Airbus A380

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir A380 (homonymie).
Airbus A380
Image illustrative de l'article Airbus A380
Airbus A380 en vol
Airbus A380 en vol

Rôle Avion de ligne long-courrier
Constructeur Union européenne Airbus
Équipage 2
Premier vol
Mise en service
Premier client Singapore Airlines
Client principal Emirates 47 (140)
Singapore Airlines 19 (24)
Qantas 12 (20)
Investissement 15 milliards [1]
Coût unitaire 414,4 millions de dollars [2]
Production Depuis 2004
Commandes 324[3],[4]
Livraisons 128
En service 128
Variantes A380-800
A380-800F (reportée[5])
A380-900
ACJ380
Masse et capacité d'emport
Passagers 407 à 853 (selon la configuration)

L'Airbus A380 est un avion de ligne civil très gros-porteur long-courrier quadriréacteur à double pont produit par Airbus civil aircrafts, filiale d'Airbus Group. Les éléments sont produits et assemblés dans différents pays de l'Union européenne ; les principaux le sont en France, en Allemagne, en Espagne et au Royaume-Uni. D'autres pièces proviennent d'autres pays dont la Belgique et l'assemblage final est réalisé sur le site de Toulouse, en France.

Le programme A380, d'un coût total de développement de 8 milliards d'euros[1], a été lancé au milieu des années 1990 sous le nom d'Airbus A3XX. Le premier vol a eu lieu le [6] à l'aéroport de Toulouse-Blagnac et le premier service commercial s'est déroulé le par Singapore Airlines entre Singapour et Sydney[7]. En mars 2013, le 100e A380 est livré à la compagnie Malaysia Airlines[8].

L'A380 est, en 2013, le plus gros avion civil de transport de passagers en service et le troisième plus gros avion de l'histoire de l'aéronautique, après le Hughes H-4 Hercules et l'Antonov An-225. Le pont supérieur de l'A380 s'étend sur toute la longueur du fuselage, ce qui donne à la cabine 50 % de surface de plus que celle de son concurrent direct, le Boeing 747-400[9].

Initialement, l'A380 était proposé en deux versions. L'A380-800, la version passager, peut transporter de 525 passagers à 853 passagers suivant la configuration (trois classes standards ou classe économique unique). La version A380-800F cargo, peut emporter jusqu'à 150 tonnes de fret. En raison des problèmes d'industrialisation de l'A380-800 et des désistements des principaux clients, Airbus s'est résolu à reporter le développement de la version cargo après 2015, tout en continuant la prospection commerciale[10]. Il existe aussi une version Prestige surnommée Flying Palace et destinée au marché des jets d'affaire.

L'A380-800 a un rayon d'action de 15 400 kilomètres, ce qui lui permet de voler de New York jusqu'à Hong Kong sans escale, à la vitesse de 900 km/h (Mach 0,88) jusqu'à 1 012 km/h (Mach 0,92)[11]. Son principal client est Emirates, la compagnie de Dubaï ayant commandé 50 appareils supplémentaires le 17 novembre 2013 pour porter à 140 sa flotte d'A380.

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chronologie de l'Airbus A380.

Genèse[modifier | modifier le code]

L'Airbus A380
Article détaillé : Concurrence entre Airbus et Boeing.

Les stratégies d'Airbus et de Boeing : très gros porteur contre très long courrier[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1980, Airbus s'était établi comme un sérieux concurrent de Boeing sur le segment des petits et moyens porteurs et envisageait de s'attaquer au marché des appareils de 600 à 800 places[12]. Au début des années 1990, Airbus se mit officiellement à chercher un moyen de concurrencer Boeing et son 747 sur le marché des très gros porteurs.

Il existait déjà des très gros porteurs militaires, comme l'Antonov AN 124-225 (de taille comparable et de masse supérieure à celle de l'Airbus A380), mais pas d'avion de transport civil de cette taille.

Les premières esquisses d'un aéronef très gros porteur Airbus, capable de transporter plus de 800 passagers ont été réalisées au cours de l'été 1988. Cet ambitieux projet est resté un secret du département « technologie et développement de produits nouveaux » d'Airbus pendant deux ans et demi[13].

  • Pré-étude Boeing-Airbus

Les constructeurs américains Boeing et McDonnell Douglas avaient également des projets de cette ampleur avec le Boeing New Large Airplane et le McDonnell Douglas MD-12. Face aux coûts de développement que représente un tel projet, Daimler-Benz et British Aerospace, deux membres du consortium, ont poussé Airbus à accepter une étude jointe proposée par Boeing[14] sur la faisabilité d'un super gros porteur, connu sous le nom de « Very Large Commercial Transport ».

Les deux constructeurs savaient qu'il n'y avait pas de place pour deux appareils sur une telle niche de marché, comme l'avait montré le lancement simultané du L-1011 de Lockheed et du DC-10 de McDonnell Douglas qui avait conduit Lockheed à cesser la production d'avions civils.

En , lorsque cette enquête de deux ans et demi fut terminée[15], Boeing et Airbus décidèrent de ne pas construire un appareil ensemble[16].

Le retrait de Boeing[modifier | modifier le code]

Le coût du développement d'un super gros porteur était évalué par Boeing entre 12 et 15 milliards de dollars, et par Airbus à 8 milliards. A posteriori, l'évaluation de Boeing semblait meilleure puisque le coût officiel du développement de l'A380 est de 18,6 milliards de dollars (12 milliards d'euros).[réf. nécessaire] Boeing estimait que le marché potentiel des très gros porteurs n'était pas suffisamment important pour justifier un tel investissement, et préférait développer des versions dérivées de son 747[17]. C'est d'ailleurs exactement ce qu'a fait ensuite le constructeur américain.

En 1997, Boeing abandonne l'étude des 747-500 et 747-600 faute d'un intérêt suffisant de la part des compagnies aériennes. En 2000, Boeing proposera encore deux projets de 747 agrandis aux compagnies aériennes, les modestes 747X et 747X stretch mais là encore, les projets n'aboutiront pas, la demande étant jugée insuffisante. Boeing, qui avait l'exclusivité effective du marché des gros porteurs et un savoir-faire unique de 30 ans dans ce domaine a donc renoncé à renouveler son 747. Cela indiquait soit que le constructeur américain faisait une erreur stratégique, soit que le marché potentiel ne permettrait pas une rentabilité satisfaisante pour lui et encore moins pour Airbus qui n'avait à cette époque que la maîtrise des petits et des moyens porteurs.

Ron Woodard, le président de Boeing, indiquait avec clairvoyance qu'il était « difficile d'imaginer qu'Airbus puisse développer un avion totalement nouveau pour un investissement de 8 milliards de dollars »[17].

Le choix d'Airbus[modifier | modifier le code]

De nombreux responsables d'Airbus étaient persuadés que Boeing n'avait aucune envie de lancer un tel projet avec son principal concurrent et que l'échec de cette enquête commune n'était qu'un leurre pour permettre au constructeur américain de conserver la suprématie avec ses 747[14]. C'était une mauvaise interprétation puisque Boeing est effectivement resté sur le marché des gros porteurs avec son 747-400 sorti en 1989 et a laissé à Airbus le marché des très gros porteurs. Le désintérêt de Boeing pour un développement commun d'un très gros porteur était autant économique que stratégique.

Lorsque Airbus apprend en 1996 que Boeing va lancer un projet de 747 agrandi[18], la division « très gros porteur » est immédiatement créée et le constructeur européen décide de lancer son propre projet[16]. En réalité, Boeing ne lançait pas de projet de 747 « très gros porteur » mais évaluait seulement la demande du marché pour des avions intermédiaires entre le gros porteur type 747-400 et le très gros porteur que voulait Airbus. Cet objectif raisonnable réduisait l'investissement à « seulement » 5 milliards de dollars.

Le projet du super gros porteur d'Airbus a débuté fin 1995 et fut baptisé Airbus A3XX. À partir d', Airbus noue contact avec des compagnies susceptibles d'être intéressées par le gros porteur de Boeing pour discuter de l'hypothèse d'un avion de plus de 500 places. En fait, les 26 et 27 juin 1996, le constructeur européen invite les représentants de 13 compagnies aériennes mondiales au sein de l'hôtel Le Domaine d'Auriac de Carcassonne, près de Toulouse[19]. Airbus reçoit des réponses très positives, mais le désintérêt réel de Boeing pour les très gros porteurs sème le doute chez certains partenaires d'Airbus. Le souvenir du Concorde, avion extraordinaire jamais égalé en performances mais aux pertes abyssales en exploitation est encore très présent. En , la division « très gros porteur » continue d'affirmer la rentabilité du projet[20]. Finalement, le programme se lança officiellement le 19 décembre 2000[19].

Développement et construction[modifier | modifier le code]

Les contraintes de taille de l'avion ont été fixées par Airbus en concertation avec les principales compagnies aériennes, les services officiels et les représentants d'une soixantaine d'aéroports internationaux[21]. Afin de pouvoir utiliser les installations des aéroports existantes sans entraîner de modifications radicales des infrastructures, l'A380 devait pouvoir s'inscrire dans un « carré de 80 mètres »[22]. Les dimensions de l'appareil ne devaient pas dépasser 80 m en longueur et 80 mètres en largeur, la hauteur maximale ayant été fixée à 24 m. Ces contraintes avaient pour objectif de permettre à l'A380 de pouvoir manœuvrer sur les parkings et les voies de circulation des aéroports capables d'accueillir des 747. Les dépassements de 15,4 m en largeur, 3,3 m en longueur et 4,7 m en hauteur devaient être absorbés par les marges que la plupart des aéroports internationaux avaient fixées autour du 747. L'incident de Bangkok montre que cette perte des marges rend les manœuvres plus délicates dans les aéroports non modifiés : le , l'Airbus A380 en tournée de démonstration en Asie avec à son bord des personnalités, a heurté un hangar sur l'aéroport de Bangkok, endommageant légèrement son aile gauche.

La conception de l'A380 avait pour objectif constant de transporter plus de passagers que le 747 tout en consommant moins. Ces objectifs sont atteints aujourd'hui et la supériorité de capacité n'est pas menacée. Même si le futur Boeing 747-8 devrait consommer 13 % de moins par passager que l'A380 actuel et avoir globalement un coût d'exploitation inférieur de 19 %, sa capacité restera très en deçà de celle de l'A380 avec 105 passagers de moins en configuration 3 classes.

Test de fatigue de la structure d'un A380 à Dresde.

Le , le conseil de surveillance d'Airbus décide le lancement du programme A3XX[23], rebaptisé A380, pour un montant de 8,8 milliards de dollars[17] et alors que 55 appareils ont déjà été commandés par 6 compagnies[24]. Le nom A380 ne suit pas la dénomination classique des appareils d'Airbus qui s'était jusqu'à présent suivie, de A300 à A340. « A380 » fut choisi car le nombre 8 ressemble à une vue en coupe du double pont de l'avion et est également un chiffre porte-bonheur dans de nombreux pays asiatiques dont le marché est le principal visé[13].

La configuration de l'A380 a été définitivement fixée au début de l'année 2001 et la fabrication des premiers éléments du caisson de voilure a débuté le [25].

