Antoine-Labelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antoine-Labelle
Image illustrative de l'article Antoine-Labelle
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Laurentides
Statut municipal Municipalité régionale de comté (MRC)
Démographie
Population 34 641 hab. (2005)
Densité 2,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 45′ 00″ N 75° 10′ 00″ O / 46.75, -75.166667 ()46° 45′ 00″ Nord 75° 10′ 00″ Ouest / 46.75, -75.166667 ()  
Superficie 1 565 886 ha = 15 658,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Antoine-Labelle

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte topographique du Canada
City locator 14.svg
Antoine-Labelle
Liens
Site web Site officiel de la MRC d'Antoine-Labelle

Antoine-Labelle est une municipalité régionale de comté (MRC) du Québec (Canada) situé dans la région administrative des Laurentides. Elle est nommée en l'honneur d'Antoine Labelle, le curé colonisateur des pays d'en haut.

Cette MRC a été constituée le 1er janvier 1983 et elle est composée de 17 municipalités: soit 2 villes, 14 municipalités et 1 village. Elle contient aussi 11 territoires non organisés. Son chef-lieu est Mont-Laurier. Son préfet en 2007 est Roger Lapointe, maire de Mont-Saint-Michel.

Superficie : 15 658,86 km2
Population : 34 641 habitants (2005)
Densité : 2,2 hab./km²

Géographie[modifier | modifier le code]

La population totale de la MRC était de 34 180 habitants en 2004. Cette population se retrouve sur un territoire total de 15 665 km2, dont 10 000 km2 sont constitués de territoires non-municipalisés. Par rapport à l’étendu de la région administrative des Laurentides (21 500 km2), la MRC d’Antoine-Labelle représente donc 73 % de l’espace régional. La MRC est bordée au nord par la MRC du Haut Saint-Maurice, à l’ouest, par la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, à l’est, par la MRC de Matawinie et au sud, par la MRC des Laurentides et de Papineau. Donc, la MRC d’Antoine-Labelle touche à la fois, la région administrative de l’Outaouais et celle de Lanaudière.

Histoire[modifier | modifier le code]

Présence amérindienne[modifier | modifier le code]

Au début du XVIIe siècle, les Amérindiens que l’on pouvait retrouver sur le territoire de ce qui sera plus tard le comté de Labelle provenaient de la nation des Algonquins inférieurs, plus précisément du groupe des Weskarinis (aussi appelés par les gens de la Nouvelle-France la Petite-Nation). Ce groupe « […] parcourait un vaste territoire baigné par les eaux de la rivière de la Petite Nation, et par celles de la Rouge et de la Lièvre, certainement, et probablement aussi par celles de la Nord »[1]. Donc, il n’y avait vraisemblablement pas d’occupation permanente du sol par les Weskarinis, un peuple utilisait ce territoire pour chasser et pêcher durant la saison hivernale. De même, au Nord de la rivière des Outaouais, où débutaient le rivières Gatineau et la Lièvre, un autre groupe de la nation algonquine, les Têtes-de-Boule, venaient pratiquer les mêmes activités dans la Haute-Lièvre[2].

Les guerres iroquoises décimeront ces Amérindiens si bien, qu’au cours des années 1650, on n’en retrouvera plus aucun sur le territoire. Cependant, des Algonquins reviendront vers les années 1730, après la signature de la Grande Paix de Montréal repoussés dans les vallées de la Rouge et de la Lièvre par « la montée de l’industrie forestière et le déploiement du mouvement de colonisation […] »[3]. Finalement, la colonisation s’enfonçant toujours plus loin dans le nord des Hautes-Laurentides à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle aura raison de l’« […] l’occupation amérindienne de type traditionnelle sur ce territoire »[4]. Ainsi, les Amérindiens sur le territoire se sont soient adaptés au mode vie des colons ou sont partis vivre dans la réserve de Maniwaki, réserve destinée aux Algonquins.

