Équipe de France de handball masculin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe de France de handball féminin.

France

alt=Description de l'image Handball France.svg.
Information
Fédération Fédération française de handball
Entraîneur Claude Onesta
Surnom 1992 : les « Bronzés »
19931996 : les « Barjots »
20012008 : les « Costauds »
20082014 : les « Experts »
Capitaine Jérôme Fernandez
Meilleur marqueur Jérôme Fernandez : 1 403
Plus capé Jackson Richardson : 417
Jeux olympiques
Participations 6 (1re participation en 1992)
Meilleur résultat médaille d'or, Jeux olympiques (2008, 2012)
Championnat du monde
Participations 15 (1re participation en 1954)
Meilleur résultat médaille d'or, monde (1995, 2001, 2009, 2011)
Championnat d'Europe de handball masculin
Participation 11 (1re participation en 1994)
Meilleur résultat médaille d'or, Europe (2006, 2010, 2014)

Uniformes

Kit left arm ffhb14h.png
Team colours
Kit body ffhb14h.png
Team colours
Kit right arm ffhb14h.png
Team colours
Kit shorts ffhb14h.png
Team colours

Domicile

Kit left arm ffhb14a.png
Team colours
Kit body ffhb14a.png
Team colours
Kit right arm ffhb14a.png
Team colours
Kit shorts ffhb14a.png
Team colours

Extérieur

L'équipe de France de handball est constituée d'une sélection de joueurs français sous l'égide de la fédération française de handball.

Il s'agit de l'une des sélections les plus titrées de tous les temps[1]. La génération surnommée « les experts » est même considérée par beaucoup comme la plus talentueuse de l'histoire du handball international, devant l'équipe de Suède des années 1990. Cette génération parvient à réaliser à partir du milieu des années 2000 avec le même noyau de joueurs ce qu'aucune autre formation nationale masculine n'avait encore accompli : elle se bâtit en quelques années seulement un palmarès unique en remportant entre 2006 et 2014 sept titres sur les dix compétitions qu'elle dispute. Seule nation à conserver un titre olympique dans ce sport[2] (victoires en 2008 et en 2012), elle est également la première, et à ce jour la seule, à avoir détenu simultanément les trois trophées majeurs (Championnat d'Europe, Championnat du monde, Jeux olympiques) entre 2008 et 2010. En 2011, elle parvient même à améliorer ce record en soulevant un quatrième trophée international successif.

Son palmarès se compose de quatre titres mondiaux (1995, 2001, 2009 et 2011), de trois titres européens (2006, 2010 et 2014) et de deux titres olympiques (2008 et 2012), ce qui en fait actuellement la seule équipe à avoir remporté au moins deux fois chacune des trois compétitions majeures, la Russie et l'Allemagne étant les deux autres équipes à avoir soulevé chaque trophée au moins une fois.

Des surnoms lui ont été attribués depuis les années 1990 et l'éclosion de la sélection au plus haut niveau de la scène internationale : les Bronzés (1992), les Barjots (1993-1996), les Costauds (2001-2008) et les Experts (2008-2014) périodes où la sélection a disputé dix finales internationales, n'en a perdu qu'une (en 1993) et n'a connu que deux sélectionneurs, Daniel Costantini de 1985 à 2001 et Claude Onesta depuis 2001. Depuis 1995, l'équipe de France a donc joué neuf finales internationales sans connaitre la défaite, série record en cours.

Elle compte parmi ses plus sérieux rivaux l'Allemagne, la Croatie, le Danemark, l'Espagne, l'Islande, la Russie et la Suède, et les confrontations avec ces différentes équipes sont devenues des rendez-vous réguliers lors des phases finales des grandes compétitions. L'équipe de France a compté dans ses rangs des joueurs ayant été désignés meilleur handballeur du monde : Jackson Richardson en 1995, Stéphane Stoecklin en 1997, Bertrand Gille en 2002, Nikola Karabatic en 2007, Thierry Omeyer en 2008 et Daniel Narcisse en 2012.

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts et essor de l'Équipe de France[modifier | modifier le code]

Les débuts du handball en France sont timides. Plusieurs tentatives sont faites à la fin des années 1930 pour unifier ce sport pratiqué majoritaire en milieu scolaire sous l'égide d'une fédération unique. Il faut attendre 1941 pour que la première Fédération Française de Handball soit officialisée. Malheureusement après la guerre, le gouvernement de Vichy qui avait reconnu la fédération se voit nier toute légitimité par le nouveau gouvernement, et cette décision est donc invalidée. Pas moins de sept ans seront nécessaires pour que la FFHB soit définitivement entérinée le 11 juillet 1952.