Budget[modifier | modifier le code]

Le budget initial du programme A380 était évalué à 8 milliards de dollars en 1994[26] mais s'est élevé, en 2003, à 10,7 milliards de dollars dont 5,1 milliards pour Airbus, 3,1 milliards pour les partenaires et équipementiers et 2,5 milliards sous forme d'avances des gouvernements[27]. En 2008, le budget est évalué à 18,6 milliards de dollars. Il faut ajouter à cette somme les 7,9 milliards de dollars (5 milliards d'euros) des dépassements de coût et les pénalités de retard[28]. La charge financière totale est donc de 26,5 milliards de dollars (18 milliards d'euros avec 1 € = 1,45 USD), très loin des 8 milliards de dollars annoncés à l'origine pour justifier la viabilité économique du projet.

Présentation au public[modifier | modifier le code]

Première présentation de l'A380.

La présentation officielle de l'A380 a eu lieu le [29] dans le hall Jean-Luc Lagardère à Toulouse devant une foule réunissant plus de 5 000 personnes ainsi que les représentants des quatre principaux pays prenant part à ce projet (Tony Blair, Jacques Chirac, Gerhard Schröder et José Luis Rodríguez Zapatero)[30], les représentants des quatorze compagnies clientes et des personnalités de l'aéronautique et du transport aérien.

La cérémonie a mis en scène son et lumière, pendant deux heures, pour retracer 35 ans d'aventure Airbus, symboliser la réussite européenne et présenter le nouvel appareil ainsi que les nouvelles couleurs de la gamme Airbus, qui ne reprennent plus les couleurs arc-en-ciel caractéristiques depuis le lancement du premier A310 mais ont dorénavant pour dominante le bleu. Le nom du constructeur est peint en bleu clair et en gras sur les côtés de la carlingue, le nom de l'appareil est également peint en bleu foncé. Toute la dérive ainsi qu'une partie de l'arrière du fuselage sont bleues et contiennent des motifs de formes arrondies, en dégradé de bleu, représentant des sphères.

Premiers essais au sol et premier vol[modifier | modifier le code]

Premier décollage de l'A380 depuis l'aéroport de Toulouse-Blagnac.

Quelques jours avant le vol inaugural, l'appareil MSN001, équipé de quatre réacteurs Rolls-Royce Trent 900, avait été transféré du site d'assemblage jusqu'aux pistes pour les premiers essais statiques et les premiers tests de roulage. Les réacteurs ont été poussés progressivement jusqu'à leur puissance maximum alors que l'appareil était à l'arrêt, freins bloqués. L'A380 a ensuite effectué une série d'accélérations et de freinages de plus en plus violents[31].

Le premier vol de l'A380 a eu lieu le à 10 h 29 sur l'aéroport de Toulouse-Blagnac, piloté par Jacques Rosay[32],[33]. L'appareil a emporté un équipage composé de six personnes (deux pilotes, un mécanicien-naviguant et trois ingénieurs), était dépourvu de sièges dans la cabine mais était rempli de ballasts d'eau, censés simuler le poids des passagers et vérifier la stabilité de l'appareil et l'efficacité des commandes. L'appareil a également emporté une vingtaine de tonnes de matériel de contrôle pour effectuer une série de tests durant le vol[34]. Lors de son décollage et bien que n'étant chargé qu'à 75 %, cet appareil a battu, avec une masse de 421 tonnes, le record mondial du plus lourd engin civil à décoller[33] : l'An-124 affiche 405 tonnes au maximum et l'An-225 Mriya, hexaréacteur développé pour le transport de la navette spatiale Buran, a une charge maxi de 640 tonnes, record mondial toutes catégories.

Environ 4 à 5 minutes avant la mise des gaz et alors que l'A380 était déjà aligné sur la piste, un petit jet type « Corvette » a décollé sur la piste « 32 droite » pour se réaligner derrière l'A380 et a filmé l'accélération de l'A380 sur la piste et son décollage. Pendant les h 51 du vol, l'équipage a pu, à une altitude maximale d'environ 10 000 pieds (3 000 mètres), tester les volets, la vitesse et les commandes de vol, ainsi que l'équilibrage de l'avion.

L'appareil s'est posé à 14 h 23 après avoir salué les 40 000 spectateurs présents en survolant la piste Concorde à une altitude de 100 mètres.

Tests et certification[modifier | modifier le code]

L'A380 au Salon du Bourget

Cinq A380 ont été construits pour la phase de test et de présentation au public et à diverses compagnies[35]. Le vol inaugural du a marqué le début d'une campagne d'essai d'une durée initialement prévue de 15 mois visant à tester toutes les phases de décollage et d'atterrissage en conditions extrêmes, les phases de l'enveloppe de vol ainsi que les conditions réelles de vols avec passagers et les escales. De nombreux tests mécaniques ont également été effectués pour solliciter diverses pièces jusqu'à la rupture[36]. À l'issue de 2 500 heures d'essais en vol, l'A380 devait recevoir les certifications de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) et de la Federal Aviation Administration (FAA), autorisant la mise sur le marché[35]. Cette campagne devait également permettre à l'A380 de tester différent aéroports susceptible d'accueillir l'avion plus tard et d'être présenté au public lors de divers salons.

Le , l'A380 a atteint la vitesse maximum de Mach 0,96, environ 1 175 km/h (comparée à sa vitesse de croisière de Mach 0,85) lors d'un piqué, complétant ainsi le début de l'enveloppe de vol[35].

Afin de tester l'appareil dans des conditions climatiques extrêmes, l'A380 s'est rendu le à Medellín et Bogota en Colombie pour tester les performances de l'appareil à haute altitude puis le à Iqaluit dans le grand Nord canadien pour des tests par grand froid[37].

Le , durant le test de résistance des ailes de l'appareil MSN5000, la rupture s'est produite lorsque la charge a atteint 145 % de la charge maximale, en dessous des 150 % requis pour obtenir la certification. Airbus a annoncé avoir modifié la structure pour atteindre la résistance suffisante[38].

Le comportement des passagers durant un vol longue durée ainsi qu'en situation d'urgence a été testé et simulé. Le , lors d'un exercice d'évacuation d'urgence, 853 passagers et 20 membres d'équipages ont réussi, en moins de 90 secondes, à quitter l'avion en utilisant seulement 8 sorties de secours sur 16[39]. Trois jours plus tard, l'appareil a reçu les certifications de l'AESA et de la FAA[40]. Le confort et l'ergonomie de l'avion ont été testés lors des premiers vols avec passagers. Le , 474 salariés volontaires d'Airbus ont décollé pour le premier d'une série de quatre vols[41].

Le , l'A380 MSN 9, cinquième et dernier appareil à rejoindre la flotte des avions d'essai effectue son premier vol équipé des moteurs GP7200 d'Engine Alliance[42].

Un Airbus A380-800 aux couleurs de la compagnie aérienne Emirates.

La première présentation de l'A380 au grand public s'est déroulée en au Salon du Bourget, qui a attiré 480 000 visiteurs[43]. À la mi-novembre 2005, l'A380 a effectué une tournée de démonstration et de promotion en Asie du Sud-Est et en Australie. L'avion s'est posé sur les aéroports de Singapour, Brisbane, Sydney et Kuala Lumpur en portant successivement les couleurs de Singapore Airlines, Qantas et Malaysia Airlines. Le 19 novembre, l'A380 a également participé au Salon aéronautique de Dubaï où il a porté les couleurs de la compagnie Emirates. Après cette « tournée mondiale », la fin de la phase de test intervient le [44].

L'EASA et la FAA délivrent les certificats de vols des A380-841 (Trent 970-84 ou 970B-84) et A380-842 (Trent 972-84 ou 972B-84) le lors d'une cérémonie sur le site d'Airbus à Toulouse[45]. L'A380-861 (GP7270) obtient son certificat le .

Problèmes d'industrialisation et délais de livraison[modifier | modifier le code]

Le site d'assemblage final à Toulouse, l'usine Jean-Luc Lagardère. Au premier plan, quatre avions aux couleurs des compagnies Air France, Singapore Airlines, Malaysia Airlines et Emirates subissent les tests finaux avant leur vol de convoyage vers l'usine d'Hambourg où la peinture et l'aménagement commercial seront faits.

Le lancement commercial de l'A380 a été repoussé à trois reprises en raison de problèmes d'industrialisation concernant le câblage de la cabine passagers à double pont, réalisé à Hambourg. Certains câbles se sont avérés trop courts pour être raccordés aux autres parties de l'avion lors de l'assemblage final à Toulouse[46]. Airbus a attribué ces problèmes à la complexité d'un tel système et à des facteurs propres à l'A380[47], dont la personnalisation de l'aménagement intérieur des avions selon les compagnies, et donc des harnais (câblage)[48]. Le manque d'intégration d'Airbus a également été mis en cause[46]. Les usines Airbus allemandes et françaises utilisaient des versions différentes du même logiciel CATIA, version 4 pour l'Allemagne et l'Espagne et version 5 pour le Royaume-Uni et la France[49]. De plus, les maquettes numériques 3D censées faciliter l'intégration des harnais électriques n'ont été réalisées que très tardivement dans le programme et les différentes équipes étaient encore en phase d'apprentissage[50].

Airbus a annoncé les premiers retards en 2005 et prévenu les compagnies clientes qu'ils pourraient atteindre jusqu'à six mois, réduisant ainsi le nombre prévu d'avions livrés fin 2009 de 120 à 90-100. Le , un second délai a été annoncé avec un nouveau décalage de 6 à 7 mois dans le calendrier des livraisons. La première livraison était toujours prévue pour fin 2006 mais le nombre d'appareils livrés en 2007 était réduit à 9, et le nombre total d'appareil livré fin 2009 réduit à 70-80. Cette annonce a entrainé une chute de 26 % de l'action EADS et conduit aux départs de Noël Forgeard et Gustav Humbert. Quatre mois plus tard, le 3 octobre 2006, EADS déclarait que le programme était de nouveau différé d'un an et que le premier exemplaire de série de l'Airbus A380 ne serait livré qu'au mois d'octobre 2007. Les nouvelles prévisions de livraison étaient alors d'un exemplaire en 2007, 13 en 2008, 25 en 2009 et 45 en 2010[51].

En octobre 2007, Louis Gallois a déclaré qu'Airbus s'apprêtait à livrer 12 A380 en 2008, 21 en 2009 et finalement 44 par an à partir de 2010[52].

Cabine du pont supérieur du prototype de test MSN4. Les citernes d'eau simulent le poids des passagers et de leurs sièges.

En raison de difficultés de production et à la suite du report des commandes liées à la crise économique, Airbus a indiqué début mai 2009 que seuls 14 A380 seraient livrés en 2009, et « plus de 20 » en 2010[53]. Airbus a finalement livré 12 A380 en 2008 et 10 (au lieu de 25) en 2009.

Au début de l'année 2010, Airbus espérait pouvoir livrer 20 appareils pendant l'année mais les incidents survenus sur les réacteurs Rolls Royce de la compagnie Qantas, à la fin du mois de novembre, ont entraîné des modifications sur les deux derniers exemplaires qui devaient être initialement livrés au mois de décembre. De ce fait, seuls 18 appareils ont été livrés en 2010. À la suite de ces nouvelles difficultés, l'objectif de dépasser la vingtaine d'A380 livrés en 2011 s'est avéré plus difficile à atteindre que prévu pour Airbus, mais a tout de même été tenu. Pour permettre d'offrir des délais raisonnables aux compagnies clientes, Airbus n'envisageait alors la mise en œuvre des nouvelles versions de l'A380 que lorsque le seuil des 30 appareils livrés par an sera dépassé.