La colonisation avec le curé Labelle[modifier | modifier le code]

Au niveau national, l’époque du curé Labelle a été grandement marquée par l’émigration massive de Canadiens-français vers les États-Unis. En fait, entre 1850 et 1890, 580 000 habitants francophones quittèrent le pays[5], espérant trouver ailleurs de meilleures conditions de vie.

Avant l’arrivée de la mobilisation en faveur de la colonisation des Hautes-Laurentides, mouvement mené par le curé Labelle, le territoire du futur canton de Labelle n’est occupé de manière permanente que par les fermes de ravitaillement érigées par les marchands de bois. Ces fermes sont construites à différents endroits le long des rivières Rouge (les fermes « d’en-bas », « du milieu » et « d’en-haut », qui deviendront respectivement Labelle, L’Annonciation et l’Ascension) et du Lièvre (les plus importantes étant les fermes de la Montagne, Rouge, des Lacaux et des Pins, qui donneront naissance respectivement à Ferme-Neuve, Kiamika, Notre-Dame de Pontmain et Notre-Dame du Laus). En effet, à partir de 1835, l’exploitation forestière envahira les Hautes-Laurentides pour finalement monopoliser, pour ainsi dire, tout le territoire (voir carte de droite page précédente) grâce à l’obtention d’énormes concessions de terres boisées par la loi provinciale plutôt généreuse.

En promouvant la colonisation de la Haute-Lièvre et de la Rouge à partir de 1879, « c’est donc un mouvement de squatters, au sens strict, que Labelle mène et il aura plusieurs fois maille à partir avec ces puissantes compagnies qui contribuent pour une part substantielle au trésor public et alimentent généreusement les caisses électorales des partis politiques »[6]. Cette année-là, « le curé Labelle fonde la Société de colonisation du diocèse de Montréal pour assurer des moyens de financement à la colonisation dans les Laurentides »[7]. C’est à cette époque que le village de la Chute-aux-Iroquois (qui deviendra plus tard Labelle) sera fondé, L'Annonciation quelques années plus tard, la paroisse de L'Ascension en 1884 et Nominingue recevra ses premiers colons à peu près au même moment. Cette dernière localité était « […] la capitale désignée du royaume nordique de l’apôtre colonisateur »[8], le curé Labelle. Pourtant, le Rapide-de-l’Orignal (aujourd’hui Mont-Laurier), qui accueillera des colons à partir de 1885, réussira à voler la vedette à Nominingue par l’entremise notamment de son curé obstiné et deviendra, au cours des années 1910, LA capitale du comté de Labelle avec toutes les institutions se rattachant à ce rôle.

Dans les années 1884-1885, « en peu de temps, de nombreux établissements bordent les deux rives de la Lièvre sur une longueur de vingt kilomètres et une profondeur de deux rangs. Déjà, on s’établit en montant vers Ferme-Neuve. En direction sud, entre Wells et Kiamika, la colonisation a démarré à la même époque »[9].

Les fermes des compagnies forestières, qui sont abandonnées lorsque la coupe du territoire est terminée, deviennent dans bien des cas des noyaux de paroisses ou de villages, alors que l’espace défriché, laissé par l’abattage des arbres, donne un endroit propice aux colons pour s’installer[10],[11].

Les premières infrastructures de transport[modifier | modifier le code]

Pendant plusieurs années, la rivière du Lièvre sera le seul « chemin » pour se rendre à Mont-Laurier, aucune route sur terre ne reliant la rivière Rouge à la Lièvre. Le tout changea en 1885, alors que l’on procéda à l’ouverture d’un chemin de colonisation, le chemin Chapleau. Ce dernier permettait d’atteindre la région de Mont-Laurier à partir de la Chute-aux-Iroquoi (Labelle) jusqu’à la jusqu’à la Ferme-Rouge, en passant par Nominingue. « Cette route sera véritablement providentielle pour la colonisation car, à peine terminée, la vallée de la Lièvre connaîtra un premier essor agricole alors que les premiers colons arrivent en exploration dans la région du rapide de l’Orignal […]. »[12]. Plus tard, en 1905, un autre chemin de colonisation sera ouvert entre Nominingue et Ferme-Neuve, mais sans passer par Rapide-de-l’Orignal. Le chemin Goin n’aura par contre jamais des retombées de l’ampleur du chemin Chapleau[13].

En ce qui concerne le chemin de fer entre Montréal et Mont-Laurier, c’est d’abord sous l’impulsion du curé Labelle qu’il sera prolonger, mais pas aussi vite que l’homme le souhait. Ainsi, ce n’est qu’en 1893, soit deux ans après la mort du curé que « […] les rails arrivent jusqu’à la Chute-aux-Iroquois, sur la rivière Rouge »[14]. Puis, en 1904, on peut se rendre en train jusqu’à Nominingue, alors que Mont-Laurier devra attendre 1909 pour obtenir sa gare qui sera finalement le terminus de cette ligne. Le « P’tit train du Nord » comme on l’appelait familièrement apporta avec lui son lot de nouveaux colons et fit prospérer la localité qui servit de terminus tout au long de sa progression vers le nord.

Le train devra ensuite céder graduellement sa place aux routes et aux automobiles à partir des années 1920. Ainsi, une « route régionale » (route 11, l’actuelle tracée de la 117) gravelée reliera Montréal à Mont-Laurier, faisant suite aux piteux chemins de colonisation. Par contre, le comté de Labelle demeurait encore très éloigné, «  […] d’accès très risqué pour l’automobile sur des chemins que les saisons se plaisaient à détériorer et à rendre souvent complètement impraticables. […] il faudra attendre les lendemains de la Deuxième Guerre mondiale avant que les autorités provinciales n’envisagent sérieusement de doter la route 11 d’un pavage permanent dans le comté de Labelle »[15]. Tout de même, au début des années 1930, Mont-Laurier pourra enfin communiquer avec l’Outaouais, jusqu’à Hull, par une route gravelée. Une décennie plus tard, une route reliera la capitale du comté de Labelle à la région de l’Abitibi, jusqu’à Senneterre. Finalement, au début des années 1980, on procéda à des « […] travaux de transformation de la vieille route 117, au-delà de Saint-Jovite, en un chemin moderne, large de quatre voies et encadré d’un décor panoramique »[16].

Du comté de Labelle à la MRC d’Antoine-Labelle[modifier | modifier le code]

Jusqu’en 1912, le territoire de l’actuelle MRC faisait partie du comté d’Ottawa avec tous les cantons de l’Outaouais. Ensuite, le comté d’Ottawa se divisera en deux et le comté de Labelle (aux limites plus étendue que la MRC) naîtra de cette scission. Le découpage et l’organisation territorial que l’on connaît aujourd’hui, remonte au 1er janvier 1983, alors que la MRC d’Antoine-Labelle a été créée. Toutefois, à l’époque, celle-ci était une partie de la région administrative de l’Outaouais, mais bien vite, en 1984, elle en sera détachée pour être rattachée à la région des Laurentides, suite à des consultations avec la population et des représentants[17].

Après une forte mouvance de colonisation dans le comté Labelle, les années 1920 amèneront un vent de stagnation, alors que la région fait place à nouvelle région de colonisation vedette : l’Abitibi. « Le comté de Labelle semblait de plus en plus relégué aux oubliettes par le mouvement de colonisation, mais la crise économique viendra attiser un temps encore le reste de braise qui brûlait toujours sous les cendres, dans les années de la décennie 1930. »[18]. La fin de la Seconde Guerre mondiale sonnera le glas du dépeuplement et les habitants du comté émigreront vers Montréal ou les Basses-Laurentides, là où l’industrialisation gagne certaines localités. En fait, jusqu’à aujourd’hui, si quelques villes et villages dans la Rouge ont réussi à attirer de nouveaux habitants, c’est grâce à l’arrivée dans la région de quelques institutions permettant de les employer[19]. Dans la lièvre, Mont-Laurier s’en est plutôt bien sorti jusqu’à maintenant en vertu de son « […] rôle sous-régional vital dans une vallée de la Haute-Lièvre isolée dans grands centres urbains »[20].