Le handball se développe alors rapidement, passant de 25000 licenciées en 1965 à 160000 licenciées en 1982, mais cette dynamique visant à rendre le sport populaire se fait au détriment de la qualité de son élite, et l'Équipe de France peine à atteindre un niveau compétitif à l'échelle internationale[3].

En 1985, l'équipe de France est reléguée en division C après un mondial B raté en terminant 19e. Daniel Costantini prend en main cette équipe, qui a besoin de transformer complètement les méthodes de travail jusque-là utilisées. Il déclare disposer de joueurs pouvant potentiellement intégrer le haut niveau mondial et qu'il faut simplement le temps et les moyens (très réduits jusqu'à présent dans ce sport) adéquats au développement d'un collectif solide. Avec l'aval de la fédération qui a vu ses espoirs de qualification automatique aux Jeux olympiques s'envoler suite à leur attribution à Barcelone, il entreprend d'importantes modifications de la préparation avec notamment des séances physiques très exigeantes. Ce changement radical se fait sentir dès 1990 où la France réintègre le groupe A mondial et se qualifie pour les championnats du monde 1990. La France est emmenée par un jeune joueur prometteur, Jackson Richardson, et une génération promise à enfin briller dans son sport. Elle remporte son premier match en championnat du monde face à l'Algérie et accroche des nations plus réputées comme la Hongrie ou la Roumanie. Grâce à un parcours honorable, la France se donne le droit de disputer un match historique pour la 9e place et une qualification aux Jeux Olympiques de Barcelone face à l'Islande. Les Français vont se donner corps et âmes pour remporter ce match (29-23) et se qualifier pour le tournoi olympique. Daniel Costantini a réussi une partie de son pari d'emmener l'équipe de France aux jeux olympiques[4].

Les « Bronzés » (1992)[modifier | modifier le code]

Les « Bronzés » est le surnom de l'équipe de France de handball qui a participé aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992. Avec une nouvelle fois une préparation longue et difficile la France arrive à Barcelone comme une nation en devenir mais encore en manque de résultat. Lors du premier match du tournoi olympique, la France affronte le pays hôte, l'Espagne, un des favoris de l'épreuve. Mais les Espagnols trop sûrs d'eux se font surprendre par des Français intraitables et sûrs de leurs forces[4]. Les futurs Barjots remportent leur premier match olympique face à une nation majeure et démontrent enfin que le handball français s'installe parmi les meilleures nations de ces Jeux[4]. Ils confirment par la suite en gagnant face à l'Allemagne, l'Égypte et la Roumanie. Les joueurs se distinguent en se teignant tous en blond une fois parvenus dans le dernier carré de la compétition olympique pour permettre de détendre l'atmosphère avant le match face à la grande Suède. Cela n'empêchera pas la défaite face à la meilleure équipe mondiale du moment[4] Cependant, ils parviennent à se remobiliser très vite pour la médaille de bronze glanée face à l'Islande. Les « Bronzés » ont donné à la France sa première médaille dans une compétition internationale de handball[4].

Les « Bronzés » médaillés aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992 sont : Philippe Médard, Pascal Mahé, Philippe Debureau, Denis Lathoud, Denis Tristant, Gaël Monthurel, Éric Quintin, Jean-Luc Thiébaut, Philippe Gardent, Thierry Perreux, Laurent Munier, Frédéric Perez, Jackson Richardson, Stéphane Stoecklin, Frédéric Volle, Alain Portes.

Les « Barjots » (1993-1996)[modifier | modifier le code]

« Les Barjots » est le surnom de l'équipe de France de handball qui a disputé une première finale mondiale en 1993 (perdue face à la Russie 19-28 en Suède) puis remporté le championnat du monde 1995 en Islande en battant la Croatie 23-19 pour le titre, emmenée notamment par Denis Lathoud, Jackson Richardson et Frédéric Volle. Le championnat du monde 1995 est l'aboutissement d'un travail difficile de plus de 50 ans, avec la première étoile sur le maillot bleu obtenue en Islande.