Ces retards de 18 mois sur le programme initial ont eu de nombreuses conséquences pour Airbus. Ils ont entrainé un surcoût du programme de 4,8 milliards d'euros[51].

Seuil de rentabilité de l'A380[modifier | modifier le code]

Il était estimé à 250 appareils au lancement du programme, à 270 en 2001, à 300 en mars 2006 puis à 420 appareils en octobre 2006. Depuis cette date, Airbus ne communique plus de seuil de rentabilité pour cet avion. En août 2013, le seuil de rentabilité serait estimé à 530 avions. Hans Peter Ring, le directeur financier d'EADS, a déclaré en mai 2010 que le plan d'affaires de l'A380 était basé sur la vente de 750 avions.

Le manque à gagner sur la période 2006-2010 est estimé à 6,3 milliards d'euros[54]. De nombreuses compagnies, lésées par les retards, ont exigé des compensations financières. Emirates a reçu 110 millions de dollars d’indemnités[55].

Afin de pallier ces retards et compenser le manque à gagner, des solutions industrielles et financières ont été mises en place. Les systèmes informatiques ont été uniformisés et plus de 2 000 compagnons allemands ont été envoyés à Toulouse afin de câbler à la main les seize premiers appareils à livrer[46]. La cadence de production a également été accélérée à Hambourg afin d'écourter les délais d'attente. Le programme de réduction des coûts « Power 8 » lancé en février 2007 a pour objectif d'économiser 2,1 milliards d'euros par an à partir de 2010 au prix de 10 000 suppressions d'emplois[56].

Mise en service[modifier | modifier le code]

Le premier A380 vendu, MSN003 immatriculé 9V-SKA, a été livré à Singapore Airlines le et a effectué son premier vol commercial le entre Singapour et Sydney[57]. Les places avaient été mises aux enchères, leur prix d'achat variant entre 560 et 100 380 dollars et en ont rapporté 1,3 million, somme reversée par la compagnie à des œuvres caritatives. Deux mois plus tard, le PDG de Singapore Airlines Chew Choong Seng a déclaré que les performances de l'A380, en consommant 20 % de kérosène de moins que les 747 de sa flotte, étaient supérieures à ce qu'espéraient la compagnie et Airbus[58].

Le plus gros client de l'A380, Emirates, a reçu son premier appareil équipé de moteurs Engine Alliance le et a effectué le 1er août le premier vol commercial vers les États-Unis, la compagnie a reçu son second A380 le [59].

Lors des réparations de l'appareil endommagé par l'explosion d'un réacteur du vol 32 de Qantas, des micro-fissures ont été découvertes sur les pieds de nervure des voilures[60] et ont forcé l'Agence européenne de la sécurité aérienne à émettre une consigne de navigabilité obligeant les compagnies à vérifier certains de leurs A380. Plus tard, ces micro-fissures ont été observées sur tous les A380 et ont forcé Airbus à modifier sa chaîne d'assemblage des A380 à Toulouse, causant des délais de livraisons supplémentaires.

En octobre 2012, Bob Lange, directeur mercatique de l'A380, précisa que le taux de fiabilité pour l'ensemble de la flotte A380 en service a été supérieur à 98 %, les 9 premiers mois en 2012. De plus, concernant les 25 derniers appareils mis en ligne, ce taux a augmenté à plus de 99 %, pendant les trois derniers mois, à savoir de juillet à septembre 2012[a 1].

Marché potentiel[modifier | modifier le code]

Parallèlement à la conception de l'A380, Airbus a mené la plus importante étude de marché jamais réalisée[61] et a estimé, en 2007, que la demande sur les appareils de plus de 400 places pourrait atteindre 1 300 appareils dans les 20 prochaines années si le niveau de saturation des aéroports se maintenait[a 2]. Si ce niveau augmentait, le nombre d'appareils pourrait atteindre 1 800, la majorité de la demande se situant en Asie du Sud-Est[62]. Hans Peter Ring, le directeur financier d'EADS, a déclaré en que le plan d'affaires de l'A380 était basé sur la vente de 750 avions. En octobre 2012, avec cinq ans de vols commerciaux, Airbus compte toujours vendre entre 650 et 700 appareils sur long terme[a 3]. Étant donné que le constructeur a vendu 257 A380 en dix ans, John Leahy, directeur général délégué, prévoit que le 500e appareil sera vendu dans les dix prochaines années[a 4].

Avec les moyens financiers mis en œuvre pour l'A380, Airbus n'avait plus la capacité en 2009 d'assurer seul l'investissement du futur A350. Il a donc été contraint de changer son mode de gouvernance et de demander à ses sous-traitants de partager la charge financière. Cela a entraîné de facto une perte d'indépendance vis-à-vis de ces sous-traitants et une répartition moins favorable des bénéfices à venir[63].

Le futur A350XWB aurait des perspectives commerciales de deux à quatre fois supérieures à celles de l'A380[64]. Ainsi, selon Bloomberg News en novembre 2012, United Airlines aurait négocié avec Airbus une acquisition des A350-1000XWB, au lieu de l'A380, pour remplacer sa flotte de B747 vieillis, déjà âgés 17 ans moyen[65].

En septembre 2013, les évolutions du marché aérien imposent à Airbus de revoir sa stratégie commerciale[66]. En envisageant le développement d'un A350-1100XWB de 400 passagers pour concurrencer les nouveaux Boeing 777X, Airbus pourrait apporter des améliorations à l'A380-800 pour lui permettre de mieux répondre à cette nouvelle concurrence et accélérer aussi le développement de l'A380-900 de plus grande capacité.

Pourtant, un entretien du PDG d'Emirates Tim Clark suggère un changement de la tendance. Il précisa en novembre 2013 : « nous en aurions pris dix de plus si nous avions trouvé de la place. » Il dénonça aussi que « le temps montrera qu'on peut remplir des appareils de 500 places. Je pourrais citer dix compagnies dont je suis convaincu qu'elles pourraient remplir ces appareils et qui ne sont pas opératrices de l'A380[67]. »

En janvier 2014, l'autorisation pour l'A380 de se poser sur certains aéroports en Inde[68] pourrait offrir de nouvelles perspectives commerciales alors que les commandes de la seule compagnie indienne cliente, Kingfisher Airlines, ont été révoquées suite à la faillite de cette dernière en octobre 2012.

Commandes et livraisons[modifier | modifier le code]

Noms des compagnies clientes en juin 2005 peintes sur le fuselage.

Le nombre total de commandes fermes reste à 259 à la fin du mois de septembre 2013. Cela représente une moyenne de 22 commandes par an sur 12 ans.

En raison des délais de production puis de la suspension du programme fret, les 27 commandes de l'A380F ont soit été annulées soit converties en version passager. Vingt clients ont commandé des A380 dont un utilisateur privé (la compagnie de location ILFC a annulé ses 10 exemplaires le 8 mars 2011).

Les retards importants concernant son industrialisation, le mécontentement des clients sur les premiers exemplaires livrés et la crise économique ont profondément affecté le nombre de commandes des A380 en 2008 et 2009. En 2010, le retour de la confiance des compagnies aériennes et une brève amélioration du contexte économique ont permis à Airbus de retrouver un nombre de commandes de nouveau satisfaisant.

L'incident de la compagnie Qantas avec les moteurs Rolls-Royce en novembre 2010, qui conduira à la découverte de problèmes de microfissures sur les ailes, conjugué à la fragilité conjoncturelle de l'économie mondiale, entraînent de nouvelles difficultés pour Airbus. En 2011 et en 2012, le constructeur aéronautique européen restera en deçà de son objectif[69] de commandes et de livraisons supérieures à 30 exemplaires par an.

John Leahy, le patron des ventes d'Airbus, estimait cependant que l'avenir appartenait toujours à l'A380 et que les ventes seront soutenues en 2013 par l'arrivée de deux nouvelles variantes de l'A380-800, avant d'envisager de proposer les autres versions de l'A380 lorsque le développement de l'A350 sera suffisamment avancé pour libérer des ingénieurs.

Après la commande de 20 Airbus A380 passée par Doric en février 2014, plusieurs compagnies aériennes comme Saudia, Garuda Indonesia ou encore Turkish Airlines s'intéressent à l'A380.

Commandes et livraisons par années

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011[70] 2012 2013 2014 Total[71]
Commandes A380-800 78 0 34 10 10 24 33 9 4 32 19 9 42 20 324
A380-800F 7 10 10 -17 -10 0
A380 Prestige 1 1
Livraisons A380-800 1 12 10 18 26 30 25 6 128
A380 Prestige 0

Versions[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

A380-800[modifier | modifier le code]

Vues techniques de l'A380-800
Hatch de la LH Airbus A380-800 York New sur l'aéroport de FRA, septembre 2012

Il s'agit de la version de base de l'A380, baptisée à l'origine A3XX-100. C'est cette version qui est entrée en service en 2007, et restera la seule livrée jusqu'à l'arrivée de nouvelles variantes prévues plus tardivement. Il en existe plusieurs sous-versions, dont l'A380-841 et l'A380-842 motorisées par des moteurs Rolls-Royce Trent 900 et l'A380-861 motorisée par des moteurs GE-PW GP-7200.

Long de 73 m pour une envergure de 79,8 m, l'A380-800 peut emporter 525 passagers ou 555 passagers selon la configuration standard (3 classes) choisie sur une distance maximale de 14 800 km. L'objectif est de permettre aux compagnies aériennes de substituer sur certaines lignes une seule rotation à deux rotations assurées notamment par des Boeing 777. Cependant, la plupart des compagnies clientes ont préféré diminuer ce nombre de passagers au profit du confort.

En version charter (une classe), l'appareil pourrait emporter jusqu'à 853 passagers et 20 membres d'équipage.

En mai 2012, Airbus a proposé à ses clients deux nouvelles variantes de l'A380-800[72] :

- la première variante, dite HGW avec une masse maximum au décollage augmentée à 575 t au lieu de 560 t, doit permettre d'emporter jusqu'à 625 passagers et d'augmenter le rayon d'action jusqu'à 15 750 km, et cela en fonction des attentes de la compagnie cliente,

- la seconde variante, dite SR avec une masse maximum au décollage réduite entre 490 t et 510 t, a pour objectif de permettre d'augmenter le nombre de passagers transporté en limitant le rayon d'action à 10 000 km pour les dessertes dites régionales.

Malgré ces deux nouvelles variantes, en octobre 2013, Airbus n'a alors enregistré aucune nouvelle commande et se voit contraint de revoir sa stratégie commerciale[73]. Si le développement d'un A350-1100XWB de 400 passagers, lancé pour concurrencer les nouveaux Boeing 777X, venait à être confirmé, l'A380-800 devrait alors faire face à un nouveau concurrent, bimoteur très gros porteur, sans doute plus performant. Airbus pourrait alors d'une part améliorer les performances de l'A380-800[74], en modifiant sa voilure et de ses réacteurs et d'autre part accélérer le développement des autres versions de l'A380, l'A380-800R et l'A380-900, ce qui reprendrait la logique de développement suivi par le Boeing 747 qui avait progressivement augmenté, à chaque nouvelle version, son rayon d'action et ses capacités d'emport.

