco
  39. Ricco : transfusion confirmée
  40. Riccardo Ricco devant le CONI le 14 Septembre
  41. Le CONI demande 12 ans de suspension
  42. Riccardo Ricco entendu au parquet de Modène
  43. Ricco suspendu 12 ans

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :