Yan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yan
燕 (zh)

XIe siècle av. J.-C.-222

Description de cette image, également commentée ci-après

Les royaumes combattants vers -260 ; le Yan est en rose au Nord-Est

Informations générales
Capitale Ji
Histoire et événements
XIe siècle av. J.-C. Naissance de l'État
-227 Le prince Dan tente de faire assassiner Qin Shi Huangdi
-222 Le Qin se rend maître du Yan

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Yan (燕) était un État de la Chine pendant la dynastie Zhou, les périodes des Printemps et des Automnes et des Royaumes combattants, c'est-à-dire. du XIe siècle av. J.-C. à - 222. Sa capitale était Liulihe puis Ji (Pékin). Elle était parfois supplantée par Xiadu (en) qui était alors probablement la plus grande ville du monde avec 300 000 habitants au IVe siècle av. J.-C.[1].

En raison de sa position la plus septentrionale par rapport aux autres États chinois de l’époque, le Yan subit de nombreuses invasions venues du nord. Les États du Qi, du Qin et du Zhao sont ses principaux ennemis, et le Zhao tente notamment de l’envahir à plusieurs reprises. Néanmoins, il survit durant la plus grande partie de la période des Royaumes combattants et était l'un des sept principaux États. En 227 av. J.-C., le prince Dan du Yan envoya un assassin nommé Jing Ke pour tuer le roi Shi Huangdi du Qin, sans succès.

Cet incident très connu de l'histoire traditionnelle chinoise est le thème du film L'Empereur et l'assassin tourné en 1998 en Chine par Chen Kaige, et a inspiré Hero (dans lequel l'assassin est un personnage fictif).

En 222 av. J.-C., le Yan est envahi par le Qin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Monnaie du Yan en forme de couteaux

D'après les Mémoires du Grand Historien, lorsque le roi Wu de Zhou renverse le dernier roi de la dynastie Shang en - 1045, il concède des titres aux nobles de ses domaines, y compris aux dirigeants du Yan.

La capitale du Yan se trouve initialement à Liulihe dans le district de Fangshan de la ville de Pékin. Pendant ces premières années, le Yan se trouvait initialement près du fleuve Jaune qui se jetait alors dans la mer de Bohai près de Tianjin. Après une révolte contenue de partisans des Shang, le fief des Yan est déplacé vers le nord dans l'actuelle province du Hebei pour mieux arrêter les incursions des nomades beidi.

Au VIIe siècle av. J.-C., le Yan parvient à annexer le Ji, une petite cité-État et y transfert sa capitale (dans l'actuel district de Xicheng au centre de Pékin). Au sud, ses principaux rivaux sont le Qi et le du Zhao et les conflits sont fréquents dans les montagnes de l'ouest avec le Zhao et sont souvent réglés par l'intervention d'un autre royaume. Le Qi fut l'adversaire le plus coriace. En - 314, profitant d'une crise de succession, le Qi envahit le Yan et conquiert tout le pays en quelques mois. Cependant, à cause des exactions de ses troupes, une révolte se forme et la situation a pu être renversée.

À l'est, vers l'an - 300, Qin Kai parvient à infliger une sévère défaite au royaume coréen de Gojoseon et conquiert les côtes nord et ouest de la baie de Liaodong. Le Yan s'étend alors des montagnes du Shanxi jusqu'au Liao et il construit une grande muraille (290 av. J.-C.) pour se protéger des nomades de la steppe sur sa frontière nord.

Malgré ces guerres, le Yan est parvenu à traverser toute la période des Royaumes combattants. Cependant le Qin monte en puissance et fait chuter le Zhao en - 227. Le Yan étant directement menacé, le prince-héritier Dan essaie de faire assassiner le roi de Qin, Qin Shi Huang, mais échoue. En représailles, ce-dernier envahit le Yan en 226 et le roi Xi doit fuir dans le Liaodong. En - 222, le Liaodong est conquis à son tour, le Yan disparait définitivement et en - 221 Qin Shi Huang parvient à réunifier toute la Chine et crée la dynastie Qin.