ACJ380[modifier | modifier le code]

Adapté de l'A380-800, l'ACJ380 (Airbus Corporate Jet), appelé aussi « Flying Palace », est une version destinée à l'aviation d'affaire. Équipé de réacteurs Rolls-Royce Trent 900, c'est le jet d'affaire le plus gros au monde et il vise un minimum de vingt clients haut de gamme, dont une forte proportion au Moyen-Orient[75], dont la plupart possèdent aujourd'hui un Boeing 747-400.

Le premier exemplaire a été vendu par Airbus, le , au prince Al-Walid ben Talal ben Abdelaziz Al Saoud, président de la Kingdom Holding Company[76] et devait être livré courant 2013. Son coût final était d'environ 368 millions de dollars. L'avion est un des trois A380 d'essai revendus par Airbus. Le prince ne recevra pas l'appareil, car il l'a revendu avant la livraison[77].

En 2013, le délai de livraison d'un ACJ380 est de 6 ans : 3 ans pour accéder à un créneau de fabrication (2016) et 3 ans pour l'aménagement selon la configuration choisie[77].

Projets[modifier | modifier le code]

A380-500[modifier | modifier le code]

L'hypothèse d'une version courte de l'A380, pouvant emporter environ 480 passagers, avait été évoquée à l'origine du projet, sous le code A3XX-50R[78]. Cette version avait été écartée une première fois du projet en 1999, avant d'être de nouveau envisagée en 2000 pour concurrencer un éventuel Boeing 747X. Le 19 décembre 2000, le lancement du programme A3XX exclut toutefois la réalisation de cette version, et ce au profit de l'A340-600 qui allait débuter alors sa carrière commerciale face à la forte concurrence du Boeing 777.

Après le lancement public de son concurrent direct, le Boeing 747-8, à la fin de l'année 2005, Airbus s'était interrogé de nouveau sur le développement éventuel de cette version. Mais le succès commercial limité de son concurrent et des performances qui seraient pénalisées par la masse à vide élevée de l'appareil (267 t contre 215 t pour son concurrent) ont conduit Airbus à écarter de nouveau le possible développement de cette version. Le développement de nouveaux biréacteurs de 400 passagers à l'horizon de la fin des années 2010 va probablement sceller définitivement le sort de cette version de l'A380 qui ne correspond plus aux attentes des compagnies aériennes.

A380-900[modifier | modifier le code]

Avant que ne survienne la crise économique de 2008, de nombreuses compagnies dont Air France, Emirates, Virgin Atlantic[79], Cathay Pacific[80] et Qantas, ainsi que la compagnie ILFC[79] se sont montrées intéressées par une nouvelle version de l'A380 de plus grande capacité.

John Leahy, directeur commercial d'Airbus, avait confirmé en 2007 les plans pour une version allongée de l'A380-800, baptisée à l'origine A3XX-200 et qui est devenue depuis l'A380-900[79]. Cette version mesurerait 79,40 m de longueur contre 73 m pour l'A380-800 et aurait une capacité de 650 passagers en configuration standard et d'environ 900 à 1 000 en classe économique uniquement. L'objectif est de permettre aux compagnies aériennes de substituer sur certaines lignes une seule rotation à deux rotations assurées notamment par des Boeing 777-200.

Après l'annonce officiel du report du projet en mai 2010, Emirates avait confirmé son intérêt pour l'A380-900 en octobre 2010, mais aussi pour une version extrême baptisée A380-1000[81] déjà évoquée auparavant par Steven Udvar-Hazy, ancien président et fondateur d’ILFC. Cependant, une telle version se heurterait probablement à certaines contraintes et limites techniques (longueur dépassant les 80 m, masse supérieure à 600 t, poussée des réacteurs équivalente à ceux de l'A350, allongement de la distance de décollage, etc.)

Pour permettre la mise en œuvre d'une version à très haute densité de l'A380, Airbus serait susceptible de proposer une variante de l'A380-900 à plus court rayon d'action (environ 10 000 km) qui embarquerait donc moins de carburant, ce qui lui permettrait de conserver une masse au décollage inférieure à 600 t. Cette variante intéresserait notamment des compagnies clientes comme Skymark Airlines, qui exploite notamment la ligne intérieure la plus fréquentée au monde entre Tokyo et Sapporo au nord du Japon, et permettrait de répondre à l'accroissement du trafic aérien intérieur en Chine.

Le projet de l'A380-900, comme celui-ci de l'A380-800F, est toujours envisagé par Airbus mais John Leahy, directeur général délégué de l'Airbus, a précisé en octobre 2012 que la demande pour la version allongée est encore insuffisante pour la lancer et que le rendez-vous sera donné dans les dix prochaines années[a 5], s'il se confirmait une reprise significative de l'activité économique dans le secteur aérien et lorsque les bureaux d'études qui conçoivent l'A350 seront libérés. À la suite de cette annonce, Emirates a de nouveau déclaré son intérêt d'une version de l'Airbus A380 avec 800 passagers, en envisageant notamment plusieurs classes sur trois ponts[82].

Suite aux projets de développement de nouveaux biréacteurs de 400 passagers, notamment le Boeing 777X, le développement de l'A380-900 pourrait être accéléré pour relancer les commandes de l'A380 en offrant un appareil de plus grande capacité, tant au niveau du nombre de passagers, que du tonnage de fret.

A380-800R[modifier | modifier le code]

En utilisant les réservoirs supplémentaires prévus pour l'A380-900, Airbus serait susceptible de proposer une variante de l'A380-800 à très long rayon d'action (17 à 18 000 km)[79].

Cette version irait dans le sens du choix de certaines compagnies clientes de privilégier le confort par rapport au nombre de passagers pour leurs A380-800 effectuant les vols les plus longs.

Cet avion pourrait notamment faire la liaison entre Londres et l'Australie, qui est exploitée par British Airways, Virgin Atlantic et Qantas.

Il pourrait ainsi compléter l'offre commerciale d'Airbus, notamment par rapport à un éventuel A350-1100XWB, de plus de 400 passagers mais dont le rayon d'action pourrait ne pas dépasser 13 000 km pour limiter de nouveaux développements sur cette nouvelle version de cet appareil.

A380-800F[modifier | modifier le code]

Parallèlement à la version passagers de l'A380, Airbus avait commencé à développer une version fret, l'A380-800F, dont les travaux de conception ont débuté en décembre 2000, en même temps que ceux de la version passager[83]. L'appareil était censé avoir une autonomie de 10 410 km et ses trois ponts lui auraient permis d'accueillir des conteneurs standards et des palettes (17 conteneurs sur le pont supérieur, 28 sur le pont principal et 13 dans les soutes[83]), lui donnant ainsi une capacité d'emport de 150 tonnes[84].

FedEx avait commandé dix A380-800F en 2002[85] mais a annulé sa commande en 2007 et a choisi d'acquérir quinze Boeing 777[86]. En 2005, UPS avait commandé dix avions A380F qui devaient être livrés à partir de 2009[87] mais à la suite du retard de production, la livraison a été reportée à 2010-2012. UPS a annulé cette commande en 2007 car la compagnie estimait qu'Airbus ne pourrait pas respecter ces délais[88].

En raison du très faible niveau des ventes, encore réduit par les nombreuses annulations, Airbus a annoncé qu'il gelait le développement de l'A380-800F dans l'attente d'une reprise significative de l'activité économique dans le secteur aérien, tout en continuant la prospection commerciale[a 6]. Ce revers commercial a permis à Airbus de concentrer ses moyens sur la version passagers[5],[83].

Selon l'évolution économique du secteur aérien au cours des années 2010, l'A380-900 pourrait être également proposé lui aussi en versions fret et/ou combiné (fret et passager).

Conception[modifier | modifier le code]

Nouveaux matériaux[modifier | modifier le code]

Alors que la majorité du fuselage est en aluminium, près de 25 % de la masse de l'appareil est composée de matériaux composites[89]. Des matrices organiques renforcées de fibres de carbone, de verre et de quartz sont utilisées à grande échelle dans les ailes, des sections du fuselage, la surface des ailes et les portes. L'A380 est le premier avion de ligne avec un caisson central de voilure en fibre de carbone, offrant une résistance à la traction supérieure à celle des fibres standard et permettant de réaliser un gain de poids évalué à deux tonnes[90]. Des thermoplastiques sont utilisés pour les dispositifs hypersustentateurs. Du glare (GLAss-REinforced fibre metal laminate) en fibres de verre et d'aluminium, 10 % moins dense que l'aluminium et plus résistant à la corrosion, est utilisé pour la partie supérieure du fuselage et pour les bords d'attaque de la dérive. Contrairement aux premiers matériaux composites, le glare peut être réparé en utilisant les techniques traditionnelles de réparation de l'aluminium[91]. De nouveaux alliages d'aluminium soudables ont été également employés ce qui a permis d'utiliser des techniques de soudage au laser pour assembler certaines pièces permettant ainsi de remplacer le rivetage traditionnel et de réaliser une économie de poids[92].

Vue de la caméra embarquée dans la queue de l'A380

Avionique[modifier | modifier le code]

L'A380 utilise une architecture avionique modulaire intégrée[93],[94] (AMI), utilisée initialement dans des avions de chasse tels que le F-22 Raptor et l'Eurofighter Typhoon et basée sur des logiciels COTS. L'AMI regroupe les logiciels applicatifs et permet de partager des ressources de calcul communes[95].

Le NSS (Network Server System - serveur de système en réseau), est la « colonne vertébrale » de l'architecture réseau de l'A380. Une partie du NSS est dédiée au domaine avionique. La seconde partie, séparée par une diode physique[réf. nécessaire], contient les informations et documents relatifs aux opérations de vol et est connectée au monde extérieur (échange sécurisé de données montantes et descendantes, plans de vols et aéroports, documentation technique numérique, système de divertissement de bord (IFE) et connexions sans fil).

De plus, deux nouvelles technologies en option sont proposées aux compagnies aériennes, afin d'améliorer la sécurité. D'une part, il s'agit de l'affichage de pilotage tête haute (HUD, Head up Display), équipement répandu dans les appareils militaires, et notamment efficace lors des phases de décollage et d'atterrissage. Développée par Thales, cette option est déjà mis en service depuis novembre 2009, par Air France. L'équipement est également installé dans les flottes de Korean Air et de China Southern Airlines[a 7]. D'autre part, ce sont les fonctions qui optimisent automatiquement le contrôle de l'appareil après l'atterrissage, à savoir BTV (Brake to Vacate (en)) ainsi que ROW/ROP (Runway Overrun Warning and Protection). Ces dernières sont conçues pour l'A350 mais peuvent aussi désormais équiper l'A380[a 8].

Commandes de vol[modifier | modifier le code]

Cockpit de l'A380.