Durant cette période, les résultats de la France ont été les suivants :

Le surnom de « Barjots » est dû à l'état d'esprit général des joueurs qui abordaient les compétitions dans des conditions toujours particulières, perdant face à des équipes abordables pour ensuite enchaîner des matches nettement meilleurs face à de grosses équipes. Les joueurs avaient aussi l'habitude de fêter des titres ou des médailles avec des coupes de cheveux très particulières à une époque où cela n'était pas courant. D'autres pratiques telles que le bizutage pour les nouveaux étaient fréquentes[4].

La période des Barjots s'est arrêtée à Atlanta lors des Jeux Olympiques 1996, à la suite de leur défaite en demi-finale face à la Croatie et à leur décevante 4e place, à l'issue de laquelle des piliers des premières conquêtes comme Frédéric Volle, Denis Lathoud et Philippe Gardent ont pris leur retraite internationale[4],[5].

Les « Costauds » (2001-2008)[modifier | modifier le code]

Après l'échec olympique, Daniel Costantini ne s'arrête pas là puisqu'en 2001, devant son public, l'équipe de France décroche une deuxième couronne mondiale obtenue lors d'une finale mémorable pour le handball français avec un public surchauffé et un suspense hors du commun face à la Suède. Les Français gagnent alors le surnom de "Costauds".

Le palmarès de cette période entre "Barjots" et "Costauds" s'établit comme suit :

Après le départ en retraite d'une grosse partie de la génération des Barjots ainsi que du sélectionneur de l'époque Daniel Costantini, l'équipe de France doit se renouveler. C'est l'heure de l'arrivée en 2001 du nouveau sélectionneur Claude Onesta et de la génération des « costauds » aussi talentueuse que celle de leurs prédécesseurs comme en témoignent, par exemple, les désignations comme "meilleur joueur du monde" de Nikola Karabatic puis du gardien Thierry Omeyer[6]

Les Championnats du monde suivants sont aussi très réussis avec deux médailles de bronze en 2003 et en 2005. Cette année 2005 est également l'année de la retraite internationale de leur glorieux capitaine Jackson Richardson.

Les Championnats d'Europe 2006 sont la récompense du travail accompli par Claude Onesta avec la première victoire des Bleus dans un championnat d'Europe, d'autant plus qu'à cette occasion de nouveaux jeunes talents ont été lancés comme Luc Abalo.

La consécration de cette équipe aurait pu aboutir lors des Championnats du monde 2007 où les Bleus partaient parmi les favoris avec un effectif de vedettes évoluant presque toutes dans le championnat allemand, le meilleur au monde. Cependant, la France tombe dans le piège du public allemand puisque les Bleus ne termineront qu'à une 4e place bien décevante. La défaite en demi-finale face à l'Allemagne, qui évolue à domicile, est mal vécue du côté des Français : ceux-ci dénoncent un arbitrage partial, en particulier lors du but refusé à Michaël Guigou à 30 secondes du terme de la dernière prolongation, but qui aurait permis aux Français d'égaliser pour pouvoir disputer les tirs au but.

Au Championnat d'Europe 2008 disputé en Norvège, après un tour préliminaire sans défaite et un tour principal où les Bleus n'en ont concédée qu'une seule, la France semblait bien partie. Mais elle rencontre la Croatie menée par le joueur considéré comme l'un des meilleurs au monde : Ivano Balić. Après une demi-finale très disputée, la France s'incline 23-24. Pour la petite finale, elle rencontre des Allemands champions du monde, découragés à la suite de leur défaite contre le Danemark, futur champion d'Europe. Ce découragement ne se fait pas sentir chez les Français et c'est une réaction d'orgueil qui fait gagner la France 36-26, le plus grand écart de buts vu pendant un France-Allemagne lors de ces dernières années. La France est médaillée de bronze.

L'autre objectif majeur est la qualification pour le tournoi olympique 2008 de Pékin qui se fera lors du tournoi de qualification olympique. Ce dernier se déroulera à Paris face à l'Espagne, la Tunisie et à la Norvège. La compétition s'annonce dure car seuls les 1er et 2e seront qualifiés. Finalement, la France se qualifie en battant ses trois adversaires.

Les « Costauds » se constituent le palmarès suivant :

Les « Experts » : (2008-2014)[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

L'équipe de France de handball est la seule équipe de l'histoire du handball à avoir remporté quatre grandes compétitions d'affilée (championne olympique en 2008, championne du monde en 2009, championne d'Europe en 2010 et championne du monde en 2011). En 2012, elle devient aussi la première équipe de handball masculin à conserver son titre olympique.

