Rosemère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rosemère
Rosemère Rosemère
Église de Rosemère
Église de Rosemère
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Laurentides
Comté ou équivalent Thérèse-De Blainville
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Madeleine Leduc
2013 - 2017
Constitution 1er janvier 1947
Démographie
Gentilé Rosemèrois, Rosemèroise
Population 14 188 hab. (2008)
Densité 1 149 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 13″ N 73° 48′ 00″ O / 45.637, -73.8 ()45° 38′ 13″ Nord 73° 48′ 00″ Ouest / 45.637, -73.8 ()  
Superficie 1 235 ha = 12,35 km2
Divers
Langue(s) Français, Anglais
Fuseau horaire -5
Indicatif +1-450
Code géographique 24 73020
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Rosemère

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Rosemère
Liens
Site web http://www.ville.rosemere.qc.ca/

Rosemère est une ville du Québec, Canada, située en banlieue nord de Montréal, dans la région administrative des Laurentides. Elle longe la rivière des Mille Îles ainsi que la ville de Laval sur quelque 4,5 km et est a environ 30 kilomètres au nord de la ville de Montréal . La ville se distingue notamment par la grande densité d'arbres matures qu'elle abrite. En 2008, la ville fêtait son 50e anniversaire.

Toponyme[modifier | modifier le code]

La Commission de toponymie du Québec écrit à son propos : « Ville résidentielle des Laurentides, sise au cœur de plus de 11 km² de forêts et baignée par la rivière des Mille Îles, Rosemère est voisine de Boisbriand, à l'ouest, et de Lorraine, à l'est, à une dizaine de kilomètres au sud de Blainville, dans la grande banlieue de Montréal. On y retrouve un grand nombre d'oiseaux protégés comme dans une véritable réserve. Détachée de Sainte-Thérèse-de-Blainville en 1947 pour former une municipalité de paroisse, Rosemère allait accéder au statut de ville en 1958. Cependant, dès 1837, les lieux, situés dans la partie de la seigneurie des Mille-Îles colonisée au début du XVIIIe siècle, vont servir de quartier général aux troupes anglaises durant la révolte de Saint-Eustache. Le nom municipal, porté également par le bureau de poste entre 1901 et 1960, remonte à 1880 alors qu'un dirigeant du Canadien Pacifique, J. P. Withers, observant l'abondance des rosiers sauvages, attribue à une gare implantée le long de la rivière des Mille Îles la dénomination Rosemere, qu'il fait enregistrer à Ottawa la même année. Tirée de l'anglais rose, et mere, mot anglo-saxon du XIe siècle signifiant marais, le nom sera francisé par l'ajout d'un accent dans les années 1940[1]. »

Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

  • Mairesse : Madeleine Leduc (Comité de finances, comité des communications, comité sur les ressources humaines, comité sur les infrastructures et comité culturel, loisir et vie communautaire) ;
  • Siège 1 : Normand Bleau (Comité de infrastructures et du comité culturel, loisir et vie communautaire) ;
  • Siège 2 : Pierre Roussel (Comité consultatif d’urbanisme) ;
  • Siège 3 : Vacant (n/a) ;
  • Siège 4 : Normand Corriveau (Comité consultatif d’urbanisme, comité sur les ressources humaines et comité culturel, loisir et vie communautaire) ;
  • Siège 5 : Eric Westram (Comité de finances, comité du fonds de pension, comité sur les ressources humaines et comité sur les infrastructures) ;
  • Siège 6 : Claude Roy (Comité de finances, comité du fonds de pension et comité sur la sécurité publique).

Chronologie municipale[modifier | modifier le code]

Historique de population :

  • 12 186 habitants (en date de 1996) ;
  • 12 675 (en date de 1997) ;
  • 13 050 (en date de 1998) ;
  • 13 287 (en date de 1999) ;
  • 13 497 (en date de 2000) ;
  • 13 692 (en date de 2001) ;
  • 13 933 (en date de 2002) ;
  • 14 198 (en date de 2003) ;
  • 14 340 (en date de 2004) ;
  • 14 271 (en date de 2005) ;
  • 14 276 (en date de 2006) ;
  • 14 281 (en date de 2007) ;
  • 14 188 (en date de 2008).

Selon l'Institut de la statistique du Québec.

Régionale[modifier | modifier le code]

La ville de Rosemère fait partie des délimitations régionales suivantes:

Bilinguisme[modifier | modifier le code]

Rosemère est une des rares villes du Québec à reconnaître le français et l’anglais comme langues officielles. Sa population, majoritairement francophone, compte un nombre substantiellement important d’anglophones, soit 15,8 % de la population en 2001, un pourcentage supérieur à la moyenne régionale (4 %) et provinciale (7 %)[2]. Ce pourcentage a nettement diminué au fil du temps puisqu'il s'établissait à 65 % dans les années 1960. Cette reconnaissance du bilinguisme est très présente sur le territoire où la quasi-totalité des panneaux indicateurs affichent dans les deux langues. De plus, le profil sociohistorique de la ville se reflète bien dans la toponymie des rues, constituée de noms d’origine française et anglaise dans une proportion égale.

Suite à une ordonnance de l’Office québécois de la langue française, la ville de Rosemère dut, à l’automne 2005, changer ses panneaux afin que la présentation du français prédomine, conformément aux normes en matière d’affichage[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Rosemère est délimitée au Nord par l'autoroute 640, au Sud par la rivière des Mille Îles, à l'Est par la ville de Lorraine et à l'Ouest par la montée Sanche. Le territoire comprend également le long de la rivière des Mille Îles les îles suivantes:

  • Île Maisonneuve ;
  • Île Céglia ;
  • Île Philippe-Labelle ;
  • Île Normand ;
  • Île Bélair ;
  • Île aux-Fraises ;
  • Île aux-Juifs ;
  • Île Paré ;
  • Île Gaudette ;
  • Île Ducharme.

Éducation[modifier | modifier le code]

Rosemère compte quatre écoles primaires et trois écoles secondaires (deux publiques et une privée dans chaque cas).

Rosemère renferme deux écoles, primaire et secondaire, anglophones : Mcgaig et Rosemère High School ainsi que des écoles francophones dont l'Académie Ste-Thérèse (campus primaire), Hubert-Maisonneuve et l'Externat Sacré-Cœur. L'École Hubert-Maisonneuve, offre, en plus du programme régulier du Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec, un Programme d’éducation internationale. L'école primaire Val-Des-Ormes est aussi une école du Programme d'éducation internationale.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Maison Hubert-Maisonneuve[4]
Maison Twin Chimney[5]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Blainville Lorraine Rose des vents
Sainte-Thérèse N
O    Rosemère    E
S
Boisbriand Rivière des Mille Îles
Laval

Jumelage[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]