Saint-Colomban (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Colomban.
Saint-Colomban
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Laurentides
Comté ou équivalent La Rivière-du-Nord
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Jean Dumais
2013-2017
Constitution 1er juillet 1855
Démographie
Gentilé Colombanois, oise
Population 13 080 hab. (2011)
Densité 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 00″ N 74° 08′ 00″ O / 45.733338, -74.13333845° 44′ 00″ Nord 74° 08′ 00″ Ouest / 45.733338, -74.133338  
Superficie 9 424 ha = 94,24 km2
Divers
Code géographique 75005
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Colomban

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Saint-Colomban

Saint-Colomban est une ville du Québec située dans la MRC de La Rivière-du-Nord dans la région des Laurentides[1].

La municipalité changea son statut de municipalité de paroisse pour celui de municipalité le 17 janvier 2009[2]. Le 13 novembre 2010, celle-ci changea encore son statut pour celui de ville[3].

Situation dans la MRC

Toponyme[modifier | modifier le code]

La Commission de toponymie du Québec écrit à son propos : « Lieu de villégiature situé à quelque 20 km au sud-ouest de Saint-Jérôme, la ville de Saint-Colomban est bordée par la rivière du Nord, au sud, de même que par Mirabel. Le territoire est foulé, en 1819, par Hilaire Joubert, qui obtient la première concession de lot de cette future paroisse laurentidienne. Il sera bientôt suivi de plusieurs Irlandais et Écossais transitant par Saint-Benoît (maintenant un village de Mirabel) et Saint-Eustache, lesquels formeront une véritable petite colonie, comptant 250 habitants en 1825. Son peuplement presque exclusivement anglo-celte dominera jusqu'en 1920. Les registres de la desserte de Saint-Colomban sont ouverts en 1835 et celle-ci est érigée l'année suivante à partir d'un territoire détaché de Saint-Jérôme. Elle ne sera érigée canoniquement comme paroisse qu'en 1952. Au milieu du XIXe siècle, la population irlandaise catholique avait été recrutée par le coadjuteur du diocèse de Kingston, monseigneur Patrick Phelan (Ballyraget, Irlande, 1795 - Kingston, Haut-Canada, 1857); il est considéré comme le fondateur de la paroisse. Découragés par la rude vie de colon, plusieurs paroissiens quittent Saint-Colomban. »

Elle poursuit : « Entre 1920 et 1940, nombre d'immigrants slaves (Russes, Polonais, Ukrainiens) et des franco-québécois viennent grossir les rangs de la population colombanoise. Le nom retenu tant pour la paroisse que pour la municipalité érigée en 1845 – amputée d'une partie de son territoire en 1857 avec la création de Saint-Canut – et pour le bureau de poste (St. Columbin, 1851) rappelle la mémoire du moine Colomban (Leinster, Irlande, vers 543 – Bobbio, Italie, 615). Ce dernier évangélise l'Écosse, l'Angleterre du Nord au VIe siècle, en plus de couvrir la Gaule et l'Italie, de monastères. Son origine géographique témoigne de celle des pionniers. On relève, au cours de l'histoire, différentes orthographes qui affectent le nom municipal, parmi lesquelles les formes anglaises St. Columban (plan de 1831) et St. Columbine, cette dernière figurant sur une carte de 1872. La municipalité de la paroisse de Saint-Colomban prend le statut de municipalité en janvier 2009, puis celui de ville, en novembre 2010[4]. »

Démographie[modifier | modifier le code]

Le recensement de 2011 y dénombre 13 080 habitants, soit 29 % de plus qu'en 2006[5].

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mille-Isles Saint-Jérôme Rose des vents
Gore,
Lachute
N
O    Saint-Colomban    E
S
Mirabel

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Saint-Colomban », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  2. Pierre-François Ricard, Modification aux municipalités du Québec, janvier 2009, Institut de la statistique du Québec, 4 p. (ISSN 1715-6408, lire en ligne)
  3. Institut de la statistique du Québec, « Modifications aux municipalités », Modifications aux municipalités du Québec,‎ novembre 2010, p. 3 (ISSN 1715-6408, lire en ligne)
  4. Commission de toponymie du Québec
  5. Recensement 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]