Confiteor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Confiteor est le titre d'une prière liturgique latine commençant par ce mot latin signifiant « Je reconnais, j'avoue ». La version française est connue sous le titre Je confesse à Dieu. Par cette prière, le chrétien (catholique) se reconnaît devant Dieu pécheur vis-à-vis de Lui et vis-à-vis des hommes ; il sollicite son pardon.

Description[modifier | modifier le code]

Cette prière est notamment récitée au début de la messe (voire aussi avant la communion) et au cours du sacrement de pénitence et de réconciliation, dans l'un et l'autre cas, comme préparation spirituelle au sacrement qu'on s'apprête à recevoir, ainsi qu'en beaucoup d'autres occasions, en prière individuelle ou collective.

Les liturgies orientales d'Antioche et d'Alexandrie commencent aussi la messe avec une confession des péchés. Les premiers sacramentaires romains ne sont pas très détaillés sur le sujet, ne mentionnant que l'introït, mais dès le XIe siècle des préparations à la confession étaient faites sur l'autel. Le Micrologue de Bernold de Constance est le premier texte qui cite directement le Confiteor. Les versions du texte ont varié avec l'histoire des ordos et des conciles, par exemple avec le concile de Ravenne ou les missels de Paul III et de Pie V.

Il a été de coutume de dire deux fois le Confiteor : d'abord le prêtre aux fidèles, ensuite les fidèles au prêtre. Alors, les prêtres et servants prononçaient le Miseratur, faisaient le signe de la croix et récitaient la prière Indulgentiam.

Dite seulement une fois, elle était souvent prononcée lorsque la messe se déroulait en dehors de l'église ou avant le dernier sacrement du malade. En ce moment, c'est le célébrant qui doit répondre par les Miseratur et Indulgentiam et non le contraire. Le diacre devait chanter cela avant la communion de la messe solennelle et avant la réception des indulgences.

Les dominicains invoquent spécialement saint Dominique de Guzmán dans leurs célébrations. Il est aussi possible de dire cette prière en dehors de la liturgie, en privé.

C'est du Confiteor que vient le célèbre « Mea culpa, mea maxima culpa » courant dans l'expression écrite et parlée (« c'est ma faute, ma très grande faute ») que le fidèle dit en se frappant la poitrine.

Missel de Paul VI[modifier | modifier le code]

Français

Je confesse à Dieu tout-puissant,
Je reconnais devant mes frères
que j’ai péché,
en pensée, en parole, par action et par omission.
Oui, j’ai vraiment péché.
C’est pourquoi, je supplie la Vierge Marie,
les anges et tous les saints,
et vous aussi, mes frères,
de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

Latin

Confìteor Deo omnipotènti
et vobis, fratres,
quia peccàvi nimis cogitatiòne,
verbo, òpere et omissiòne :
Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa.
Ideo precor beàtam Mariam semper Virginem,
omnes Angelos et Sanctos,
et vos, fratres,
oràre pro me ad Dòminum Deum nostrum.

Rite tridentin[modifier | modifier le code]

Français

Je confesse à Dieu Tout-Puissant,
à la Bienheureuse Marie toujours vierge,
à Saint Michel Archange,
à Saint Jean-Baptiste,
aux Saints Apôtres Pierre et Paul,
à tous les Saints,
et à vous, mon Père,
que j’ai beaucoup péché, par pensées,
par paroles et par actions.
C’est ma faute, c’est ma faute, c’est ma très grande faute.
C’est pourquoi je supplie la Bienheureuse Marie toujours vierge,
Saint Michel Archange,
Saint Jean-Baptiste,
les Saints Apôtres Pierre et Paul,
tous les Saints et vous mon Père,
de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

Latin

Confiteor Deo omnipotenti,
beatæ Mariæ semper Virgini,
beato Michæli Archangelo,
beato Ioanni Baptistæ,
sanctis Apostolis Petro et Paulo,
omnibus Sanctis,
et tibi, pater,
quia peccavi nimis cogitatione,
verbo et opere:
mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa.
Ideo precor beatam Mariam semper Virginem,
beatum Michælem Archangelum,
beatum Ioannem Baptistam,
sanctos Apostolos Petrum et Paulum,
omnes Sanctos, et te, pater,
orare pro me ad Dominum Deum nostrum.

Rite dominicain[modifier | modifier le code]

Français

Je confesse à Dieu Tout-Puissant,
à la Bienheureuse Marie toujours vierge,
à Saint Dominique notre père,
à tous les Saints,
et à vous, mes frères,
que j’ai beaucoup péché, par pensées,
par paroles, par actions, et par omissions.
C’est ma faute.
C’est pourquoi je vous supplie de prier pour moi.

Latin

Confiteor Deo omnipotenti,
et beatæ Mariæ semper Virgini,
et beato Dominico patri nostro,
et omnibus Sanctis,
et vobis, fratres,
quia peccavi nimis cogitatione,
locutione, opere et omissione,
mea culpa:
precor vos orare pro me.

Articles connexes[modifier | modifier le code]