Cathédrale Sainte-Croix de Barcelone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale Sainte-Croix
de Barcelone
Façade de la Cathédrale Sainte-Croix de Barcelone
Vue de la façade principale
Présentation
Nom local Seu - Catedral Basílica Metropolitana de Santa Creu i Santa Eulàlia (catalan)
Culte Catholique romain
Type Basilique Cathédrale
Rattachement Archidiocèse de Barcelone (siège)
Début de la construction 1298
Fin des travaux 1420
Autres campagnes de travaux Façade: 1882-1885;
Tour-lanterne: 1906-1913
Style dominant Gothique et Néogothique
Protection Classée BIC (1929)
Site web www.catedralbcn.org
Géographie
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Catalogne Catalogne
Province Barcelone Province de Barcelone
Commune Barcelone
Coordonnées 41° 23′ 04″ N 2° 10′ 33″ E / 41.384486, 2.175961 ()41° 23′ 04″ Nord 2° 10′ 33″ Est / 41.384486, 2.175961 ()  

Géolocalisation sur la carte : Barcelone

(Voir situation sur carte : Barcelone)
Cathédrale Sainte-Croixde Barcelone

Géolocalisation sur la carte : Catalogne

(Voir situation sur carte : Catalogne)
Cathédrale Sainte-Croixde Barcelone

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Cathédrale Sainte-Croixde Barcelone

La cathédrale basilique métropolitaine de la Sainte-Croix et de Sainte Eulalie de Barcelone, souvent surnommée Seu en catalan, est la cathédrale de l'archidiocèse catholique de Barcelone.

La cathédrale actuelle, de style gothique, a été construite entre les XIIIe et XVe siècles sur l'ancienne cathédrale romane, elle-même bâtie sur une église datant de l'époque wisigothe au même endroit qu'une antérieure basilique paléochrétienne dont certains vestiges sont encore visibles dans le sous-sol, au Musée d'histoire de Barcelone.

Les deux grandioses tours-clochers octogonales sont à la part postérieure de l'édifice, des deux côtés de la fausse croisée du transept. La façade principale est cependant beaucoup plus récente (XIXe siècle). La grande flèche, haute de 80 m. est couronnée d'une statue colossale de Sainte Hélène portant la Croix, dont elle, selon une tradition ancienne, avait fait l'Invention. La cathédrale est classée Bien d'intérêt culturel, en tant que Monument Historico-Artistique National, depuis 1929.

Dédicace à Sainte Eulalie[modifier | modifier le code]

Sainte Eulalie de Barcelone.

La cathédrale est initialement, et toujours depuis 599, dédiée à la Sainte Croix. A partir de 877[1] est ajoutée à la dédicace Sainte Eulalie, patronne de la ville de Barcelone.

Eulalie est, selon la tradition catholique, une jeune gardienne d'oies du village de Sarrià qui souffrit le martyre à l'époque romaine. La légende raconte que la jeune fille fut exposée nue sur le forum de la ville et qu'une miraculeuse chute de neige, en plein printemps, vint pudiquement la recouvrir. Furieuses, les autorités romaines décidèrent de l'enfermer dans un tonneau planté de couteaux et empli de verre brisé et de clous, et de lancer le tonneau dans la pente de la rue aujourd'hui éponyme (Baixada de Santa Eulàlia, Descente de Sainte Eulalie).

Suivirent d'autres tortures qui portèrent à 13 supplices différents le martyre de la sainte, pour correspondre à son âge.

Elle fut finalement crucifiée sur une croix en forme de X, devenue symbole de la cathédrale et du diocèse de Barcelone, et attribut iconographique de sainte Eulalie.

Article détaillé : Sainte Eulalie de Barcelone.

En référence à la sainte gardienne d'oies morte à 13 ans, le cloître gothique de la cathédrale est gardé par treize oies blanches. Cependant lorsque l'une d'entre elles meurt, il arrive que seulement 12 oies vivent effectivement dans le cloître. Les oies doivent en effet être incorporées par deux pour être acceptées par le groupe[réf. nécessaire].

Les restes de sainte Eulalie sont conservés dans la crypte de la cathédrale.

Ensemble architectural[modifier | modifier le code]

Plan de la cathédrale de Barcelone. La nef est à gauche, le cloître à droite.

L'église et un cloître, d'une parfaite unité de style, composent le bâtiment. La longueur de la cathédrale est de 90 mètres, sa largeur de 40 mètres. Le jardin du cloître est un carré de 25 mètres de côté. Les galeries qui l'entourent font 6 mètres de large.

La cathédrale est orientée Sud-Est - Nord-Ouest : le Nord est en bas à gauche sur le plan.

La nef de la cathédrale est formée de trois vaisseaux de même hauteur. Le vaisseau central est deux fois plus large que les collatéraux.

Les circulaires se rejoignent à la fausse croisée du transept en un déambulatoire, passant derrière le presbytère et formant un demi-cercle dans lequel se trouvent neuf chapelles coiffées d'ogives à quatre branches.

