Deux-Montagnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Deux-Montagnes (homonymie).
Deux-Montagnes
Hôtel de ville de Deux-Montagnes
Hôtel de ville de Deux-Montagnes
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Laurentides
Comté ou équivalent Deux-Montagnes
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Denis Martin
2013 - 2017
Constitution 18 août 1921
Démographie
Gentilé Deux-Montagnais, aise
Population 17 782 hab. (2014)
Densité 2 887 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 39″ N 73° 53′ 59″ O / 45.54423, -73.89970845° 32′ 39″ Nord 73° 53′ 59″ Ouest / 45.54423, -73.899708  
Superficie 616 ha = 6,16 km2
Divers
Code géographique 72010
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Voir sur la carte administrative de Montréal
City locator 14.svg
Deux-Montagnes

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Deux-Montagnes

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Deux-Montagnes

Deux-Montagnes est une ville du Québec située dans la MRC de Deux-Montagnes dans les Laurentides[1]. Elle est située à environ 35 km de la métropole montréalaise.

Elle est accessible via l'autoroute 640, la route 344 (Chemin d'Oka) ou encore la ligne Montréal-Deux-Montagnes de train de banlieue (AMT).

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La ville de Deux-Montagnes est ainsi nommée depuis 1963. Appelée auparavant Saint-Eustache-sur-le-Lac, le nom de Deux-Montagnes lui fut attribué à cause du lac des Deux-Montagnes qui longe une bonne partie de la municipalité[2]. Utilisé également pour nommer le comté, le toponyme de Deux-Montagnes est aussi employé pour désigner de nombreuses entreprises privées et publiques de la région.

Plusieurs interprétations du nom de Deux-Montagnes furent proposées au fil des ans. Nous vous en proposons trois qui apparaissent comme étant les plus plausibles.

La première explication est tirée de « L'histoire des Laurentides » où Gilles Boileau, historien qui a consacré une grande partie de son travail à l'étude de la région, affirme que ce sont les collines d'Oka, formées de roches précambriennes d'une quinzaine de kilomètres de diamètre et d'une hauteur de 225 m qui ont donné leur nom à la région. Cette explication apparaît comme étant la plus probable, puisque les collines d'Oka dominent la région par leur hauteur et leur masse. De plus, Pierre Hamelin considère également cette explication.

La seconde explication nous provient d'une brochure intitulée Le chemin des seigneuries. Selon les auteurs, le toponyme Deux-Montagnes tirerait ses origines de l'une des deux collines d'Oka, probablement celle où se trouve le Calvaire, et d'une autre colline située à Saint-André. Cette explication plus « régionale » mérite également d'être considérée.

La troisième explication se trouve dans un texte de Pierre Hamelin sur les origines du nom du lac des Deux-Montagnes. Selon Hamelin, la colline d'Oka où est situé le Calvaire serait l'une des Deux-Montagnes alors que la seconde, et c'est là l'originalité de cette explication, se trouverait sur la rive sud du lac près de Rigaud. Hamelin propose donc deux explications, une première qu'il partage avec Boileau et celle-ci qui veut que les deux montagnes se trouvent, l'une la rive nord et l'autre sur la rive sud. Avec l'explication fournie par les auteurs du "Chemin des seigneuries", voilà un débat bien amorcé qui mériterait d'être éclairci un jour.

Si aujourd'hui la ville de Deux-Montagnes s'appelle ainsi, elle aurait pu tout aussi bien se nommer ville de Médicis, ville de Soissons, ville de Maupas ou encore ville de la Chaudière puisque ces quatre noms ont servi à désigner le lac des Deux-Montagnes avant que ce dernier terme ne soit employé. Toujours selon Hamelin, le nom de Médicis a été donné en 1612 au lac par Champlain en l'honneur de Marie de Médicis, épouse d'Henri IV. En 1632, Champlain change ce nom pour le lac Soissons en l'honneur du lieutenant général de la Nouvelle-France, Charles Bourbon, comte de Soissons. C'est en 1684, sur une carte de Franquelin, que l'on retrouve pour la première fois le nom de Deux-Montagnes, bien qu'il semble que ce nom ait été utilisé bien avant par la population. Quant aux noms de lac Maupas et lac de la Chaudière, aucune explication n'est fournie concernant leur origine.

Selon les informations recueillies par Jean-Paul Ladouceur de la Société d’histoire régionale de Deux-Montagnes, avant 1963, la ville ne s’appelait pas Deux-Montagnes, mais bien Saint-Eustache-sur-le-Lac une municipalité érigée le 18 août 1921. Le changement de nom s’est fait à la demande du conseil municipal qui voulait une appellation pouvant être traduite en anglais. À l’époque, la moitié de la population était anglophone.