L'A380 reprend le principe des commandes de vol électriques ou fly by wire introduites dans les années 1980 sur l'A320, et du contrôle actif généralisé (CAG) commandé par minimanche latéral mais les commandes mécaniques de secours disparaissent car elles se sont révélées inutiles sur les avions précédents. De plus, l'avion ne dispose plus de trois circuits hydrauliques comme ses prédécesseurs mais de deux seulement, ces derniers fonctionnant à 5 000 psi (350 bars) au lieu de 3 000 psi comme les autres avions de la gamme. La redondance nécessaire est assurée par des circuits électriques alimentant de nouveaux types d'actionneurs à puissance électrique ou EHA (Electro Hydrostatic Actuators) voire mixtes ou EBHA (Electrical Back-up Hydraulic Actuators). Les commandes de vol primaires de profondeur, d'aileron et de direction sont fabriquées en France par Goodrich.

Les calculateurs non critiques deviennent des applications qui se partagent des ressources matérielles génériques. Les différents calculateurs communiquent entre eux via un réseau Ethernet commuté, appelé AFDX[a 9]. Enfin, avec l'A380, un dispositif de pointage informatique (analogue à la souris) fait son apparition sous forme de trackballs dans les habitacles et permet aux pilotes de construire leur plan de vol en cliquant les balises, et de naviguer directement dans les différents menus[a 10].

En tant que nouvelle génération, à partir de l'A380, les appareils d'Airbus s'équipent de huit grands écrans à cristaux liquides de 15 × 20 cm[96], au lieu de 6 écrans de 15 × 15 cm pour les A320/A330/A340[a 11].

Aménagement de la cabine[modifier | modifier le code]

Classe affaire sur un A380 d'Emirates.
Classe économie sur un A380 d'Air France.

La cabine de l'A380 est aménagée pour améliorer le confort des voyageurs : le bruit est réduit de 50 % par rapport au Boeing 747-400 et la pression de l'air est équivalente à une altitude de 1 520 m contre 2 440 m pour le 747-400. L'A380 dispose de 50 % de plus de surface et volume aménageable que le 747, ainsi que de plus grands hublots et compartiments bagages. Le nombre de sièges par rangée va de 4 en première classe à 11 en classe économique haute-densité. Alors que les largeurs de sièges en classes économie vont généralement de 41,5 à 52,3 cm, les sièges de l'A380 vont jusqu'à 48 cm de large avec 10 sièges par rangée.

Les deux ponts de l'A380 sont reliés par deux escaliers, un à l'avant et un à l'arrière de la cabine, et sont suffisamment larges pour permettre le passage de deux personnes en même temps. Cette disposition de la cabine permet des dispositions de sièges variées suivant le choix de la compagnie aérienne. L'appareil est certifié pour embarquer jusqu'à 853 passagers en configuration économique (classe économique ou charter). La configuration de base proposée par Airbus offre trois classes avec 525 (10 en première classe et 334 en classe économique sur le pont inférieur). Le pont supérieur accueillera lui 76 passagers en classe affaires et 103 en économique. Les compagnies aériennes ont choisi des configurations allant de 407 passagers (Korean Air) à 652[97] (Transaero). À partir de MSN58, Singapore Airlines adopte un aménagement de 409 sièges[98],[a 12], équivalant de la capacité du Boeing 747-8, afin d'offrir aux passagers plus de confort, soit 1,3 fois plus d'espace[99]. Skymark Airlines conçoit actuellement une configuration à 394 sièges[100]. À l'opposé, Air Austral avait prévu d'installer 818 passagers en une seule classe, mais à la suite de difficultés financières, le projet reste en suspend.

L'éclairage de la cabine, du cockpit et du pont cargo utilise des LED et peut être modifié pour créer différentes ambiances ou pour simuler le jour ou la nuit. L'extérieur de l'appareil est éclairé par des lampes à décharge à haute intensité.

La voilure[modifier | modifier le code]

Les ailes de l'A380, les plus grandes jamais construites pour un avion de ligne commercial[101], sont longues de 45 mètres[102]. Au point d'accroche à la carlingue (à l'emplanture), elles mesurent près de trois mètres d'épaisseur et 11 mètres de corde. Le débattement vertical en bout d'aile peut atteindre 6,80 mètres. Leur conception, et maintenant leur fabrication, est faite en collaboration avec de nombreux équipementiers. Elles sont intégrées sur le site d'Airbus de Broughton, au Pays de Galles, inauguré en 1993.

L'empennage horizontal et la dérive sont construits par Airbus à Stade (Allemagne). La stabilisation en tangage artificielle (CAG) a permis de reculer le centre de gravité de l'appareil de 6 % de la corde moyenne et de réduire la surface de l'empennage horizontal de 25 % (122 au lieu de 162 m2)[103]. Le CFRP (plastique renforcé par des fibres de carbone) est utilisé (entre autres) pour la totalité de l'empennage (plans fixes et gouvernes).

L'intégration est faite à Getafe et Puerto Real avec des éléments de Gamesa au Pays basque et à Illescas.

Train d'atterrissage et pneumatiques[modifier | modifier le code]

Train avant de l'A380
Train d'atterrissage central d'un A380

Lors de la conception de l'A380, deux principales contraintes ont guidé l'élaboration des trains d'atterrissage. Ceux-ci devaient être les plus légers possible et donc faire appel à de nouveaux alliages. L'A380 devait également pouvoir se poser sur toutes les pistes où se posait le Boeing 747 sans obliger les aéroports à effectuer de gros travaux. Il est donc doté de 22 roues, un nombre important qui permet de mieux répartir le poids sur la piste. Bien qu'étant un avion plus lourd que le 747, la charge supportée par chacune des roues de l'A380 est comparable[104].

Sur les vingt-deux roues, seules seize sont freinées par le système de freinage avec antiblocage de Messier-Bugatti piloté par une avionique Messier-Bugatti, les 2×4 roues des trains d'atterrissage des ailes et les 2×4 roues avant des trains d'atterrissage centraux qui sont composés de 2×6 roues. Celle-ci pilote également l'orientation des roues arrières des deux trains centraux qui sont articulées et non-freinées.

Le train principal est réalisé par Goodrich[105], en alliage de titane pour un tiers, avec des circuits hydrauliques sous une pression de 5 000 psi (3 000 sur les avions actuels) ce qui correspond à 345 bars. L'ensemble a permis d'économiser 1,2 tonne supplémentaire sur le poids total de l'appareil. Le train avant, quant à lui, a été conçu à Vélizy et réalisé à Montréal par le premier fabricant mondial de trains d'atterrissage Messier-Dowty[106]. Ce nouvel atterrisseur à relevage vers l’avant utilise de nouvelles technologies, mesure 4,8 mètres de haut lorsqu'il est totalement déployé, pèse environ 1,5 tonne (sans les roues) et utilise une pression hydraulique de 350 bars. Un nouveau traitement de surface HVOF (High Velocity Oxygen Fuel) est utilisé en remplacement du chromage. Comportant deux roues, ce train porte le nombre total de roues de l'A380 à 22.

Les pneumatiques sont, selon le choix des clients, fabriqués par Michelin[107] ou Bridgestone[108]. Les pneumatiques du train principal mesurent près de 1,2 m de diamètre chacun. Le pneu Michelin peut notamment supporter une charge de 33 tonnes à la vitesse de 378 km/h. Il a permis une économie de 360 kg sur la masse totale de l’avion.

Motorisation[modifier | modifier le code]

Réacteur Rolls-Royce Trent 900 sur un A380.

L'A380 peut être équipé de deux types de moteurs : Rolls-Royce Trent 900 pour les A380-841, A380-842, A380-843F et GP7270 pour les A380-861 et A380-863F. Le Trent 900, fabriqué par Rolls-Royce plc à Derby en Angleterre, est une version dérivée du Trent 800 incorporant des éléments du Trent 500 et du Trent 8104[109]. Le GP7000, fabriqué par Engine Alliance, dérive du GE90 et du PW4000[110]. Ces deux réacteurs sont conçus pour produire une poussée de 311 kN pour la version passager (A380-800) et 340 kN pour la version cargo (A380-800F). Cette motorisation permet à l'A380 de voler à plus de 900 km/h en dépit de sa masse imposante. Seuls les deux moteurs intérieurs sont équipés d'inverseurs de poussée[111].

La réduction du bruit était une des principales contraintes à respecter et a grandement influencé la conception des réacteurs[112],[113]. Les deux versions des moteurs devraient générer deux fois moins de bruit[114] que ceux de son rival le Boeing 747 et consommer autour de 15 % de carburant en moins[115],[116],[117], permettant à l'A380 de respecter les limites QC/2 au départ et QC/0.5 à l'arrivée d'après le Quota Count system fixé par l'Aéroport de Londres Heathrow, qui deviendra une destination privilégiée de l'appareil[13].

Le diamètre des entrées d'air des réacteurs de l'A380 est de 3,16 mètres pour le GP7270 et de 2,94 mètres pour le Trent 900.

Intégration aux infrastructures existantes et régulations[modifier | modifier le code]

Aménagement au sol[modifier | modifier le code]

Les travaux à réaliser par les aéroports concernent principalement les aménagements nécessaires pour embarquer et débarquer jusqu'à 800 passagers à la fois, ainsi que des zones de manœuvre à agrandir légèrement.

De nombreuses critiques portaient initialement sur le fait que l'A380 allait endommager les pistes et aires de stationnement des aéroports mais, malgré sa taille et son poids, l'appareil a été conçu pour pouvoir décoller et atterrir sur les principaux aéroports internationaux. Ses 562 tonnes à pleine charge sont réparties sur les 22 roues de son train principal, les 2 roues du train avant n'étant sollicitées que de manière secondaire. Ce nombre est supérieur à celui d'un Boeing 747 ou 777 et fait que le poids supporté par chacune d'entre elles est similaire aux autres gros porteurs. Airbus a mesuré la charge au sol en utilisant un véhicule lesté de 540 tonnes, spécialement construit pour reproduire le train d'atterrissage de l'A380. Le véhicule a effectué plusieurs passages sur un morceau de piste de l'aéroport de Toulouse spécialement équipé de capteurs de charge[118].

D'après son envergure, la FAA américaine classe l'A380 dans la catégorie Design Group VI qui nécessite une largeur de 60 m pour les pistes et 45 m pour les voies de circulation, comparé à 45 et 23 m pour les appareils de la catégorie Design Group V comme le Boeing 747[119]. La FAA a également initialement envisagé de limiter la vitesse de roulage de l'A380 à 25 km/h sur les infrastructures de type Group V avant de retirer cette recommandation[120],[121]. Depuis le début, Airbus affirme que l'A380 peut utiliser des installations de types Group V sans agrandissement. En juillet 2007, la FAA et l'EASA se sont mises d'accord pour laisser l'appareil utiliser des pistes de 45 m de large sans restrictions[122].

L'A380 a été conçu pour pouvoir se loger dans un carré de 80 m de côté[123] et peut atterrir ou décoller de n'importe quelle piste qui puisse accueillir un Boeing 747. Son envergure peut nécessiter des travaux d'aménagement des voies de circulation et du tarmac pour conserver des marges de sécurité lorsque deux avions se croisent. Les bas-côtés des pistes et voies peuvent nécessiter d'être pavés afin d'éviter les dommages par corps étranger sur les réacteurs extérieurs, qui se trouvent à plus de 25 m de l'axe central de l'appareil. Tous les ponts supportant une piste ou une voie doivent également être capables de supporter le poids de l'appareil. Les portes des terminaux doivent être dimensionnées de façon que les ailes de l'A380 ne bloquent pas les autres portes adjacentes et puissent permettre d'utiliser plusieurs passerelles pour des embarquements simultanés sur les deux ponts[124].

