Conker's Bad Fur Day

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Conker's Bad Fur Day
Image illustrative de l'article Conker's Bad Fur Day

Éditeur Rareware
THQ (Europe)
Développeur Rareware
Concepteur Chris Seavor
Musique Robin Beanland

Date de sortie Icons-flag-us+ca.png 5 mars 2001
Icons-flag-eu.png 6 avril 2001
Icons-flag-au.png 25 mai 2001
Genre Action-aventure, Plates-formes
Mode de jeu Solo, multijoueur
Plate-forme Nintendo 64
Média Cartouche
Langue Anglais
Contrôle Manette

Évaluation PEGI 16+
ESRB: M
ELSPA: 15+
OFLC: M

Conker's Bad Fur Day est un jeu vidéo d'action-aventure et de plates-formes édité et développé par Rareware. Le jeu est sorti exclusivement sur Nintendo 64 le 5 mars 2001 en Amérique du Nord, le 6 avril 2001 en Europe et le 25 mai 2001 en Australie.

Le jeu relate les aventures de Conker, un écureuil roux alcoolique et avide d'argent, qui tente de retourner chez lui après une soirée arrosée et de retrouver sa petite amie Berry. Le gameplay du jeu est composé de plusieurs défis, tel que des résolutions de casses-tête et des courses de véhicules, le tout réparti dans de multiples niveaux. Le titre propose également un mode multijoueur jouable jusqu'à quatre joueurs.

Conker's Bad Fur Day est développé pendant quatre ans et est à l'origine destiné à un public familial, mais est par après repensé pour être destiné à un public adulte. Il propose notamment du contenu violent, des éléments sexuels, un langage et un humour grossier ainsi que plusieurs parodies de films et de jeux vidéo.

Le jeu a reçu un accueil positif de la part des critiques de jeux vidéo, qui ont notamment vanté ses graphismes, ses effets sonores et sa présentation. En contrepartie, les ventes du jeu sont mitigés, entre-autres à cause du manque de publicité et du fait que la GameCube allait bientôt sortir. Un remake nommé Conker: Live and Reloaded est sorti en 2005 sur Xbox.

Trame[modifier | modifier le code]

Le jeu suit les aventures de Conker l'écureuil, un écureuil roux alcoolique, qui tente de retourner chez lui et de retrouver sa bien aimée Berri après une soirée dans un bar avec ses amis[1]. Pendant ce temps, le roi panthère, dirigeant des terres dans lesquelles Conker est perdu, remarque qu'une des pattes de la table à côté de son trône est manquante et donne l'ordre à son serviteur, le professeur Von Kriplespac, de remédier à ce problème[c 1]. Celui-ci propose au roi d'utiliser un écureuil roux pour remplacer la patte de la table. Le roi ordonne alors à ses serviteurs d'en trouver un et de le capturer[c 2]. En cherchant son chemin pour revenir chez lui, Conker tombe sans vraiment le vouloir dans une série de situations absurdes, voire parfois dangereuses, comme devoir aller récupérer une ruche d'abeille volée par de grosses guêpes, combattre un énorme tas de matière fécale qui chante de l'opéra, se faire transformer par une chauve-souris par un vampire ou encore se faire enrôler par l'armée pour combattre un groupe d'ours en peluche similaire aux nazis, connu sous le nom de "Tediz", que Conker réussit à exterminer[c 3].

Durant sa quête, Conker découvre des liasses d'argent un peu partout dans les environs. La recherche d'argent devient alors son objectif principal. Dans le chapitre final, Berri et Conker sont enrôlé pour dévaliser une banque par Don Weaso, le chef de la mafia des fouines[c 4]. Lorsqu'ils pénètrent dans le coffre fort, ils découvrent que le cambriolage était en fait un plan élaboré par le roi panthère et Don Weaso pour capturer Conker[c 5]. Il s'ensuit d'une confrontation dans laquelle Berri est tué par Weaso et qu'un xénomorphe sort soudainement du ventre du roi panthère, le tuant instantanément. Von Kriplespac dévoile alors que la créature est une de ses créations et qu'il avait tout prévu pour tuer le roi et s'enfuir[c 6].

