Prière eucharistique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La prière eucharistique est la partie de la messe dite lors de la sanctification des hosties. Il s'agit de la partie eucharistique de la messe, c'est-à-dire l'ensemble des formules comprise entre l’offertoire et le Notre Père' :Notre père qui est au cieux que ton nom soit sanctifié ...'. C'est la partie la plus importante de la messe.

Église romaine[modifier | modifier le code]

La prière eucharistique est dite par le prêtre seulement.

La prière eucharistique est une « prière d'action de grâce et de sanctification. […] Le sens de cette prière est que toute l'assemblée des fidèles s'unisse au Christ dans la confession des hauts faits de Dieu et dans l'offrande du sacrifice » (P.G.M.R. 78[1]). La prière eucharistique est la réactualisation non sanglante du sacrifice du Christ lors du Calvaire[2]. C'est au cours de la prière eucharistique que se produit la transsubstantiation.


Forme ordinaire du rite romain[modifier | modifier le code]

Dans la forme ordinaire de la messe, le prêtre a le choix entre plusieurs prières eucharistiques (PE) auxquelles l'assemblée répond par diverses acclamations. Les quatre principales PE sont :

  1. la première est la reprise avec quelques modifications de l’unique prière eucharistique du rite romain avant Vatican II, le Canon (c’est-à-dire la norme) romain. D'inspiration certainement plus ancienne, la partie centrale est livrée par saint Ambroise dans les années 380 (Des Sacr. IV, 5, 21-27) et le texte est quasi définitivement fixé avec saint Grégoire, mort en 604, puis modifié au IXe siècle[3].
  2. la deuxième PE est tirée d’une prière inscrite dans un ouvrage du début du IIIe siècle : la Tradition apostolique (le plus communément attribuée à Hippolyte de Rome vers 215[3]).
  3. la troisième PE, rédigée en 1967, reprend des éléments des traditions gallicanes et hispaniques, sur le plan de la PE II[3].
  4. la quatrième PE s’inspire de la liturgie orientale (prière eucharistique de Saint Basile utilisée dans le rite byzantin) et reprend, depuis la préface jusqu’à la doxologie finale, toute l’histoire du salut.

Les autres prières eucharistiques sont : les trois PE pour assemblées d'enfants, les deux PE pour la réconciliation et la PE pour les circonstances particulières avec ses quatre variantes.

Les prières eucharistiques du rite paulinien essayent de montrer les richesses de toute l'histoire de l'Église catholique romaine. Deux épiclèses (invocations au Saint-Esprit) ont lieu : la première invocation est dite sur les offrandes (pain et vin qui deviendront corps et sang du Christ), la deuxième invocation est dite après le récit de l'institution pour bénir l'assemblée. Ce récit de l'institution n'est pas une histoire simplement racontée mais plutôt la mémoire des gestes et paroles du Christ lors du repas de la Cène.

Forme extraordinaire du rite romain[modifier | modifier le code]

Dans la forme extraordinaire du rite romain (ou messe tridentine), il existe une seule prière dénommée Canon, très proche de la prière eucharistique fixée avec Saint Grégoire.

Essai sur les origines de la prière eucharistique[modifier | modifier le code]

Église byzantine[modifier | modifier le code]

L'Église byzantine utilise deux "prières eucharistiques", celle de saint Jean Chrysostome et celle de saint Basile. Mais on utilise plutôt, dans les rites orientaux, le terme plus large d' "anaphores".

Église syriaque (ou syrienne occidentale)[modifier | modifier le code]

La tradition syriaque possède plusieurs dizaines d'anaphores, dont les principales sont publiées dans la collection Anaphoræ Syriacæ (ISBN 88-7210-281-2) à Rome. Sept fascicules comprenant une vingtaine d'anaphores sont parus entre 1939 et 1981.

Sources[modifier | modifier le code]

L'ouvrage de référence contenant les principaux formulaires de prière eucharistique connus (nonobstant les développements récents dans les Églises en Occident) est : A. Hänggi - I. Pahl, Prex eucharistica. Textus e variis liturgiis antiquioribus selecti (Spic. Frib. 12, 3e éd.), vol. I, Fribourg, 1998.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation Générale du Missel Romain n° 78.
  2. « Le sacrifice de la croix et le sacrifice de l’Eucharistie sont un unique sacrifice. La victime et celui qui l’offre sont identiques. Seule la manière de l’offrir diffère. Le sacrifice est sanglant sur la croix, non sanglant dans l’Eucharistie », in Compendium du catéchisme de l'Église catholique, 2005, question n°280.
  3. a, b et c Paul De Clerck, La prière eucharistique, in Dans vos assemblées, manuel de pastorale liturgique, sous la direction de Joseph Gelineau. Ed. Desclée, 1989.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Rite romain

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]