Avant 1921, dans une proclamation datée du 7 février 1912, le territoire actuel de Deux-Montagnes a été érigé en municipalité sous le nom de Bel-Air, mais à la suite de deux requêtes de la part de contribuables, il fut réannexé au territoire de Saint-Eustache la même année.

Le nom provenait des deux montagnes que les coureurs des bois, les voyageurs et avant eux les amérindiens, apercevaient sur la rive nord-ouest du lac après le portage de Sainte-Anne-de-Bellevue. L’une de ces montagnes est la montagne du Calvaire et l’autre, sa jumelle, se trouve à la hauteur de Saint-Joseph-du-Lac.

Le toponyme Deux-Montagnes fut d’abord attribué au lac, puis à la seigneurie du Lac-des-Deux-Montagnes, puis à la région de Deux-Montagnes. Certains prétendent que des Indiens auraient appelé la région Mamhinhan, là où il y a des bas de rivières, d’autres avancent que les Abénaquis désignaient l’endroit du nom de Moziosagan, le garrot de l’orignal.

Maires[modifier | modifier le code]

La ville de Deux-Montagnes a eu 18 maires de 1921 à aujourd'hui[3] :

  • M. Joseph-A. Caron (1921-1927)
  • A.L. Gagnon (1927-1928)
  • M. Joseph-A. Caron (1928-1931) - second mandat
  • Charles Major (1931-1937)
  • S. G. Helleur (1937-1946)
  • S.R. Kelly (juillet-août 1946 et 1949-1951)
  • Paul-E. Gagnier (1947-1949 et 1951-1953)
  • Warren Gamble (1953-1955)
  • Joseph F. Mathys (1955-1957)
  • A. Gordon Batchelor (1957-1959)
  • Laurier Larouche (1959-1960)
  • M. Mastromattéo (9 août 1960 - 19 juin 1961)
  • Larry Cool (1961-1967)
  • Charles Armitage (1967-1970)
  • J. Dave Goyetche (1970-1974)
  • Clifford D. Parr (1974-1982)
  • Dr. Jean-Guy Bergeron (1982-1989)
  • M. Mastromattéo (1989-1990) - second mandat
  • Pierre-Benoît Forget (1990-2005)
  • Marc Lauzon (2005-2013)
  • Denis Martin (2013-

Photos des conseils municipaux: 1921-1970 1970-2009

Patrimoine[modifier | modifier le code]

La Maison-Bélair est située au 201, Chemin d'Oka

C'est en longeant le chemin d'Oka et en restant attentif que l'on peut admirer le reste du passé de Deux-Montagnes. D'anciennes résidences datant de la fin du 19e siècle et du début du 20e rappellent la présence de ces familles pionnière de Deux-Montagnes. Parmi celles-ci, on peut noter:

  • la maison Bélair, située au 201, Chemin d'Oka
  • l'hôtel de ville, située au 803, Chemin d'Oka
  • la maison Berthelet, sise au 1506, Chemin d'Oka
  • la maison Dumoulin, située au 2501, Chemin d'Oka

Sise au 1304, Chemin d'Oka, la Petite École Jaune a été construite en 1939. Première institution scolaire sur le territoire de Saint-Eustache-sur-le-Lac, elle est devenue aujourd'hui le principal centre culturel de la ville.

Le premier restaurant franchisé de Deux-Montagnes est situé au 1513 chemin d'Oka. Il s'agit du restaurant Dairy Queen. Celui-ci a ouvert à l'été 1958[4].

Origine des noms de rues[modifier | modifier le code]

Dans la ville de Deux-Montagnes, on compte plus de 175 rues, avenues et boulevards[5].