Kriplespac démarre son vaisseau spatial et entre en orbite autour de la Terre. Ensuite, il ordonne à la créature de tuer Conker pour se venger d'avoir détruit les tediz, qui étaient également ses créations[c 3]. Conker tire un levier qui ouvre une porte, envoyant Kriplespac et le corps de Berri dans l'espace. Après un bref combat, le jeu se fige lorsque la créature s'apprête à sauter sur Conker. Conker exprime son incrédulité envers Rareware de n'avoir apparemment pas testé le jeu correctement et brise le quatrième mur en demandant de l'aide au programmeur du jeu lui-même[c 7]. Celui-ci lui donne un katana et le téléporte dans la salle du trône du roi panthère avec le xénomorphe, où il lui tranche la tête. Par la suite, il est couronné nouveau roi du territoire. Conker réalise à ce moment-là qu'il a oublié de demander au programmeur de ramener Berri à la vie. Il essai de reprendre contact avec le programmeur, mais celui-ci a déjà disparu[c 8]. Conker donne ensuite un monologue final dans lequel il dit qu'il faut apprécier ce que l'on possède déjà au lieu de toujours en vouloir plus, et termine en déclarant que « le gazon est toujours plus vert et qu'on ne sait jamais vraiment ce qu'on a jusqu'à ce qu'on ne l'aie plus »[c 9].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Solo[modifier | modifier le code]

Conker's Bad Fur Day est un jeu d'action-plates-formes dans lequel le joueur prend le contrôle de Conker à travers une série de niveaux en trois dimensions[2]. Tous les environnements du jeu sont accessibles à partir d'un seul lieu, et deviennent accessibles lorsque Conker trouve assez d'argent pour y avoir accès[3]. Chaque niveau se déroule dans un environnement fermé que le joueur peut explorer à sa guise pour trouver des tâches à faire. Le joueur doit ainsi, la plupart du temps, venir en aide à divers personnages dans le jeu en échange d'argent[4]. Ces défis sont variés et peuvent aller d'une recherche d'objets, de la résolution d'une énigme à une course en véhicule ou d'un combat contre un Boss.

Les habilités de Conker sont plus simples que ceux des précédents jeux de plates-formes de Rare, tel que Banjo-Kazooie et Donkey Kong 64[3]. Conker peut courir, sauter et assommer ses opposants avec une poêle à frire. Il peut également nager en dessous de l'eau pendant un temps limité, grimper des échelles ou des cordes et peut déplacer certains objets lourds[5]. Pour récupérer de l'énergie, Conker peut manger des morceaux de chocolats qui sont répartis dans chaque niveau[3]. De plus, le jeu met à disposition à certains endroits spécifiques des plaques nommés Context sensitive, qui peut être traduit par « sensible au contexte ». Elles permettent à Conker d'obtenir des habiletés limités et spécifiques au contexte, lorsque celles-ci sont activés en appuyant sur le bouton B[3]. Par exemple, l'une des premières plaques context sensitive rencontrés permet à Conker d'obtenir un antidote pour lui enlever sa gueule de bois, ce qui permet au joueur d'avancer dans le jeu. Certaines plaques transforment Conker en une enclume lui permettant de faire une charge puissante sur le sol, tandis que d'autres lui permettent de sortir son fusil à pompe, de lancer des couteaux, d'utiliser le slingshot et plusieurs autres[3].

Le jeu utilise couramment un langage vulgaire. Une censure a d'ailleurs été utilisée pour masquer d'un bip les mots fuck et cock tandis qu'ils sont remplacés dans le sous-titrage par des symboles tels des crânes, des spirales ou des éclairs.

Multijoueur[modifier | modifier le code]

Le jeu propose un mode multijoueur dans lequel jusqu'à quatre joueurs peuvent jouer simultanément dans sept modes de jeu différents; Beach, Raptor, Heist, War, Tank, Race et Deathmatch[6]. Dans Beach, certains joueurs doivent traverser la plage et se rendre à la fin du parcours, tandis que les autres joueurs doivent les empêcher de s'y rendre en leur tirant dessus[5].