Elle est aussi la première équipe française non-handicapée à avoir été sacrée championne du monde, en 1995 (l'équipe française de handibasket a été championne en 1990 à Bruges).

Elle devient en 2008 la quatrième équipe française à être sacrée championne olympique, après l'équipe de rugby à XV en 1900, l'équipe de water-polo en 1924 et l'équipe de football en 1984.

Tableau des médailles[modifier | modifier le code]

Jeux Olympiques d'été

Championnat du monde

Championnat d'Europe

Jeux méditerranéens

Classements par compétition depuis 1992[modifier | modifier le code]

Année Jeux Olympiques Championnat du monde Championnat d'Europe
1992 Bronze
1993 Argent
1994 6e
1995 Or
1996 4e 7e
1997 Bronze
1998 7e
1999 6e
2000 6e 4e
2001 Or
2002 6e
2003 Bronze
2004 4e 6e
2005 Bronze
2006 Or
2007 4e
2008 Or Bronze
2009 Or
2010 Or
2011 Or
2012 Or 11e
2013 6e
2014 Or
2015 Qualifiés

Palmarès détaillé[modifier | modifier le code]

Effectif de la sélection[modifier | modifier le code]

Effectif actuel de l'Équipe de France[7] :
(Championnat d'Europe 2014 au Danemark du 12 au 26 janvier 2014)
Sélectionneur Drapeau : France Claude Onesta
Nom Date de naissance et âge Sél. (buts) Club
Gardiens de but
1 Cyril Dumoulin 2 février 1984 (30 ans) 21 (0) Drapeau : France Fenix Toulouse Handball
12 Vincent Gérard 16 décembre 1986 (28 ans) 3 (0) Drapeau : France Dunkerque Handball Grand Littoral
16 Thierry Omeyer 2 novembre 1976 (38 ans) 294 (1) Drapeau : France Paris Saint-Germain Handball
Ailiers
19 Luc Abalo 6 septembre 1984 (30 ans) 170 (573) Drapeau : France Paris Saint-Germain Handball
21 Michaël Guigou 28 janvier 1982 (32 ans) 178 (623) Drapeau : France Montpellier AHB
11 Samuel Honrubia 5 juillet 1986 (28 ans) 50 (146) Drapeau : France Paris Saint-Germain Handball
9 Guillaume Joli 27 mars 1985 (29 ans) 82 (228) Drapeau : Allemagne HSG Wetzlar
28 Valentin Porte 7 septembre 1990 (24 ans) 11 (12) Drapeau : France Fenix Toulouse Handball
Arrières et Demi-centres
18 William Accambray 8 avril 1988 (26 ans) 56 (156) Drapeau : France Paris Saint-Germain Handball
2 Jérôme Fernandez Capitaine 7 mars 1977 (37 ans) 357 (1388) Drapeau : France Fenix Toulouse Handball
13 Nikola Karabatic 11 avril 1984 (30 ans) 213 (882) Drapeau : Espagne FC Barcelone
15 Mathieu Grebille 6 octobre 1991 (23 ans) 6 (10) Drapeau : France Montpellier AHB
10 Kévynn Nyokas 28 juin 1986 (28 ans) 9 (12) Drapeau : Allemagne Frisch Auf Göppingen
8 Daniel Narcisse 16 décembre 1979 (35 ans) 246 (775) Drapeau : France Paris Saint-Germain Handball
Pivots
7 Igor Anic 12 juin 1987 (27 ans) 9 (15) Drapeau : France Handball Club de Nantes
22 Luka Karabatic 19 avril 1988 (26 ans) 4 (3) Drapeau : France Pays d'Aix UCH
20 Cédric Sorhaindo 7 juin 1984 (30 ans) 110 (203) Drapeau : Espagne FC Barcelone

Réservistes[modifier | modifier le code]

