Cénotaphe (Londres)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Cénotaphe
Image illustrative de l'article Cénotaphe (Londres)
Présentation
Nom local The Cenotaph
Type Cénotaphe
Architecte Edwin Lutyens
Date de construction 19 janvier 1920- 11 novembre 1920
Dimensions 11 mètres
Destination initiale Défilé de la Victoire de 1919
Destination actuelle Mémorial
Géographie
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Localité Londres
Localisation
Coordonnées 51° 30′ 10″ N 0° 07′ 34″ O / 51.502667, -0.12613951° 30′ 10″ Nord 0° 07′ 34″ Ouest / 51.502667, -0.126139  

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Le Cénotaphe

Géolocalisation sur la carte : Grand Londres

(Voir situation sur carte : Grand Londres)
Le Cénotaphe

Le Cénotaphe est un mémorial situé dans le quartier du Whitehall à Londres. Il était au départ une structure temporaire érigée pour un défilé de la paix à la fin de la Première Guerre mondiale mais suite à un élan de patriotisme, il fut remplacé par une structure permanente et désignée par le Royaume-Uni comme mémorial de la guerre officiel. Imaginée par Sir Edwin Lutyens, la structure permanente fut construite en pierre de Portland entre 1919 et 1920 par la firme Holland, Hannen & Cubitts et prit la place du cénotaphe temporaire en bois et plâtre. Chaque année, une commémoration a lieu sur le site lors du Remembrance Sunday, le dimanche le plus proche du 11 novembre. Des copies de ce cénotaphe existent ailleurs au Royaume-Uni, au Canada, en Nouvelle-Zélande, aux Bermudes et à Hong Kong.

Origines[modifier | modifier le code]

Défilé de la victoire à Paris le 14 juillet 1919 et le catafalque temporaire près de l'arc de Triomphe.

Le premier Cénotaphe était une structure en bois et en plâtre imaginée par Sir Edwin Lutyens et érigée en 1919[1]. Il faisait partie des nombreuses temporaires érigées pour le défilé de la victoire du 19 juillet 1919 à Londres qui marquait formellement la fin de la Première Guerre mondiale, le traité de Versailles ayant été signé le 28 juin 1919[2],[3]. Comme plusieurs structures de bois devant être placées le long de l'itinéraire suivi par le défilé, il ne fut décidé de le construire que 2 semaines avant le défilé. Suivant les délibérations du Comité pour les Célébrations de Paix, Luytens fut invité au 10, Downing Street. Là, le premier ministre britannique, David Lloyd George proposa que le monument serait un catafalque, comme celui construit près de l'Arc de Triomphe pour le défilé de la Victoire français, mais Luytens proposa à la place un cénotaphe[4].

La structure temporaire en bois et plâtre avait la même forme que l'actuelle structure en pierre, et consistait en un "pylône" qui se rétrécissait par paliers jusqu'à une tombe vide (le cénotaphe proprement-dit) à son sommet. Les couronnes disposées à chaque extrémités et au sommet étaient faites de lauriers plutôt que de pierre sculptée comme c'est le cas aujourd'hui. Il fut placé entre le Foreign Office et la Richmond House. Son inauguration (décrit dans The Times comme "calme" et "non officiel") a eu lieu la veille du défilé. Pendant le défilé, le cénotaphe temporaire fut salué par les commandants alliés dont John Pershing, Ferdinand Foch, Douglas Haig et David Beatty. Après le défilé, la base du monument fut recouverte de fleurs et de couronnes par le public. La pression de le conserver fut si forte que le War Cabinet décidé le 30 juillet 1919 qu'un mémorial permanent devait remplacer la version en bois et serait désigné monument officiel commémoratif de la guerre[3]. L'annonce fut faite le 23 octobre 1919 qu'une version en pierre de Portland serait construite comme une réplique exacte en tous points de la structure temporaire[5].

Conception[modifier | modifier le code]

L'idée d'un cénotaphe fut peut-être inspirée à Luytens par une structure du jardin qui lui était familier de la paysagiste Gertrude Jekyll, « Le cénotaphe de Sigismunda »[4]. Il fut construit en pierre de Portland entre 1919 et 1920 par la firme Holland, Hannen & Cubitts[2],[6].

Il ne comporte aucune décoration excepté les couronnes sculptées à chaque extrémité et une plus petite au sommet. Les mots "The Glorious Dead" sont inscrits sous les 2 couronnes des extrémités. Au-dessus de ces couronnes sont également inscrites en chiffres romains les dates de la Première Guerre mondiale (MXMXIV - MXMXIX). Les couronnes des extrémités mesurent 1,5 mètre de diamètre et celle située au sommet 1,1 mètre[5].

Les faces verticales du cénotaphe ne sont pas parallèles, mais si elles étaient prolongées, elles se croiseraient à 300 mètres au-dessus du sol. De même, les surfaces horizontales sont en fait des sections d'une sphère dont le centre se trouverait à 270 mètres sous terre[7].