Chapitres[modifier | modifier le code]

Le jeu est découpé en plusieurs chapitres. La partie commence dans une zone d'entraînement nommée « Hungover » où le joueur apprend à diriger Conker et à interagir avec les décors. Puis le joueur accède au carrefour du jeu : une prairie appelée « Windy » et composée d'un moulin à vent, d'une usine d'excréments, d'une ruche géante, ainsi que d'une base militaire. L'action du chapitre suivant, « Barn Boys », se situe dans une ferme avec un roi abeille dépressif. Le chapitre « Bats Tower » lance Conker à la recherche d'une « fortune » cachée dans un coffre fort. Le chapitre suivant, « Sloprano », se déroule dans la demeure du très mélomane Great Mighty Poo (traduisible par « gros caca puissant »). Le chapitre « Uga Bugas » met en scène des hommes des cavernes et un volcan. Dans le chapitre « Spooky », Conker traverse un cimetière abandonné et devient l'invité d'un mystérieux vampire. Puis, c'est la guerre dans le chapitre « It's War ». Et enfin Conker retrouve sa dulcinée, Berri, afin de dévaliser une banque dans le chapitre « Heist ».

Développement[modifier | modifier le code]

Le jeu est dévoilé pour la première fois lors de l'E3 1997[7]. Le jeu est à ce moment appelé Conker's Quest, mais le titre change un an plus tard pour Twelve Tales: Conker 64[8]. Les premières images dévoilés du jeu laissaient croire que celui-ci serait destiné à un jeune public, affichant notamment des personnages enfantins et des décors colorés. Cependant, Rareware a commencé à craindre que son jeu soit trop similaire aux autres titres qu'il avait développé auparavant, comme Banjo-Kazooie ou encore Donkey Kong 64. Pour ce faire, il décide de réviser entièrement la conception du jeu[8]. Plusieurs retards ainsi qu'une année complète sans aucune mention du jeu laisse croire qu'il a été annulé[9]. Rareware a par la suite déclaré que le jeu était toujours en développement par une équipe complète travaillant avec le même niveau d'attention qu'au moment où il a été annoncé[10].

À la mi-janvier 2000, Nintendo annonce que le jeu a de nouveau changé de nom et qu'il a été totalement repensé[11]. Le jeu s'appelle désormais Conker's Bad Fur Day. Cette annonce amplifie les rumeurs comme quoi Rare aurait abandonné l'univers guimauve auquel se destinait Conker pour un univers moins niais.

Fin janvier 2000, Rare ouvre une page dédiée au jeu sur son site web. Il ne fait alors plus aucun doute que le jeu sera obscène et réservé à un public averti[12].

Lors de l'E3 2000, la nouvelle version du jeu est dévoilé à la presse. Les développeurs ont bien transformé ce qui devait être un banal jeu de plates-formes en une grosse farce obscène et violente. Conker, écureuil à l'apparence de peluche, est devenu un anti-héros. Il est vulgaire, alcoolique, vénal et évolue dans un monde peuplé de personnages tout aussi trash que lui où les insultes, les références scatologiques et la violence explicite sont monnaie courante.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Critiques et récompenses
Publication Score
GameSpot Drapeau : États-Unis 9.3 / 10[13]
IGN Drapeau : États-Unis 9.9 / 10[14]
Overgame Drapeau : France 9 / 10[15]
100 % Consoles Drapeau : France 93 %[15]
Jeuxvideo.com Drapeau : France 19 / 20[16]
Game Rankings
(compilation de
32 critiques)
89 %[17]

Nintendo édite le jeu en 2001 aux États-Unis. Le jeu reçoit un accueil critique unanime.

Selon plusieurs magazines et sites web, Conker's Bad Fur Day possède alors les graphismes les plus aboutis de tous les jeux Nintendo 64. Entre autres, le jeu utilise des ombres dynamiques (les ombres se déforment selon la provenance de la lumière) ainsi que des lumières colorées, autant de techniques qui sont novatrices à l'époque dans un jeu vidéo. De plus, contrairement à la plupart des jeux sur Nintendo 64, Conker's Bad Fur Day n'utilise pas d'effet de brouillard pour masquer l'horizon et propose de grands parcours avec une grande distance de vue. Contrairement à l'immense majorité des jeux en 3D de l'époque, les personnages de Conker's Bad Fur Day possèdent des animations faciales relativement détaillées (synchronisation des lèvres des personnages avec leurs textes), certains d'entre eux possèdent même des doigts indépendants les uns des autres.