Nom de la rue Origine
Rue Charles Major Charles Major, maire entre 1931 et 1937
Rue Gagnier Paul-E. Gagnier, maire 1947-1949 et 1951-1953
Rue Gamble Warren Blair Gamble, maire 1953-1955
Rue Mathys Joseph F. Mathys, maire 1955-1957
Rue Larouche Laurier Larouche, maire 1959-1960
Rue Cool Larry Cool, maire 1961-1967
Rue Kelly S.R. Kelly, maire 1946 et 1949-1951
Rue Henri Dunant Fondateur de la Croix rouge
Rue Elzéar Paquin Premier cultivateur
Rue Baudouin Oscar Baudouin, arpenteur et Jean Baudouin, notaire et conseiller 1921-1931 pour leur rôle dans l'incorporation de la ville de Deux-Montagnes en 1921
Rue Helleur S. G. Helleur, conseiller 1931-1937
Rue J. Brunette J. Brunette, conseiller 1937-1946
Rue Batchelor Gordon Batchelor, conseiller 1949-1955
Rue Curé Chartrand curé en 1946 (fondation de la paroisse St-Agapit) et première bibliothèque
Rue Alphonse Lemay Jean-Alphonse Lemay, conseiller 1937-1946, échevin de 1953-1956 et comptable
Rue Edmond Lefebvre Edmond Lefebvre, conseiller 1967-1970, professeur de mathématique, échevin municipal en 1972-1973
Rue Alphonse-Dumoulin Alphonse Dumoulin, agriculteur qui a prêté de l'équipement à la ville entre 1920 et 1940
Chemin des Anciens En référence aux anciens étudiants de la Polyvalente Deux-Montagnes
Rue Annette-Savoie Annette Savoie, une des fondatrices de la bibliothèque de Deux-Montagnes
Rue Antonin-Campeau Abbé Antonin Campeau, curé de la paroisse de Saint-Agapit (1961-1970).
Chemin de l'Avenir En référence à l'avenir des futurs étudiants de la Polyvalente Deux-Montagnes
Rue Paul-Émile-Barbe Paul-Émile Barbe, entrepreneur qui a construit les maisons de la 20e et 21e Avenue
Rue du Belvédère Rappel l'existence d'un point d'observation pour admirer la beauté du panorama
Rue Bernard Waldimir Bernard, membre du premier conseil municipal de Saint-Eustache-sur-le-Lac en 1921
Rue du Boisé En référence à la proximité du boisé Roger-Lemoine
Rue de Bromont En référence à la ville de Bromont
Croissant Brown Gérald Brown, entrepreneur qui a construit de nombreuses maisons à Deux-Montagnes
Rue Caron Joseph-A. Caron, maire 1921-1927
Rue Cassandre François Cassandre, homme de lettres mort en 1695, auteur d'une traduction de La rhétorique d'Aristote
Rue de la Chapelle En référence au site de la première chapelle de Saint-Eustache-sur-le-Lac
Rue Crescent En référence à la forme en croissant de la rue
Place David-Goyetche J.-David Goyetche, maire 1970-1974
Rue de Dieppe En commémoration du débarquement de Dieppe en 1942 lors la Deuxième Guerre mondiale
Rue du Docteur-Letondal Paul Letondal, l'un des premiers pédiatres de l'hôpital Sainte-Justine à Montréal. Il vivait à Deux-Montagnes
Rue du Docteur-Noël-Varin Docteur Noël Varin, homme très actif et très impliqué dans la vie communautaire des années 1950

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et territoire[modifier | modifier le code]

La ville de Deux-Montagnes est subdivisée en 6 petits quartiers:

  • Grand-Moulin, situé à l'est, longeant la rivière des Mille-îles
  • Du Lac, situé au sud, longeant le lac des Deux-Montagnes
  • De La Gare, situé à l'ouest
  • De L'Olympia, au centre de la ville
  • Du Coteau, au nord
  • Du Golf, au nord-est, contient le site de l'ancien terrain de golf

Le nom Grand-Moulin découle du site de l'ancien Grand Moulin. Le district Du Golf s'appelle ainsi en raison de l'ancien terrain de golf qui se trouvait à cet endroit jusqu'au milieu des années 1970. Le quartier a été nommé "Du Coteau" en raison du relief du mont Saint-Eustache[6].

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Eustache Rose des vents
N
O    Deux-Montagnes    E
S
Sainte-Marthe-sur-le-Lac Montréal Laval

Environnement[modifier | modifier le code]

Depuis 2006, la Ville a amorcé un virage vert avec comme objectif de réduire la quantité de déchets.

Espaces verts[modifier | modifier le code]

La ville compte une vingtaine de parcs[7] tous différents les uns des autres. Le parc Grand-Moulin ou Aimé E. Struthers est un incontournable pour admirer le paysage de la rivière des Mille Îles.

Par ailleurs, la ville compte la toute première réserve naturelle en milieu urbain du Québec[8]. C'est un boisé aménagé d'une superficie d'approximativement 128 000 m2, soit près de 2,15 % du territoire, qui orne les abords de la gare Deux-Montagnes. Celui-ci est traversée par une voie pédestre et cyclable. Le boisé de Deux-Montagnes, renommé Boisé Roger-Lemoine est une aire protégée qui abrite certaines espèces de la faune et de la flore en voie de disparition ou vulnérables.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Photo d'un regroupement de canards colverts en hiver

Malgré la superficie restreinte des habitats naturelles, on peut apercevoir de nombreuses espèces d'animaux et de plantes. Le Boisé de Deux-Montagnes renferme une grande biodiversité. De nombreux oiseaux peuvent être observés par les amateurs d'ornithologie tels que le mésange à tête noire, le grand pic, le canard branchu et la buse à épaulettes. Pour les passionnés d'horticulture, on retrouve diverses plantes indigènes comme la sanguinaire du Canada, le trille blanc et l' uvulaire grandiflore. Le boisé protège des espèces vulnérables telles que l'érable noir, le carex, l' orme liège et la couleuvre brune. Parce que les résidents offrent de la nourriture, on compte une faune commensale considérable, telle qu'une importante colonie de canards colverts qui attire le regard des curieux tout au long de l'année.

