Kerma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kerma (homonymie).
Kerma
Image illustrative de l'article Kerma
Localisation
Pays Drapeau du Soudan Soudan
Coordonnées 19° 36′ 03″ N 30° 24′ 35″ E / 19.600802, 30.409731 ()19° 36′ 03″ Nord 30° 24′ 35″ Est / 19.600802, 30.409731 ()  

Géolocalisation sur la carte : Soudan (administrative)

(Voir situation sur carte : Soudan (administrative))
Kerma
Kerma

Kerma est la capitale du royaume nubien du même nom, qui régna sur tout le cours moyen du Nil soudanais de l'Ancien Empire égyptien à la deuxième période intermédiaire égyptienne, soit entre les années -2450 et -1480, sur 1 000 km. Cette cité identifiée à proximité du site de Doukki Gel était le centre d'un puissant royaume rival de l'Égypte, dont les textes des anciens égyptiens signalent qu'il verrouillait l'accès aux routes commerciales permettant d'acheminer vers le royaume pharaonique les produits de l'Afrique.

Les fouilles récentes et systématiques dont le site fait l'objet confirment ce rôle[réf. nécessaire] et démontrent que la culture dont elle fut l'origine jeta les bases d'une civilisation proto-urbaine au cœur même du Soudan contemporain. C'est Charles Bonnet, accompagné de Louis Chaix et Mathieu Honegger qui, après 40 ans de recherches sur le site, mettent au jour des statues des premiers pharaons noirs. Malgré ses murs de protection, la ville de Kerma n'a pas résisté à l'appétit des pharaons de la XVIIIe dynastie. Au début du -XVe siècle, ils conquièrent toute la Nubie jusqu'au sud de la quatrième cataracte. Une occupation qui permet de contrôler un carrefour entre l'Afrique centrale et les côtes de la mer Rouge.

En archéologie le nom de Kerma désigne trois phases de développement de cette culture :

  • Le Kerma ancien qui s'étend du XXVe au XXIe siècles av. J.-C. ;
  • Le Kerma moyen qui suit depuis le XXIe jusqu'au XVIIIe siècles av. J.-C. ;
  • Le Kerma classique, dernière phase de développement précédant la colonisation égyptienne, du XVIIIe au XVIe siècles av. J.-C..

Ces trois phases sont caractérisées par une production de céramique spécifique pour chacune d'entre elles, dont l'étude permet d'établir une chronologie précise des différents sites qu'elles recouvrent, ainsi que l'étendue de l'influence du royaume sur la région et au-delà, pendant toute cette période de la haute Antiquité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]