Épaney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Épaney
La foire du 1er mai autour de la mare
La foire du 1er mai autour de la mare
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Morteaux-Coulibœuf
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Falaise
Maire
Mandat
Bruno Duguey
2014-2020
Code postal 14170
Code commune 14240
Démographie
Gentilé Épanéens
Population
municipale
494 hab. (2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 55″ N 0° 10′ 02″ O / 48.9486111111, -0.167222222222 ()48° 56′ 55″ Nord 0° 10′ 02″ Ouest / 48.9486111111, -0.167222222222 ()  
Altitude Min. 72 m – Max. 166 m
Superficie 11,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Épaney

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Épaney

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Épaney

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Épaney

Épaney est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 494 habitants[Note 1], les Épanéens.

Épaney est un village typique de la plaine de Caen. Situé à 30 km au sud de Caen et à 8 km au nord-est de Falaise, le village a été plutôt épargné par la bataille de Normandie au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il a donc conservé une architecture et un cachet qui témoigne de son passé.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au sud de la plaine de Caen. Son bourg est à 8 km à l'est de Potigny, à 7 km au nord de Falaise et à 14 km au sud-ouest de Saint-Pierre-sur-Dives[1].

Épaney est constitué de deux bourgs d'égale importance : l'actuel bourg, où se situe l'église, avec le lieu-dit la Queue de Renard qui le jouxte, et les Fontaines, qui est mitoyen du village de Perrières. Trois autres hameaux sont éparses au sud et à l'ouest : la Maison Blanche, les Monts d'Éraine et le Val Mauger.


Communes limitrophes d’Épaney[2]
Olendon Olendon Perrières
Soulangy,
Saint-Pierre-Canivet
Épaney[2] Perrières
Versainville Versainville Bernières-d'Ailly (par un angle),
Damblainville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Épaney, Spaneium au XIIe siècle, Espanai en 1230[3] : le toponyme serait issu de l'anthroponyme roman Spanus[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, la paroisse d'Épaney avait deux patrons : les moines de Saint-Evroult et les moines de Marmoutiers. Les premiers recevaient les dîmes d'Épaney, la grange aux dîmes est située à côté de l'église. Les seconds possédaient le prieuré de Perrières. En fonction de leur servitude à tel ou tel patron, les habitants s'étaient donc installés soit à proximité de l'église, soit à proximité du village de Perrières.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1977 juillet 2008 (1) Gilles Bennehard DVD Technicien en semences,
conseiller général
septembre 2008 en cours Bruno Duguey[5] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.
(1) : Décédé en cours de mandat[6]


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 494 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Épaney a compté jusqu'à 727 habitants en 1836.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
598 661 649 622 685 727 712 697 677
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
663 635 587 547 539 501 492 460 447
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
411 380 398 334 304 272 275 320 320
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
336 305 270 302 352 315 414 428 494
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2012). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Au XIXe siècle, l'économie du village était axée sur deux secteurs : la bonneterie et l'agriculture. Tout au long du XIXe siècle, l'artisanat textile a généré plus de la moitié des emplois locaux, l'agriculture en générant moitié moins.

De nos jours, le progrès aidant, le nombre de cultivateurs a sensiblement diminué mais la totalité des terres est exploitée. Depuis la crise du lait et l'établissement de quotas, la production agricole est principalement tournée vers la culture.

Répartition des cultures en 1795

Culture Pourcentage de la surface cultivée
Froment 20 %
Seigle 10 %
Orge 30 %
Sarrasin <5 %
Pois fourrager <1 %
Sainfoin 10 %
Chanvre <1 %

Répartition des cultures de nos jours

Culture Pourcentage de la surface cultivée
Blé 50%
Orge 15%
Avoine  %
Pois fourrager 5%
Lin 10%
Betterave à sucre 10%
Betterave fourragère 5 %

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le menhir.
  • L'église Saint-Martin (XIe siècle).
  • Vestiges du Logis, château du XVIe siècle.
  • Manoir du XVIe siècle.
  • Un menhir découvert sur le hameau de Fontaine par un ouvrier agricole labourant un champ. Il a été placé sur la place de la Mare, maintenant place Gilles-Bennehard, à côté de la pompe de relevage.

Activité, manifestations, label[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (deux fleurs) au concours des villes et villages fleuris[9].

Manifestations[modifier | modifier le code]

1er mai : foire aux greniers et aux plants.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[10].
  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  4. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 115
  5. a et b Réélection 2014 : « Epaney (14170) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 13 juin 2014)
  6. « ouest-france.fr - Le conseiller général Gilles Bennehard est décédé » (consulté le 19 juillet 2008)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  9. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le 2 juillet 2012)
  10. « Épaney sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]