L'obligation d'adapter les infrastructures aéroportuaires entraîne surtout des contraintes lorsqu'un A380 est dérouté. Ainsi, le 12 août 2010, un Airbus A 380 de la compagnie australienne Qantas, qui avait été forcé d'atterrir sur l’aéroport de la Tontouta en Nouvelle-Calédonie après avoir été dérouté entre Los Angeles et Sydney en raison du mauvais temps, a bloqué l'aéroport pendant deux heures car il était incapable de négocier son demi-tour en bout de piste et a dû en définitive être remorqué[125].

Turbulences de sillage[modifier | modifier le code]

Le 10 novembre 2005, l'ICAO décide, pour des raisons de sécurité, d'augmenter les distances minimales pour les appareils suivant un A380. Elle crée une catégorie « Super lourd »[126]. Cette décision, prise à partir de modèles aérodynamiques théoriques, tient compte du fait que l'A380, plus lourd que le 747, déplace un volume d'air plus important et par conséquent créé des turbulences de sillage 14 % plus importantes en croisière et 9 % en approche vis-à-vis d'un 747-400[127]. La nouvelle politique temporaire ainsi appliquée à l'A380 impose que tout appareil suivant un A380 à l'atterrissage doit respecter une distance minimale de sécurité de 10 NM (18,5 km) ; alors que pour un appareil de type 747 la distance minimale est de 4 NM pour un appareil « lourd » à 6 NM pour un appareil « léger » (type Cessna). De même en vol de croisière, la distance est portée de 5 à 15 NM, et au décollage la durée d'attente pour appareil suivant un A380 est de 2 à 3 minutes[127].

Cette décision est un coup dur pour Airbus qui comptait utiliser l'argument du désengorgement des aéroports pour vendre son appareil. En effet l'avantage de l'augmentation du nombre de passagers transportés, et qui permettrait de diminuer le nombre d'appareils à faire décoller, est réduit à néant et devient même un inconvénient au vu de la diminution des cadences au décollage et à l'atterrissage induite par ces règles. L'avionneur décide alors d'approfondir sa campagne de test entamée en 2003[128] afin de récolter plus de données pour prouver à l'ICAO que ces marges de sécurité sont trop importantes et que son « Super Jumbo » ne produit pas plus d'effets qu’un 747 aux distances de la catégorie « lourd ».

Sous le contrôle de l'Airbus A380 Wake Vortex Steering Group, composé de membres de la Federal Aviation Administration américaine (FAA), de la European Joint Aviation Authorities (JAA), d'Eurocontrol et d'Airbus, différents essais sont menés sur une période de trois ans pour mesurer les effets de l'A380 sur le vol d'appareils de différentes tailles et dans différentes situations. Ces essais impliquent sur la durée deux A380, un A318 et un A340-600 d'Airbus, un 747-400 de Lufthansa et un 777 d'Air France ainsi qu'un Falcon 20 du DLR équipé d'un LIDAR[128] En tout 308 heures d'essais sont nécessaires et le résultat des essais est révélé en septembre 2006.

En fin de compte, les essais ont révélé que l'A380 pouvait conserver en vol de croisière les mêmes ségrégations qu'un 747. Par contre, en phase d'approche, les distances sont légèrement augmentées par rapport aux valeurs de l'ICAO : +2 NM pour un appareil de la catégorie « lourd » (6 NM), +3 NM pour la catégorie « moyenne » (8 NM) (type A320) et +4 NM pour un appareil « léger » (10 NM) ; dans le cas d'un A380 en suivant un autre, la distance reste de 4 NM[126],[129]. De même, au décollage, un appareil « lourd » doit attendre 2 minutes après le décollage d'un A380 et 3 minutes pour des appareils « moyen » et « léger », l'A380 n'ayant pas à subir ces contraintes[129].

Ces essais permirent de collecter un grand nombre de données sur les turbulences de sillage et, par la suite, tous les nouveaux appareils devront effectuer ce type d'essais[126].

Certains virent dans ces règles particulières appliquées à l'A380 un nouvel effet du protectionnisme américain, comme à l'époque du Concorde. Cependant, ces mêmes mesures furent appliquées par la suite aux 787 et 747-800 de Boeing[130].

Carburant alternatif[modifier | modifier le code]

Le , Airbus teste en conditions réelles à bord d'un Airbus A380 l'utilisation du GTL en tant que carburant (mélangé avec 60 % de kérosène) pour l'un des quatre réacteurs de l'avion. Ce test s'avère possible car chacun des moteurs possède son propre réservoir.

Production[modifier | modifier le code]

Comme les autres programmes d'Airbus, l'A380 est la synthèse de pièces produites dans toute l'Europe avec des sous-traitants dans le monde entier. Il est composé de près de trois millions de pièces détachées[131], elles-mêmes regroupées en de grands ensembles fonctionnels. Schématiquement, le fuselage est fabriqué en France et en Allemagne, l'empennage et la queue en Espagne, les ailes et certains moteurs au Royaume-Uni, l'assemblage final étant effectué à Toulouse.

Les sites de production[modifier | modifier le code]

Transport des pièces de l'A380 jusqu'à la chaîne d'assemblage finale à Toulouse A actualiser (liaison aérienne entre Méaulte et Saint-Nazaire)
Un A380 arrive à Hambourg-Finkenwerder pour la peinture et l'aménagement commercial avant la livraison à Emirates.

L'Allemagne fournit le fuselage et l'empennage vertical dans des usines à Laupheim, Buxtehude, Nordenham, Stade, Brême et Hambourg. Buxtehude construit le système d'intercommunication de la cabine qui comprend le système d'intercommunication cabine numérique CIDS, le canal de service PSC (Passenger Service Channel), l'éclairage intérieur, les ordinateurs de bord ainsi que le système d'eau et de déchets. Le site de Nordenham est spécialisé dans la fabrication de tôles de grandes dimensions et de coquilles de fuselage pour tous les appareils Airbus[132] et fabrique les tronçons avant, arrière, ainsi que la coquille supérieure du tronçon central de l'A380 y sont notamment assemblés. L'usine de Stade fabrique l'empennage vertical, des ailerons et des cloisons pressurisées de l'A380[133]. Les équipements pour les ailes tels que les volets ou les dispositifs de contrôle de la portance sont fabriqués à Brême qui dispose aussi d'équipements d'essai physique, de vérification et d'intégration. Le site Airbus de Laupheim, précédemment Aircabin, est spécialisé dans le développement et la production des intérieurs de cabine, des panneaux de soute, des compartiments de repos pour l'équipage et des canalisations d'air. Le site est également maître d'œuvre de l'habillage de cabine de l'A380. L'aéroport de Hambourg-Finkenwerder accueille l'aménagement commercial complet de la cabine, la peinture, le contrôle final et assure la livraison aux clients d'Europe et du Moyen-Orient[134].

Transport des sections de l'A380 sur la barge Breuil.

Les trois usines espagnoles, situées à Getafe, Illescas et Puerto Real, fabriquent et assemblent l'empennage horizontal, la pointe arrière de fuselage et le carénage ventral de l'A380[135]. La plus importante usine se trouve à Getafe et est chargée de l'assemblage et du montage de l'empennage horizontal, du développement et de la production de matériaux composites et fournit également les trappes du train d'atterrissage principal, des sections de la partie arrière du fuselage, la jonction des empennages horizontal et vertical, le cône arrière de fuselage et la dérive. L'usine de Getafe travaille souvent en partenariat avec celle d'Illescas, qui lui fournit des pièces pour l'empennage et celle de Puerto Real avec qui elle est chargée d'effectuer les séries de test sur l'empennage horizontal. L'usine de Puerto Real produit les composants structuraux du gouvernail de direction, ainsi que le capot du carénage ventral et réalise les essais fonctionnels de l'empennage horizontal. Spécialisée dans la production automatisée de matériaux composites avancés, le site d'Illescas réalise les fibres de carbone pour l'empennage horizontal, les sections de fuselage et les nervures des ailes.

A380 en attente de l'installation de ses moteurs sur la chaîne d'assemblage finale à Toulouse.

Les trois principales usines françaises sont situées à Bouguenais, Saint-Nazaire et Méaulte et l'assemblage final des A380 se fait à Toulouse[136],[137]. L'usine de Méaulte produit les sections, du nez jusqu'aux portes avant, de l'A380 mais également les cases de train d'atterrissage et certaines pièces en alliages légers, tels que les encadrements de glace du cockpit[138]. Le site nantais accueille la fabrication et l'assemblage du caisson central de voilure, l'élément central de l'A380 ainsi que la fabrication des ailerons, les entrées d'air des nacelles et le radôme d'une hauteur de 2,60 m[139]. L'usine de Saint-Nazaire est spécialisée dans l'assemblage des sections avant et centrale de l'A380, dans l'installation et les tests du fuselage ainsi que l'installation et les essais de différents systèmes des tronçons, dont la génération hydraulique, le conditionnement d'air, le système carburant et la génération électrique. Toulouse accueille la chaîne d'assemblage finale de l'A380. La zone d'aménagement concerté AéroConstellation, située en bout de piste de l'aéroport de Blagnac, accueille sur 270 ha de nombreux bâtiments de montage, d'assemblage ainsi que des bureaux[140] ainsi que l'Arche, un bâtiment de 490 mètres de long, 250 mètres de large et 46 mètres de haut qui abrite 34 000 m2 de bureau ainsi que trois postes d'assemblages, trois postes d'essai et trois postes de chantier de l'A380[141].

Au Royaume-Uni, les deux principaux sites sont situés à Filton et à Broughton. Ils conçoivent et fabriquent les voilures de l'A380[142]. L'usine de Broughton est spécialisée dans la construction des ailes ainsi que dans l'équipement des trains d'atterrissage et des systèmes carburant[143].

Les bords d'attaque ainsi que leur système de dégivrage, ainsi que la partie supérieure avant (Upper Nose Unit) sont fabriqués en Belgique par la société Sonaca dans son usine de Gosselies (Charleroi). Au total, plusieurs dizaines d'entreprises belges participent à la fabrication de l'Airbus, notamment à la production du plancher renforcé du fuselage au niveau du train principal d'atterrissage.

Le transport des pièces[modifier | modifier le code]

Les principaux éléments constituant les appareils de la gamme d'Airbus sont produits dans des usines réparties dans toute l'Europe mais les chaînes de montage se trouvent sur le site de l'aéroport de Toulouse-Blagnac en France ou à l'Aéroport de Hambourg-Finkenwerder en Allemagne. Ces déplacements entre les différents sites de production et de montage s'effectuaient par camions ou par les airs, grâce au Beluga, un Airbus A300-600ST dont le fuselage a été spécialement modifié pour pouvoir recevoir des pièces de grande taille mais avec les dimensions de l'A380, l'emploi de cet avion est devenu impossible et Airbus a donc mis en place un système combiné de transport aérien, maritime et terrestre par bateaux, barges, avion et camions.