Par les vitraux gothiques qui surplombent ces chapelles passe la lumière qui éclaire l'abside, la partie en demi-cercle où se trouve l'autel.

Une galerie en forme de U courre au dessus des chapelles latérales.

Un faux triforium surplombe cette galerie et les chapelles du déambulatoire. Il fait ainsi tout le tour de la nef. Depuis le triforium les clés de voûtes peuvent être observées de près.

Le long des vaisseaux collatéraux se trouvent dix-sept chapelles couvertes d'ogives à six branches, avec des arcs d'ogive à chaque entrée. Deux des chapelles, entre chaque contrefort, ont une projection intérieure.

La chapelle Sainte Lucie, dont l'accès se fait par l'extérieur, vient s'ajouter à ces chapelles. Elle se trouve au coin en bas à droite sur le plan.

Histoire de la construction gothique[modifier | modifier le code]

Les travaux de construction de la cathédrale gothique commencèrent en mai 1298, sous le règne de Jacques II d'Aragon (Jaume II el Just en catalan) et le mandat épiscopal de Bernat Pelegrí.

Chapitre de la Toison d'or de Barcelone[modifier | modifier le code]

Le Chœur de la cathédrale : sur le dossier des stalles se trouvent encore les tableaux aux armes des chevaliers de l'ordre.

Lors de son premier séjour en Espagne, le futur empereur Charles Quint insista pour y tenir un chapitre de son ordre de la Toison d'or. On choisit la cathédrale de Barcelone pour des raisons de commodité : le roi devait venir dans cette ville pour recevoir l'investiture comme comte de Barcelone et la proximité de la Méditerranée assurait des communications faciles avec l'Allemagne alors que se préparait la succession de Maximilien de Habsbourg, grand-père du jeune monarque. Il fallait enfin une église aux vastes proportions pour accueillir les imposantes cérémonies de cette fête.

Dès 1518, le roi d'armes et le trésorier de l'ordre furent donc chargés de préparer le sanctuaire à la tenue du chapitre qui devait avoir lieu au début de l'année 1519. Jean Micault, le trésorier, escorta le trésor de l'ordre depuis les Pays-Bas, tandis que Thomas Isaac, le roi d'armes, devait diriger le peintre Juan de Borgonya dans la décoration du chœur de la cathédrale. Elle est toujours visible sur les dossiers des stalles des chanoines.

Outre les cinquante-et-un panneaux de bois représentant les titres et armoiries des différents chevaliers de l'ordre, Juan de Borgonya réalisa des inscriptions, et surtout une série de devises illustrant un programme très clair. On trouve en effet dans les coins du chœur deux tableaux représentant le rabot de Jean Sans Peur, et de part et d'autre de l'entrée, deux tableaux à la devise de Charles-Quint : les colonnes d'Hercule. La mention de cet ancêtre du jeune roi, seul membre de la maison de Bourgogne à avoir pris part à une croisade, établissait une sorte de généalogie cherchant à montrer aux sujets espagnols du futur empereur que la nouvelle dynastie ne comptait pas rompre avec l'idéal de croisade des rois catholiques. De façon très manifeste, la titulature de Charles de Habsbourg qui accompagne ses armes dans le chœur fait mention du royaume de Jérusalem (titre sans souveraineté que le roi tenait par son royaume de Naples), alors qu'elle omet des territoires tenus effectivement.

Il s'agit d'un des ensembles monumentaux liés à l'ordre de la Toison d'or les mieux conservés, notamment car il n'a jamais été déplacé et que les devises et inscriptions sont toujours présentes. Cela tient au fait que c'est également le seul chapitre de l'ordre à s'être déroulé hors de la "couronne" de Bourgogne. Contrairement aux Pays-Bas, la péninsule ibérique n'a connu ni l'iconoclasme calviniste (en particulier le beeldenstorm d'août 1566) ni les destructions révolutionnaires lors de la "chasse aux armoiries" de 1793-1795, très importantes dans le nord de la France et le midi de la Belgique. C'est enfin un des deux seuls armoriaux capitulaires datant du XVIe siècle à avoir été conservé (avec celui de Gand). Bien qu'il n'ait pas été démonté, comme celui de Gand, deux tableaux ont été retirés lors de l'installation du doxal de marbre destiné à clore le chœur côté nef ; il a été également en partie défiguré par l'ajout de chinoiseries lors d'une restauration peu rigoureuse au XVIIIe siècle.

Protection[modifier | modifier le code]

La cathédrale fait l’objet d’un classement en Espagne au titre de bien d'intérêt culturel depuis le 2 novembre 1929[2].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ca) Lluïsa Carabassa, "Santa Creu i Santa Eulàlia de Barcelona", in Guies Catalunya Romànica, vol. XIX, Barcelone, Ed. Enciclopèdia Catalana,‎ 2002 (ISBN 84-412-0730-5)
  2. Base BIC du ministère espagnol de la Culture sous le nom Catedral de Santa Cruz y Santa Eulalia Esglesia Catedral de la Santa Creu et le n° de référence RI-51-0000338.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]