Quelques années plus tard, suite à la guerre Chu-Han (-206 à - 202), une période troublée menant au remplacement des Qin par la dynastie Han, des généraux reprennent le titre de roi de Yan. Ce sont d'abord Han Guang puis Zang Tu puis Lu Wan qui règnent en tant que vassaux. Cependant, Lu Wan finit par perdre la confiance de l'empereur Gaozu en - 196 et dès lors le Yan passe directement sous le contrôle de la dynastie Han.

Les rois de Yan[modifier | modifier le code]

État du Yan
(-220)

Entre - 1046 et - 222, 44 rois se sont succédé[2] :

  1. So Ganggong (召 康公),
    Seok (奭), - 1046년 à - 996.
  2. Geuk (克)
  3. Ji (旨)
  4. Mu (舞)
  5. Heon (憲)
  6. Hwa(和)
  7.  ?
  8.  ?
  9.  ?
  10. Hyeohu (惠侯), -864 à -827
  11. Ihu (釐侯), Jang (莊), -826 à -791
  12. Gyeonghu (頃侯), -790 à -767
  13. Aehu (哀侯), -766 à -765
  14. Jeonghu (鄭侯), -764 à -729
  15. Mokhu (穆侯), -728 à -711
  16. Seonhu (宣侯), -710 à -698
  17. Hwanhu (桓侯), -697 à -691
  18. Janggong (莊公), -690 à -658
  19. Yanggong (襄公), -657 à -616
  20. Hwangong (桓公), -617 à -602
  21. Seongong (宣公), -601 à -587
  22. Sogong (昭公), -586 à -574
  23. Mugong (武公), -573 à -555
  24. Mungong (文公), -554 à -549
  25. Uigong (懿公), -548 à -545
  26. Hyegong (惠公), Gwan (款), -544 à -536
  27. Dogong (悼公), -535 à -529
  28. Gonggong (共公), -528 à -524
  29. Pyeonggong(平公), -523 à -505
  30. Gangong (簡公), -504 à -493
  31. Hyogong (孝公), -492 à -455
  32. Seonggong (成公), Jae (載), -454 à -439
  33. Mingong (閔公), -438 à -415
  34. Gangong (簡公), -414 à -373
  35. Hwangong (桓公), -372 à -362
  36. Mungong (文公), -361 à -333
  37. Yeokwang (易王), Toe (腿), -332 à -321
  38. Kwae (噲), -320 à -317
  39. Jaji (子之), -317 à -314
  40. Sowang (昭王), Jik (職), -311 à -279
  41. Hyewang (惠王), Yungin (戎人), -278 à -271
  42. Museongwang (武成王), -272 à -258
  43. Hyowang (孝王), -257 à -255
  44. Hui (喜), -254 à -222

Culture[modifier | modifier le code]

De nombreux objets provenant du Yan ont été découverts lors de la fouille des ruines de Liliuhe. Ils sont en céramique, en ivoire, en os, en jade, en laque ou en bronze. La plupart d'entre eux sont regroupés au musée de la capitale de l'État Yan (en). Les objets les plus remarquables sont deux chaudrons ding en bronze ayant appartenu au marquis de Yan et qui portent des inscriptions décrivant la cérémonie d'investiture et l'inféodation du Yan à la dynastie Zhou et confirmant ainsi les informations fournies par les Mémoires du Grand Historien.

Liulihe était une grande ville prospère entourée par un mur. Elle s'étendait sur 5,25 km2 et possédait un palais avec des sites pour les sacrifices. Le cimetière était situé en dehors de la ville. Les tombes des nobles étaient richement dotées et contenait aussi un chariot. La plus grande des tombes contenait 42 chevaux sacrifiés.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. George Modelski, World Cities: –3000 to 2000, Washington DC: FAROS 2000, 2003. ISBN 0-9676230-1-4.
  2. Leur nom est indiqué suivant la prononciation coréenne.