Airbus A300-600ST utilisé pour transporter certaines sections d'appareils Airbus
Convoi des éléments De l'A380 sur l'IGG à Eauze

Les différentes pièces constituant l'A380 sont assemblées en sous-éléments dans différentes usines d'Airbus réparties dans toute l'Europe. Ces sous-éléments sont ensuite transportés par mer ou par les airs jusqu'à Saint-Nazaire où ils sont pré-assemblés. Les tronçons avants, centraux et arrières de l'appareil, les deux ailes et l'empennage arrière sont ensuite acheminés jusqu'à Toulouse pour le montage final.

Une fois l'appareil capable de voler de ses propres ailes, il est transporté jusqu'à l'aéroport de Hambourg-Finkenwerder pour l'aménagement intérieur, selon les désirs des compagnies aériennes clientes.

L'Airbus A300-600ST, bien qu'il ne soit pas le moyen de transport principal, est cependant utilisé pour les pièces de taille moyenne, susceptibles d'entrer dans sa soute de 7,7 m de diamètre. Le Béluga est notamment utilisé entre Stade en Allemagne et Toulouse pour transporter l'empennage vertical. Le cône arrière est également transporté par les airs entre Getafe et Toulouse. Quant au cockpit, il était initialement transporté par camion depuis le site de Méaulte jusqu'à l'Aéroport de Paris Beauvais Tillé où il embarquait sur Beluga pour rejoindre Saint-Nazaire, mais depuis 2008, le transport par Beluga est direct entre l'aéroport Albert-Picardie et Saint-Nazaire.

Le Ville de Bordeaux et la barge Breuil à Pauillac.

Les autres éléments du tronçon central fabriqués à Méaulte, comme la case de train de 11 m de long pour 2 650 kg, sont transportés par route jusqu'à Saint-Nazaire[138]. Le transport des pièces les plus imposantes est assuré par trois navires rouliers spécialement construits en Chine (chantiers Jinling Shipyard de Nanjin) et à Singapour (chantiers ST Marine) et armés par Louis Dreyfus Armateurs et Leif Höegh : le Ville de Bordeaux (2004), le City of Hamburg (janvier 2009) et le Ciudad de Cadiz (avril 2009).

Avant la mise en service de ses sisterships, le Ville de Bordeaux effectuait seul les rotations vers les différents sites de rassemblement : allers-retours entre l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Espagne et Saint-Nazaire et Pauillac en France. Les tronçons avant et arrière de l'A380 sont embarqués au port de Hambourg. Les voilures, fabriquées à Broughton au Pays de Galles, sont transportées par route puis par barge sur le fleuve Dee jusqu'à Mostyn où le navire vient faire escale. Après avoir embarqué ces éléments, le navire se rend à Saint-Nazaire. Il décharge les éléments qui seront assemblés sur place pour embarquer un tronçon complet et équipé du poste de pilotage ainsi qu'un tronçon arrière avant de rejoindre Pauillac, dans l'estuaire de la Gironde.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Comparaison des plans de coupe de l'A380 et du Boeing 747.
L'A380 comparé à d'autres avions :
Comparaison entre l'A380 et divers véhicules.
Version A380-800[144],[145]
Équipage Deux
Capacité standard 525 sièges
(3 classes)
Capacité maximale 853 sièges
(1 classe)
Capacité cargo 38 LD3
Longueur 72,72 m
Envergure 79,75 m
Hauteur 24,09 m
Empattement 31,88 m
Largeur du fuselage 7,14 m
Largeur de la cabine du pont principal 6,54 m
Largeur de la cabine du pont supérieur 5,80 m
Surface portante 845 m2
Masse à vide 270 t
Masse maximale au parking 571 t
Masse maximale au décollage 560 t
Masse maximale à l'atterrissage 395 t
Masse maximale hors carburant 373 t
Charge utile maximale au décollage 102 t
Vitesse de croisière Mach 0,85 soit 1 080 km/h
Vitesse de croisière maximale Mach 0,89
Distance de décollage 2 750 m
Distance franchissable 15 400 km
Consommation environ 3 L / 100 km / passager
Plafond 13 115 m
Carburant 254 t
Réacteurs GP7270
Trent 900
Poussée x 4 311 kN

Accidents et incidents[modifier | modifier le code]

Depuis sa mise en service, l'A380 a subi un seul incident, sans perte d'appareil, ni dommage corporel.