Municipalités et territoires non organisés[modifier | modifier le code]

Municipalités de la MRC d'Antoine-Labelle[21]
Code Nom Désignation Constitution Superficie totale (km2) Superficie eau (km2) Superficie terre (km2) Population 2013 Densité (hab./km2)
79005 Notre-Dame-du-Laus Municipalité 01.01.1876 958,5 95,9 862,6 1 565 1,8
79010 Notre-Dame-de-Pontmain Municipalité 26.01.1894 295,0 32,1 262,9 728 2,8
79015 Lac-du-Cerf Municipalité 01.01.1955 155,5 82,4 73,1 420 5,7
79022 Saint-Aimé-du-Lac-des-Îles Municipalité 01.01.2006 181,8 18,5 163,3 815 5,0
79025 Kiamika Municipalité 03.01.1898 362,4 22,5 339,9 787 2,3
79030 Nominingue Municipalité 30.10.1971 360,1 53,9 306,2 2 040 6,7
79037 Rivière-Rouge Ville 18.12.2002 498,4 43,0 455,4 4 681 10,3
79047 La Macaza Municipalité 01.01.2006 175,7 12,9 162,8 1 080 6,6
79050 L'Ascension Municipalité 23.09.1905 351,6 9,7 341,9 857 2,5
79060 Lac-Saguay Village 01.07.1951 184,9 12,2 172,7 464 2,7
79065 Chute-Saint-Philippe Municipalité 26.10.1940 321,4 22,7 298,7 918 3,1
79078 Lac-des-Écorces Municipalité 10.10.2002 155,5 11,2 144,3 2 752 19,1
79088 Mont-Laurier Ville 08.01.2003 632,5 41,7 590,8 13 891 23,5
79097 Ferme-Neuve Municipalité 24.12.1997 875,1 84,8 790,3 2 868 3,6
79105 Lac-Saint-Paul Municipalité 11.09.1922 184,5 11,2 173,3 483 2,8
79110 Mont-Saint-Michel (Québec) Municipalité 11.09.1928 144,3 5,5 138,8 615 4,4
79115 Sainte-Anne-du-Lac Municipalité 30.12.1976 344,7 22,0 322,7 614 1,9
79902 Lac-de-la-Pomme Territoire non organisé 01.01.1986 56,8 6,3 50,5 0 0,0
79904 Lac-Akonapwehikan Territoire non organisé 01.01.1986 16,5 9,1 7,4 0 0,0
79906 Lac-Wagwabika Territoire non organisé 01.01.1986 5,6 1,3 4,3 0 0,0
79910 Lac-Bazinet Territoire non organisé 01.01.1986 1 685,5 136,4 1 549,1 0 0,0
79912 Lac-De La Bidière Territoire non organisé 01.01.1986 1 665,9 111,4 1 554,5 0 0,0
79914 Lac-Oscar Territoire non organisé 01.01.1986 1 810,9 121,2 1 689,7 5 0,0
79916 Lac-de-la-Maison-de-Pierre Territoire non organisé 01.01.1986 488,1 9,8 478,3 0 0,0
79920 Baie-des-Chaloupes Territoire non organisé 01.01.1986 954,4 54,8 899,6 0 0,0
79922 Lac-Douaire Territoire non organisé 01.01.1986 2 120,8 146,1 1 974,7 5 0,0
79924 Lac-Ernest Territoire non organisé 01.01.1986 381,5 38,1 343,4 0 0,0
79926 Lac-Marguerite Territoire non organisé 01.01.1986 923,0 104,3 818,7 0 0,0
790 Antoine-Labelle MRC 01.01.1983 16 229,5 1 260,4 14 969,1 35 588 2,4