Ce renflement, nommé entasis en architecture, n'était pas présent dans la structure temporaire et fut ajouté par Luytens lors de la conception de la structure définitive[4]. Il mesure 11 mètres de haut et pèse 120 tonnes[5].

Les architectes renoncèrent à leurs honoraires pour la conception du cénotaphe dont la construction coûta 7325 livres sterling de l'époque (estimé en 2010 à 255,332 livres soit environ 315 000 euros)[5],[8]. La construction débuta le 19 janvier 1920.

Inauguration[modifier | modifier le code]

Le mémorial fut inauguré par le Roi Georges V le 11 novembre 1920, lors du second anniversaire de l'Armistice[2],[9]. Il fut décidé de ne pas dédicacé le monument car toutes les victimes du conflits n'étaient pas chrétiennes[5]. La cérémonie d'inauguration faisait partie d'une plus large procession qui apportait le corps du soldat inconnu britannique dans sa tombe près de l'Abbaye de Westminster. Le cortège funèbre passa devant le cénotaphe, où le roi déposa une gerbe sur l'affût de canon transportant le soldat inconnu, avant de dévoiler le monument qui a été drapé de grands Union Flag[10].

Drapeaux[modifier | modifier le code]

Le White Ensign, l'Union Flag, et le Blue Ensign sur le cénotaphe.

Il est flanqué de chaque côtés de différents drapeaux du Royaume-Uni que Luytens avait voulu gravés dans la pierre. Dans les années suivant 1919, d'un côté étaient placés l'Union Flag, le White Ensign et le Red Ensign et de l'autre l'Union Flag, le White Ensign et le Blue Ensign. Le 1er avril 1943, le Royal Air Force Ensign remplaça le White Ensign du côté ouest. Les drapeaux en 2007 représentent la Royal Navy, l'armée britannique, la Royal Air Force et la flotte marchande britannique. Le Blue Ensign représente la Royal Naval Reserve, la Royal Fleet Auxiliary et les autres services gouvernementaux et probablement aussi les dominions[5].

Initialement, les drapeaux étaient changés pour nettoyage toutes les 6 à 8 semaines, mais entre 1922 et 1923, cette pratique s'arrêta progressivement jusqu'à ce que la presse s'en mêle et mène à la réintroduction du nettoyage. La durée de vie d'un drapeau a initialement été fixée à 5 périodes de 3 mois. En 1939, on modifia la règle en 10 changements par an et chaque drapeau ne pouvait être lavé que 2 fois avant d'être remplacé. En 1924, il fut décidé que tous les drapeaux retirés seraient envoyés à l'Imperial War Museum qui pourrait les redistribuer à des organismes dument accrédités[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Whitehall, ainsi que d'autres zones de Londres, fut le théâtres des célébrations de la Victoire du 8 mai 1945. Des célébrations plus formelles eurent lieu le 8 juin 1946. Le cénotaphe avait été désigné mémorial des soldats de l'empire britannique tués durant la Première Guerre mondiale, mais cela fut étendu par après aux victimes de la Seconde Guerre mondiale. Les dates de la Seconde Guerre mondiale furent rajoutées en chiffres romains sur les cotés du mémorial (MCMXXXIX - MCMXLV) et il fut inauguré une seconde fois le dimanche 10 novembre 1946 par le roi Georges VI. Le mémorial est maintenant également dédié aux victimes britanniques des conflits auxquels l'armée britannique participa par la suite. Le cénotaphe fut classé comme monument de grade I le 5 février 1970.

Cérémonies de commémoration[modifier | modifier le code]

Défilés des régiments irlandais le 12 juin 2005

Le cénotaphe est le site de l'annuel National Service of Remembrance qui a lieu à 11h00 lors du Remembrance Sunday (en), le dimanche le plus proche du 11 novembre. De 1919 à 1945, la commémoration avait lieu chaque 11 novembre.

La première commémoration eut lieu le 11 novembre 1919, suite à une proposition du roi Georges V de respecter 2 minutes de silence à travers le Royaume-Uni et d'organiser une cérémonie à Londres. Des milliers de personnes se rassemblèrent autour du cénotaphe temporaire de Whitehall où le premier ministre David Lloyd George venant à pied de sa résidence Downing Street y déposa une gerbe. Une gerbe fut également déposée par le représentant du président français et des soldats et des marins fournirent une garde d'honneur. Il y eut également des défilés organisés par des associations de vétérans[11].

