Boisbriand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boisbriand
Image illustrative de l'article Boisbriand
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Laurentides
Comté ou équivalent Thérèse-De Blainville
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Marlene Cordato
2013 - 2017
Constitution 1er janvier 1946
Démographie
Gentilé Boisbriannais, aise
Population 27 299 hab. (2014)
Densité 1 033 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 00″ N 73° 50′ 00″ O / 45.616672, -73.833338 ()45° 37′ 00″ Nord 73° 50′ 00″ Ouest / 45.616672, -73.833338 ()  
Superficie 2 643 ha = 26,43 km2
Divers
Fuseau horaire UTC-5
Indicatif 450
Code géographique 73005
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Voir sur la carte administrative de Montréal
City locator 14.svg
Boisbriand

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Boisbriand

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Boisbriand

Boisbriand est une ville du Québec située à l'entrée des Basses-Laurentides dans la MRC de Thérèse-De Blainville.

La communauté juive hassidique de Kiryas Tosh (Ville de Tosh) est située dans la partie ouest de la municipalité. En 1963, le Rebbe (Rabbi) Meshulim Feish Lowy a fondé la communauté, qui compte aujourd'hui plus de 350 familles.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1683, Louis XIV, Roi de France, remet au gentillhomme et militaire Michel-Sidrac Dugué de Boisbriant un vaste territoire situé au nord de la rivière des Mille Îles. En 1740, Marie-Thérèse Du Gué de Boisbriand, fille de Michel-Sidrac, s'occupe activement de la colonisation du territoire. Les Charbonneau, premiers résidents de la seigneurie, s'installent près de la Grande-Côte.

L'implantation d'une première paroisse en 1789 concrétise les efforts de colonisation et contribue à l'accélération du peuplement de la région. La construction d'une église, plus au nord (site actuel de l'église de Sainte-Thérèse), permet de créer un nouveau pôle d'attraction. Une quinzaine d'années plus tard, on assiste à la construction des premières routes publiques, dont le boulevard Curé-Labelle, qui s'appelait à l'époque « la Grande ligne ».

Il faut attendre en 1845 avant que ne s'installe un nouveau système d'administration prévoyant l'élection d'administrateurs (maire et échevins) par les propriétaires fonciers. L'année 1888 marque l'avènement de l'électricité dans la région et l'ère industrielle débute.

Le 1er janvier 1946 est fondée la municipalité de Sainte-Thérèse-Ouest. Il s'agit d'un détachement de la grande paroisse de Sainte-Thérèse qui comptait à l'origine les territoires actuels de Saint-Augustin, Saint-Janvier, Sainte-Monique, Sainte-Thérèse, Rosemère, Bois-des-Filion, Lorraine et Blainville. Le 15 juillet 1970, alors que la population de la municipalité compte 5 600 âmes, le Lieutenant-gouverneur du Québec accueille la requête de celle-ci et lui décerne par lettres patentes le statut de « ville » régie par la Loi sur les cités et villes sous le nom de « Sainte-Thérèse-Ouest ». Le conseil de cette municipalité, qui ne comporte qu'un seul quartier, est composé du maire et de six échevins.

En 1969, la municipalité de Sainte-Thérèse-Ouest a été tenue de se défaire d'une partie importante de son territoire au moment où le gouvernement du Canada expropriait un vaste territoire pour l'aménagement du futur aéroport international de Montréal qui allait être désigné ultérieurement sous le nom de Mirabel. C'est ainsi qu'une partie de la côte-nord et tout le territoire situé au nord de ce chemin, incluant la Côte Sainte-Marianne, faisait dès lors partie du territoire de la ville de Mirabel.

Le 16 mars 1974, le nom de la ville de « Sainte-Thérèse-Ouest » était changé en celui de « ville de Boisbriand » par proclamation signée du Lieutenant-gouverneur du Québec. Ce changement de nom concluait un débat amorcé dès 1969, entre les tenants de la thèse conservatrice et les citoyens qui désiraient apporter une désignation plus originale et exclusive à leur ville qui s'était au fil des années développée en marge de la grande paroisse de Sainte-Thérèse.

En 1994, la Commission de représentation électorale du Québec sanctionnera la division de la ville en districts électoraux qui seront au nombre de huit. Cette division était obligatoire puisque la population officielle de la ville atteignait plus de 20 000 habitants.

Démographie[modifier | modifier le code]

Par son décret numéro 1248-2005 daté du 14 décembre 2005, le gouvernement du Québec établissait la population de la ville à 27 355 personnes, tel que mentionné à la Gazette officielle du Québec du 28 décembre 2005. Depuis une vingtaine d'années, la municipalité connaît un essor démographique important.

  • 1981 : 13 471
  • 1986 : 14 360
  • 1989 : 19 000
  • 1991 : 21 124
  • 1994 : 23 060
  • 1996 : 25 227
  • 1999 : 26 851
  • 2000 : 27 246
  • 2002 : 27 521
  • 2003 : 27 521
  • 2004 : 27 264
  • 2005 : 27 355
  • 2011 : 26 690

Jumelage[modifier | modifier le code]

La ville d’Annemasse est située en Haute-Savoie, aux pieds des Alpes françaises. C’est par le biais de l’Association France-Québec et Québec-France que de jeunes étudiants annemassiens sont venus occuper des postes dans les services municipaux durant la période estivale et que de jeunes québécois ont pu, à leur tour, découvrir la France et en particulier la ville d’Annemasse.

Robert Borrel, maire d’Annemasse, tout comme Robert Poirier, maire de Boisbriand à l'époque, souhaitaient créer des liens plus forts entre leurs deux villes et signaient donc officiellement un pacte d'amitié, le dimanche 6 octobre 2001.

Depuis déjà 15 ans, les deux villes échangent périodiquement des informations, principalement par l’envoi de leurs revues municipales respectives, dans le but de favoriser le bon développement d’échanges amicaux, facilitant ainsi la compréhension réciproque et la connaissance de chaque ville.

Sport[modifier | modifier le code]

Le club de soccer sur le territoire de Boisbriand est le FC Boisbriand. Créé en 1977, il a été nommé Club de l'année pour le centenaire de la Fédération de Soccer du Québec. Il compte un peu moins de 1,500 joueurs et compétitionne activement au plus haut niveau. Le développement est assuré par l'Académie du FC Boisbriand. Son tournoi annuel le Défi Boisbriand attire plus de 200 équipes lors de la fête du travail.

En 2011, la Ligue de Hockey Junior Majeur du Québec annonce le déménagement du Junior de Montréal à Boisbriand. La concession a été achetée par un groupe d'hommes d'affaires reliés au monde du hockey, dont l'ex-hockeyeur et chroniqueur du Réseau des Sports Joël Bouchard. La première saison de l'équipe de Boisbriand dans la LHJMQ sera jouée en 2011-2012. Cette équipe est l'Armada de Blainville-Boisbriand. Ses couleurs sont le noir et le blanc.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mirabel Sainte-Thérèse,
Rosemère
Rose des vents
N
O    Boisbriand    E
S
Saint-Eustache Rivière des Mille Îles,
Laval

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

  • Mathieu Chouinard, joueur de hockey ayant évolué dans la Ligue nationale de hockey.

Frédérique Dufort,comédienne est doubleuse.

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]