Joueurs réservistes de l'Équipe de France
Nom Date de naissance et âge Sél. (buts) Club Poste Dernière sélection
3 Benjamin Afgour 1er avril 1991 (23 ans) 1 (0) Drapeau : France Dunkerque Handball Grand Littoral Pivot Drapeau : France France - Drapeau : Danemark Danemark (Golden League 2013-14) - 5/01/2014
4 Xavier Barachet 19 novembre 1988 (26 ans) 63 (125) Drapeau : France Paris Saint-Germain Handball Arrière droit Drapeau : Croatie Croatie - Drapeau : France France (Championnat du monde 2013) - 23/01/2013
22 Hugo Descat 16 août 1992 (22 ans) 2 (0) Drapeau : France US Créteil Handball Ailier gauche Drapeau : France France - Flag of Norway.svg Norvège (Qualifications pour le Championnat d'Europe 2014) - 6/04/2013
6 Bertrand Gille 24 mars 1978 (36 ans) 268 (806) Drapeau : France Chambéry Savoie Handball Pivot Drapeau : France France - Drapeau : Suède Suède (Jeux olympiques de 2012) - 12/08/2012
14 Kentin Mahé 22 mai 1991 (23 ans) 14 (9) Drapeau : Allemagne HSV Hambourg Demi-centre Drapeau : France France - Flag of Norway.svg Norvège (Golden League 2013-14) - 7/01/2014
17 Timothey N'Guessan 18 septembre 1992 (22 ans) 11 (6) Drapeau : France Chambéry Savoie Handball Arrière gauche Drapeau : France France - Drapeau : Croatie Croatie (Golden League 2013-14) - 3/11/2013
24 Wesley Pardin 1er janvier 1990 (24 ans) 1 (0) Drapeau : France Fenix Toulouse Handball Gardien de but Drapeau : France France - Drapeau : Danemark Danemark (Golden League 2013-14) - 5/01/2014

Retraités[modifier | modifier le code]

Joueurs récemment retraités de l'Équipe de France
Nom Poste Date de naissance et âge Sél. (buts) Club Dernière sélection
Grégoire Detrez Pivot 22 mai 1981 (33 ans) 55 (48) Drapeau : France Chambéry Savoie Handball Drapeau : Croatie Croatie - Drapeau : France France (Championnat du monde 2013) - 23/01/2013
Didier Dinart Défenseur/Pivot 18 janvier 1977 (37 ans) 379 (162) Fin de carrière Drapeau : Croatie Croatie - Drapeau : France France (Championnat du monde 2013) - 23/01/2013
Daouda Karaboué Gardien de but 11 décembre 1975 (39 ans) 151 (0) Fin de carrière Drapeau : Croatie Croatie - Drapeau : France France (Championnat du monde 2013) - 23/01/2013

Statistiques[modifier | modifier le code]

La Campagne 2011 de l'équipe de France, apparaît comme une des plus performantes grâce à 16 victoires en 18 matchs (nul contre l'Espagne lors du mondial de Suède, défaite en amical contre la Slovaquie le 3 novembre) et 585 buts marqués.

Les tableaux suivants listent les joueurs ayant marqué le plus de buts ainsi que ceux ayant à leur compte le plus de sélections dans l'histoire de l'équipe de nationale.

Joueurs les plus sélectionnés
Joueur Carrière Sélections
Jackson Richardson 1990-2005 417
Didier Dinart 1996-2013 379
Jérôme Fernandez 1997- 368
Guillaume Gille 1996-2012 308
Thierry Omeyer 1999- 298
Pascal Mahé 1984-1996 297
Philippe Gardent 1980-1995 283
Bertrand Gille 1997- 268
Daniel Narcisse 2000- 260
Gaël Monthurel 1987-1996 253
Olivier Girault 1997-2008 248
Thierry Perreux 1984-1995 244
Christian Gaudin 1992-2002 242
Frédéric Volle 1987-1996 241
Stéphane Stoecklin 1990-1999 238
Nikola Karabatic 2002- 227
Cédric Burdet 1997-2008 226
Guéric Kervadec 1993-2005 217
Eric Quintin 1988-1996 216
Alain Portes 1983-1992 212
Joël Abati 1995-2009 203
Michaël Guigou 2002- 192
Luc Abalo 2005- 183
Philippe Médard 1979-1992 183
Christophe Kempe 1996-2009 178
Bruno Martini 1990-2002 178
Philippe Debureau 1985-1992 177
Patrick Cazal 1994-2003 171
Grégory Anquetil 1995-2005 169
Denis Lathoud 1987-1996 164
Meilleurs buteurs
Joueur Carrière Buts Buts par match
Jérôme Fernandez 1997- 1418 3,91
Frédéric Volle 1987-1996 1016 4,21
Nikola Karabatic 2002- 940 4,32
Stéphane Stoecklin 1990-1999 898 3,77
Daniel Narcisse 2000- 811 3,18
Bertrand Gille 1997- 806 3,06
Jackson Richardson 1990-2005 787 1,88
Pascal Mahé 1984-1996 739 2,49
Guillaume Gille 1996-2012 678 2,35
Michaël Guigou 2002- 677 3,60
Philippe Gardent 1980-1995 638 2,25
Luc Abalo 2005- 617 3,48
Joël Abati 1995-2009 586 2,89
Philippe Debureau 1985-1992 574 3,24
Olivier Girault 1997-2008 573 2,31
Guéric Kervadec 1993-2005 517 2,38
Alain Portes 1983-1992 500 2,36
Cédric Burdet 1997-2008 491 2,26
Patrick Cazal 1994-2003 482 2,82
Thierry Perreux 1984-1995 476 1,95
Denis Lathoud 1987-1996 463 2,84
Andrej Golic 1998-2004 368 2,47
Stéphane Joulin 1996-2002 344 3,10
Laurent Munier 1987-1995 305 1,93
Gaël Monthurel 1987-1996 292
Eric Quintin 1988-1996 277 1,28
Christophe Kempe 1996-2009 267 1,50
Guillaume Joli 2006- 265
Cédric Sorhaindo 2005- 244
Marc Wiltberger 1991-2000 241
Dernière mise à jour : après l'Euro 2014

