David LaChapelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

David LaChapelle

Description de cette image, également commentée ci-après

David LaChapelle en 2005.

Naissance 11 mars 1963 (51 ans)
Fairfield (Connecticut)
Drapeau : États-Unis États-Unis
Nationalité Américaine
Profession Photographe
Réalisateur

David LaChapelle, né le 11 mars 1963 à Fairfield dans le Connecticut (États-Unis), est un photographe et réalisateur américain connu dans les domaines de la mode, de la publicité et de la photographie d'art. Son œuvre, empreinte de surréalisme et d'humour, reste très influencée par l'érotisme et fait référence aux œuvres de James Bidgood.

Biographie[modifier | modifier le code]

David LaChapelle est né le 11 mars 1963 à Fairfield, Connecticut. Son premier cliché est une photographie de sa mère, Helga LaChapelle, dans un bikini et un verre de Martini à la main, sur un balcon de Puerto Rico. Ce fut le déclenchement de sa passion.

David LaChapelle en novembre 2004.

Il s'est exercé en tant qu’artiste à l'école des arts de Caroline du Nord, puis à celle de New York. À son arrivée, LaChapelle s'est inscrit dans l’association des étudiants d'arts et à l'École des Arts Visuels. Andy Warhol lui a offert son premier travail dans le magazine Interview.

Ses publications contiennent de nombreux portraits de vedettes américaines, telles que Britney Spears, Marilyn Manson, Ryan Phillippe, Drew Barrymore, Uma Thurman, Leonardo DiCaprio, Pamela Anderson, Naomi Campbell, ou celle qu'il présente comme sa muse, la transsexuelle Amanda Lepore.

Son travail, généralement réalisé au service d'un produit de l'industrie de la mode (vêtements, accessoires…) consiste à fixer une image de la fortune bâtie sur la popularité marchande telle qu'elle serait affranchie des lois (Paris Hilton, apologie des drogues dures) et à offrir à un public de la petite bourgeoisie l'assurance d'appartenir à une classe sociale séparée des labeurs du monde.

En 2005, David LaChapelle apparaît dans son propre rôle dans le film Dig! d'Ondi Timoner. Il réalise la même année Rize, un documentaire sur le krumping et le clowning - danses nées dans la communauté Afro-américaine de South Central Los Angeles qui se caractérisent par des pas et des mouvements d'une vitesse et d'une difficulté stupéfiante - qui fut primé au Sundance Film Festival et à l'Aspen Film Festival (en).

Récemment classé parmi les dix personnalités les plus importantes de la photographie dans le monde par le magazine American Photo, il poursuit sa carrière avec de nombreuses récompenses.

En 2009, la Monnaie de Paris présente plus de deux cents clichés de David LaChapelle.

Techniques[modifier | modifier le code]

La vivacité des couleurs qui caractérise son style est obtenue au tirage, par l'utilisation de négatifs couleurs.

L'univers surréaliste de ses photographies n'est pas dû à des trucages informatiques : « C'est beaucoup plus drôle, si on veut photographier une fille assise sur un champignon de fabriquer le champignon et de l'asseoir dessus, que de le faire à l'ordinateur. De même si on veut mettre une fille nue et un singe en plein Time Square… ».

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1995, Prix du "Meilleur nouveau photographe de l'année" à la fois par French Photo Magazine et American Photo Magazine.[réf. souhaitée]
  • 1996, Prix du Photographe de l'année au VH-1 Fashion Awards
  • 1996, Prix de la photographie appliquée par le Centre international de la photographie
  • 1997, Prix du Meilleur design de livre du Art Director’s Club pour "LaChapelle Land"
  • 1998, Prix du meilleur Essai d'Avant-Garde (Best “Cutting Edge Essay”) et Prix du Style de Photographie aux "Life magazine’s Alfred Eisenstadt Awards" pour ses publications dans le magazine "the Eisies"
  • 1999, Prix de la couverture de l'année pour la revue the Eisies
  • 1999, Classé deuxième dans la liste des "20 personnes à suivre en 2000" de CNN

Filmographie[modifier | modifier le code]

Publicités[modifier | modifier le code]

Vidéos musicales[modifier | modifier le code]

Étude d'une œuvre[modifier | modifier le code]

  • Museum, Cibachrome sur diasec avec plexi de 2 x 4 mm,, 182,2 x 246,38 cm. Cette photographie, exposée à la foire des antiquaires de Bruxelles, en 2008 fait partie d'une série intitulée Déluge. Elle représente la salle d'un musée imaginaire, inondée. Le sol est encore recouvert d'une nappe d'eau où flotte divers objets, la trace du plus haut niveau des eaux est visible au bas des tableaux accrochés au mur. On distingue de gauche à droite La Peste de Michael, Sweerts, collection particulière, New York, Hécube et Polyxène de Merry-Joseph Blondel, Los Angeles, Los Angeles County Museum of Art, une des versions de La Femme au perroquet de Gustave Courbet, Hercule et Omphale de François Boucher, Moscou, musée Pouchkine.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il a publié deux livres de photographies (portraits de célébrités)

  • Artists & Prostitutes
  • Heaven to Hell
  • Hotel LaChappelle
  • LaChappelle Land
  • Eros Fotografia
  • Barbican Gallery
  • Photology
  • Palazzo delle Esposizinoi
  • Artmosphere Catalogue

Liens[modifier | modifier le code]