Éducation[modifier | modifier le code]

Commission scolaire Pierre-Neveu

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • BERTRAND, Luc (2000), Antoine Labelle : le Roi du Nord, Montréal : Lidec, 61 pages.
  • CENTRE D’INFORMATION STRATÉGIQUE EN TOURISME DES LAURENTIDES (2004), Portrait des activités récréotouristiques sur les territoires publiques dans les Hautes-Laurentides, Laurentides : CIST Laurentides, 30 pages.
  • COURSOL, Luc (1991), Histoire de Mont-Laurier, T. 2 (1940-1990), Mont-Laurier : Les Éditions Luc Coursol, 529 pages.
  • COURSOL, Luc (1985), Histoire de Mont-Laurier, T. 1 (1885-1940), Mont-Laurier : L’artographe, 366 pages.
  • COUTURE, Pierre (2003), Antoine Labelle, l’apôtre de la colonisation, Montréal : XYZ éditeur, 166 pages.
  • ÉCOTEC CONSULTANTS (2004), Retombées économiques de l’industrie forestière et de l’industrie du récrotourisme en terres publiques dans la MRC d’Antoine-Labelle et des Laurentides, Québec : ÉcoTec Consultants, 118 pages.
  • GAGNON, Serge (2003), L’échiquier touristique québécois, Coll. « Collection Tourisme », Sainte-Foy : Presses de l’Université du Québec, 359 pages.
  • GRAVEL, Robert J. et Richard SÉVIGNY (1985), L’avenir des MRC et de la décentralisation : bilan des activités des MRC, volonté d’exercice et d’extension des compétences, Sainte-Foy : Groupe de recherche ENAP-INRS-Eau, Université du Québec, 39 pages.
  • LAURIN, Serge (1995), Histoire des Laurentides, Coll. « Les régions du Québec », no 3, Québec : Institut québécois de recherche sur la culture, 892 pages.
  • MARCOTTE, René et Yves ROY (1985), Portrait régionaux de l’Outaouais, Hull : Communication Québec-Outaouais, 331 pages.
  • MINISTÈRE DE LA COLONISATION, DES MINES ET DES PÊCHERIES (1920), Les régions de colonisation de la province de Québec : la région de Labelle, Québec : Ministère de la Colonisation, des Mines et des Pêcheries, 28 pages.
  • MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ D’ANTOINE-LABELLE (1990), Schéma d’aménagement : la municipalité régionale de comté d’Antoine-Labelle, S.L., S.N., 227 pages.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Laurin, 1995, p. 51
  2. Coursol, 1985, p. 8
  3. Laurin, 1995, p. 71
  4. Laurin, 1995, p. 73
  5. Couture, 2003, p. 162
  6. Laurin, 1995, p. 273
  7. Couture, 2003, p. 159
  8. Laurin, 1995, p. 267
  9. Laurin, 1995, p. 268
  10. Laurin, 1995, p. 246
  11. Coursol, 1985, p. 24
  12. Coursol, 1985, p. 35
  13. Coursol, 1985, p. 117
  14. Coursol, 1985, p. 122
  15. Laurin, 1995, p. 520
  16. Laurin, 1995, p. 525
  17. Marcotte et Roy, 1985, p. 329
  18. Laurin, 1995, p. 487
  19. Laurin, 1995, p. 504
  20. Laurin, 1995, p. 506
  21. Données du MAMROT sauf exceptions suivantes :
    a. Superficie terrestre : Statistique Canada. 2012. Profil du recensement, Antoine-Labelle : Géographie hiérarchie. Ottawa. Consulté le 4 août 2013.
    b. Densité de population obtenue par calcul par rapport à la superficie terrestre.

Lien externe[modifier | modifier le code]