La première rencontre de l'équipe de France s'est déroulée le 30 mars 1952.

La plus large victoire a eu lieu le 29 juin 2009 lors d'une victoire 58 - 4 face à l'Albanie, lors des Jeux Méditerranéens 2009.

Principaux résultats[modifier | modifier le code]

Centre national du handball[modifier | modifier le code]

En mars 2011 est signé un protocole entre la fédération française de handball et le syndicat du stade olympique Yves-du-Manoir pour que soit installé en 2016 le centre national du handball, également appelé maison du handball, comprenant le siège de la FFHB, une résidence pour les équipes de France masculines et féminines, des installations d'entrainement ainsi qu'un centre de formation[8],[9]. La livraison devrait avoir lieu en 2016 pour que cet équipement soit pleinement opérationnel lors du championnat du monde masculin qui aura lieu en France en 2017.

L'Aréna, maillon du Centre national de handball, sera l’outil indispensable au développement du handball moderne, mais sera également un haut lieu d’activités extra-sportives et culturelles[8]. Elle sera composée de deux salles et d’annexes destinées aux différentes catégories d’usagers et d’utilisateurs :

  • La salle principale d’une capacité modulable de 5 000 à 8 000 places, a une vocation de salle polyvalente : sports, spectacles, concerts populaires, conventions, meetings ou événements commerciaux.
  • La salle secondaire principalement destinée au « Club résident » a une vocation sportive, pour une capacité potentielle de 3 000 places assises en configuration handball. Elle servira de salle d’entraînement et de salle d'échauffement pour certaines manifestations de l'Aréna principale et éventuellement de salle d’expositions.

Grands joueurs d'hier et d'aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • L'équipe de France de handball masculin a obtenu le Prix Emmanuel Rodocanachi de l'Académie des sports à deux reprises, comme Meilleure équipe française de l'année, en 1995 (1er titre mondial), et en 2008 (1er titre olympique);
  • Elle est élue Sportif français de l'année 2010 par les auditeurs de Radio France en février 2011.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'équipe.fr Sophie Dorgan, "Le bouquet final", consulté le 12/08/2012
  2. L'URSS devenue la CEI a remporté les titres olympiques 1988 et 1992 mais ce n'était pas la même nation inscrite aux Jeux et seuls deux joueurs ont été médaillés d'or à la fois en 1988 et en 1992.
  3. Histoire de la FFHB.
  4. a, b, c, d, e, f et g « L'épopée des Barjots », sur sportvox.fr,‎ 8 août 2007 consulté le 31 août 2012
  5. Laurent Chasteaux, «Les Bronzés», générique de fin, sur L'Humanité.fr,‎ 5 août 1996 (consulté le 13 mars 2014)
  6. Sport365 "Omeyer succède à Karabatic", consulté le 31/08/12
  7. « Les Experts », sur Site officiel de l'Équipe de France (consulté le 12 janvier 2014)
  8. a et b « Centre national du handball : projet de restructuration du site du stade Yves du Manoir à Colombes. », sur www.handavenir2018.fr (consulté le 28 août 2012)
  9. « En avant pour le Centre National du Handball », sur www.handzone.net (consulté le 28 août 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]