Avord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Avord
La gare.
La gare.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Cher
Arrondissement Bourges
Canton Baugy
Intercommunalité Communauté de communes de la Septaine
Maire
Mandat
Pierre-Étienne Goffinet
2014-2020
Code postal 18520
Code commune 18018
Démographie
Gentilé Avarais
Population
municipale
2 765 hab. (2011)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 02′ 02″ N 2° 39′ 15″ E / 47.0338888889, 2.6541666666747° 02′ 02″ Nord 2° 39′ 15″ Est / 47.0338888889, 2.65416666667  
Altitude Min. 147 m – Max. 196 m
Superficie 27,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avord

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avord
Liens
Site web www.ville-avord.fr

Avord est une commune française située dans le département du Cher en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Savigny-en-Septaine Farges-en-Septaine Baugy Rose des vents
N Saligny-le-Vif
O    Avord    E
S
Crosses Jussy-Champagne Bengy-sur-Craon

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare d'Avord est une gare ferroviaire qui dessert la commune et se situe sur la ligne de Vierzon à Saincaize.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, il y avait l'une des plus importantes école d'aviation militaire, avec celles situées près des villes de Chartres, de Chateauroux ou encore, d'Istres. Cette école fut la première à développer l'entraînement approfondi au vol de nuit.

La base aérienne 702 Avord est toujours très active.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il existait un Centre de rassemblement des étrangers, instauré par le régime de Vichy.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : armorial des communes du Cher.
Blason d'Avord

Les armes d’Avord se blasonnent ainsi :

Coupé : au premier d’azur à la croisette d’or et au besant du même brochant figuré d’un agneau pascal, au second de sinople aux deux demi-vols adossés d’or ; à la fasce ondée d’argent brochant sur la partition[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 en cours Pierre-Étienne Goffinet UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 765 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
370 307 357 266 253 319 372 321 390
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
392 362 356 452 597 560 515 525 502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
448 502 491 415 485 580 1 019 1 002 2 007
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 908 2 132 2 350 2 492 2 079 2 334 2 646 2 617 2 675
2011 - - - - - - - -
2 765 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Patrimoine[modifier | modifier le code]

La base aérienne 702 Avord de l’armée de l’air française où se situe le groupement de soutien de la base de défense de Bourges-Avord, créé en 2011.

Jumelage et partenariats[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Ville fleurie : une fleur attribuée depuis 2006 par le conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
Références
  1. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : février 2009.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. Didier Decoin, Élisabeth Catez ou L’obsession de Dieu, Les éditions du Cerf,‎ 2003 (ISBN 2204073288) et Élisabeth de la Trinité, amoureuse de Jésus, par Nelly Schumacher sur Croire.com
  5. Biographie du capitaine Georges Madon sur le site officiel de la base aérienne 702 et Patrick de Gmeline, Les as de la grande guerre, Les Presses de la Cité,‎ 1999 (ISBN 2258038693)
  6. Saint-Exupéry à la sortie d’un Caudron à l’école militaire d’Avord, en 1923
  7. Palmarès 2006 du 47e concours des villes et villages fleuris. Consulté le 23 septembre 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]