Ventes[modifier | modifier le code]

Le contenu de Conker's Bad Fur Day, avec ses insultes, ses allusions sexuelles, sa violence et son côté scatophile, est en nette opposition avec la ligne éditoriale des productions de la Nintendo 64 et en dépit de la qualité du jeu, Nintendo reste frileux quant à son édition : le jeu sort en quantité relativement limitée et Nintendo décide de ne pas l'éditer au Japon et en Europe. La raison officielle invoquée par Nintendo pour ne pas éditer le jeu en Europe est que cela n'aurait pas été rentable commercialement : le jeu propose de nombreux textes et aurait exigé une coûteuse traduction en plusieurs langues[18].

Aux États-Unis, durant la semaine de lancement, le jeu se vend à 23 000 exemplaires. Un mois après son lancement, seulement 55 000 exemplaires ont trouvé acquéreurs, un chiffre bien en dessous des standards habituels de Nintendo[19]. Une mauvaise communication de la part de Nintendo n'a pas joué en la faveur de ce titre[20],[21]. Cette faible promotion a lancé la rumeur selon laquelle Nintendo ne soutenait pas le jeu, voire a tenté de saboter sa promotion. Ou encore que l'éditeur n'avait découvert qu'au dernier moment ce qu'était devenu le jeu et s'était donc fait piéger par Rare, avec qui les relations étaient devenues tendues (renforcé par le découpage du logo N par Conker). Cependant, il n'en était rien, car comme le souligne l'un des développeurs du jeu Chris Seavor dans une interview en 2014, si Nintendo n'avait pas soutenu pas le projet, le financement aurait été coupé et le développement été arrêté . De plus, l'éditeur était à 100% derrière le jeu et savait depuis le début qu'il allait changer de direction. Ainsi, selon Seavor, la faible promotion s'explique par le genre du jeu en lui-même, difficile à promouvoir étant donné la censure et les réglementations en vigueur (et adressé à un public adulte) [25]

En Europe, THQ distribue le jeu un mois après sa sortie américaine, sans le traduire, et en le vendant plus cher que la majorité des jeux de l'époque (600 FF[22] alors que le prix moyen d'un jeu sur Nintendo 64 était de 450 FF). Là aussi, les chiffres de vente ne resteront pas dans les annales.

Références et parodies[modifier | modifier le code]

Le jeu fait référence à plusieurs films (répliques, personnages, mise en scène) et à plusieurs jeux vidéo (gameplay, mise en scène).

Références cinématographiques :

Références vidéo-ludiques :

  • Banjo-Kazooie (La tête de Banjo en tant que trophée dans la taverne, et celle de Kazooie sur un parasol)
  • Donkey Kong Country (Lorsque Conker monte l'échelle de la grange, on retrouve les guêpes récurrentes dans la série Donkey Kong)
  • Killer Instinct (lors du combat final, il est possible d'effectuer le même combo que Fulgore et si l'on ne bouge pas, on peut voir Conker (pas toujours) sortir une GameBoy et y jouer)
  • Legacy of Kain (le tableau à fond rouge dans le manoir du vampire montrant un écureuil roux vampirique en armure ressemble à une carte de Blood Omen)
  • Resident Evil (l'arrivée dans le manoir du comte)
  • Sonic the Hedgehog 2 (Conker fait l'hélicoptère avec sa queue, à la façon de Tails dans la série Sonic)
  • Street Fighter II (lors du combat final, il est possible d'effectuer un shoryuken)
  • Super Mario 64 (le boss de fin se bat pratiquement de la même façon que celui de Super Mario 64, Bowser)

Équipe de développement[modifier | modifier le code]