  • Vol 32 Qantas : le 4 novembre 2010, le vol Qantas 32 entre Londres et Sydney, avec escale à Singapour, a été contraint de retourner à l'aéroport de Singapour après une panne moteur au-dessus de l'île de Batam. La panne a été causée par l'explosion non contenue de la turbine du réacteur no 2 et occasionnant de nombreux dégâts structuraux à l'aile, au système électrique et hydraulique. L'accident n'a blessé aucun passager de l'appareil mais deux personnes ont été légèrement blessées sur l’île de Batam. L'enquête menée par l'Australian Transport Safety Bureau a déterminé que cet incident avait été provoqué par le frottement d'un composant mal placé contre la paroi d'un tuyau[146]. Après des réparations estimées à 139 millions de dollars australiens, l'appareil a été remis en service le 22 avril 2012.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Sizing up the Airbus A380 double-decker, Reuters, 12 novembre 2007
  2. http://www.airbus.com/presscentre/pressreleases/press-release-detail/detail/new-airbus-aircraft-list-prices-for-2014/
  3. http://www.airbus.com/aircraftfamilies/passengeraircraft/a380family
  4. http://www.airbus.com/newsevents/news-events-single/detail/amedeo-firms-up-order-for-20-a380s
  5. a et b (fr) Rapport annuel et document d'enregistrement : Gel du développement de l’A380F, EADS
  6. (en) A380, world’s largest commercial aircraft, successfully takes to the skies , Airbus, 27 avril 2005
  7. (fr) Airbus livre son premier A380 à Singapore Airlines. Un nouveau chapitre dans l'histoire de l'aviation, EADS, 15 octobre 2007
  8. « Airbus livre son 100ème A380 à Malaysia Airlines », Le journal de l'aviation
  9. (fr) A380, l’œil du designer, L'Express, 15 octobre 2007
  10. Airbus suspend l'A380 Cargo faute de clients, L'Expansion,
  11. (en) Aircraft families: A380 specifications, Airbus
  12. (en) The giant on the runway, The Economist, 11 octobre 2007
  13. a, b et c (en) Guy Norris, Mark Wagner, Airbus A380: Superjumbo of the 21st Century, Zenith Press, ISBN 978-0-7603-2218-5
  14. a et b (fr) La guerre secrète de l'A3XX - 2/5, L'Express, 29 juin 2000
  15. (en) Very Large Commercial Transport Study Completed, Boeing, 10 juillet 1995
  16. a et b (en) How To Build A Really, Really, Really Big Plane?, CNN, 5 mars 2001
  17. a, b et c (en) Boeing Outlines the "Value" of its 747 Plans, Boeing, 2 septembre 1996
  18. http://www.techno-science.net/?onglet=articles&article=2&page=2
  19. a et b (fr) [1] 26 juin 1996 : A380, naissance d'un géant en pays cathare] La Tribune, le 25 juillet 2013 ; il s'agissait des Air France, British Airways, KLM Royal Dutch Airlines, Lufthansa en Europe, Delta Air Lines, Northwest Airlines, United Airlines aux États-Unis, Qantas en Océanie, ainsi qu'All Nippon Airways, Cathay Pacific, Japan Airlines, Japan Air System et Singapore Airlines en Asie.
  20. (fr) La guerre secrète de l'A3XX - 3/5, L'Express, 29 juin 2000
  21. (fr) Le plus gros avion de ligne jamais construit, l'A380, présenté officiellement le 18 janvier, Le Nouvel Observateur, 14 janvier 2005
  22. (fr) Les ailes volantes : une solution pour améliorer le trafic aérien de demain, ONERA, 5 avril 2006
  23. (en) A380 launch official - EADS welcomes the decision of Airbus supervisory board, EADS, 19 décembre 2000
  24. (en) Airbus in 2000: Record turnover and deliveries while achieving A380 launch, EADS, 29 janvier 2001
  25. (en) The A380 enters production, Airbus, 23 janvier 2002
  26. (fr) Double jeu pour un gros porteur, L'Expansion, 16 juin 1994
  27. (fr) Rapport Annuel et Document de Référence 2003, EADS
  28. Les nouveaux retards de l'A380 coûteront 4,8 milliards d'euros à Airbus d'ici à 2010 - La Tribune.fr
  29. (fr) Présentation officielle de l’A380, EADS, 17 janvier 2005
  30. (fr) Airbus A380 : Jacques Chirac et Jean-Pierre Raffarin saluent une grande réussite européenne, Hôtel Matignon, 18 janvier 2005
  31. (fr) Le premier essai en vol de l'A380 attendu mercredi, Le Nouvel Observateur, 25 avril 2005
  32. Bernard Mansuy (AAAF), « Les essais en vol de l’A380 », compte-rendu d'une conférence de Jacques Rosay, donnée le 15 mai 2008 à l’Aéroport Nice Côte d’Azur, publiée dans la Lettre AAAF du groupe Côte d'Azur, no 170, octobre 2008 [archive-host.com lire en ligne] [PDF]
  33. a et b (fr) L'A380, le plus gros avion commercial au monde, décolle pour son premier vol, EADS, 27 avril 2005
  34. (en) Superjumbo Has Fuel Economy Of A Diesel Car, UK Alumni Network, 28 juin 2005
  35. a, b et c (en) A380 powers on through flight-test, Flight Global, 20 décembre 2005
  36. (fr) Vol d'essai de l'A380, La Dépêche, 28 avril 2005
  37. (fr) Airbus A380 : des milliers d'heures d'essais, Le Figaro, 24 avril 2006
  38. (en) Airbus to reinforce part of A380 wing after March static test rupture, Flight International, 23 mai 2006
  39. (fr), le seul incident a deplorer étant une jambe cassée. Essai d’évacuation de l’A380 réussi, EADS, 26 mars 2006
  40. (fr) Les autorités approuvent les essais réussis d'évacuation A380, EADS, 29 mars 2006
  41. (fr) L'Airbus A380 décolle de Toulouse pour son premier vol passagers, EADS, 4 septembre 2006
  42. (fr) L'A380 doté de réacteurs Engine Alliance décolle pour son premier vol, EADS, 25 août 2006
  43. (fr) Salon du Bourget - Statistiques 2003/2005, Salon du Bourget
  44. (en) A380 Wraps Up Technical Route Proving After A Final Trip Over Both Poles, EADS, 30 novembre 2006
  45. (fr) L’Airbus A380 obtient la certification de type de l’AESA et de la FAA, EADS, 12 décembre 2006
  46. a, b et c (fr) Airbus, la revanche de Hambourg, Le Figaro, 11 mars 2008
  47. (fr) Centre d'excellence électrique : programme A380, EADS [PDF]
  48. Tempête Xynthia, déboires A380 : quel rapport ?
  49. (fr) A380, quand la CAO s'emmêle, L'Usine nouvelle
  50. (fr), L’A380 entravé, Streiff déterminé, Aérocontact, 4 octobre 2006
  51. a et b (fr) Nouveau retard d'un an pour l'Airbus A380, Le Devoir, 4 octobre 2006
  52. (fr) Airbus a livré son premier A380 à Toulouse, Le Nouvel Observateur, 6 février 2008
  53. (fr) Airbus réduit sa cadence de livraison de l'A380, Le Point, 6 mai 2009
  54. (fr) EADS révise fortement à la baisse la rentabilité de l'A380, La Tribune, 20 octobre 2006
  55. (fr) Emirates a reçu 110 millions de dollars pour le retard de l'A380, La Tribune, 30 avril 2008
  56. Power8 prépare la voie pour un "Nouvel Airbus"
  57. (en) First A380 Flight on 25-26 October, Singapore Airlines, 16 août 2007
  58. (en) SIA's Chew: A380 pleases, Virgin Atlantic disappoints, ATW Online, 13 décembre 2007
  59. (en) Airbus test flies first A380 for Emirates Airline, Flight Global, 6 septembre 2007
  60. « A380, la star du ciel », Air et Cosmos, vol. Tous les avions civils du monde, no Hors-série,‎ 2013, p. 10 (ISSN 1240-3113)
  61. (en) EADS: the A380 Debate, Morgan Stanley, 5 septembre 2006 [PDF]
  62. (en) Flying by Nature Airbus Global Market Forecast 2007-2026, Airbus, 31 janvier 2008 [PDF]
  63. Structures de gouvernance dans l'entreprise étendue : l'exemple d’Airbus, Université des Sciences Sociales, Toulouse, mai 2004 [PDF]
  64. L'A350 vise 50 % d'un marché de 560 millions de dollars, Les Échos, 7 octobre 2005
  65. http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/air-defense/actu/reuters-00474708-united-pourrait-revoir-a-la-hausse-une-commande-d-a350-sources-506500.php Cela est assez possible, car en éliminant tous ses A340 et B747, de nos jours Air Canada n'exploite que les biréacteurs.
  66. http://www.usinenouvelle.com/article/airbus-pourrait-etre-contraint-de-revoir-sa-strategie-sur-l-a380.N211791
  67. http://www.journal-aviation.com/actualites/24999-dubai-airshow-un-salon-historique-pour-airbus-et-boeing article du 20 novembre 2013
  68. http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/0203270996834-l-airbus-a380-enfin-autorise-a-desservir-l-inde-645802.php
  69. L'objectif de vente des A380 en 2012 sera difficile à atteindre
  70. Airbus : 1378 commandes à fin novembre - Le Figaro, 06 décembre 2011
  71. ORDERS & DELIVERIES VIEWER - site officiel d'Airbus, 05 octobre 2013
  72. http://www.air-cosmos.com/industrie/deux-nouvelles-versions-de-l-a380-pour-2013.html
  73. http://www.capital.fr/bourse/actualites/airbus-pourrait-devoir-revoir-sa-strategie-sur-l-a380-882609
  74. http://www.lefigaro.fr/societes/2013/10/30/20005-20131030ARTFIG00224-airbus-prepare-le-lifting-de-l-a380.php
  75. Un prince saoudien s'offre un A380, Challenges, 12 novembre 2007
  76. (fr) Alwaleed bin Talal bin Abdulaziz Alsaud acquiert le premier A380 Flying Palace, Boursorama, 12 novembre 2007
  77. a et b (fr)[2], Air Journal, 19 février 2013
  78. http://www.techno-science.net/?onglet=articles&article=2&page=3
  79. a, b, c et d (fr) Les compagnies aériennes pour un Airbus A380 à 1000 sièges, Le Figaro, 21 novembre 2007
  80. (en) Cathay Pacific to wait on next-generation planes, Reuters, 30 octobre 2007
  81. (de) Emirates plant zweite tägliche Hamburg-Verbindung, aero.de, 22 octobre 2010
  82. [3]
  83. a, b et c (en) Airbus A380-800F Wide-Bodied Freighter, Aerospace Technology
  84. (fr) Airbus A380F, EADS
  85. (fr) FedEx confirme sa commande de dix A380 et devient le huitième client a commander ferme le superjumbo, EADS, 16 juillet 2002
  86. (fr) Trop long pour FedEx, Radio Canada, 7 novembre 2006
  87. (fr) UPS commande 10 avions-cargos Airbus A380, UPS, 10 janvier 2005
  88. (en) UPS to Cancel A380 Order, UPS, 2 mars 2007
  89. (en) A miracle called Airbus 380, Hindustan Times Business, 7 juin 2005
  90. (fr) Régime haute technologie contre kilos en trop, Le Temps, 24 juillet 2001
  91. (en) Airbus A380 Superjumbo, Aerospace-Technology.com
  92. (en) Laser Beam Welding, Fraunhofer Society Material and Beam Technology, Dresde, Allemagne, 1er janvier 2005 [PDF]
  93. (fr) L'avionique de l'A380 : nouvelle et fonctionnelle ! Présentation dynamique de la planche de bord au Bourget, Thalès, 17 juin 2003
  94. (fr) L'architecture avionique de l'A380, Annales des Mines, novembre 2005 [PDF]
  95. (fr) Des solutions innovantes : une avionique modulaire intégrée, Messier-Bugatti
  96. « A380, la star du ciel », Air et Cosmos, vol. Tous les avions civils du monde, no Hors-série,‎ 2013, p. 9 (ISSN 1240-3113)
  97. http://www.journal-aviation.com/actualites/24609-l-a380-de-transaero-aura-652-sieges article du 21 octobre 2013
  98. http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/20110523trib000623540/singapore-airlines-retire-des-sieges-a-ses-a380.html
  99. « Le nouvel A380 de Korean Air vous offre 1,3 fois plus d'espace (publicité de la compagnie, Le Figaro, le 5 novembre 2012, p. 5). » Donc, les compagnies aériennes auprès desquelles le coût d'exploitation, notamment celui de personnels, est plus bas n'ont plus de raison pour acquérir le B747-8, sauf version de fret. C'est pourquoi va être financée et confirmée la nouvelle commande de 5 exemplaires supplémentaires de Singapore Airlines dénoncée le 24 octobre 2012.
  100. http://www.bloomberg.com/news/2010-11-12/skymark-may-order-15-a380s-in-international-expansion-update1-.html
  101. (fr) Inauguration de la plus grande usine du Royaume-Uni à Airbus, Broughton, EADS
  102. Airbus A380 celebrates major wing manufacturing milestone, Airbus
  103. Air et Cosmos Hors série A380
  104. (en) A380: A solution for airports, Airbus [PDF]
  105. (en) Goodrich Selected to Supply Landing Gear for the Airbus A380 Article sur le site defense-aerospace.com
  106. (fr) Avions commerciaux :A380 sur le site de Messier-Dowty
  107. (fr) MICHELIN équipe le premier vol de l’A380 sur le site de Michelin
  108. (fr) Bridgestone remporte le premier contrat d'approvisionnement pour Airbus: Elle fournira les pneus pour le très-gros-porteur de la prochaine génération A380 sur le site de Bridgestone
  109. (en) Trent 900 engine, Rolls-Royce
  110. (en) GP7200 engine features, Engine Alliance
  111. (en) More on A380 Special Conditions, Bnet, 2 mai 2005
  112. (en) Environment, Lufthansa
  113. (en) A380 Family, Airbus
  114. (fr) Airbus espère une accélération des ventes du A380, Le Devoir, 13 octobre 2007
  115. (en) The solution to growing air travel, Airbus
  116. (fr) Aéroports de Paris accueille l'A380, Aéroports de Paris [PDF]
  117. (fr) Le géant des airs, Ministère des Affaires étrangères
  118. (en) A380 - A solution for airports, Airbus [PDF]
  119. (en) Airport Design, FAA [PDF]
  120. (en) Minimum Requirements to Widen Existing 150-Foot Wide Runways for Airbus A380 Operations, FAA [PDF]
  121. (en) Use of non-standard 75-foot-wide straight taxiway sections for Airbus 380 taxiing operations, FAA [PDF]
  122. (en) Airbus A380 approved to operate on 45m runways, Airbus
  123. (en) A380 Aeroplane Characteristics for Airport Planning, Airbus [PDF]
  124. (en) Boarding Procedures, Lufthansa
  125. Qantas Airbus A-380 pays unexpected visit to New Caledonia airport, Islands business.com
  126. a, b et c (en) « A380 set for cut in wake separation after research likely to prove closer approaches possible », Flight international
  127. a et b (en) Lakshmi Kantha, « Airbus has good case », Aviation Week & Space Technology,‎ 20 février 2006 (ISSN 0005-2175)
  128. a et b http://www.skybrary.aero/bookshelf/books/522.pdf
  129. a et b (en) « Airbus A380 Wake vortex study completed », Airbus
  130. (en) « FAA requiring extra distance to land behind new 787, 747-8 », The Seattle Times
  131. (fr) Des ratés industriels, Les Échos, 10 juillet 2006
  132. (fr) EADS à Nordenham, EADS
  133. (en) EADS à Stade, EADS
  134. (en) Airbus in Germany, Airbus
  135. (en) Airbus in Spain, Airbus
  136. (en) Airbus in France, Airbus
  137. (en) EADS : Sites et bureaux dans le Monde, EADS
  138. a et b (fr) A380, Airbus maximus, La Voix du Nord, 19 janvier 2005
  139. (fr) La DGA à la pointe de l'A380…, Ministère de la Défense
  140. (fr) AéroConstellation : un pôle aéronautique de dimension internationale, Communauté d'agglomération du Grand Toulouse
  141. (fr) AéroConstellation : carte interactive, Communauté d'agglomération du Grand Toulouse
  142. (en) Airbus in the U.K., Airbus
  143. (en) Big bird gets its wings, Institution of Engineering and Technology
  144. (en) Caractéristiques techniques officiel
  145. (en) Caractéristiques techniques officiel PDF
  146. A380 de Qantas : les réacteurs Rolls-Royce posent un problème de sécurité, Le Monde, 2 décembre 2010

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

Air & Cosmos no 2330, le 12 octobre 2012, Airbus A380, La star du ciel - Les cinq ans de l'A380

  1. p. 18-19
  2. p. 24 ; en octobre 2012, John Leahy la renouvela avec précision : 609 appareils en Asie, 308 au Moyen-Orient, 254 en Europe. En tant que marché potentiel, il ajouta l'Afrique du Sud (29) ainsi que 68 appareils pour Delta Air Lines et United Airlines, enfin 34 pour LATAM.
  3. p. 24
  4. p. 23
  5. p.26
  6. p.
  7. p.36 ; de plus, Qatar Airways et Skymark aussi ont décidé de l’équiper dans leurs appareils.
  8. p.36-37
  9. p.35 ; grâce à cet AFDX ou IMA (Integrated Modular Avionics), près de 50 % de modules de calculateurs furent réduits.
  10. p.34-35 ; ces dispositifs KCCU (Keyboard Cursor Control Unit) sont désormais adoptés par ses concurrents dont Boeing.
  11. p.34 ; depuis les A310/A300B4-600, les appareils d'Airbus s'équipent toujours 6 écrans de cette taille. Mais ces premiers n'avaient pas de calculateur digital concernant les moteurs, en raison de la transition. Les écrans à cristaux furent adoptés, dès les A340-313E/500/600. Donc, les écrans de l'A380 sont ceux de la 4e génération.
  12. p.16

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 23 avril 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.