Chu (État)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chu.

Chu
楚国 chǔguó (zh)

VIIIe siècle223 av. J.-C.

Description de cette image, également commentée ci-après

Les royaumes combattants vers -260 ; le Chu est en vert

Informations générales
Capitale Yingdu
Histoire et événements
VIIIe siècle av. J.-C. Naissance de l'État
Ve siècle av. J.-C. Début de la période des Royaumes combattants
223 av. J.-C. Le Qin se rend maître du Chu

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Chu (楚国, pinyin : Chǔguó, pays Chǔ) était un état des périodes des Printemps et des Automnes et des Royaumes combattants, établi sur le fleuve Yangzi. Chu a été annexé par Qin en 223 av. J.-C. La maison royale de Chu à l'origine portait le nom ancestral Nai (嬭) et le nom de clan Yan (酓) mais ceux-ci sont devenus plus tard Mi (芈) et Xiong (熊)[1].

Histoire de Chu[modifier | modifier le code]

Fondation de Chu[modifier | modifier le code]

Il fut formé dans l'antiquité par l'expansion des Han vers le sud dans les régions occupées par l'ethnie des Miao qui conservait des rites et des croyances très anciens.

Connu à l'origine sous le nom de Jing (荆), puis de Jingchu (荆楚), cet État occupa à l'apogée de sa puissance de vastes étendues de territoire incluant les provinces actuelles du Hunan, Hubei, Chongqing, Henan et des parties du Jiangsu. Sa capitale était Yingdu (actuelle Jingzhou).

Politique expansionniste[modifier | modifier le code]

Il annexa le Yue en -334.

Conflits avec ses voisins[modifier | modifier le code]

Le pays de Chu se comportait avec arrogance envers les états limitrophes, parce qu'il estimait qu'aucun de ces états n'étaient en mesure de le vaincre.

Le casus belli de la guerre Chu-Wu[modifier | modifier le code]

Or un jour le roi Zhao de Chu, était en visite à la cour du duc Zhao de Cai et reçut un manteau de fourrure en cadeau du duc de Cai, mais le conseiller du roi de Chu exigea d'avoir le manteau que le duc portait. Ce-dernier, bien sûr, refusa. Alors le duc fut pris en otage et quand il donna son manteau, il fut libéré. Mais le duc de Cai était furieux; il demanda de l'aide au duché de Jin, qui répondit par l'affirmative et envahit la province de Shen, qui appartenait au pays de Chu. C'était le casus belli, que Wu attendait. Cai fut envahit par Chu, mais au même instant le royaume de Wu envahit les terres du pays de Chu, qui allait dégénérer jusqu'à la prise de Ying, la capitale, poussant le roi Zhao de Chu à fuir en catastrophe la capitale jusqu'à Sui, un état vassal.

Guerre Chu-Wu et l'invasion de Wu[modifier | modifier le code]

Chu eut maille à partir avec son nouveau voisin de l'Est l'état de Wu. Cet état avait préalablement vaincu par la force le petit mais très puissant état de Qi au nord. Wu se retourna alors vers Chu et l'envahit. En 506 av. J.-C. Chu fut sévèrement vaincu à la bataille de Boju par l'armée de Wu presque dix fois moins nombreuse et commandée par Sun Zi, Wu Zixu et le roi Helü de Wu. Les conséquences de cette bataille furent très importantes; le roi de Chu fut contraint de fuir la capitale Ying pour se réfugier à l'étranger. Ying fut par la suite prise par Wu et le pays de Chu, occupé durant deux ans.

Déclin et annexion par Qin[modifier | modifier le code]

Une administration corrompue[modifier | modifier le code]

Défaite finale[modifier | modifier le code]

En 223 av. J.-C. Chu fut envahi et annexé par Qin, mettant ainsi fin à une des plus grandes menaces qui pesaient encore sur le Qin.

Culture[modifier | modifier le code]

De lui vient la moitié des œuvres contenues dans le recueil classique des Chants de Chu (楚辭/楚辞, Chǔ cí).

Basé sur les découvertes archéologiques, la culture de Chu a d'abord été assez semblable à celle des autres États Zhou du bassin du fleuve Jaune. Par la suite, la culture de Chu absorbe les éléments indigènes de la Baiyue et est devenu une culture distincte des états des plaines du nord.

Chu était souvent en contact avec d'autres peuples dans le sud, notamment le Ba, Yue, et la Baiyue. De nombreuses sépultures et objets de sépulture dans les styles Ba et Yue ont été découverts sur le territoire de Chu, co-existant avec sépultures Chu de style et des objets funéraires.

Les premiers souverains de la dynastie des Han idéaliser la culture de Chu, suscitant un regain d'intérêt dans les éléments culturels Chu comme les Chants de Chu. Preuve de lourde influence culturelle Chu apparaît à Mawangdui. Après la dynastie des Han, des lettrés confucéens considèrent la culture Chu avec dégoût, critiquant la "obscène" la musique et les rituels chamaniques liés à la culture Chu.

Chu artisanat montre une maîtrise de la forme et la couleur, en particulier les boiseries de la laque. Vernis pigmenté rouge et noir ont été les plus utilisés. Tissage de la soie a également atteint un haut niveau de savoir-faire, la création de robes légères. Ces exemples (comme à Mawangdui) ont été conservés dans des tombes gorgés d'eau où le vernis n'a pas décoller au fil du temps et dans les tombes scellées avec du charbon ou de l'argile blanche.

Chu utilisé le script calligraphique complexe appelé le style "Oiseaux et Worms", qui a été emprunté par les États Wu et Yue. Il a une conception complexe qui embellit les caractères avec des motifs d'animaux, serpents, oiseaux et insectes. Ceci est une autre représentation de la vénération Chu du monde naturel et sa vivacité. Chu produit de larges épées de bronze qui étaient semblables à des épées Wuyue mais pas aussi complexe.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]