Événements[modifier | modifier le code]

Mai:

  • Nettoyage du Boisé Roger-Lemoine
  • Journée(s) horticole(s), distribution d'annuelles, de vivaces, d'une pousse d'arbre et de compost aux résidents.

Juillet:

  • Concours Fleurir Deux-Montagnes (anciennement Concours Maisons Fleuries) récompense les propriétaires qui embellissent la façade de leur maison depuis 1987.

Programmes[modifier | modifier le code]

  • Une naissance, un arbre : choix entre un arbre de 10 à 15 pieds ou une subvention de 100 $ pour l’achat de couches réutilisables

Règlements[modifier | modifier le code]

  • Il est exigé pour les nouvelles constructions qu'un arbre minimum soit planté à chaque 6 mètres de façade[9]
  • Arrosage de la pelouse entre 20h et 23h les

lundis et les jeudis seulement et ne doit pas durer plus de 60 minutes.

  • Interdit de nettoyer les allés pavés et asphaltés avec l'eau de l'aqueduc[10]

Transports et infrastructures[modifier | modifier le code]

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Malgré la petite superficie de la ville, il y a deux gares de train de banlieue (Gare Deux-Montagnes et Gare Grand-Moulin)[11]. Ainsi, où que vous soyez dans la vile, en moins de sept minutes vous avez accès à un train pour le centre-ville. Les autobus des circuits 80, 89, 90, 92 et 93[12] desservent le territoire de la ville et des villes voisines, Saint-Eustache et Sainte-Marthe-sur-le-Lac

Réseau cyclable[modifier | modifier le code]

Deux-Montagnes est traversé par environ 5,84 kilomètres de voie cyclable, soit par la piste La Vagabonde et la grande Route Verte. On peut se rendre à Laval en passant par le barrage du Grand-Moulin, situé au bout de la 8e avenue. Une voie cyclable est aménagé dans le terre-plein du boulevard Deux-Montagnes. Avec celle-ci, vous pouvez vous rendre à Sainte-Marthe-sur-le-Lac et à Saint-Eustache.

Dimension sociale[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Le recensement de 2011 y dénombre 17 552 habitants, soit 0,9 % de plus qu'en 2006[13].

  • 2011 : 17 552
  • 2006 : 17 402[14]
  • 2001 : 17 080
  • 1996 : 15 953
  • 1991 : 13 035

Langues[modifier | modifier le code]

Langue maternelle
  • Français seulement: 76,2 %
  • Anglais seulement: 15,8 %
  • Français et anglais: 2,0 %
  • Autres langues: 6,0 %

Éducation[modifier | modifier le code]

Deux-Montagnes compte 5 écoles primaires, 2 écoles secondaires et une école spécialisée [15].

Écoles primaires:

  • École Mountainview
  • École Saint-Jude
  • École Emmanuel-Chénard
  • École Sauvé
  • École des Mésanges

Écoles secondaires:

  • École secondaire Lake of Two Mountains
  • Polyvalente Deux-Montagnes

École spécialisée:

  • Pavillon des Érables

De plus, on y retrouve le centre de formation professionnelle l'Émergence.

Religion[modifier | modifier le code]

  • All Saints Church (Anglican anglophone)
  • Christ Church United (Protestant)
  • Église Évangélique (francophone)
  • Église Saint-Agapit (Catholique francophone)
  • Holy Family Church (Catholique anglophone)
  • People's Church (anglophone)

Jumelage[modifier | modifier le code]

La ville de Deux-Montagnes est jumelée avec la ville française Ville-la-Grand. Elle dispose d'ailleurs d'un parc du même nom. Toutefois, aucune activité n'est organisée entre les deux villes.

Économie[modifier | modifier le code]

La ville de Deux-Montagnes est très majoritairement résidentielle. Il y a tout de même une certaine diversité de commerces et d'entreprises (restaurants, bars, épiceries, cliniques, instituts de beauté, garage, etc.).

