Guerres sacrées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Guerre sacrée.

Les guerres sacrées sont une série de guerres menées par l'amphictyonie chargée d'administrer le sanctuaire d’Apollon à Delphes contre tous ceux considérés comme sacrilèges envers le dieu.

La première guerre sacrée[modifier | modifier le code]

La première guerre sacrée se déroula de 600 av. J.-C. à 590. La cité d'Athènes se rangea aux côtés des Thessaliens et de la cité péloponnésienne de Sicyone pour expulser les Cyrrhéens du sanctuaire. Solon s'y distingua aux côtés des Athéniens[1]. Après la libération du sanctuaire, Athènes obtint un siège au collège des Amphictions (l'amphictyonie était l'organe qui administrait le sanctuaire de Delphes). L'amphictyonie décida que la cité de Cirrha serait détruite en signe de représailles pour la souillure dont elle s'était rendue coupable, et son territoire consacré à Apollon, avec interdiction de le cultiver à jamais.

La deuxième guerre sacrée[modifier | modifier le code]

La deuxième guerre sacrée eut lieu entre 449 et 447 entre les Phocidiens et leurs alliés athéniens et les Delphiens soutenus par les Spartiates.

La troisième guerre sacrée[modifier | modifier le code]

La troisième guerre sacrée est très importante puisqu'elle toucha la majorité de la Grèce. Elle se déroula entre 355 (ou 357) et 346 et se conclut par la victoire militaire de Philippe II de Macédoine. Elle avait un motif différent : les Phocidiens auraient labouré un champ consacré aux dieux.

La quatrième guerre sacrée[modifier | modifier le code]

La quatrième guerre sacrée se déroule de l'automne 339 av. J.-C. à l'automne 338. C'est Eschine qui convainc l'amphictyonie d'attaquer les Locriens d'Amphissie. En effet, ceux-ci ont cultivé la plaine consacrée à Apollon, et reconstruit le port détruit pendant la première guerre sacrée, ce qui est un mauvais présage. Sous la conduite de Philippe II, les Amphictyons attaquent donc Amphissie. Philippe prend Élatée, puis se dirige vers Thèbes, qui s'allie à Athènes. Les deux cités combattent les armées macédoniennes, et subissent la défaite de Chéronée, fin août 338. Un lion de pierre est édifié à la mémoire du « bataillon sacré » des Thébains, qui est détruit. Thèbes est traitée durement par Philippe ; Athènes est traitée avec clémence : c'est la paix de Démade. En effet, Philippe pense qu'il aura besoin de la flotte athénienne lorsqu'il attaquera la Perse. De plus, il craint qu'Athènes ne se révolte si elle est malmenée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Plutarque, Les Vies parallèles.

Articles connexes[modifier | modifier le code]