Moab (royaume)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moab.

31° 54′ 00″ N 35° 45′ 00″ E / 31.9, 35.75

Dieu guerrier du pays de Moab. Stèle en pierre du Bronze Récent (v. 1200 av. J.-C.) ou de l'Âge du Fer (v. 800 av. J.-C.), découverte à Redjōm el-A'abed en 1861 par Félix de Saulcy et rapportée en France en 1865 par le duc de Luynes

Moab dans la Bible[modifier | modifier le code]

Dans la Bible, Moab est le fils que Loth[1] eut avec sa fille aînée (genèse 19.36 et 19.37).

L'ancien royaume biblique de Moab se situait sur la rive orientale du Jourdain, au nord des rivages de la Mer Morte, dans l'actuelle Jordanie. Une de ses capitales aurait été Ar, dans la vallée de l'Arnon.

Il est cité dans la Bible (livre des Nombres, livres historiques notamment). Le mont Nebo, d'où Moïse a aperçu la terre sainte, avant de mourir se situait dans le royaume de Moab. Le royaume de Moab (alors dirigé par Balak, fils de Tsippor) est confronté à l'arrivée des Hébreux à la suite de la sortie d'Égypte, lesquels, dirigés par Moïse, Aaron et Josué, viennent de vaincre les Amoréens.

Le royaume de Moab aurait ensuite été partagé entre trois des douze tribus d'Israël (Ruben, Gad, Manasseh).

À la mort d'Achab, roi du royaume d'Israël, en −853, le royaume de Moab se soulève.

Vers −850, trois royaumes (Juda, Israël et Édom) tentent, sous la houlette de Joram, roi d'Israël, de s'emparer du royaume de Moab, qui résiste. La Bible (dans le Deuxième livre des Rois) évoque, à la suite de l'encerclement militaire des Moabites, le recours à un sacrifice humain (le roi de Moab aurait sacrifié son propre fils) qui permit à Moab de repousser ses ennemis.

Archéologie[modifier | modifier le code]

Sarcophage moabite au Musée d'archéologie de Jordanie à Amman

Vers −1288, revenant de sa campagne contre les Hittites, le pharaon Ramsès II serait intervenu militairement contre le royaume de Moab.[réf. souhaitée]

La stèle de Mesha roi de Moab, découverte en 1868 et exposée au Louvre, évoque une victoire du royaume de Moab sur celui d'Israël. Élevée par Mesha fils du roi Kamoshyat à Dirân, capitale de Moab, elle aurait été rédigée aux alentours de -842 et contient la plus ancienne mention écrite du royaume d'Israël.

Les Shoutous[modifier | modifier le code]

Les Shoutous (šwtw) sont mentionnés en Transjordanie dans les textes d'exécration ; Albright les assimile aux « enfants de Seth » du livre des Nombres[2], Bene Shout est l'ancien nom de Moab[3].

La similitude de territoire entre Moab et les shoutous amène les chercheurs à assimiler les trois termes Moab – fils de Seth – Shoutou[4].

Les Shoutous, un peuple nomade (voir Shasou) se trouvent au Bronze moyen sur un large territoire de Transjordanie. Deux inscriptions de l'époque de Ramsès II parlent de Moab (mu'bu) sur une portion plus réduite de ce territoire, à l'est de la mer Morte. Moab serait une société tribale plus localisée et structurée, dirigée par des rois à partir d'une époque incertaine.

La tombe de Hnmw-htp montre une caravane nomade venant du pays de šwt. Il pourrait s'agir des Shoutou.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Genèse 19,37-38
  2. « 

    Une étoile sortira de Jacob
    et un sceptre se levera d'Israël
    il détruira la frontière de Moab
    et le territoire des fils de Seth (בני-שת, bni-Seth)

     »

    — Nombres 24,17

  3. Albright, Journal of Biblical Literature LXX, 1944
  4. Worschech, Udo [1994], "Der Gott Kemosch. Eine Charakterisierung", UF 24 (1994)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Worschech U., Egypt and Moab, The Biblical archaeologist vol. 60, n°4, 1997