D'autres cérémonies annuelles ont également lieu au cénotaphe à d'autres moments de l'année :

  • La parade régimentaire du Royal Tank Regiment le dimanche suivant le Remembrance Sunday qui est le dimanche le plus proche de la date anniversaire de la bataille de Cambrai (le 20 novembre) qui fut un des premiers déploiement des chars britanniques[12],[13].
  • La parade le dimanche de juin suivant[14] le défilé pour l'anniversaire de la Reine de la Combined Irish Regiments Association qui commémore les morts des régiments irlandais qui furent dissous le 12 juin 1922[15].
  • Le défilé en armes des troupes belges le dimanche qui précède la Fête nationale du 21 juillet d'abord dédié au roi Albert Ier et à la fraternité entre soldats belges et britanniques durant la Première Guerre mondiale, sur le front de l'Yser puis élargi aux combattants belges qui ont rejoint la Grande-Bretagne au cours de la Seconde Guerre mondiale, pour poursuivre le combat contre l'occupant nazi. Le privilège de défiler en armes dans Londres est réservé aux seules troupes de la garnison londonienne et aux troupes belges depuis une décision du roi George V en 1934[16].

D'autres cérémonies annuelles ont lieu au cénotaphe à différents moment des l'année comme celui marquant le débarquement de Normandie, la guerre des Malouines, la Journée de l'ANZAC et les premiers jours de l'offensive sur la Somme.

Les militaires et fonctionnaires (exceptés pompiers et ambulanciers) en uniforme doivent saluer le cénotaphe lorsqu'ils passent devant[17].

Autres cénotaphes[modifier | modifier le code]

Le premier cénotaphe imaginé par Luytens fut celui de Southampton (inauguré le 6 novembre 1920). Le cénotaphe de Londres fut copié dans d'autres villes du Royaume-Uni et de l'Empire britannique. 2 versions plus petites qui comportent de nombreux ajouts et différences furent construits comme mémoriaux régimentaires à Maidstone dans le Kent et à Reading dans le Berkshire. Ils furent respectivement inaugurés les 30 juillet 1921 et 13 septembre 1921. Le cénotaphe de Hong Kong est la réplique la plus exacte et fut inaugurée en 1923 entre le Statue Square et l’hôtel de ville de Hong Kong[18]. Le cénotaphe de Manchester (également une création de Luytens) fut inauguré le 12 juillet 1924. Le cénotaphe de Toronto fut quant à lui inauguré le 11 novembre 1924 et est modelé sur celui de Londres également. Une copie à l'échelle 2/3 fut inaugurée à Hamilton dans les Bermudes le 6 mai 1925. Une copie très semblable fut inaugurée en novembre 1929 à Auckland en Nouvelle-Zélande. Une autre réplique exacte est quant à elle installée à London au Canada et fut inaugurée le 11 novembre 1934[2].

Répliques ou cénotaphes semblables
Autres cénotaphes dessinés par Luytens au Royaume-Uni

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. G.B. Lancaster, « The Glorious Dead », Ashburton Guardian, vol. XL, no 9146,‎ 31 octobre 1919, p. 7 (lire en ligne)
  2. a, b, c et d (en) « BBC - Remembrance - Cenotaph », BBC (consulté le 3 juillet 2011)
  3. a et b Allan Greenberg, Lutyens's Cenotaph, Journal of the Society of Architectural Historians (JSTOR 990403)
  4. a, b et c Gerard Gliddon, Lutyens and the Great War, London, Frances Lincoln,‎ 2008, 36–47 p. (ISBN 978-0-7112-2878-8), « Southampton and London: A Tale of Two Cenotaphs »
  5. a, b, c, d, e, f et g « Flags on the Cenotaph » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-25
  6. Holland and Hannen and Cubitts Ltd., Cubitts: its inception and development, London, Holland & Hannen and Cubitts Ltd.,‎ 1920, p. 10
  7. (en) « Whitehall Cenotaph » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-25
  8. (en) « Inflation Calculator », Bank of England (consulté le 3 juillet 2011)
  9. (en) « The Unknown Warrior », sur BBC History (consulté le 3 juillet 2011)
  10. (en) The Burial of the Unknown Warrior, Martin Hornby, The Western Front Association, 7 juillet 2008, consulté le 25 juillet 2011.
  11. « All London Silent at Armistice Hour », The New York Times,‎ 12 novembre 1919 (lire en ligne)
  12. (en) Regimental Church and Collect, The Royal Tank Regiment Association, consulté le 5 octobre 2011
  13. Regimental Day, The Royal Tank Regiment Association, consulté le 5 octobre 2011
  14. The history of the Association - today, Combined Irish Regiments Old Comrades Association, consulté le 5 octobre 2011
  15. (en) The history of the Association, Combined Irish Regiments Old Comrades Association, consulté le 5 octobre 2011
  16. http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_cenotaphe-de-londres-le-prince-joachim-defile-en-armes?id=6468453
  17. (en) « The Cenotaph in Whitehall », RAF Habbaniya Association (consulté le 3 juillet 2011)
  18. (en) « Brief Information on Proposed Grade 1 Items » [PDF], Leisure and Cultural Services Department, Hong Kong (consulté le 3 juillet 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]