  • Réalisateur, Game Designer : Chris Seavor
  • Programmeur principal : Mark Betteridge
  • Musiques : Robin Beanland
  • Graphismes, Character Designer : Don Murphy
  • Programmeurs : Chris Marlow, Tony Wong
  • Programmation audio : Mike Currington
  • Programmation caméra : Shawn Pile
  • Programmation des effets visuels : Andrew Davies
  • Mode multi-joueurs et interfaces : Robert Harrison
  • Artistes décors et interfaces : David Rose, Chris Seavor, Edward Sludden, Carl Tilley
  • Artiste cinématique : Andrew Betts
  • Animateurs 3D et artistes cinématique : Declan Doyle, Aisling Duddy, Louise Ridgeway
  • Sons et enregistrement : Robin Beanland
  • Game Design additionnel : Mark Betteridge, Gregg Mayles, Don Murphy, David Rose, Tim Stamper
  • Graphismes additionnels : Andrew Betts, Don Murphy, Chris Seavor
  • Scénario des cinématiques : Robin Beanland, Chris Seavor
  • Voix des personnages : Chris Seavor (Conker/Birdy/Gargoyle/Batula/Beetles/Wasps/King Bee/Franky/Ron/Reg/Boss/Professor/Ugas/Bugga/Rock Creatures/Male Villagers/Monk/Squirrel Army/Weasels/Rodent/Carl/Quentin/Imps/Sarge/Tediz/Male Boxes/M. Barrel), Louise Ridgeway (Berrie/Queen Bee/Jugga/Rock Solid Creatures/The Female Cogs/The Sunflower/Catfish/Female Villagers/Puppet Girl/Cow/Female Box) Chris Marlow (The Great Mighty Poo/The Panther King)

Remake[modifier | modifier le code]

En 2005, un remake de Conker's Bad Fur Day est édité sur Xbox sous le titre Conker: Live and Reloaded. Cette version propose des graphismes améliorés et un mode multijoueur jouable via internet. Cependant ce service fut arrêté en avril 2010, comme tous les jeux de la première Xbox.

Détail ironique : la version Xbox (visant les jeunes adultes) est plus censurée que la version Nintendo 64 (console considérée par beaucoup comme une machine « pour enfants »)[23]. Cependant, il est possible de débloquer une version non censurée du jeu après l'avoir terminé[24].

Annexes[modifier | modifier le code]

Médias externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Citations du jeu[modifier | modifier le code]

