Années 590 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis -594)
Aller à : navigation, rechercher

VIIe siècle av. J.-C. | VIe siècle av. J.-C. | Ve siècle av. J.-C.

../.. | Années 610 av. J.-C. | Années 600 av. J.-C. | Années 590 av. J.-C. | Années 580 av. J.-C. | Années 570 av. J.-C. | ../..


Événements[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

  • 597 av. J.-C. : En Chine, victoire du royaume de Chu qui affirme sa puissance.
  • Entre 594 et 590 av. J.-C. : Réforme fiscale et agraire à Lu, petite cité du Shandong, en Chine. Alors qu’à l’époque archaïque la paysannerie semble avoir été tenue à cultiver gratuitement des terres dont la noblesse se réservait les produits, le système de l’impôt sur le grain se répand à partir du VIe siècle av. J.-C.. Il est généralement du dixième et parait être calculé soit d’après la moyenne annuelle soit d’après la production réelle de chaque année. La pratique de l’imposition en nature accompagne très probablement un changement sensible de la condition paysanne : les cultivateurs y gagnent sans doute plus de liberté et d’indépendance à l’égard de leurs anciens maîtres. Une certaine autonomie villageoise se développe.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

Statue de Néferibrê Psammétique II (Musée du Louvre)
  • 600-559 av. J.-C. : Règne de Cambyse Ier, roi d’Anshan sous la suzeraineté des Mèdes[1]. Il succède à son père Cyrus Ier et épouse Mandane, fille du roi des Mèdes Astyage.
  • 599 av. J.-C. : Raid de Nabuchodonosor II depuis la Syrie contre les Arabes du désert[1].
  • Décembre 598/ mars 597 av. J.-C. : Règne de Yehôyakîn, roi de Juda.
    • Après l’échec de Nabuchodonosor II contre l’Égypte (601/600), Yehôyaqîm de Juda, malgré les avertissements du prophète Jérémie, refuse de payer tribut à Nabuchodonosor. Occupé à réorganiser son armée, le roi de Babylone se contente d’envoyer des bandes de Chaldéens, d’Edomites et d’Ammonites harceler la Judée. En décembre 598 av. J.-C., tandis que Nabuchodonosor marche sur la Palestine, Yehôyaqîm meurt, peut-être assassiné et est remplacé par son jeune fils Yehôyakîn qui ne règne que trois mois.
  • 594 av. J.-C. : Suite à une révolte à Babylone et à l'avènement de Psammétique II en Égypte, Juda, Édom, Moab, Ammon et la Phénicie tentent une révolte contre Nabuchodonosor II. Mais finalement, peut-être sous l'influence de Jérémie, Sédécias de Juda préfère envoyer une ambassade à Babylone pour assurer Nabuchodonosor de sa fidélité.


Europe[modifier | modifier le code]

Solon
  • 595-586 av. J.-C. : Première guerre sacrée, selon la tradition, entre la Phocide et Thèbes pour le contrôle du sanctuaire de Delphes. Les Phocidiens sont défaits après dix ans de guerre (destruction de Crissa, qui contrôlait l’accès au sanctuaire). Cette guerre, qui n’est pas attestée, pourrait refléter des conflits d’intérêts et le transfert du contrôle du sanctuaire d’une communauté locale à une amphictyonie, ce qui correspondrait à la mise en place des premières institutions panhelléniques.
Sappho et Alcée, par Lawrence Alma-Tadema (1881)
  • 594-593 av. J.-C. : Solon devient archonte à Athènes[10]. Il est l'un des sept sages de la Grèce.
    • Crise agraire en Attique : les paysans désirant une réforme agraire poussent Solon à prendre le pouvoir. Il lance un programme de réformes politiques et sociales : exonération des dettes, abolition de la contrainte par corps et de l’hypothèque, amnistie politique… Il divise la société en quatre classes en fonction de la fortune (pentacosiomédimnes, hippeis, zeugites, thètes). Il crée des institutions démocratiques : Boulê (conseil des quatre cents), Prytanée, tribunal de l’Héliée. Solon favorise le négoce, permet la venue de marchands étrangers et réforme la monnaie. Il institue les premières maisons closes d’Athènes pour éviter les désordres familiaux. Il autorise le retour d'exil de la famille des Alcméonides.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Georges Roux, La Mésopotamie, Seuil,‎ 1995 (ISBN 9782020086325, présentation en ligne)
  2. François Clément, Viton de Saint-Allais, L'Art de vérifier les dates des faits historiques, des inscriptions, des chroniques et autres anciens monumens, avant l'ère chrétienne..., Moreau,‎ 1820 (présentation en ligne)
  3. Bernard Gosse, Isaie 13,1-14,23 : Dans la tradition littéraire du Livre d'Isaie et dans la tradition des Oracles contre les Nations, Saint-Paul,‎ 1988 (ISBN 9783525537077, présentation en ligne)
  4. Catherine Grandjean, Geneviève Hoffmann, Jean-Yves Carrez-Maratray, Le monde hellénistique, Armand Colin,‎ 2008 (ISBN 9782200242374, présentation en ligne)
  5. a et b Nicolas Grimal, Histoire de l’Égypte ancienne, Fayard,‎ 1988 (ISBN 9782213640013, présentation en ligne)
  6. Muhammad A. Dandamaev, Vladimir G. Lukonin, The Culture and Social Institutions of Ancient Iran, Cambridge University Press,‎ 2004 (ISBN 9780521611916, présentation en ligne)
  7. Henri Pigaillem, Salamine et les guerres médiques : 480 avant Jésus-Christ, Economica,‎ 2004 (ISBN 9782717847628, présentation en ligne)
  8. Jean-Yves Frétigné, Histoire de la Sicile, Fayard,‎ 2009 (ISBN 9782213658421, présentation en ligne)
  9. Jean Delorme, Les grandes dates de l'Antiquité, Presses universitaires de France,‎ 1973 (présentation en ligne)
  10. Patrick Cabanel, Questions de démocratie, Presses Univ. du Mirail,‎ 2000 (ISBN 9782858165315, présentation en ligne)