Culture et communications[modifier | modifier le code]

Lieux culturels[modifier | modifier le code]

Le Grand Théâtre Olympia est une aréna qui se transforme en salle de spectacle durant l'été. La saison 2013 a été annulée faute de revenues[16]. La Petite école jaune est un centre culturel où se déroule une gamme d'activités culturelles (cours, ateliers, expositions, etc.).

Festivals et événements[modifier | modifier le code]

Au fil des années, Deux-Montagnes a accueilli divers événements culturels.

Décembre:

  • La Parade du Père Noël, défilé communautaire avec 800 participants costumés et fanfares depuis 1970[17]

Mai:

  • Jeudi Show, spectacle-bénéfice mettant en vedette des jeunes talents locaux (6e édition en 2012[18])

juillet:

  • Fête du Canada, spectacle extérieur avec feux d'articles en soirée
  • Cité des arts, regroupement d'artistes

Août:

  • La Route des artistes
  • La Nuit de la peinture

Septembre:

  • Les Journées de la culture
  • Le Symposium de la peinture

Organismes communautaires[modifier | modifier le code]

  • Le Club des Lions
  • 5e groupe scout Grand-Moulin
  • Club Optimiste Deux-Montagnes
  • Maison des jeunes de Deux-Montagnes
  • Club d’Âge d’Or

Sports[modifier | modifier le code]

Installations sportives[modifier | modifier le code]

La ville de Deux-Montagnes dispose de nombreuses installations sportives. À proximité de la Polyvalente Deux-Montagnes, on retrouve un terrain synthétique multisports (principalement utilisé pour le football et le soccer), 4 terrains de tennis et 3 terrains de baseball. Au sud de la ville, dans le parc central, on retrouve une piscine, 3 terrains de soccer et un terrain de baseball. Enfin, il y a deux patinoires intérieurs. L'hiver, des ronds de glace sont aménagés dans certains parcs.

Équipes sportives[modifier | modifier le code]

  • Hockey: Les Panthères de Deux-Montagnes
  • Soccer: Les Shamrocks de Deux-Montagnes
  • Softball: Les Black Sox de Deux-Montagnes (Junior)
  • Baseball: Les Cardinals de Deux-Montagnes
  • Football: Les Centurions de Deux-Montagnes - Polyvalente Deux-Montagnes
  • Ringuette: Les Coyotes de Deux-Montagnes

Événements sportifs[modifier | modifier le code]

Janvier:

  • Le Carnaval d’hiver du Club Lions de Deux‐Montagnes, activités hivernales telles que promenades en traineau, patinage, glissade et ballon-balai.

Mai:

  • Course Gilbert-April (anciennement Marchoucourse) est un événement organisé par la Polyvalente Deux-Montagnes (parcours de 2,5 km, 5 km et 10 km)

Juin:

  • Défi Deux-Montagnes, course de 1km, 2km, 5km et 10km organisée par le club Ventus DXM[19]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Deux-Montagnes », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  2. Toponymie : Deux-Montagnes
  3. Stéphane Plante, Ville de Deux-Montagnes : 1804-1994,‎ novembre 1993, 118 p. (ISBN 2-9803782-0-8), p. 8
  4. Stéphane Plante, Ville de Deux-Montagnes : 1804-1994,‎ novembre 1993, 118 p. (ISBN 2-9803782-0-8), p. 92
  5. Commission de toponymie du Québec
  6. Stéphane Plante, Ville de Deux-Montagnes : 1804-1994,‎ novembre 1993, 118 p. (ISBN 2-9803782-0-8), p. 59, 111
  7. Ville de Deux-Montagnes, « Parcs et espaces verts » (consulté le 24 avril 2013)
  8. La réserve naturelle du Boisé Roger-Lemoine reconnue
  9. Règlement de zonage numéro 1369
  10. Qualité de vie Nuisance 2013
  11. Agence métropolitaine de transport, « Gare Deux-Montagnes » (consulté le 19 avril 2013)
  12. CIT Laurentides, « Plan du réseau » (consulté le 23 avril 2013)
  13. « Série « Perspective géographique », Recensement de 2011 – Subdivision de recensement, Deux-Montagnes, V - Québec », sur Statistique Canada (consulté le 19 avril 2013)
  14. Recensement 2006 : Deux-Montagnes
  15. Ville de Deux-Montagnes, « Services à proximité » (consulté le 23 avril 2013)
  16. Ville de Deux-Montagnes, « Patinoires (Olympia et autres) » (consulté le 23 avril 2013)
  17. Parade du Père Noël de Deux-Montagnes
  18. Le Jeudi Show d'Agapé 2012
  19. Défi Deux-Montagnes

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]