  1. (en)Roi panthère: « Ah. Professor. I have a job for you. As you can see, the table...
    Von Kriplespac: Ze table! Ah yes. So, you have spilt ze milk again? That's not gut. Not gut! Let me have a look at it for you. Yes. I... I think I see the problem. I vill see vat I can do. You must give me a moment, though. I vill come back later... »
  2. (en) Roi panthère: « Hmm. Yes. Squirrel. I've heard of them. Yes. So? »
    Von Kriplespac: « So it is simple, my liege. Ve need a squirrel, and ve put him here. You no spill your milk, ve don't get duct tape. »
    Roi panthère: « Hmm... Gentlemen. »
    Gardes: « Yes, my liege? »
    Roi panthère: « Get me one of these red squirrels. »
  3. a et b (en) Von Kriplespac: « Since this squirrel got rid of my Tediz, bastard, I zink ze latest addition to my plans is about to take shape. The incubation period is just about complete! Not a moment too soon! Yes, my liege, let us kill two birds vit one stone! »
  4. (en) Don Weaso: « Okay, since your little escapades with those cavemen kinda put me outta business, now I need to replenish my funds. Here we have it, the Feral Reserve Bank! »
    Conker: « Okay, but I'll do it on one condition only. »
    Don Weaso: « What? »
    Conker: « That I get an outfit that's as cool as hers! »
    Don Weaso: « Deal! »
  5. (en) Roi panthère:« Hmmm, yes, at last... a red squirrel... ...good! »
    Conker: « A red squirrel! Oh, I think he means me. I don’t recognize this guy! Unless, he’s the fabled Panther King! But he lives just in stories, like my mum used to tell me to get me to sleep! Looks like he was real after all. The fairy Panther King! »
    Roi panthère: « Who are you calling a fairy? »
    Conker: « No, as in, like, fairy, as in ephemeral... like a fable, like a legend, you know, that doesn’t exi... doesn’t matter. »
    Roi panthère: « Oh, no, doesn’t matter, not anymore, not for you. Weasel! »
    Don Weaso: « Right here, boss. »
    Roi panthère : « Your bounty. »
  6. (en) Von Kriplespac: « Ah! Come here! Ah! Such a beautiful animal! Even though he is about to... annihilate you, squirrel! Rip you limb from limb! You cannot help but admire... zis... beauty! His... power! His... poise! He is not a vonderful creature... is he? »
  7. (en) Conker: « Hello? What's going on? Is this a joke? The game's locked up! Ha! I don't believe it! What! Is it the testing department's day off or somethin'? Hmmm... this gives me an idea. Um! Hello... Eh! If there are any software engineers that can hear me? Just eh. Type something in. »
  8. (en) Conker: « What? But I, no, you don't understand. I don't really wanna be king. Oh no, I forgot to, I should have brought Berri back to life. Oh no! Hello, programmer. Ah, they're gone. »
  9. (en) Conker: « So there I am. King. King of all the land. And who'd have thought that? Not me. I guess you know who these guys are now. I certainly do. I don't want to know them. And, yep, I may be king and have all the money in the world, and all the land, and all that stuff, but, you know, I don't really think I want it. I just wanna go home, with Berri, and... I don't know... have a bottle of beer. Hmm. It's not gonna happen. It's true what they say. The grass is always greener, and you don't really know what it is you have until it's gone. Gone. Gone. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Shane Satterfield, « Conker's Bad Fur Day Review », GameSpot,‎ 1er mars 2001
  2. (en) Matt Casamassina, « Conker's Bad Fur Day review », IGN,‎ 2 mars 2001
  3. a, b, c, d et e (en) « Conker's Bad Fur Day: Basics », IGN
  4. Jihem, « Test de Conker's Bad Fur Day sur Nintendo 64 », Jeuxvideo.com,‎ 11 juin 2001
  5. a et b Manuel d'instruction de Conker's Bad Fur Day
  6. (en) « Conker's Bad Fur Day: Multiplayer: Basics », IGN
  7. (en) « E3: First Impressions of Conker's Quest », IGN,‎ 21 juin 1997
  8. a et b (en) « Conker Has a Bad Day », IGN,‎ 13 janvier 2000
  9. (en) « Conker in Limbo », IGN,‎ 25 août 1998
  10. (en) « Rare on Tooie, Conker », IGN,‎ 25 octobre 1998
  11. (en) IGN Staff, « Conker Has a Bad Day », sur http://www.ign.com/, IGN Entertainment,‎ 2000 (consulté le 13 mai 2008).
  12. (en) IGN Staff, « More Proof that Conker is Insane », sur http://www.ign.com/, IGN Entertainment,‎ 2000 (consulté le 13 mai 2008).
  13. (en) « Critique de Conker's Bad Fur Day », sur GameSpot (consulté le 20 juillet 2008).
  14. (en) « Critique de Conker's Bad Fur Day », sur IGN (consulté le 20 juillet 2008).
  15. a et b (fr) « Revue de presse international de Conker's Bad Fur Day », sur GameKult (consulté le 20 juillet 2008).
  16. (fr) « Test de Conker's Bad Fur Day », sur Jeuxvideo.com (consulté le 1er Août 2010).
  17. (en) « Critiques de presse de Conker's Bad Fur Day », sur Game Rankings (consulté le 20 juillet 2008).
  18. (en) IGN Staff, « THQ Conkers Europe », sur http://www.ign.com/, IGN Entertainment,‎ 2001 (consulté le 15 mai 2008).
  19. (en) IGN Staff, « Conker a Certifiable Flop », sur http://www.ign.com/, IGN Entertainment,‎ 2001 (consulté le 5 octobre 2008).
  20. Publicité papier uniquement dans le magazine Playboy.
  21. Aucune communication à son sujet dans le magazine officiel Nintendo américain.
  22. soit 102,07 € après compensation de l'érosion monétaire due à l'inflation selon l'INSEE.
  23. Sur Xbox, les mots shit, twat et fellatio sont censurés en plus des mots fuck et cock déjà censurés sur Nintendo 64.
  24. « Test de Gamekult » mentionnant la possibilité de retirer la censure.

25. Chris Seavor http://gamikia.com/interview-with-chris-seavor-conker/